Des députés se retirent d'une réunion à la Kasbah à cause de...    LA COALITION NATIONALE TUNISIENNE appelle à retirer la confiance à Hichem Mechichi    Les Italiens dénoncent l'arrivée des femmes enceintes à Lampedusa, nouvelle arme des migrants    Championnat du monde d'Aviron en salle : 1 nouvelle médaille d'argent pour la Tunisie    Un déjeuner contenant des morceaux de viandes presque inexistants    Mort de Ahmed Zaki Yamani, ancien ministre saoudien du Pétrole    Ouverture des inscriptions sur les listes électorales    Féroce bataille pour le contrôle des capitaux    La crise au Tigré est « hors de contrôle »    Le ministre en visite aux deux commissions de liquidation    Jeunesse dans la tourmente    Rapprocher les étudiants par la culture    SOTEMAIL : Le capital social est porté à 34.513.514 dinars    Ghannouchi et Biden... Saïed et « les poubelles de l'Histoire »!    Ghannouchi tente de contourner l'initiative du Quartet ?    Pour une journée nationale de la poésie    Une palette photographique très éclectique    La richesse historique de Kairouan, source d'inspiration    "Pour Inetum en Tunisie, 2021 sera l'année de la consolidation de notre stratégie locale"    Le chef du gouvernement s'entretient avec l'ambassadeur des Etats-Unis    Ligue 2 : Programme de la 5e journée    La semaine des Zones Humides à Tunis : un enjeu de taille    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La CNSS verse les augmentations dues à la majoration du SMIG    BCT : Abdelkrim Lassoued analyse la nouvelle notation de Moody's    Nouveaux véhicules pour la police de l'environnement dans 34 communes    ''L'UGTT l'union de la ruine'', selon Tarek Haddad    Le Ghana reçoit la première livraison de vaccins    Covid-19 | Ben Arous : Un décès, 18 nouvelles contaminations et 45 patients rétablis    13 suicides et tentatives de suicide au cours du mois de janvier    En attendant le FIC, "la Nuit des étoiles" se place comme vecteur créatif culturel et patrimonial    Une semaine pour le théâtre tunisien du 15 au 22 Mai 2021    Billet | Une situation hypothétique !    DECES : Hatem BEN RAYANA    Pour quand la relance économique ? Les nouvelles orientations vertes des entreprises    Accédez à l'application beIN CONNECT avec votre ligne mobile Ooredoo    Pour quand la relance économique ? | Entreprises en difficulté : Tunisair s'enfonce dans la crise    Le Salon "Pour l'amour de l'art", offrir une visibilité aux artistes en temps de pandémie    Coupe de la CAF | 2e tour bis retour ESS-Young Buffaloes FC (2-0) : Chikhaoui, l'inusable !    Ligue des champions d'Afrique (2e journée) – EST-MC Alger (1-1) : L'Espérance confirme son statut de favori    "Sopranissimo", un spectacle de chant lyrique de la soprano Amira Loubiri    Coronavirus : 32 décès supplémentaires et 844 nouvelles contaminations en 24 heures    Météo | Temps voilé et températures stables    Lecture de l'abaissement de la notation souveraine de la Tunisie par Moody's    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    L'ambassadeur d'Italie tué lors d'une attaque armée    Spectacle SHAYATIN de l'artiste Amel El Farji le 24 février 2021 à la cité de la culture    Arrestation de l'épouse du baron de la drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il n'y a pas de petites victoires...
Publié dans Le Temps le 17 - 01 - 2021

Ça tournait à l'aigre-douce, sous la coupole de l'ARP, comme la petite musique, discordante, d'une mandature, ô combien controversée ! Mais les choses ont pris une toute autre proportion, et failli échapper à tout contrôle, depuis que la violence physique est venue se superposer aux violences verbales au Bardo., lorsque des élus d'Al Karama s'en sont pris à des élus du Bloc Démocrate, créant ainsi une secousse sismique, et pas seulement à l'ARP.
Plus que s'y superposer, cette violence est venue se greffer au discours, ouvertement haineux de la coalition -Al Karama-, sûre, de ne jamais être inquiétée pour ses outrances, et encore moins condamnée, par le parti de la présidence, dont, Makhlouf et associés constituent les enfants « turbulents » et chéris, d'un Ghannouchi qui, il n'y a pas si longtemps, à moins que l'on ait la mémoire courte, y reconnaissait, avec nostalgie, sa propre jeunesse. En guise de modèle, il faut le reconnaître, l'on peut trouver mieux...
Fallait-il passer l'éponge, lorsque d'autres enjeux, majeurs, sont sur la table des négociations, et que le pays, malmené plus qu'à son compte, depuis dix ans, se retrouve aujourd'hui, incontestablement, et selon tous les indicateurs socio-économiques, mais aussi sécuritaires, à son virage le plus dangereux ?
La présidente du PDL, et par suite, des élus du camp démocrate, avaient compris, l'intérêt majeur, de dénoncer ces dangereuses dérives, lesquelles pouvaient créer, un précédent, autrement dangereux, et avaient amorcés une lutte au « coude-à-coude », avec le président de l'Assemblée, pour l'obliger à dénoncer, de façon officielle, les violences perpétrées par les élus d'Al Karama, sur leurs collègues du bloc démocrate. Ce à quoi le Sieur Ghannouchi, aura préféré, d'abord, opposer un « niet » glacial et sans appel, en faisant la sourde oreille, et en refusant de se prononcer sur cette grave affaire. Il a manqué qu'un drame soit sur le point de connaître son nœud gordien, pour qu'il se résigne, avant-hier, vendredi 15 janvier, à enfin, reconnaître, officiellement, en les condamnant vigoureusement, les écarts, inadmissibles, de ses alliés d'hier : Al Karama. Une condamnation de la violence dont ils ont fait montre, sans concession.
Une première, dans ce champ truffé de mines qu'est devenue l'ARP, depuis que sa présidence a échoué à Rached Ghannouchi. Une première, qui vient récompenser l'opiniâtreté et la persévérance d'une Abir Moussi, avec qui on peut ne pas être d'accord sur tout, mais dont on ne peut que saluer, la courageuse initiative, d'exiger l'arrêt de la séance qui se déroulait alors, devant le danger encouru, par Samia Abbou, qui menait, depuis cinq jours, une grève de la faim, et dont l'état de santé, s'était très gravement détérioré, selon le médecin de l'ARP.
Samia Abbou, ainsi que deux députés du même bloc, qui étaient aussi, en grève de la faim, avaient refusé d'être hospitalisés. Le drame a été évité de justesse.
Les justes causes, doivent, toujours, avoir le dernier mot... Ce qui s'est joué, ce dernier mois à l'ARP était crucial. Une victoire en ramènera une autre. L'Etat de Droit était en jeu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.