L'OMT et la FAO s'associent pour promouvoir le Tourisme au service du développement rural    Peut-on se trouver privés d'IPTV ?    L'auteur de l'attaque de Paris ''révolté'' contre les caricatures de Mahomet    Dans l'attente de la levée des sanctions de la Cédéao    L'opposante Tikhanovskaïa invoque la médiation de Macron    La Russie, alliée des deux pays, appelle à l'apaisement    «Nous étions meilleurs»    L'instant de survie...    Après le report des JCC    Exposition collective «Rencontre 4»    Roland-Garros : Ons Jabeur passe au second tour    Tunisie: 16 nouvelles infections au Covid-19 à Tozeur    Tunisie: 107 nouvelles infections au coronavirus à Sousse    Le marché boursier débute la semaine sur une note morose    Club Africain : les dossiers de 8 joueurs réglés    Tunisie: 28 nouvelles infections au coronavirus à Sidi Bouzid    Habib Ammar charge un team de mettre en place une feuille de route du secteur touristique tunisien    Un taux d'avancement de 60% des travaux de réaménagement de la zone commerciale et logistique de Ben Guerdane    Tunisie: Sauvetage 68 migrants subsahariens au large de Ben Guerdane    Enfant, je rêvais de devenir chauffeur de taxi    Hatem Kotrane - Toute la différence entre la vie et la mort : A propos de l'appel du Président Kais Saied à une certaine soif de vengeance populiste!    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 29 Septembre à 11H00    Italie: 14 cas de Covid au Genoa    Tunisie: Le président du Syndicat des agriculteurs déplore l'absence de certificat de label pour l'agriculture biologique    Conseil de sécurité nationale : Kaïs Saïed parle de coronavirus, de corruption et de peine de mort(vidéo)    Progression de 4% des quantités de produits agricoles et de pêche acheminées au marché de gros de Bir El Kassaâ    Sousse : 11 MD pour financer 1500 petits et moyens projets    Hédi Ben Abbès rassure sur "l'état" des entreprises nipponnes en Tunisie    Kasserine : Avancement des travaux de construction de nouveaux services à l'hôpital régional    Kairouan : Une rentrée scolaire en demi-teinte    Le chef de pentagone en Tunisie, ce mercredi    BH ASSURANCE : Une application digitale «Wininti» fait la différence    Exportation d'huile d'olive : La barre de 1,8 milliard de dinars franchie    12e Edition de la Foire du meuble, de l'ameublement et de la décoration : Une visibilité à améliorer    Le Chef du gouvernement nomme Walid Dhehbi «Secrétaire général du gouvernement»    Handball | Campagne du Mondial : Sami Saïdi annonce la couleur    Hamadi Daou a quitté l'UST : Les raisons d'un départ    Décès d'une trentenaire à Grombalia    Météo : Quelques nuages sur la plupart des régions    L'EST battue en finale : Même les «Sang et Or» applaudissent l'USM !    Les équipes techniques chargées de la lutte contre l'extrémisme dans les prisons opérationnelles    Webinaire de la BAD : « Malgré la pandémie de Covid 19, l'Afrique reste une place de choix pour les investissements »    Tunisie: Le secrétaire d'Etat américain à la Défense attendu demain mercredi à Tunis    Contrepoint | Une double tromperie    Patrimoine : L'INP lance un appel à candidatures pour la formation internationale 2021    Le voyage en Tunisie est interdit aux ressortissants britanniques    Le programme Europe Créative offre plusieurs opportunités pour le secteur culturel tunisien    JCC 2020 : Les journées cinématographiques de Carthage décalées pour le mois de décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avec ou sans les partis, Méchichi joue et peut gagner
Publié dans Le Temps le 11 - 08 - 2020

Heureusement pour Hichem Méchichi que la composition de son futur gouvernement se fait en plein mois d'août ! Le citoyen tunisien devient un autre être aux mois de l'été, partagé qu'il est entre les vacances, la séance unique, les plages, les mariages et le rassemblement des familles dont les enfants sont oisifs. Ainsi le stress de la composition du nouveau gouvernement n'est pas vraiment visible !
Cependant, tout le pays est au fond accroché aux fenêtres des bureaux de Dar Dhiafa ou le chef de gouvernement désigné reçoit, palabre et consulte, s'il ne se permet pas des fois une petite escapade, comme le weekend dernier, pour rencontrer le cheikh des islamistes chez un ministre nahdhaoui. Les gens, qui semblent désintéressés et préoccupés par leur quotidien estival, avouent aussi leur inquiétude quant à la situation du pays qui va à la dérive. Des informations de tous genres et souvent de fake-news, circulent à longueur de journée sur le réseau social vedette en Tunisie, le Facebook, ajoutent au stress ambiant.
Il faut bien se l'avouer, former un gouvernement avec l'équilibre des forces existant au sein du parlement tunisien est une galère ! Méchichi s'emploie, certes, à dédramatiser et essaie tant bien que mal à voir la moitié du verre pleine, rien n'y fait. Les islamistes ont encore proclamé leur exigence, après le Conseil de la Choura de dimanche dernier, appelant à former un gouvernement politique « qui respecte les équilibres au sein du parlement ». C'est-à-dire un gouvernement où ils feront avec leurs alliés El Karama et Qalb Tounes la pluie et le beau temps. Pendant ce temps-là, le bloc Démocratique (Attayar et Echaab) maintient son forcing pour un gouvernement sans les islamistes.
Méchichi doit en plus composer avec Le Président de la république. On sait que celui-ci ne veut pas de Qalb Tounes sous n'importe quel prétexte. On sait également que le Président, épaulé en cela par l'UGTT, l'UTICA et les experts économiques, cherche à monter un gouvernement de compétences plus ou moins neutre afin de se consacrer aux problèmes économiques et obtenir du parlement une mise en sourdine des problèmes politiques, le temps de redresser un tant soit peu les indicateurs principaux de l'économie du pays.
Plusieurs observateurs font remarquer que les partis politiques, avec tous leurs inconvénients sont le pivot de la vie démocratique. Ce qui est vrai, surtout dans une alternance fragile comme la nôtre. Continuer à stigmatiser les partis et à monter en épingle leurs querelles et leurs petites magouilles ne sert en rien la construction politique du pays. En plus des échéances se précisent où on aura encore besoin d'eux, comme les élections régionales.
Ainsi, Méchichi doit inventer sa solution. Une solution d'autant plus aléatoire qu'il ne peut se prévaloir que de la confiance du Président de la République qui l'a choisi. L'ingéniosité serait qu'il réussisse à se faire accepter par les partis, sans devenir leur otage, et ceci nous amène tout droit vers un gouvernement ou la matrice serait technocrate mais où il y a aussi quelques noms politiques pour faire passer la pilule aux partis. A remarquer que ceux-là n'ont pas beaucoup de solution car autrement et si Méchichi échoue, ils se retrouvent devant les électeurs ! Et ça beaucoup d'entre eux ne le veulent absolument pas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.