C1 – 1er TOUR ALLER | MLANDEGE – CLUB SPORTIF SFAXIEN (0-5): Le CSS imperturbable !    FINALE DE LA LIGUE AFRICAINE DES CHAMPIONS: Al Ahly : l'immense exploit !    Dialogue de sourds !    Présentation du Projet de loi de finances 2021: Les indispensables réformes économiques    Mes odyssées en Méditerranée | Ecoles internationales et «discrimination positive»: Le cas de l'école italienne de Tunis «G.B. Hodierna»    MEMOIRE: Bouthayna KHADZNAJI    Boxe : pas de vainqueur entre Mike Tyson et Roy Jones Jr    Football : Programme TV de ce dimanche 29 novembre 2020    Combien coûtera-t-il? où se faire vacciner? qui doit payer? : Qu'en sera-t-il du futur vaccin Covid-19 ?    Kairouan — Faits divers: Les mésaventures de deux éleveurs    Les Césars 2021 « Révélation féminine » : Najla ben Abdallah en lice !    Edition spéciale du festival audiovisuel «Intercal»: Place à la musique expérimentale et à l'art digital    Les bottines les plus stylées    Couloirs: De petits espaces beaux et utiles    Reflux | gastro-œsophagien : consulter pour éviter le pire !    Météo: Baisse des températures ce dimanche 29 novembre 2020    IFOP : 59% des Français n'envisagent pas de se faire vacciner contre le Coronavirus    Tunisie [Vidéo]: En direct de Sfax, commémoration de la Journée de solidarité avec le peuple Palestinien    Mustapha Khouja, ancien handballeur du SN: «Le sport pour le sport !»    HUAWEI WATCH FIT pour tous    COVID-19 Sousse, situation au 28 Novembre: 75 nouveaux cas et 2 nouveaux décès    Habib Touhami : C'est déjà demain    Tunisie – Et pendant ce temps... Le pays part en miettes !    Par Maher Ben Ghachem : L'olivier dans la neige    47 décès et 1210 nouveaux cas en Tunisie    ARP : Pour réussir, le dialogue national doit être soumis à des conditions précises, soulignent les députés    ARP : "Le budget de l'Etat pour 2021 n'a pas rendu justice aux catégories vulnérables dans le pays"    Tunisair : Les revenus du transport en baisse de 67%    En vidéo : Dhafer L'Abidine très bien entouré pour son anniversaire    Bundesliga : Ellyes Skhiri offre à son équipe la victoire contre Borussia Dortmund    « Ok » pour le principe... mais à sa manière !    La solution SAP signature Management est désormais certifiée par Al Barid Bank Esign et l'ANCE    La libre expression dans tous ses états    C'était le temps des fables    Le gouvernement ne cèdera pas au chantage (Mechichi)    Hichem Mechichi : Le PLF2021 constitue un nouveau système de gouvernance    Hommage à la stylisticienne, poète et cavalière, Laurence Bougault : Mourir à l'insu de ses rêves    Tunisie [Vidéo]: En direct de Gafsa, bousculades pour acquérir une bouteille de gaz    Abiy ordonne l'offensive finale contre les autorités du Tigré    Téhéran libère la chercheuse australo-britannique Kylie Moore-Gilbert    Le ''dernier souhait'' formulé par Maradona dans son testament ''étonne'' ses proches    Festival Intercal: Une édition Spéciale en ligne proposée par l'IFT et Echos Electrik (Programme)    Le long métrage tunisien "Le Disqualifié" de Hamza Ouni remporte la mention spéciale du jury du BIAFF Doc    Damas dénonce encore une fois des frappes israéliennes    [TRIBUNE] Deux siècles après, Haïti redevient le plus peuplé de la Caraïbe    Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision    Plus de la moitié des Tunisiens ayant obtenu la nationalité italienne ont rejoint la France    Times: L'ère de Poutine touche à sa fin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une histoire de déracinement
Publié dans Le Temps le 23 - 10 - 2020

«La discrétion» un nouveau roman que signe la romancière et scénariste algérienne Faïza Guene auteure du best-seller de 2004 ‘'Kif Kif demain''. A travers son récit, la romancière rend hommage à ces femmes qui éduquent discrètement leurs enfants et sont dépassées par leur besoin de reconnaissance dans une France qui parfois les renvoie à leurs origines qu'ils ne connaissent qu'à travers des vacances toujours heureuses. Et là aussi ils sont considérés comme étrangers. Tiraillés entre deux cultures, deux vies ils ne sont ni Algériens ni Français.
Comment construire son identité face à cette dualité ? On ne fait pas de vague, on se fait discret, ou alors on se révolte, on crie pour montrer que l'on existe ?
Ce livre est d'une grande sensibilité, un magnifique portrait des enfants de la deuxième génération qui ne trouvent leur place ni dans le pays d'origine de leurs parents, ni dans leurs pays de naissance. Jusqu'à quand ? Combien faudra-t-il de générations avant que chacun accepte l'autre pour ce qu'il est, et arrête de voir uniquement d'où il vient. Un cruel dilemme de personnages qui montre les disparités familiales (entre ceux qui suivent encore la tradition et ceux qui essaient de s'en libérer), le divorce vécu comme un fléau pour les femmes, mais pas pour les hommes, la place des filles à la maison, les études, les mariages arrangés,... des règles que tous appliquent avec plus ou moins de rigueur, en pensant faire au mieux pour le bonheur de tous.
Ce livre est l'histoire d'un déracinement, d'un arrachement à la terre natale. C'est aussi l'histoire d'une famille celle de Yamina une petite fille débrouillarde, née en Algérie et privée de son enfance. De son enfance, Yamina retient les années d'école, le bonheur d'apprendre, puis le retour à la maison. La seule fille d'une fratrie, elle doit abandonner cartable et cahiers et aider sa mère. En 1949, famine, sécheresse et dureté de la vie deviennent le lot quotidien de ses parents. Ce sera plus tard la fuite vers le Maroc, puis l'exil vers la France avec Brahim, ce mari plus âgé qu'elle et qu'on lui a choisi.
Yamina déborde d›amour pour les siens, vit discrètement, accepte son sort et celui imposé aux émigrés.
Un arrachement à la terre natale
« La discrétion » ne se contente pas de livrer l›histoire d›une famille entre l›Algérie et la France, avec ce tiraillement entre deux cultures, celle de l›éducation et des origines, face à celle de la naissance et de l›imprégnation. C›est un texte plus profond qu›il n›y paraît, à travers le microcosme familial, l›auteure aborde des sujets de société très intéressants, de manière parfois grave, pour décrire certaines humiliations couvertes par une fausse bienveillance, mais aussi de manière humoristique.
La plume simple et directe, rend le texte accessible à toutes les personnes qui souhaitent mieux comprendre, ressentir les émotions et interrogations d'une partie de la population française. Être né français, mais ne pas se sentir à sa place, être né algérien et ne pas se sentir algérien... Une éternelle dualité que vit une partie de la population française que l'on peut difficilement comprendre si l'on ne l'a pas vécu soi-même.
A rappeler que ‘' Kiffe Kiffe Demain'' le premier roman de Faïza Guene publié en 2004 lorsqu'elle avait à l'âge de 19 ans a rencontré un succès mondial. Vendu à plus de 400 000 exemplaires en France et à l'étranger, il est traduit dans vingt-six langues. L'écrivaine publie par la suite cinq romans, des comédies sociales, qui explorent l'identité, et l'immigration, « Du rêve pour les oufs », « Les gens du Balto », « Un homme ça ne pleure pas », « Millenium Blues », etc.
L.C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.