Tunisie-audio : Changement des horaires des bus, métros et TGM suite au changement des horaires du couvre-feu    Budget de l'Etat et financement intérieur : La réponse du ministre des finances au Gouverneur de la Banque Centrale    Mohamed Larbi Bouguerra: Netanyahou, bientôt orphelin de Donald Tromp ?    DE PARTOUT...DE PARTOUT...    Espérance de Tunis : Abderrahmane Meziane sur le départ    El Kamour, jusqu'à quand ?    Au Grand Tunis : La circulation n'est pas interdite entre les gouvernorats de Manouba, Ariana, Ben Arous et Tunis, et ni soumise à autorisation    Libye: 782 nouvelles infections au coronavirus enregistrées    CONDOLEANCES    Tunisie – Des mesures, oui... Pertinentes, on ne sait pas... A partir de quand, Dieu seul le sait !    CONDOLEANCES : Rafika AYED    Football : Programme TV de ce jeudi 29 octobre 2020    L'attaque de Nice.. Le bilan s'alourdit. Nouvelles données sur l'assaillant    France : Nouvelle attaque armée à Avignon    Bilel Sahnoun, Directeur Général de la Bourse de Tunis : «Pour la cotation en Bourse des entreprises publiques»    Eliminatoires CAN 2021 : Vers le report du match Tunisie-Tanzanie ?    Volleyball | Calendrier de la fin de la saison : A quand le feu vert?    L'EST recrute Farouk Ben Mustapha : Le jeu de la hiérarchie et de la concurrence ...    Menace de dissolution du bureau fédéral : Qui a tort, qui a raison ?    Express    Le maire de Nice : Je confirme que tout laisse supposer à un attentat terroriste    COVID-19 : Les nouvelles restrictions décidées en Tunisie    Moyens de transport public et protocole sanitaire : Inconscience et laisser-aller des usagers !    France : Trois morts et plusieurs blessés dans une attaque au couteau à Nice, l'auteur interpellé    Wissam Ziadi et Marouen Ben Rejeb, co-fondateurs de l'association méditerranéenne ART et Nature (AMAN) à La Presse : «Boubli» cible les jeunes au cœur de la ville    Fête du Mouled : Les vœux de La Presse    Banque Nationale Agricole : Un PNB de 457 millions de dinars (fin septembre 2020)    Météo | Températures maximales comprises entre 20 et 25 °C    Tunisie [Vidéo]: L'Assida dans un café à Médenine en perpétuation de la tradition du Mouled    Liste de 21 applications mobiles dangereuses téléchargeables sur Play Store à supprimer    Les 5 raisons de chasser en Tunisie    Hamouda Ben Slama: Non, il (Macron) ne renoncerait pas aux caricatures (de Mahomet) !...    Abdelmadjid Tebboune transféré en Allemagne pour des « examens médicaux »    Tunisie : Visite du chef de la diplomatie nippone début décembre    Duel surprise Trump-Biden dans l'Etat de Géorgie    Route cinématographique en Tunisie sur les traces des films cultes, pour la promotion du tourisme durable    Une nébuleuse et des ruches    L'origami, l'art du pliage de papier    Une bataille entre l'ancien et le moderne qui en cache d'autres    STB : Un PNB de 411 millions de dinars (30 09 2020)    L'art urbain tunisien visible sur la clôture de l'ambassade de la Tchéquie à Tunis    Hichem Mechichi à propos de la lutte contre le Covid-19 : Les résultats obtenus jusqu'à présent sont toujours inférieurs aux attentes espérées    AMVPPC : appel à projets pour la valorisation du patrimoine culturel par le numérique    Création auprès de la présidence de la République d'une commission chargée de la restitution des fonds détournés    Espace «Préface» à Sousse : Activités maintenues    USA : Mélanie Trump : " Nous devons garder Donald à la Maison-Blanche pour qu'il puisse finir ce qu'il a commencé "    Ooredoo unit ses forces et poursuit son soutien national pour lutter contre la propagation du Covid-19    Tunisie: Exportation de 343.000 tonnes d'huile d'olive en 11 mois pour 2,78 millions de dinars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Israël scelle son entente avec les Emirats et Bahreïn
Publié dans Le Temps le 16 - 09 - 2020

Israël a signé hier à la Maison Blanche des accords historiques avec les Emirats arabes unis et Bahreïn qui bousculent les équilibres au Moyen-Orient, et sur lesquels compte Donald Trump pour se présenter en "faiseur de paix" à sept semaines de la présidentielle américaine.
Le président des Etats-Unis a tenu à organiser une cérémonie en grande pompe à Washington au cours de laquelle le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu doit formellement établir des relations diplomatiques entre l'Etat israélien et ces deux pays arabes -- première percée de ce type depuis les traités de paix avec l'Egypte et la Jordanie, en 1979 et 1994.
Une poignée de main historique entre le dirigeant israélien et les représentants arabes n'est pas exclue, a déclaré un haut responsable américain, soulignant que tous les participants auront auparavant été testés au coronavirus.
Les Emirats et Bahreïn partagent avec Israël une animosité commune envers l'Iran, ennemi numéro un de Washington dans la région.
De nombreux Etats arabes pétroliers cultivent discrètement des liens avec les autorités israéliennes depuis des années, mais cette normalisation offre de riches opportunités, notamment économiques, à ces pays qui tentent de réparer les ravages de la crise du coronavirus.
"C'est une réussite de première classe", assure David Makovsky, du Washington Institute for Near East Policy, tout en soulignant que cela "n'implique pas la même prise de risque" pour les Israéliens que celle acceptée par Menahem Begin, "lorsqu'il a abandonné le Sinaï" à l'Egypte, ou Yitzhak Rabin, lorsqu'il a accepté de négocier avec le Palestinien Yasser Arafat.
La "vision pour la paix" présentée en début d'année par Donald Trump, qui visait à mettre fin au conflit israélo-palestinien, est loin d'être couronnée de succès: l'Autorité palestinienne l'a rejetée en bloc et dénie au président américain le rôle même de médiateur depuis qu'il a enchaîné les décisions favorables à Israël.
Le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh a d'ailleurs estimé qu'hier serait un "jour sombre" dans l'histoire du monde arabe, dont il a fustigé les "fractures" et les "divisions".
Les Palestiniens, qui dénoncent un "coup de poignard dans le dos" de la part de ces pays accusés de pactiser avec l'Etat israélien sans attendre la naissance d'un Etat palestinien, ont appelé à des manifestations hier.
Mais l'administration Trump avait toujours dit vouloir secouer la région en rapprochant Israël et le monde arabe dans une sorte d'union sacrée contre l'Iran. Ces accords esquissent ce changement d'ère et semblent reléguer la question palestinienne en arrière-plan, comme l'espérait la Maison Blanche.
Dans ce contexte, les tensions entre l'Iran et les Etats-Unis sont encore montées d'un cran cette semaine, après la publication d'informations selon lesquelles les services de renseignement américains pensent que Téhéran envisage d'assassiner une diplomate américaine pour venger la mort du général iranien Qassem Soleimani, visé par une frappe américaine à Bagdad en janvier.
M. Trump a averti que la réponse américaine à toute attaque iranienne serait "mille fois plus forte". L'Iran, qui a démenti ces informations, a mis en garde contre une "erreur stratégique" des Etats-Unis.
Selon David Makovsky, "ce n'est plus le Moyen-Orient de papa, c'est une nouvelle région" où, fait extraordinaire, la Ligue arabe a refusé de condamner la décision des deux monarchies du Golfe.
"Les Palestiniens vont attendre de voir ce que donne l'élection américaine, mais quand la poussière retombera, ils devront repenser leur position", estime cet ex-diplomate américain.
Ces accords sont une victoire pour Benjamin Netanyahu et rapprochent Israël de son objectif d'être accepté dans la région.
Pour Donald Trump, qui brigue un second mandat et n'avait jusqu'ici que peu d'avancées diplomatiques à présenter aux électeurs, c'est un succès reconnu jusque chez ses adversaires démocrates.
Depuis l'annonce le 13 août de l'accord israélo-émirati, suivie la semaine dernière de celle concernant Bahreïn, le camp du milliardaire républicain ne lésine pas sur les superlatifs pour vanter son action, digne à l'en croire du prix Nobel de la paix.
Des divergences sont toutefois déjà apparues sur les conditions entourant l'accord avec les Emirats.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.