Peugeot dévoile sa nouvelle identité visuelle    Covid-19 | 164 cas confirmés d'infection en milieu scolaire du 23 au 28 février 2021    Tunisie – Coronavirus : Suspicion d'apparition d'une nouvelle souche à Kasserine    Abir Moussi à Béja cette semaine    Les cinq piliers de la BERD en faveur des entreprises tunisiennes pour exporter    Tunisie: La tomate séchée, un produit traditionnel remis au goût du jour (Album photos)    Le CMF recourt à la justice pour sommer Tunisair de publier ses états financiers    Belgacem Tayaa, de nouveau administrateur délégué de Tunisair    Lancement bientôt de la campagne nationale « Tunisie sans déchets »    Ali Kooli : nous avons échappé à une notation plus sévère    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 02 MARS 2021 à 11H00    Nouvelles révélations choquantes autour de la réception des vaccins    Yassine Ayari : Kais Saied n'est pas un Dieu    Comment sortir de la crise économique selon l'Union Tunisienne des Professions Libérales    Concert Mozart par les musiciens et les choristes du Carthage Symphony Orchestra le 13 mars    Badreddine Gammoudi : D'autres parties ont reçu des vaccins et des hauts cadres ont été vaccinés !    Ooredoo Tunisie lance le bouquet OSN Streaming App    OMS : Il est prématuré et irréaliste de penser vaincre le Covid-19 d'ici la fin de l'année    Audition des membres du gouvernement : Sur fond d'instabilité généralisée    CONDOLEANCES    Programme TV du mardi 02 mars    Les nouvelles dates du festival Gabès Cinéma Fen 2021    Championnat d'Espagne (25e journée) : Résultats complets    Grève des jeunes médecins : Des revendications sans réponse    Contrepoint | Inégalités...    Mini-foot | Super league Elite ( 6e journée ) : Arriadh toujours imbattable    Ligue 2 | 5e journée ­- Groupes 3 et 4 : L'ES Djerba, solide leader    News | Adel Chedli rejoint Willy Sagnol    Une nouvelle approche de la recherche scientifique en Tunisie : les recherches terrain    Tunisie-FTH: Les professionnels du tourisme demandent au gouvernement de mettre fin à la politique de deux poids deux mesures    Tunisie [Audio]: Un député d'Ennahdha dément que Rached Ghannouchi ait reçu un vaccin du coronavirus    Ligue 1 : programme de la 15e journée et les arbitres    Météo | Pluies éparses dans quelques regions et températures stables    Tunisie – Deux ambassades ont été autorisées à ramener des doses de vaccin    Sadok Jabnoun compare le scandale des vaccins au Watergate    Les dirigeants ont oublié qu'ils ont des comptes à rendre    Sami Lajmi va tenter d'organiser des spectacles gratuits    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    Le jeune YouTubeur Fekrinho retrouvé mort à Oran    Real Madrid vs Real Sociedad: chaines qui diffusent le match de Liga Espagnole    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    Aucun site classé patrimoine mondial depuis 1997, Habib Ben Younes tire la sonnette d'alarme    "Je découvre mon pays" un projet culturel ambitieux en Tunisie soutenu par le programme "Tfanen"    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Tunisie face à sa plus grande crise morale !
Publié dans Le Temps le 08 - 09 - 2020


p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Une opération terroriste nouvelle, selon une nouvelle modalité, qui a consisté à attaquer des agents de la Garde Nationale sur un rond-point classé point noir sur la carte de la circulation, du point de vue de la densité du trafic qui le traverse. Un agent a succombé à ses blessures sur place, tandis que son collègue a été transporté à l'hôpital dans un état critique. Trois (ou les trois) assaillants ont été abattus par les forces spéciales en moins de trente minutes. L'affaire est-elle pour autant close ? p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 9.5px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"Sur une ligne simplement chronologique, cette agression terroriste vient allonger une longue liste d'opérations terroristes que tous les arsenaux tunisiens, civils et militaires, ne sont parvenus à élucider depuis 2011. Certaines de ces opérations ont visé directement des personnalités politiques, comme Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, dossiers dont on attend, l'aboutissement depuis 2013. Certains n'ont toujours pas dépassé l'instruction préliminaire. Ces dossiers, au départ dédiés à rétablir le droit, trainent toujours, en se transformant en matière ou matériau d'accusation politique entre les partis en présence, en particulier ceux qui occupent actuellement des sièges à l'Assemblée des Représentants du Peuple. La Justice semble ligotée. Les prisons sont pleines de « présumés terroristes » qui attendent le jugement. Un retard tantôt présenté comme étant la résultante de la carence de la Justice par manque de moyens, et tantôt par la nature même des dossiers que l'on dit relever des crimes d'Etat. C'est, en somme la toile qui couvre au sein des partis et des médias le déficit d'information qui bloque depuis 2013 la situation politique dans le pays, et l'envenime contre tout arrangement juridique. p class="p2" style="text-align: center; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 12px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"Des instances p class="p2" style="text-align: center; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 12px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"pour entraver les rouages de l'Etat p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 9.5px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"Pourtant, et depuis 2011, les nouveaux arrivants au pouvoir ont vite fait d'encercler les institutions classiques et souveraines de l'Etat, en particulier celles qui s'occupent de la sécurité, de la défense et des médias, avec une série d'instances « de régulation », destinées à filtrer l'application de la loi, dans le dessein de ralentir ces institutions dans leur recherche de la vérité. Résultat de ces agissements, de très mauvaise foi, nous sommes actuellement avec des centaines d'affaires de terrorisme non élucidées. A force de prévarications multiples, on a comme l'impression que l'Etat tunisien, en se faisant lester par ces instances, traduit son absence de volonté de mettre fin à cette branche du crime organisé, qui, entretemps, est en train de devenir un partenaire à part entière de toute réforme à engager dans le pays. C'est à ce titre que la Tunisie a payé et paie encore la boutade selon laquelle « trop de droit tue le droit ». Parallèlement, l'ARP a pris la charge de laisser moisir tous les nouveaux textes de lois susceptibles de faire bouger les choses un tant soit peu. Dans le contexte de la réaction du parti Ennahdha face à cette agression terroriste, nous avons eu droit à deux communiqués. Dans le premier, le parti s'engage à faire passer la loi sur la protection du personnel armé de la sécurité et de la défense nationale. Quelques minutes après, le même communiqué a été remis en ligne, mais sans ce point ! Pour l'histoire, de plus de 220 partis politiques, nous n'avons pu lire plus de trois ou quatre communiqués condamnant l'agression dans une langue de bois à en faire un objet de routine bureaucratique sans réelle envergure. Côté instances de régulation, aucune n'a rendu public une ligne la situant par rapport à ce qui se passe. Un déficit médiatique ? Le pays « se prévaut » déjà de quatre chaines de télévision « pirates », donc ayant une marge de liberté qui échappe à tous les arsenaux de régulation déjà opérationnels. En plus d'une bonne dizaine de chaines légales. On sent que le fait d'avoir abattu les trois terroristes arrange presque toutes les parties. Et puisque les personnes arrêtées n'étaient pas sur la scène du crime, le dossier est candidat au même cheminement qu'avaient pris les dossiers précédents du terrorisme. p class="p2" style="text-align: center; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 12px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"L'international en vogue p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 9.5px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"Sur la dimension internationale (les régionales incluses), nos institutions ne nous ont rien communiqué sur la question. On parle sans hésiter de réseaux transfrontaliers du crime et du terrorisme (avec leur alliance objective), mais quand il s'agit d'opérations terroristes en territoire tunisien, tout est mis en œuvre afin d'en limiter la définition à un phénomène purement tunisien, sans rapport avec l'environnement géographique du pays. Plus encore, on ne sait pas jusqu'à maintenant quel est l'apport du ministère des Affaires étrangères à la solution de ces questions taxées sans cesse de sensibles. L'argument que l'on se plait à avancer ne dépasse pas la volonté de sauvegarde de « nos » intérêts économiques, comme si la coopération économique permet à nos partenaires de se payer notre sécurité à volonté ! C'est ainsi que par les temps qui courent, nous nous sommes habitués à ces discours faussement lénifiants, justifiant une certaine faiblesse diplomatique à l'égard des Etats (supposés être amis), qui se plaisent à nous déstabiliser, avec du personnel recruté parmi les Tunisiens, ou dans les rangs des groupes armés joignant la religion à la contrebande et aux confréries djihadistes qui sillonnent la région, avec la complaisance et l'assistance des puissances qui les emploient. Depuis 2011, nous n'avons jamais eu vent d'une convocation par le chef de l'Etat ou du ministre des Affaires étrangères d'un diplomate d'un pays entretenant de tels groupes de déstabilisation outre-frontières. p class="p3" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 9.5px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman"; min-height: 10px;" p class="p2" style="text-align: center; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 12px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"Un déficit d'information bien organisé p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 9.5px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"Mettre ce déficit d'information sur le compte d'une quelconque réserve diplomatique ou politique est en train de perdre toute consistance politique sur le plan interne en Tunisie. Ces alibis ne convainquent plus grand monde. p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 9.5px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"En février 2013, des voix se sont élevées pour appeler à internationaliser le dossier de Chokri Belaïd. L'idée fut rejetée, sous prétexte de devoir attendre les prestations de la Justice tunisienne. Aujourd'hui, en septembre 2020, le dossier n'a pas avancé d'un iota. Le recours à la justice internationale, après l'attentat de dimanche retrouve sa vigueur. Et c'est le PDL (Parti Destourien Libre) qui a saisi la balle au bond. Afin de soumettre tout le dossier du terrorisme entre les mains de la justice internationale. Ainsi, la boucle est bouclée ! Les souverainistes du RCD et du PSD, qui avaient inventé l'accusation « se faire force avec l'étranger » pour mater les opposants et les militants des droits de l'homme, sont aujourd'hui aux avant-postes, pour réclamer l'intervention internationale, donc étrangère, afin d'arbitrer les combats de coqs entre politiciens tunisiens, en territoire tunisien ! p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 9.5px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"Un brin de morale résoudra cet indécent dossier du terrorisme, le côté technique étant presque acquis. L'Histoire est toujours là. Et la mémoire aussi ! p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";" p class="p4" style="text-align: right; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 9.5px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"J.E.H.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.