Libye: L'ONU fixe un délai pour choisir une autorité exécutive    La députée du Parti Ennahdha Meherzia Labidi n'est plus    Tunisie: L'ANETI: Offres d'emploi en Allemagne    Tunisie: La Direction Régionale de la Santé de l'Ariana recrute    COVID-19 Sousse, situation au 21 Janvier: 163 nouveaux cas et 9 nouveaux décès    Moncef Marzouki rend hommage à Meherzia Laabidi    Coronavirus : 68 décès supplémentaires et 2511 nouvelles contaminations en 24 heures    France: L'étudiante sénégalaise disparue brise le silence pour la première fois    Météo: Pluies attendues à partir de cette nuit dans le nord et localement le centre    Dernière minute : Meherzia Labidi n'est plus    Le message émouvant de Farah la fille Meherzia Labidi à sa Maman    Meherzia Labidi est décédée : la voix tonitruante d'Ennahdha au Bardo    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    Remaniement ministériel : L'ATGEC dénonce le non respect d'égalité des chances entre homme et femme dans les postes de décision    De Trump à Biden: la force de la symbolique    L'UTAP appelle le ministère de l'Agriculture à prendre des mesures urgentes pour sauver la saison    Covid-19 | Campagne nationale de vaccination : 100 mille citoyens déjà inscrits    CAN U17 – Qualifications : La Tunisie fait le job contre la Libye    Hichem Anane présente le nouveau format de la facture de la STEG    Ligue 1 (9 journée) : le match Espérance-STunisien à El Menzah, à 14h00    Le CCIH organise une résidence artistique "Imagine Music" à l'occasion du Sommet de la francophonie en Tunisie    Festival de la chanson tunisienne 2021: 35 artistes confirmés et émergents sont nominés    Stade Tunisien : Dix joueurs testés positifs au Covid-19    Alya Djamal, la doyenne de RTCI    Wifak Bank remporte le prix "Best Islamic Corporate Bank Tunisia 2020" par Global Banking & Finance Review    La Banque de Tunisie réaffirme sa capacité à surmonter la crise    En vidéo: Leonida, artiste musulmane et française, répond à l'islamophobie en chantant    NEWS: L'USM sur Jassem Hamdouni    Mini-Football – Championnat national des féminines: Un championnat à 17 équipes    Handball – Mondial d'egypte – La Tunisie éliminée: Il fallait s'y attendre !    CONDOLEANCES: Mohamed Moncef MAATOUG    CONDOLEANCES: Ali BAAZAOUI    Kerim Bouzouita : « Les sondages ne votent pas »    Basket – Equipe nationale : Salah Mejri réintègre le groupe    Dépréciation du dinar face aux principales devises étrangères    Ayoba: Une appli de messagerie africaine gratuite qui protège la vie privée    Présidence de la République: démenti des déclarations attribuées à Kaïs Saïed    PERSPECTIVES: Adhérer massivement à la révolution industrielle    The Voice Belgique: Un candidat tunisien impressionne le jury    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les enfants illégitimes...Par Samia HARRAR
Publié dans Le Temps le 20 - 10 - 2020

p class="p1" style="text-align: right; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 12px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Par Samia HARRAR
Leterrorisme n'aurait pas de visage, comme il n'aurait pas de religion. Ce n'est pas si sûr...
Il nous faut juste, préciser, dans la foulée, qu'il a, aujourd'hui plus que jamais, plus d'un visage. Quant à la religion, pour les terroristes de tous bords, elle est « accessoire » puisqu'ils ne font que l'asservir à leur cause obscure. En réalité, ils ne font que cultiver avec le religieux, un immense malentendu qui perdure. Et qui perdurera, tant qu'ils auront intérêt à s'en servir comme étendard et porte-voix, pour justifier leurs actes ignobles, et fédérer du « beau monde » pour commettre leurs crimes.
Il est indéniable, par contre, que l'humanité, n'a qu'un seul visage. Et qu'il faut la considérer comme telle, plus que jamais, lorsqu'il s'agit de condamner sans réserve, tout acte terroriste, qui s'en prendrait à l'humain. Toutes latitudes confondues.
Le terrorisme islamiste ne fait pas exception. Et parce que le terrorisme islamiste, n'a, strictement rien avoir avec la religion en tant que telle, puisqu'il ne fait que s'en servir, pour légitimer tout acte abject et vil, commis en son nom, il nous faut, le condamner, avec force, à chaque fois que l'irréparable est commis, qui ne peut pas, ne pas choquer, l'entendement.
Voilà un homme, qui ne faisait que pratiquer son métier, en tant que professeur d'Histoire, en expliquant à ses élèves que la liberté d'expression, étant une et indivisible, elle ne pouvait donc pas être, à multiples variantes, parce qu'alors, toutes les dérives seraient possibles, s'il fallait ouvrir la porte, à tous les renoncements qui viendraient justifier le fait, qu'il faille la « museler », au gré des circonstances. Convoquant le triste souvenir, du drame de Charlie-Hebdo, suite aux caricatures du prophète Mohamed.
Cet homme-là, a été décapité, en guise de représailles, par un terroriste, qui se targuait de défendre l'Islam. Si l'on a bien compris, en lieu et place de le condamner, il aurait fallu que les médias Tunisiens l'encensent, s'alignant sur la « juste cause » défendue bec et ongles par un député islamiste qui siège au parlement. Un parlement hélas, ouvert, à tous les vents, en guise d'apport inestimable d'une révolution, qui aura permis à un islamiste, nommé Rached Khiari, mais il n'est pas le seul, à faire, ouvertement, l'apologie du terrorisme, au lieu de le condamner fermement. Il est bien évident que ceux qui ne se sont pas montrés solidaires avec lui, en le rejoignant dans ses « élucubrations », et sa haine de l'Autre, ne pouvaient pas, ne pas être dans son « collimateur ». Ainsi, sommes-nous aujourd'hui devenus, nous tous, qui avons pour devoir, de dénoncer tous les terrorismes, et peu importe les oripeaux qu'ils puissent revêtir, des enfants illégitimes. Entendre : les « bâtards » de la France.
Les enfants « illégitimes » n'ont qu'un crédo, et ils doivent s'y tenir : être du côté de l'humain, quel que soit le pays, le drapeau, la latitude. Et de l'humain seulement. En condamnant les terroristes...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.