Ligue 1 : Le Club Africain et le CS Sfaxien se neutralisent    Abir Moussi lance la campagne « Défendons le produit tunisien »    Les doctorants sans emploi : « Les mécanismes d'intégration ne sont pas clairs »    Taieb Yousfi : Habib Essid est le commandant de l'épopée de Ben Guerdène    Al-Marrikh du Soudan limoge son technicien tunisien Nasreddine Nabi    Mechichi, Ghannouchi, Saïed, tous coupables, tous responsables    Tunisie – Mechichi : Nous poursuivrons la lutte contre le terrorisme jusqu'à la victoire finale !    Prière de la pluie dans plusieurs régions de la Tunisie    CAN U20 — La Tunisie termine à la quatrième place: Décevant !...    Ligue des champions — Groupe D- 3e journée — Espérance-Zamalek (3-1): Une belle revanche !    REMERCIEMENTS: Dorra Bent Salah ANNABI et Souad KAAK    LIGUE 1 — 16E JOURNEE: Le CA freinera-t-il le CSS ?    Tunisie-Ligue 1 : Classement général avant les matches de ce dimanche    Perspectives: Arrêtons le gaspillage industriel ! Par Chokri GHARBI    Mes odyssées en Méditerranée | Décret de 1932 et naissance des syndicats indépendants: «Revendiquons», le journal des ouvriers en lutte    Hichem Mechichi commémore les évènements du 7-mars à Ben Guerdène    Football : Programme TV de ce dimanche 07 mars 2021    Quand l'origami fait la déco    Tendance coloration 2021: Les couleurs naturelles et chaudes ont le vent en poupe    Peau hypersensible : retrouver le confort cutané    M'Dinti, un GIE à La médina de Tunis: Pour une régénération urbaine    La transition immobile: Panorama haute définition de la décennie 2011-2020    Météo | Ciel voilé et températures en légère hausse    Tunisie: Les jeunes, la révolution et les réformes    Tunisie – Pas d'affrontements entre les sécuritaires et des terroristes à Kasserine    Tunisie – Suspension d'un professeur pour suspicion de harcèlement sexuel    Tunisie – Mahdia : Arrestation de trois personnes qui vendaient un enfant d'un an et demi    Ibn Khaldoun très vite débarbouillé    Hichem Mechichi inaugure le projet de raccordement de Djerba au gaz naturel    Par Jawhar Chatty : Ibn Khaldoun et le FMI    En Tunisie, une parodie de gouvernance    Un mort dans des manifs de soutien à l'opposant Ousmane Sonko    Nouveau volet de sanctions américaines    Londres s'inquiète des recrutements d'adolescents    Un pays aux abords de la crise des nerfs !!    Othman Babba dans la ville    Entre le choix et l'obligation    Festival des expressions féminines    Tunisie [Vidéo]: Colère des Agences de publicité et de communication après l'enlèvement des panneaux de publicité par la municipalité de Sfax    Reprise des horaires administratifs ordinaires    Arrestation d'un homme ivre dans un cimetière : le vrai du faux    « Sortilèges d'une jeunesse », mémoires de Abdeljelil Karoui : Un véritable morceau de bravoure !    Par Hadi Sraïeb: La logique du FMI fait partie du problème et pas de la solution !    Pour le 4ème mois de suite, le taux d'inflation reste à 4,9%    Vernissage de la Biennale de l'art, exposition caritative sous le thème du " Pop Art "    Pourquoi les vaccins contre le Covid font flamber les prix du pétrole?    L'OMS félicite le Maroc pour ses performances dans la campagne de vaccination    Une autoroute Nord-Sud facilitera à la Tunisie l'accès au marché africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Silence du gouvernement ... Ennahdha et ses alliées jouent l'opposition
Publié dans Le Temps le 20 - 01 - 2021

On appréhendait la situation. Les manifestations nocturnes persistent et se propagent, malgré les restrictions imposées dans le cadre d'un confinement général, décrété quatre jours durant. À Tunis, Ben Arous, Ariana et la Manouba également, les affrontements entre manifestants, mineurs en majorité, n'ont pas fait défaut. Des jeunes protestataires ont fait pareil dans nombre de villes Tunisienne, Sousse, Mahdia, Monastir, Nabeul, Kasserine, Kairouan et Sidi-Bouzid.
L'armée est déployée suite aux affrontements violents à Bizerte et Sousse. Des opérations de pillages sont également observées, parfois même filmées par des manifestants. L'usage massif, de gaz lacrymogènes a également marqué les manifestants. Mais, que se passe-t-il ? Le ministère de l'intérieur évoque des opérations de pillages de vandalisme et de blocage de routes. Criminels, ainsi, sont qualifiés les protestataires par les autorités de tutelle. Ils sont même accusés, auprès des islamistes, de consommateurs de drogues payés et poussés par un parti de gauche, pour déstabiliser le pays.
Rafik Abdessalem, gendre de Rached Ghannouchi, membre du conseil « Choura Ennahdha » accuse directement le Parti des Travailleurs d'être derrière les opérations de pillages. A droite, la conspiration est de mise, de telle sorte que d'autres figures islamistes accusent Kaïs Saïed d'être derrière ces affrontements nocturnes.
Même constat, enfin presque, est observé auprès de la coalition Al Karama. Abir Moussi, autre figure de droite, appelle à son tour à l'ouverture d'une enquête après les actes de pillages observés lors des manifestations nocturnes. Une enquête dont l'objet est, à priori, fixé par une partie de la classe politique : savoir qui est derrière. Auprès de Qalb Tounes, le discours de la pauvreté ne prime pas cette fois-ci. Le parti connaît des divisions après l'arrestation de son fondateur, Nabil Karoui en l'occurrence. Le parti prône pour l'application de la loi contre ces manifestations nocturnes. À la troïka parlementaire le même discours est finalement adopté. Qu'en est-il de l'opposition ?
Une conséquence inévitable
L'escalade des mouvements de protestations dans plusieurs régions, particulièrement dans les quartiers populaires marginalisés, n'est qu'un résultat inévitable, estime le Courant Démocratique. Le parti qui forme une coalition parlementaire avec le Mouvement du Peuple, incombe ces manifestations à la gouvernance du pays par les commerçants de religion de la mafia leur principale alliée. Le Courant Démocratique (Attayar) va plus loin en accusant implicitement Ennahdha et ses alliés de balayer tout espoir d'emploi, de liberté et de dignité pour les Tunisiens. La même position est d'ailleurs annoncée par l'Association Tunisienne des jeunes avocats qui exprime son soutien aux manifestants. Pour les jeunes avocats cette tensions sociale est une conséquence évidente des politiques économiques et sociales menées par les différents gouvernements. Le Forum Tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) appelle, quant à lui, à la poursuite des mouvements sociaux tout en protégeant les biens publics. Il exprime son soutien au manifestations et espère un changement réel au niveau des politiques économiques et sociales déficientes.
Les violences policières à la pelle
Jusqu'à hier, seule la version du ministère de l'intérieur existe. La Présidence du gouvernement, celle de l'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) demeurent discrètes. Le Président de la République préfère également silence garder. Il valide le déploiement de l'armée dans quelques villes. En tout cas, l'option sécuritaire évoque deux constats. Les manifestants, âgés entre 15 et 25 ans, sont en majorité des mineurs qui ne scandent aucun slogan. Le ministère de l'intérieur évoque l'arrestation de centaines d'individus, mineurs en majorité.
Auprès de la direction de la sûreté nationale, on évoque des attaques contre les forces de l'ordre faisant des blessés et laissant derrières des véhicules saccagés. Par contre, des vidéos véhiculées sur les réseaux sociaux (Facebook principalement), montrent un usage massif du gaz lacrymogène. Des vidéos d'arrestations musclées font également apparaître des attaques physiques, des injures à l'encontre des personnes arrêtées. L'appareil sécuritaire demeure discret face à ces dépassements.
Z.D.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.