Coronavirus | L'UE va aider les pays de la rive sud de la méditerranée à acquérir le vaccin    Mechichi poursuit ses discussions avec les députés sur le PLF 2021    Coronavirus : 51 nouveaux décès et 1.168 nouvelles contaminations, Bilan du 25 novembre    L'ancien ambassadeur d'Allemagne à Tunis, Dr Andreas Reinicke, nommé conseiller pour la coopération digitale pour l'Afrique du Nord    Les représentants des structures judiciaires réclament la création d'un Fonds d'appui à la justice    BCT : 45% des transactions financières en Tunisie sont effectuées par chèques    Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la séance de jeudi sur une note morose    Inauguration d'un nouveau centre de formation inter-entreprises dans le secteur du textile à Bizerte    Des manifestants menacent de fermer la vanne du Gazoduc de Sbikha    L'Iran et la Russie coopèrent sur un vaccin anti-Covid    Tunisie, Egypte et Liban grands bénéficiaires    Le président du Zamalek, Mortada Mansour «persona non grata» pour la finale !.    Repli tactique ou tentative pour sortir de la crise qu'il a pilotée ?    Damas dénonce encore une fois des frappes israéliennes    Retour, plein d'espoir, des Azerbaïdjanais    Des femmes militantes réduites au silence par les armes    Chiraz Latiri, ancienne ministre des affaires culturelles défend son bilan    Olga Malakhova et les archétypes    Les arts visuels dans tous leurs états    Le documentaire tunisien "Le disqualifié" de Hamza Ouni remporte la mention spéciale du jury du BIAFF Doc    La Tunisie, 2ème pays où les chercheurs ont amélioré le mieux la sécurité de Facebook    Le court métrage tunisien "Nour", de Rim Nakhli en lice au festival international du film du Caire    Violence faite aux femmes : Le ministère de la Femme signe un accord de partenariat avec l'Association femme et citoyenneté au Kef    Webinar sur les principales leçons tirées de Tfanen-Tunisie Créative le 3 décembre    Projet européen "REUSEMED" pour la création des réseaux de réutilisation des déchets    ARP : adoption du rapport relatif aux projet de loi de finances de 2021 et budget de l'Etat de 2021    Etoile du Sahel : un entraîneur brésilien sur le radar    En photos : En colère, les journalistes protestent à la Kasbah    DECES : Mahmoud TAAMALLAH    Echange de graves accusations entre deux hauts magistrats : Faut-il craindre pour l'indépendance de la justice ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 26 Novembre 2020 à 11H00    Calme plat et absence de production au bassin minier    Tunisie [Vidéo]: En direct, rassemblement des journalistes à Sfax    Coronavirus: De nouveaux décès à Sfax    NEWS | Shonga propose ses services à l'EST    Diego Maradona s'est éteint hier : Une légende s'en va !    Ligue des Champions : le Bayern et City qualifiés aux huitièmes de finale    La grève des magistrats prolongée de trois jours    Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision    [TRIBUNE] Deux siècles après, Haïti redevient le plus peuplé de la Caraïbe    Habib Ammar : la priorité est de protéger le secteur touristique de l'effondrement    Sénégal : la Banque africaine de développement renforce les capacités nationales pour accroître la performance de son portefeuille    La Chambre africaine de l'énergie propose un guide de réformes pour le secteur pétrolier et gazier de la Guinée équatoriale    Météo : Temps ensoleillé    Plus de la moitié des Tunisiens ayant obtenu la nationalité italienne ont rejoint la France    Des cercles de réflexion auront lieu à Dar Sebastien à partir du 27 novembre 2020    Times: L'ère de Poutine touche à sa fin    Audition du Ministre des affaires Culturelles: Le budget se réduit comme une peau de chagrin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'agonie des nouveaux juifs El Watan (Algérie)
Publié dans Le Temps le 16 - 08 - 2020

S'il y a bien des pays qui ont fait beaucoup de mal au peuple palestinien, beaucoup plus qu'Israël, ce sont bien les pays arabes.
Cela a commencé en septembre 1970 en Jordanie où des milliers de Palestiniens ont été massacrés par les légions bédouines du Roi Hussein durant une période plus connue sous le nom de «Septembre Noir». Cela s'est poursuivi en 1977 avec Anouar Saddate qui s'était rendu à Jérusalem faire allégeance au Premier ministre israélien de l'époque, Menahem Begin, voyage qui s'était conclu avec la signature des fameux accords de Camp David.
Dans la même logique d'abandon, les Emirats arabes unis ont signé jeudi avec Israël un accord de normalisation des relations. Un nouveau coup dur pour les Palestiniens, encore une fois trahis par les pseudo-frères arabes.
L'accord en soi n'est pas une surprise. Toutes les monarchies du Golfe ont noué des relations discrètes mais solides avec Israël. Pour preuve, Damas, qui avait reçu Benjamin Netanyahu, a applaudi à l'accord, de même que Bahreïn. On ne sera pas surpris que ces deux pays normalisent à leur tour leurs relations avec Israël dans un avenir plus ou moins proche. Ils baliseront de ce fait la voie à l'Arabie Saoudite qui prépare elle aussi le terrain à des relations officielles avec Tel-Aviv.
Il faut dire que depuis son arrivée au pouvoir à la suite d'une révolution de palais, l'homme fort du pays, Mohamed Ben Salmane plus communément appelé MBS, n'a eu de cesse de renforcer une coopération sûre et peu discrète avec Israël. Il a surtout tissé des liens étroits avec Jared Kushner, un sioniste radical, gendre du locataire de la Maison Blanche et surtout ami intime de Nétanyahu avec lequel il a mis au point le plan de la Cisjordanie, plus connu sous le nom de «plan Trump».
Pour plaire aux Israéliens et à la Maison Blanche, MBS n'a pas hésité à demander aux Palestiniens de renoncer à faire de Jérusalem la capitale de leur futur Etat et leur a désigné en remplacement un village de la Cisjordanie. Ce qui laisse supposer que le prince saoudien a joué un rôle important dans la conclusion de l'accord israélo-émirati, surtout que lui-même est très conseillé pour l'homme fort des EAU, le prince héritier Mohamed Ben Zayed.
Deux hommes sortent gagnants avec la nouvelle entente qui a vu le jour au Proche-Orient. Donald Trump, en perte de vitesse dans les sondages pour sa gestion catastrophique de l'affaire Georges Floyd et de la pandémie de Covid-19, espère remonter la pente auprès de l'électorat évangéliste, un grand inconditionnel d'Israël. Netanyahu, lui aussi, espère avec cette opération regagner le terrain perdu en Israël où il est devenu très impopulaire à cause de graves accusations de corruption qui le visent et aussi la gestion de la pandémie.
Mais la principale victime de l'entente israélo-émiratie est incontestablement le peuple palestinien. Les dirigeants arabes ont toujours exploité sa cause à des fins de politique intérieure. Malheureusement, cette cause ne mobilise plus la rue arabe. D'où une réaction plutôt timide et désespérée de l'Autorité palestinienne. Celle-ci s'est contenté de rompre avec les EAU et de demander une réunion d'urgence de la Ligue arabe. Or, cette dernière fait la sourde oreille. Il ne peut pas en être autrement.
La Ligue est sous le contrôle total de l'Arabie Saoudite et de l'Egypte, deux pays qui vivent sous le parapluie israélo-américain. Covid-19 aidant, il n'est pas sûr que la Ligue ne continuera pas à traîner la patte. De ce fait, le monde arabe observe un silence gêné. Peut-être que l'absence de solidarité arabe viendra de l'Europe qui n'accepte plus que les Palestiniens continuent d'être les victimes d'un grave déni de droit. Dans le cas contraire, ils deviendront les nouveaux juifs, éparpillés à travers le monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.