Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la deuxième semaine de janvier sur une légère contreperformance    Riadh Zghal: Le processus démocratique est-il irréversible ?    Ligue 1 : 8 clubs ont déjà changé d'entraîneur    Juventus : le Tunisien Hamza Rafia, blessé, indisponible 20 jours    Coronavirus: La situation sanitaire à Mahdia    Ferid Belhaj : Dix ans après le "printemps arabe", la région MENA doit ouvrir la voie aux entrepreneurs    New Body Line : Un chiffre d'affaires en augmentation de 64,12% (4ème Tr. 2020)    Grève de la faim à l'ARP | Détérioration de l'état de santé des députés du bloc démocratique    COVID-19 : L'efficacité maximale du vaccin ne peut être démontrée que six mois après son injection    Tunisie: L'ANSI met averti les visiteurs de sites pornographiques    Football : Programme TV de ce vendredi 15 janvier 2021    Tunisie: Mike Pompeo: Nous souhaitons préserver les acquis de ces dix dernières années    Startup Act commence à porter ses fruits: La machine est lancée !    Point de vue: Un championnat atypique !    Handball — Mondial d'Egypte — Ce soir(20h30), Tunisie –Pologne: Prêts pour le combat    La poésie en questions: Qui sont les Muses ?    Crise politique: Le péché originel    Latifa Lakhdhar: Une révolution et son contraire    Tunisie : Les lauréats du Prix Lina Ben Mhenni pour la liberté d'expression 2020    Potentiel minier de la Tunisie: Une exploitation en dents de scie    Bénéficiez de remises durant le confinement avec Tunisie Telecom    A quand la sortie du tunnel ?    Coronavirus : 63 décès et 2327 contaminations en 24 heures    Dix ans après: La corruption à tous les étages    Tunisie-Ministère de la Santé: Nouvelle liste des laboratoires autorisés à réaliser les tests RT-PCR    Tunisie-Rached Ghannouchi : Les motions de censure à mon égard sont tout ce qu'il y a de plus normal    Météo | Pluies éparses et baisse des températures    La FTDES appelle à suspendre le paiement de la dette    Lassâad Dridi entame sa nouvelle aventure    Les mots en politique    INVESTITURE DE JOE BIDEN: Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront lors de la cérémonie    Comment le coronavirus a bouleversé nos habitudes ?    Succession de Merkel: Les appétits s'aiguisent en Allemagne    Pour ne plus pédaler dans la semoule ! (2/2)    La success-story du médecin devenu artiste de renom    Abdelaziz Jemail, un éclaireur magnifique    L'ambassadeur de la Tunisie en Belgique: "Plus nous avons des relations avec nos amis, mieux nous nous porterons"    Financièrement, le Barça au bord du gouffre !    Confinement : mini-concerts virtuels de l'OST ce soir et demain à 21h00    Wadii El Jari en sauveur : Pourquoi pas avant ?    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    L'inscription du couscous et de la pêche à la charfiya sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco célébrée à la Cité de la culture    Vient de paraître — « Quelqu'un meurt au sud » de Kamel Hlali: L'art d'arracher le lecteur à la banalité gris-flanelle du quotidien    En vidéo : ‘' Adieu Maman'', Tahar Ben Meftah raconte son nouveu livre    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    Tunisie : Une secousse tellurique à Zaghouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les terribles conditions de vie des réfugiés éthiopiens
Publié dans Le Temps le 23 - 11 - 2020

Dans un vaste centre d'accueil au Soudan, des Ethiopiens ayant fui le conflit au Tigré attendent devant une école transformée en structure d'aide humanitaire afin d'obtenir de la nourriture, de l'eau ou des vêtements.
Beaucoup ont échappé aux bombardements, aux tirs et aux attaques au couteau dans le nord de l'Ethiopie avec pour seuls vêtements ceux qu'ils portaient sur eux, abandonnant leur paisible vie d'agriculteurs et perdant dans leur fuite la trace d'êtres chers.
L'ONU a déploré mardi une «crise humanitaire à grande échelle» à la frontière entre le Soudan et l'Ethiopie, que des centaines de gens fuient chaque jour à cause de l'opération militaire lancée par les autorités au Tigré le 4 novembre.
«Je me suis enfui avec ces vêtements et je les porte depuis mon arrivée au Soudan il y a près de deux semaines», raconte Babosh Alamshed, 21 ans, en montrant son T-shirt rouge taché et son pantalon noir usé.
«Regardez ce que la guerre a fait de nous. Nous mourons de faim et ce que nous recevons, c'est quasiment rien», ajoute le jeune homme, arrivé au Soudan après trois jours de marche exténuante.
Il fait partie de la masse de réfugiés patientant à l'extérieur du point de distribution du «Village 8», un centre de transit près de la frontière, pour recevoir des vêtements, du savon et autres articles de première nécessité.
Sous une chaleur accablante, les gens s'agitent et se bousculent pour entrer dans le bâtiment. A l'entrée, des militaires soudanais tentent de garder le contrôle en repoussant la foule avec des bâtons.
Mais après plusieurs heures d'attente vendredi, des réfugiés ont brisé les portes métalliques du dépôt et se sont précipités à l'intérieur pour se servir.
Le Soudan, qui souffre d'une grave crise économique, a été pris au dépourvu. Malgré leur pauvreté, les régions de l'est du pays proches de la frontière cherchent à aider.
Quelque 36.000 Ethiopiens ont déjà gagné le Soudan, selon la Commission des réfugiés du Soudan. L'ONU s'attend à ce que 200.000 personnes fuient dans les six prochains mois.
Le «Village 8» accueille entre 14.000 et 15.000 réfugiés, assure Fouad Tesfay, membre de l'association de développement du Tigré, basée à Khartoum. «Et chaque jour le nombre augmente».
De gros sacs de sorgho, des bouteilles d'huile et du sel sont arrivés au centre de distribution. Avec ces quelques ingrédients, les réfugiés préparent une sorte de bouillie.
Ces victuailles «suffisent à peine pour 2.000 ou 3.000 personnes, certainement pas aux besoins de tous les gens ici. Nous manquons de ressources», déplore un travailleur humanitaire tout en déchargeant la marchandise d'un camion.
Le Programme alimentaire mondial a lancé vendredi un appel pour récolter 24,6 millions de dollars afin «de répondre aux besoins immédiats des réfugiés arrivés au Soudan».
Dans le centre de secours, des mères portant leur bébé sur le dos se fraient un chemin à travers la foule pour se procurer des vêtements chauds pour leurs enfants.
«Nous recherchons de la nourriture, de l'eau, des vêtements pour nos enfants. Avez-vous vu à quel point il fait froid ici la nuit? Il fait un froid insupportable», confie Abrash Harago, mère de cinq enfants.
Un peu plus loin trois jeunes hommes se battent soudain pour un pantalon tandis qu'un réfugié handicapé se déplaçant avec des béquilles tombe au sol en tentant d'attraper des vêtements.
Loin de ce chaos, de nombreux réfugiés dorment sur des tapis en lambeaux ou à même le sol dans des abris en brique. Ces habitations misérables, aux toits de fortune et au sol boueux, peuvent accueillir une dizaine de personnes au maximum.
Les toilettes et l'eau pour se laver font cruellement défaut et les réfugiés font leurs besoins dans les prairies environnantes.
«C'est comme si nous étions des animaux ici», lance Adam Mahmoud.
Des femmes et des enfants ont percé une canalisation d'eau alimentant une mosquée pour étancher leur soif, se laver et remplir des bouteilles.
«Il n'y a pas de mot pour décrire les scènes dont nous sommes témoins», se lamente Fouad Tesfay, montrant des enfants séparés des leurs pendant la longue marche à travers l'Ethiopie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.