Les Mélanges d'Histoire ancienne du Professeur Ammar Mahjoubi    Rafik Abdessalem : « Kais Saied ne distingue pas entre ses émotions et la gestion des affaires de l'Etat »    Bilan Covid-19 : 71 décès et 2228 nouveaux cas en 24h    Affaire Sidi Hassine-Sijoumi : Manifestation à l'avenue Habib Bourguiba    Tunisie – Le tribunal administratif rejette les recours déposés par le magistrat Taïeb Rached    Le chef de la diplomatie britannique répond sèchement à Macron ...    Equipe nationale : 4 joueurs quittent le stage avant d'affronter le Mali    En images Affrontements entre les manifestants et la police à l'avenue Bourguiba    CTN : Avis aux passagers à destination de Marseille    Pèlerinage à la Mecque : 60.000 résidents vaccinés autorisés    Euro 2020 : Christian Eriksen victime d'un grave malaise en plein match    Coupe de Tunisie : les deux demi-finales auront lieu le 20 juin    Handball – championnat national : Programme de la 10ème journée play-off    Seuls 20,4% des personnes qui doivent être vaccinées sont enregistrées sur Evax    Habib Ammar: « La Tunisie est une destination touristique Covid-safe »    Journée de la Russie - Sergey Nikolaev salue le succès de la coopération russo-tunisienne    Ali Kooli évoque une éventuelle suppression de licences d'alcool    Echâab dénonce une tentative d'assassinat contre Badreddine Gammoudi et Ali Ben Aoun    L'Assemblée prévoit plusieurs plénières au cours de la semaine du 14 juin 2021    Tunisie-Béja: Agression du personnel de la santé et actes de vandalisme à l'hôpital régional de Téboursouk [Photos]    Soutien social et psychologique à l'enfant mineur agressé et humilié par des agents de l'ordre    Les Affaires sociales assurent un accompagnement social et psychologique à la victime de Sidi Hassine    AGIL fête ses 60 ans et organise une journée portes ouvertes    Liberté d'expression : Les médias s'accrochent à leur indépendance    Produits made in Tunisia : Quand va-t-on consommer purement tunisien ?    Programme TV du samedi 12 juin    Si vous êtes demandeur d'un lotissement AFH, ceci vous intéresse    «La terminologie de la bourse et des organismes qui la côtoient» de Maria Leo : Un bel ouvrage, clair et utile    Exposition collective «Beyrouth» à la Galerie Terrain Vagh à Paris : La révélation d'une ville    Sophie Renaud, Directrice de l'institut français de Tunisie, à La Presse : «La Tunisie abritera les états généraux du livre francophone»    Jean Fontaine: Le migrant inversé    News | L'Etoile sonde la filière congolaise    Point de vue | Un véritable tournant !    La vérité nue    Jendouba : La récolte céréalière en hausse de 40%    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture la semaine sur une note quasi-stable    Zarzis-Plateforme Miskar : Les ouvriers demandent l'évacuation des migrants irréguliers à bord    Seif Al Islam Kadhafi annonce son intention de se présenter aux prochaines élections présidentielles en Libye    Derby Arabe Tunisie vs Algérie: regarder le match amical du 11 juin en Streaming    La Tunisie est fin prête pour accueillir les voyageurs du monde !    Championnat national de lecture : La finale aura lieu le 11 juillet à Radès    Le dinar tunisien s'est déprécié de 5% vis-à-vis de l'euro    Appel à candidature : Session de Formation 'Patrimoini' par Museum Lab au Kef    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un corps mécanique et sensuel
Publié dans Le Temps le 18 - 02 - 2021

La nouvelle création de Oumaima Bahri sera présentée le 20 février à 17h à El Teatro dans le cadre du festival des premières chorégraphies. Une oeuvre limpide et une chorégraphie résolument moderne.
C'est en soliste, seule en scène et enveloppée de musique, que la danseuse et chorégraphe Oumaima Bahri se produit cette semaine à El Teatro. Intitulée "Fragments", sa nouvelle création se place dans le droit sillage de ses travaux antérieurs, avec une sobriété dans la scénographie et une réflexion en profondeur sur l'essence même de la danse.
Une suite chorégraphique en six mouvements
Car Bahri est de ces artistes qui font avancer leur art et ne se contentent pas de reproduire la convention et ses poncifs. Bien au contraire, cette danseuse ancre sa pratique dans une doxa en perpétuel mouvement, en maturation théorique permanente. N'investissant pas le champ du spectaculaire, Bahri fait plutôt le choix du dépouillement, ce qui lui permet d'aller au bout des possibilités du corps dansant. Soliste, parfois gracieuse et parfois désarticulée, Bahri se définit comme un corps mouvant qui interpelle tout ce qui est statique.
Dans cette optique, "Fragments" est une suite qui en six mouvements, explore les passages, les temps suspendus et l'épiphanie d'un corps en mouvement. Le corps de la danseuse est quasiment désincarné, aberrant mais chevillé à la passion. Les six mouvements du solo sont en eux-mêmes des fragments qui mettent en mouvement un corps lui-même en pièces. Cette mise en abyme est le fondement esthétique de ce spectacle qui oscille entre chute et apothéose. Elle est l'argument qui donne à "Fragments" toute sa puissance et sa dynamique : celle d'un corps dansant qui se dévoile progressivement, instaure sa propre fragmentation puis investit les arcanes d'une intimité révélée.
De la furie gestuelle à l'épiphanie d'un corps
Les deux premiers mouvements de "Fragments" posent une dialectique du corps qui hésite entre le mécanique et le sensuel, autrement dit entre le physique et le sensible. Cet élan pris, Oumaima Bahri instaure une atmosphère de sérénité, une sorte d'accalmie, dans son troisième mouvement. Comme une âme en peine, ce corps est désormais en quête de réconfort, de quiétude voire de méditation profonde. Succède alors la tempête dans un quatrième mouvement où le corps entre en fusion, se transfigure en furie, joue la déstructuration. Cette fugue au cœur de l'hystérie gestuelle aboutit à un paroxysme chorégraphique, un azimut dansé qui laisse le corps pantelant, extatique, dans le périmètre troublant de la transe.
Epuisé, le corps mouvant de la danseuse reprend possession de soi, retrouve en quelque sorte ses esprits ou son ange-gardien. Ce cinquième mouvement agit comme si une voix intérieure et invisible la raisonnait. La danseuse entre alors en résonance avec le spirituel celé en elle. Comme si le corps retrouvait la raison et les voies impénétrables de l'anima, cette immanence qui habite tout être vivant.
Après les fulgurances, le sixième mouvement rétablit la dialectique initiale et le cercle narratif se referme sur un corps hésitant entre la chute et l'élévation, entre le chaos de la fragmentation et l'acceptation de la fragilité. Le solo peut alors s'achever sur des retrouvailles nostalgiques avec une sensualité toujours aux prises avec un corps captif de sa mécanique, un corps mouvant dans un désir/destin qui lui donne son énergie.
Entre tragédie antique et opéras mythiques
Par certains aspects, cette nouvelle création de Oumaima Bahri emprunte au registre de la tragédie antique les oscillations du personnage dansant aux prises avec une fatalité qui le taraude, l'enferme dans un corps qui peut lui échapper. Le lyrisme qui jaillit de cette oeuvre puise aussi dans la psyché des mythes. Car ce corps bouleversé est captif de nombreuses emprises qui l'enlèvent à son for intérieur puis le restituent à la norme des simples mortels. Comme un personnage d'opéra, ce corps mouvant est un Faust en quête de vérité ou une Aïda perdue dans les fastes pharaoniques. Comme une Alice qui serait passée des deux côtés du miroir, Oumaima Bahri raconte l'émerveillement d'un corps fragile et libre, fragmenté et dans la plénitude.
La première de "Fragments" aura lieu samedi 20 février à El Teatro et promet d'être un moment fondateur pour toute l'équipe qui a veillé sur cette création. Créée par Kais Rostom, la musique originale est aussi le fait de Amal Ben Saad qui intervient également. Grâce à Khemais Bahri, le mixage de la musique va au bout des intentions des artistes. Le texte avec la voix off de Lilia Ben Romdhane sont également mis en valeur. Tout comme le travail de Ayoub Sassi pour la photo-vidéo et celui de Sabri Atrous pour la lumière. Nesrine Bahri, Emna Mouelhi, Farah Kerrit et Lina Babba complètent une équipe valeureuse qui porte la danseuse Oumaima Bahri à bout de bras. Produite par Corps mouvant, la création "Fragments" a bénéficié du soutien du ministère des Affaires culturelles.
H.B


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.