Météo: Prévisions pour vendredi 16 avril 2021    Tunisie – Noureddine Bhiri ne sait plus pour qui il roule ?    Tunisie – Ministère de l'éducation : Vers une suspension des cours ?    Tunisie – Les syndicats de l'enseignement font le bonheur des écoles privées ?!    Tunisie | Covid-19 : 73 décès et 2649 nouvelles contaminations enregistrés en 24 heures    Le Groupe QNB : Résultats financiers du 1er trimestre 2021    Oxford Business Group s'associe à la FIPA dans son nouveau programme #UpTunisia    Vivez un meilleur ramadan avec Ooredoo    Alerte météo | Vents de sable forts et visibilité réduite dans les régions du sud ce jeudi soir et vendredi    Tournoi de Charleston 2 : sans forcer, Ons Jabeur en quarts de finale    Bourse de Tunis : Le TUNINDEX termine la séance de jeudi dans le rouge    Marouane Abassi présente à Kais Saied le rapport sur les états financiers de la BCT 2020    Ayachi Zammel : La motion de censure contre Rached Ghannouchi a récolté plus de 109 signatures    Vers l'inscription des sites d'el Magtaa et Sbeïtla au patrimoine mondial de l'UNESCO    Si votre smartphone est bloqué, déposez une demande sur la plateforme Sajalni    Pêche durable : le Japon accorde à la Tunisie un don de 31 MD    Décès d'un citoyen dans l'explosion d'une mine à Kasserine    Tunisie-Kasserine: Une personne décédée dans l'explosion d'une mine au Mont Mghilla    L'Agora abrite l'expo-vente Ramadan'ART By le collectif des créateurs    Zellige, l'un des piliers de l'artiste Slim Gharbi    400 éditeurs tiendront en septembre 2021 à Tunis les états généraux du livre francophone    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 15 Avril 2021 à 11H00    Covid-19 : Tunisair rappelle les conditions d'entrée sur le territoire tunisien    Kaïs Saïed accusé de normaliser avec Israël : démystification    Appel à des mesures efficaces en faveur des professionnels des arts dramatiques    DECES ET FARK : Ftouma Chelayfa    Tunisie – Médias : Ils condamnent l'agression des journalistes de l'agence TAP par la police    Fédération de l'enseignement secondaire : Le gouvernement doit suspendre les cours !    Ligue 1 : Le CS Sfaxien et l'Etoile du Sahel veulent reporter le Clasico    Tunisie- Affaire TAP: Le SNJT appelle à un rassemblement protestataire    Renforcer l'écosystème institutionnel pour accompagner les entrepreneurs tunisiens    USM-ESS (3-1) : L'USM avec bravoure    UST-EST (1-3) : Le leader impose sa loi    Plus de 87% des tunisiens pensent que la corruption a sensiblement augmenté : Un cercle vicieux !    Europa League (Quarts de finale retour): le programme    News | Lassaâd Jarda intronisé au Raja    Ligue2 (Play-off) : programme de la 1ère journée    Tunisie- ARP: L'examen du renvoi fait par Kais Saied en session plénière    Rassemblement de protestation des journalistes devant le siège de la Tap    Tunisie – Séries TV et sit-coms : Evitons la médiocrité... Les enfants sont là !    Amag Ramadan Ceremony 2021 : 29 feuilletons, sitcoms et programmes télé en lice    Tunisie [Vidéo]: Tir du canon de l'Iftar à Béja    L'entreprise autrement | Processus grippé, rêve brisé (*)    Le neveu de Bayrem Ettounsi, Mahmoud Bayrem, à La Presse : « Saïed a ravivé la mémoire de Bayrem »    Afghanistan : Retrait de toutes les troupes américaines avant le 11 septembre    Militant des droits de l'homme et farouche critique des états unis, Ramsey Clark est mort    Visite du Chef de l'état en Egypte : Saïed veut renforcer les liens entre Al-Azhar et la Zitouna    Kais Saied visite Al-Azhar et la Cathédrale de la Nativité au Caire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Si la justice m'était « comptée »...
Publié dans Le Temps le 27 - 02 - 2021

Le pouvoir judiciaire qui est l'un des piliers essentiels de l'Etat de droit, reste toutefois tributaire de certains facteurs qui altèrent son intégrité et l'impartialité caractérisant son essence même, sur la base de la théorie de la séparation des pouvoirs apportée par Montesquieu et John Locke à qui reviennent la paternité des pouvoirs et la séparation dans leurs attributions. Or ce sont les facteurs extérieurs à son essence qui font que, comme l'a affirmé le pénaliste français et ancien garde des sceaux Robert Badinter : « le recours à l'instance judiciaire est constant, mais la défiance va croissant ».
Cela est-il dû entre autres aux écueils de la politisa- tion et aussi du corporatisme, ressentis à travers certaines affaires dont les protagonistes ne sont pas comme tous les autres, et dans lesquels certains magistrats ont été impliqués, peut-être malgré eux, dans divers tiraillements politiques ? L'exemple de l'affaire relative aux assassinats des martyres Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi en est assez révélateur.
La libération sous caution ou sous condition
La récente décision par le juge de libérer Nabil Karoui au bénéfice d'une substantielle caution (10 millions de dinars) a fait couler beaucoup d'encre avec différentes réactions ,d'aucuns s'étant demandés si cette procédure ne donne pas la possibilité d'acheter sa liberté, et favorise par là-même les plus nantis, alors que d'autres ont estimé que cette possibilité est un moyen de pression supplémentaire à l'encontre de Karoui, qui ne peut s'acquitter de cette caution tant que ses avoirs restent gelés.
C'est ce qu'a déclaré d'ailleurs son avocat, alors que par ailleurs le procureur général a interjeté appel à la décision du juge d'instruction. C'est donc un cercle vicieux, étant donné cette situation enchevêtrée où on se perd facilement dans les méandres d'une procédure assez compliquée. Surtout que l'appel du procureur n'est pas suspensif de la décision du juge d'instruction, qui doit être examiné par la chambre de mise en accu- sation et aucune date n'a encore été fixée à cet effet.
Par ailleurs, les trois jeunes condamnés à 30 ans de prison dans une affaire de stupéfiants, doivent attendre le 9 mars prochain afin de connaître leur sort, après le recours formulé par leurs avocats devant la cour d'appel du Kef. Cela dit, la demande de libération provisoire qu'ils ont formulée à leur profit a été rejetée, alors qu'étant donné leur jeune âge, ils auraient pu bénéficier, d'une des mesures alternatives prévues par la loi telles que le travail d'intérêt général, ou la cure dans un centre de désintoxication. Malheureusement cela est exclu étant donné la gravité de la peine, avec une application stricte de la loi de 1992 sur les stupéfiants qui prévoit expressément le maximum de la peine « pour toute personne qui consomme de la drogue dans un espace public ou dans un stade ».
C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il y a une vraie mobilisation en vue de réviser cette loi après les différentes réformes en la matière au niveau international. Ces réformes ont pour but de prendre en main les petits délinquants et de sévir davantage contre les grands trafiquants. En attendant, ceux qui sont soutenus financièrement semblent avoir beaucoup plus d'espoir de s'en sortir, alors que les plus démunis n'ont pas beaucoup de chance.
Mise en liberté
et jurisprudence inconstante
Dans le même ordre d'idée, concernant cette réticence par la justice à opter pour la libération qui débouche sur des décisions parfois contradictoires entre les instances judicaires, alors que le chef d'inculpation est le même, il y a également l'affaire de Sami
Fehri, qui a subi plusieurs épisodes comme dans un feuilleton mexicain. Dans cette affaire qui date de plusieurs années, un premier mandat de dépôt à son encontre, a été émis par la chambre de mise en accusa- tion et a été annulé par la cour de cassation.
Seulement un deuxième mandat a été entretemps émis à son encontre. Le procureur a interjeté appel contre cette décision devant la chambre de mise en accusation. Et c'est après une attente de 14 mois et de confusion dans le comptage pour la détermination de ce délai, pour savoir s'il faut le calculer à partir du pre- mier ou du deuxième mandat de dépôt, Sami Fehri a été finalement libéré. Cela veut dire que l'affaire ne va jamais être examinée sur le fonds étant donné qu'il y a prescription.
Enfin une autre affaire qui rentre dans les mêmes conditions de libération dont les critères d'appréciation changent selon les cas : Il s'agit de l'affaire de démolition du Kiosque à Sbeïtla, par les autorités locales, ayant conduit au décès du citoyen qui par mal chance y dormait. Le conducteur du bulldozer, ainsi que le chef de poste de la police municipale de Sbeïtla, ont été inculpés d'homicide et mis en détention. La chambre correctionnelle près le tribunal de première instance de Kasserine a refusé, mardi 23 février 2021, les demandes de libération en leur faveur présentées par la défense.
Plusieurs observateurs se demandent dans quelle mesure le conducteur du bulldozer est responsable, surtout qu'il n'est pas tenu de vérifier ce qu'il y a dans le kiosque objet d'une décision de démolition par la police municipale, ce qui n'exclut pas la responsabilité de la municipalité non plus.
Intime conviction du juge face à la primauté de la loi
Dans toutes ces affaires il y avait une différence d' attitude des juges dans l' application des textes de lois. Certes le pouvoir discrétionnaire du juge est indis- cutable, ses décisions étant tributaires de son intime conviction à côté de l'application de la loi. Seulement cette intime conviction ne doit pas être influencée par des éléments extérieurs à ceux qui se trouvent dans le dossier de l'affaire.
A titre d'exemple, on n'a pas attaché beaucoup d'importance, ou disons l' importance qu' il faut à cette affaire, dans laquelle pourtant, la liberté du chauffeur du bulldozer, est en jeu. Il n'y a pas eu la même enver- gure et la même motivation à défendre les accusés dans cette affaire que dans les affaires de Sami Fehri ou encore de Nabil Karoui. Cela ne peut qu'interpeller sur l'égalité de tous devant la loi.
Le procureur qui représente l'ordre public et qui agit à charge et à décharge en faveur d'une justice équitable, n'est pas « le noyeur » comme certains ont ten- dance à le désigner. Il a également pour rôle de repêcher celui qu'il estime innocent. Car c'est le coupable qui est tenu de répondre de son forfait. Que d'erreurs de justice ont été commises, sur la base d'une fausse appréciation de celui qui est mis en cause sans pouvoir prouver son innocence.
Encore un mot sur l'affaire du jeune condamné à mort par la justice Qatarie, pour un meurtre qu'il dit ne pas avoir commis. Cependant, l'intervention du pré- sident de la République mérite qu'on y mette un point d'orgue, car elle interpelle, bien qu'elle soit, sur le prin- cipe, louable. Elle nous invite à réfléchir quand même sur l'attitude du juge en général face à une intervention, que celle-ci provienne d'un haut responsable, ou d'un illustre inconnu. Qu'elle soit par voie de presse ou pour des raisons politiques, toute intervention est de nature à vicier le principe de l'égalité de tous devant la loi, et à altérer par là-même, l'image de la justice. Afin que celle-ci soit au service des citoyens, elle a besoin de sérénité et d'un cadre législatif stable et un pouvoir judiciaire indépendant. C'est ainsi que la loi est substi- tuée à la force, et comme l'affirme le philosophe Paul Ricœur : « Au court-circuit de la vengeance, la justice substitue la mise à distance des protagonistes ».
A.N


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.