Mohamed Ennaceur : J'ai écrit ce que j'ai vécu, vu et entendu durant le jeudi noir !    Tunisie- 3000 milliards de dédommagements au profit des Nahdouis: Mabrouk Korchid accuse Ghannouchi et Ben Sedrine    Taper sur les médias ?    [La Tunisie qui gagne] Startup : «Il n'y a pas de monopole dans l'aviation légère, nous visons 5 à 10% du marché mondial», Foued El Kamel, PDG d'Avionav    Europa League : Les résultats des quarts de finale retour et les qualifiés    Ligue des champions (1/2 finale aller) : Real-Chelsea le 27 avril, PSG-Manchester City le 28    Tunisie: Le vaccin Pfizer nécessite t-il une troisième dose?    Météo : Temps pluvieux et baisse des températures    Badreddine Gammoudi : Il faut réquisitionner les cliniques privées !    Moez Chakchouk: Et pourtant, il faut que ça roule    Un gouvernement sans réaction    Tunisie – Noureddine Bhiri ne sait plus pour qui il roule ?    Tunisie – Ministère de l'éducation : Vers une suspension des cours ?    Tunisie – Les syndicats de l'enseignement font le bonheur des écoles privées ?!    Le Groupe QNB : Résultats financiers du 1er trimestre 2021    Bourse de Tunis : Le TUNINDEX termine la séance de jeudi dans le rouge    Tournoi de Charleston 2 : sans forcer, Ons Jabeur en quarts de finale    Vers l'inscription des sites d'el Magtaa et Sbeïtla au patrimoine mondial de l'UNESCO    Campagne spécial Ramadan 2021 de Ooredoo Tunisie: Vivez le meilleur ramadan avec Ooredoo    Si votre smartphone est bloqué, déposez une demande sur la plateforme Sajalni    Pêche durable : le Japon accorde à la Tunisie un don de 31 MD    Décès d'un citoyen dans l'explosion d'une mine à Kasserine    Tunisie-Kasserine: Une personne décédée dans l'explosion d'une mine au Mont Mghilla    L'Agora abrite l'expo-vente Ramadan'ART By le collectif des créateurs    Zellige, l'un des piliers de l'artiste Slim Gharbi    400 éditeurs tiendront en septembre 2021 à Tunis les états généraux du livre francophone    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 15 Avril 2021 à 11H00    Appel à des mesures efficaces en faveur des professionnels des arts dramatiques    Tunisie – Médias : Ils condamnent l'agression des journalistes de l'agence TAP par la police    DECES ET FARK : Ftouma Chelayfa    Ligue 1 : Le CS Sfaxien et l'Etoile du Sahel veulent reporter le Clasico    Renforcer l'écosystème institutionnel pour accompagner les entrepreneurs tunisiens    USM-ESS (3-1) : L'USM avec bravoure    News | Lassaâd Jarda intronisé au Raja        Ligue2 (Play-off) : programme de la 1ère journée    Coronavirus : 84 nouveaux décès enregistrés le 14 avril 2021    Tunisie- ARP: L'examen du renvoi fait par Kais Saied en session plénière    Rassemblement de protestation des journalistes devant le siège de la Tap    Tunisie – Séries TV et sit-coms : Evitons la médiocrité... Les enfants sont là !    Amag Ramadan Ceremony 2021 : 29 feuilletons, sitcoms et programmes télé en lice    Tunisie [Vidéo]: Tir du canon de l'Iftar à Béja    L'entreprise autrement | Processus grippé, rêve brisé (*)    Le neveu de Bayrem Ettounsi, Mahmoud Bayrem, à La Presse : « Saïed a ravivé la mémoire de Bayrem »    Afghanistan : Retrait de toutes les troupes américaines avant le 11 septembre    Militant des droits de l'homme et farouche critique des états unis, Ramsey Clark est mort    Visite du Chef de l'état en Egypte : Saïed veut renforcer les liens entre Al-Azhar et la Zitouna    Kais Saied visite Al-Azhar et la Cathédrale de la Nativité au Caire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ocres patines du temps fugace
Publié dans Le Temps le 04 - 03 - 2021

L'artiste française Astrid Ivars expose ses "patines sur objets de décoration" à la galerie Imagin de Carthage. Une collection visible du 6 au 20 mars.
C'est sa démarche d'artiste designer qu' Astrid Ivars met en avant dans l'exposition que devrait accueillir l'espace d'art Imagin à Carthage Dermech. Ce sont ainsi des objets de décoration qu'elle transforme en oeuvres d'art impromptues grâce à la patine dont elle les revêt.
Des répliques d'artefacts antiques
Inattendus, ces objets, elle les choisit au hasard des rencontres ou de son inspiration. Il peut s'agir d'une statuette qui est la réplique d'un artefact antique ou encore d'une pièce de bois ouvragé. Ces objets sont alors parés d'une patine qui les sublime tout en apposant la griffe de l'artiste.
Ce sont les tonalités ocres et dorées qui illuminent cette collection d'oeuvres qui invitent à la contemplation et aux réminiscences. La touche artistique est évidente, subtile et décisive car elle métamorphose des objets familiers. Ces pièces de décoration sont alors projetées dans une nouvelle dimension esthétique par le biais de ces patines évocatrices de la fuite du temps.
Métaphoriquement, l'exposition d'Astrid Ivars est aussi une réflexion sur le temps et la manière dont il peut faire évoluer une oeuvre. Une réplique de statuette antique est en soi un regard sur le passé que la patine amplifie tout en suggérant une nouvelle vie de l'objet.
La métamorphose
des objets familiers
Car si les patines vieillissent un objet, elles l'embellissent également. Etant c'est là que réside le tour de force de l'artiste. Ivars parvient en effet à faire rejaillir la lumière de ce qui était pétrifié, figé. En l'enduisant d'un marqueur temporel aux nuances lumineuses, l'artiste régénère chaque objet et, au fond, le transforme radicalement.
De fait, la démarche d'Astrid Ivars relève de la performance et plus précisément de l'Action Painting. Si elle préfère débusquer le beau dans ce qu'elle modifie, il n'en reste pas moins qu'elle invite le regard à appréhender tous les ressorts de sa méthode. En effet, ces patines ne sont pas simplement visuelles et impliquent une virtualité qui n'est autre qu'une philosophie du temps.
Une installation artistique qui ne dit pas son nom
Il faut savoir regarder ces oeuvres dans leurs différentes dimensions pour saisir que cette collection est une installation artistique qui ne dit pas son nom. Chaque objet est singulier, prolonge le geste de l'artiste et interpelle le regard. Désir de beauté ou design esthétique ? Les oeuvres exposées sont inscrites dans cette double trajectoire et invitent à une méditation qui aille au delà des apparences.
Une collection à découvrir du 6 au 20 mars à la galerie Imagin qui est ouverte tous les jours de 15h à 19h. Myriam Ben Rachid Mestiri y accueille Astrid Ivars et confirme sa vocation de dénicheur de talents ainsi que son travail d'animation de la scène artistique à Carthage.
H.B


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.