Ligue 2 | Play-off : L'ES Djerba décide de se retirer    Tunisie: En images, protestation des agents de finances à Béja    L'UTIPEF mobilise 284 millions de dinars pour l'entretien de nombre d'établissements scolaires publics    Earth Day 2021 Doodle: Découvrez le Google Doodle spécial Journée de la Terre    Club Africain : 40 milles tickets pour le derby    Hakim Ben Hammouda : Le rôle primordial de l'Etat est de protéger les citoyens !    Tunisie: Arrestation de 158 recherchés par les unités de la Garde nationale    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 22 Avril 2021 à 11H00    Pas d'inquiétude pour les Tunisiens au Tchad    Tunisie: Un mandat d'amener à l'encontre du député Rached Khiari    DECES : Professeur Moncef Gargouri    Perturbations sur la plateforme Evax : l'ANSI met en garde contre les fake news    News | Moncef Khemakhem pris d'un malaise    Un vieux problème qui touche le sport le plus populaire : Jeûne et football, l'éternel dilemme !    L'ANSI met en garde contre les fake news concernant la plateforme Evax    Projet Tarabot/Documentary Challenge : Appel à candidature "Soutna – Génération solidaire"    Tunisie-Ministère des Finances: Rééchelonnement des dettes des entreprises touchées par le Coronavirus    Mohamed Fadhel Kraïem : La Tunisie est un pays en pénurie d'eau    Vidéo Buzz: Une ouvrière Tunisienne fait don de 7700 dinars sur une chaine TV    Dépendance de l'extérieur !    «El Foundou» de Saoussen Jomni : Récit d'un désigné coupable    Moncef Marzouki réunit ses anciennes troupes    Tunisie-météo: Météo: Températures en baisse et pluies éparses attendues    Tunisie : Le test RT-PCR toujours à 209 dinars malgré la révision à la baisse de son tarif    Foot-Europe: le programme du jour    L'Etat affrète un avion spécial pour ramener Moncef Khemakhem du Bénin !    Tunisie [Vidéo]: Lancement du patrouilleur El Jem 213, explications du ministre de la Défense    Les répercussions de la crise du Covid-19 se poursuivent chez Tunisair : les chiffres du premier trimestre 2021    Tunisie: Daily brief du 22 avril 2021    One Tech Holding : Hausse des revenus de plus de 15% et un retour à la normale au premier trimestre 2021    BM : les prix des produits de base devraient se stabiliser à la faveur de la reprise économique mondiale    Tunisie- Affaire Rached Khiari: L'Ambassade Américaine sort de son silence!    Que risque Rached Khiari ?    France: Les ambassadeurs de la Tunisie et l'Italie discutent la relance du tourisme    Coupe de la CAF-Phase de groupes-5ème journée: Le CSS se qualifie aux quarts de finale, l'ESS éliminée !    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Foot-Europe: le programme du jour    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Les secrets de la beauté»
Publié dans Le Temps le 18 - 12 - 2020

Le 18 décembre 1973, l'arabe est reconnu comme sixième langue officielle des Nations Unies. En 2012, est instaurée la Journée mondiale de la langue arabe. Depuis, chaque année, cette langue, commune à plus de 290 millions de personnes et symbole de l'identité de plus de 400 millions d'individus, est célébrée.
Une des langues les plus parlées au monde, l'arabe, usitée par plus de 290 millions de personnes et symbole de l'identité de plus de 400 millions de individus, et est célébrée, depuis 2012, le 18 décembre de chaque année. Pour l'UNESCO, «dans la diversité de ses formes, classiques ou dialectales, de l'expression orale à la calligraphie poétique, la langue arabe a donné naissance à une esthétique fascinante, dans des domaines aussi variés que l'architecture, la poésie, la philosophie et la chanson. Elle donne accès à une incroyable variété d'identités et de croyances et son histoire révèle la richesse de ses liens avec d'autres langues». Au-delà de tout cela, elle a, également, joué «un rôle de catalyseur dans la connaissance, en favorisant la diffusion des sciences et philosophies grecques et romaines en l'Europe de la Renaissance».
Pour cette année, le thème de la célébration de cette journée, est «Les académies de la langue arabe : une nécessité ou un luxe ?». Ce thème fait suite à un constat : les changements que subit la langue arabe suite aux progrès technologiques et l'utilisation de l'anglais et du français. D'autre part, il y a, aussi, une suprématie de plus en plus soutenue des dialectes arabes qui entraîne la non-utilisation courante de l'arabe classique. De ces faits, le thème amènera à réfléchir à «la manière dont les académies de langues peuvent contribuer à la relance et à l'amélioration de l'utilisation de l'arabe classique».
Petite Histoire
L'Histoire de la langue arabe est très importante et conséquente. Néanmoins, loin de nous l'idée de donner, ici, un cours magistral, juste des petits points de l'évolution de la langue. Selon un article de Samir Abu-Absi, professeur d'anglais à l'Université de Toledo dans l'Ohio (Etats-Unis), le plus ancien exemple connu d'arabe consigné est une inscription trouvée dans le désert syrien et datant du IVe siècle après JC. Comme chacun le sait, les tribus arabes utilisaient une tradition orale poétique qui n'était pas «systématiquement rassemblée et enregistrée sous forme écrite. Ce langage poétique, sans doute le résultat de la fusion de divers dialectes, finit par être considéré comme un style littéraire ou raffiné qui représentait un lien culturel entre les différentes tribus». Il est à noter que des dialectes arabes existant déjà à l'époque préislamique ne sont pas une «corruption» de l'arabe classique, mais que les deux variétés d'arabe ont coexisté ensemble. Ce qui contredit l'idée reçue de corruption.
La langue arabe a pris son importance avec l'apparition de l'islam et du Coran, quand le Prophète Mohamed (Pbsl) reçut les messages de Dieu en arabe par l'intermédiaire de l'ange Gabriel. «Comme de plus en plus de non-arabophones se convertirent à l'islam, le Coran devint le lien le plus important entre les musulmans, Arabes et non-Arabes, vénéré pour son contenu et admiré pour la beauté de son langage. Les Arabes, indépendamment de leur religion, et les musulmans, quel que soit leur origine ethnique, tiennent en plus haute estime la langue arabe et la considère comme le véhicule d'un riche patrimoine culturel. C'est cette relation intime entre le Coran et l'arabe qui a donné à la langue son statut spécial et qui a contribué à l'arabisation de populations diverses».
C'est à partir du début du VIIIe siècle que l'empire arabo-islamique s'étendit de la Perse à l'Espagne, «entraînant la cohabitation entre Arabes et populations locales qui parlaient des langues différentes». C'est aussi le début de l'interaction de l'arabe avec d'autres langues, ce qui a enrichit l'arabe d'un nouveau vocabulaire.
Il est à noter que, par la suite, «nombreux chercheurs, arabes et non arabes, musulmans, chrétiens et juifs, participèrent au développement de la vie intellectuelle en préférant utiliser la langue arabe».
La poésie,
un art purement «arabe»
Du côté de la Culture, il y a un art qui prédomine les autres. Cet art est sans nul doute la poésie, pratiquée bien avant l'islam. Il faut comprendre qu'au VIe siècle de cette ère, le poète était considéré comme le porte-parole de sa tribu. De nos jours, la poésie est encore prisée. Des joutes poétiques sont organisées afin que les orateurs fassent montre de leur savoir-faire, et peu importe que cela soit en mètres classiques ou en vers libres. Qui dit poésie dit musique. Déjà, dans l'Arabie préislamique, «les poètes étaient également des chanteurs, et les voix de certaines femmes accompagnaient les armées à la guerre». Il faut savoir que les instruments de musique arabe ont «envahi» l'Europe dès le Moyen-Age, même si à partir du XVIIIe siècle, les influences occidentales ont inversé la tendance. Néanmoins, au XXe siècle, malgré le mélange des styles, la tradition musicale arabe est revivifiée grâce à de grandes divas comme Oum Kalthoum ou, encore, Fayrouz.
Outre la poésie, un autre art donne tout son relief à la langue arabe, mais, cette fois, par l'écrit. Il s'agit de la calligraphie, qui doit son entité à la langue et à l'écriture. Cet art de la belle écriture a d'abord servi à copier le Coran, qui devait être fait avec grand soin. Petit à petit, les calligraphies cursives ont vu le jour. Plus rapides à tracer et plus souples, elles étaient réservées à l'écriture quotidienne, au XIIe siècle, elles ont été intégrées comme arts.
La calligraphie va servir à orner des livres, des mosquées, des palais, et même des petits objets comme la vaisselle de luxe, et peu importe la matière dont elle est faite.
A propos de calligraphie, l'UNESCO a confié l'affiche de la Journée mondiale de la langue arabe au calligraphe tunisien Karim Jabbari qui a décidé d'illustrer deux vers du poète et dramaturge égyptien Ahmed Chawqi : «Celui qui a doté les langues de grandes qualités,
A confié à l'arabe le secret de la beauté»...
Z.H


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.