URGENT-Cité Ettadhamen: La situation sécuritaire s'aggrave    Tunisie – Quand les présidents comprendront-ils que l'intérêt de la Tunisie est en jeu et qu'il est prioritaire ?    Le ministre de l'Emploi soupçonné de conflit d'intérêts : L'AHK Tunisie clarifie    Troubles nocturnes | Kaïes Saïed met en garde contre toute instrumentalisation des jeunes    Expiration des délais de l'application des mesures de gel : Les avoirs de Ben Ali et ses proches en Suisse resteront bloqués    Coronavirus : 111 nouvelles guérisons à Ben Arous    Le cinéma tunisien présent à la 18ème édition du FCAPA en ligne    Mechichi envoie une correspondance à l'ARP    Un virus asiatique dont le taux de mortalité atteint 75% préoccupe les chercheurs    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    Hédi Bouraoui: Voilà ce que nous avons perdu!    Tunisie – Soldes 2021 : Les soldes d'hiver démarreront vendredi 29 janvier    Voici la date des soldes d'hiver    Royal El Mansour El Mahdia classé parmi les 7 meilleurs hôtels Iberostar dans le monde    Les émeutes nocturnes, que pensent les politiciens et les analystes?    Affaire ANGED-VALIS : Conflit d'intérêts confirmé pour Elyes Fakhfakh    Le Président de la FIFA soutient le redémarrage du football africain au Cameroun    L'UIB certifiée PCI-DSS pour la 3ème année consécutive    Libye: Le Forum du dialogue politique vote sur le choix d'un mécanisme de sélection des candidats à l'autorité exécutive    Korchid : ceux qui m'ont suivi ont échoué à récupérer les fonds Ben Ali    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 18 Janvier 2021 à 11H00    Le Tunisien Walid Boudhiaf bat le record du monde en Apnée (vidéo)    CoviDar, une initiative citoyenne pour la prise en charge des malades de coronavirus chez eux    Tennis – Classement WTA : Ons Jabeur dans le top 30, une première    Mondial Handball 2021 / Portugal -Algérie : Sur quelle chaîne voir le streaming ?    Les Tunisiens privés de vaccins à cause du ministre de la Santé limogé, selon l'UPR    Walid Jalled au chef de l'Etat : envoyez vos missiles constitutionnels    Les smartphones Galaxy S21, Galaxy S21+ et samsung galaxy Ultra en précommande    D'un sport à l'autre    Tunisie-Affrontements nocturne: Béja retrouve son calme    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis tient encore à Mouine Châabani    Tunisie – météo : Passages nuageux et légère augmentation des températures    "La Voix des femmes" déplore l'absence de femmes dans le nouveau gouvernement    Néji Jalloul appelle à des concertations politiques pour sortir de la crise    Covid-19 : 76 décès et 2859 nouvelles contaminations en 24 heures    L'EST trébuche à Sfax après 33 matches d'invincibilité: Un mal pour un bien ! ...    Relance de l'économie Tunisienne: Une croissance de 5,8% est possible pour cette année    Nadia Khiari, dessinatrice de « Willis from Tunis », à La Presse «Je suis dans l'autodérision : je me moque de nous-mêmes»    Cinéma tunisien «Halte au hold-up sur nos voix !»    L'Algérie pose une condition pour partager son vaccin avec la Tunisie    Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Les nouvelles procédures douanières créent des pénuries    Sur les pas de Merkel: Armin Laschet président de la CDU en Allemagne    Bruits et chuchotements    La complainte de l'Acropolium    La fabuleuse histoire de l'épave de Mahdia    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Olga Malakhova et les archétypes
Publié dans Le Temps le 26 - 11 - 2020

C'est en partenariat avec l'association des amis de Carthage que la galerie Imagin présentera à partir du 4 décembre, la nouvelle collection de l'artiste Olga Malakhova. Avec plus d'une cinquantaine de tableaux, cette collection est un bréviaire amoureux de l'Antiquité tunisienne, avec la touche personnelle d'une artiste talentueuse qui ose le pari du métissage de plusieurs traditions.
Un regard singulier
sur le patrimoine
Si la nouvelle collection de l'artiste Olga Malakhova révèle une chose, c'est bien la continuité esthétique dans son projet actuel. Que ce soit au niveau des couleurs, de l'agencement ou de la profusion des signes, il existe une constante évidente qui relie entre elles, les oeuvres récentes de Malakhova.
En fait, au-delà de l'aspect strictement formel, cette collection nous place dans une triple continuité qui, de plus en plus, structure les approches de l'artiste dont les racines sont multiples. Russe d'origine, Estonienne de naissance, Tunisienne d'adoption, Malakhova brasse les identités pour les fondre dans sa peinture. Entre la nécessité intérieure invoquée par Kandinsky et la profusion joyeuse d'un Chagall, Malakhova se situe dans une confluence fertile qui ne renie pas les artistes tunisiens ayant nourri son regard. Par touches subtiles, des réminiscences de Gorgi, Ben Abdallah ou Dhahak, traversent ses oeuvres passionnément métissées.
Toutefois, il s'agit là de matrices, de grammaire d'une oeuvre qui fait se rencontrer plusieurs traditions qui habitent littéralement l'artiste. Les continuités que nous évoquons sont ailleurs et tout d'abord dans un rapport essentiel au patrimoine. L'œuvre de Malakhova est un éloge immuable des éclats de patrimoine qui sont notre héritage commun. L'artiste a depuis longtemps installé son dispositif quelque part entre notre inconscient collectif et les archétypes qui résonnent en nous. Certaines peintures parviennent à s'incruster dans notre for intérieur et c'est le cas pour celles de Malakhova dont l'imagerie et les signes nous interpellent.
Ce rapport au patrimoine est fondamental chez cette artiste. Non pas au nom d'une propension à reproduire notre héritage mais grâce à une capacité innée à le sublimer, le mettre en mouvement, le transfigurer. Cette continuité précise irrigue la nouvelle collection de Malakhova. L'artiste puise dans différents registres qui vont de l'Antiquité au vingtième siècle, mêlant allègrement masques carthaginois, mosaïques romaines, calligraphie arabe et poupées russes ou siciliennes. La patine des siècles traverse chaque tableau, générant de surprenants téléscopages et comblant des hiatus entre les figures toujours frémissantes de notre legs immémorial. Il y a enfin une dimension impalpable, difficilement perceptible dans ce rapport au patrimoine. Malakhova instaure dans son approche, une sorte de rituel qui vient rappeler fort à propos que l'art hier, était inséparable de l'exercice de la foi. L'imaginaire de l'artiste semble fécondé par une esthétique qui n'a pas coupé les liens entre la création artistique et la religion. La puissance et la fragilité celées dans chacune des œuvres évoquent fortement cette tentation prométhéenne ainsi que la vocation de l'artiste à tutoyer les idoles.
Un matrimoine est-il possible ?
Une autre continuité remarquable dans la démarche de Malakhova est représentée par la présence diffuse, irradiante et allégorique de la femme. Source de vie, acteur de l'histoire, symbole de vertu, le sexe faible est remis à sa juste place et contribue fortement à l'univers malakhovien. On pourrait à juste titre évoquer une peinture du matrimoine qui vient instaurer un second versant à l'héritage du père. Les femmes sont partout dans cette nouvelle collection de Malakhova qui en cela poursuit une recherche à la fois esthétique et historique.
Comment écrire ou plus précisément peindre quelques fragments de l'histoire des femmes ? Comment rendre compte de la beauté qui jaillit du geste d'une fileuse antique ou de la majesté légère d'une bédouine? Ces équations, Malakhova les résoud avec bonheur, avec une joie presque enfantine, qui restitue grandes figures et anonymes exemplaires. De Elyssa à Jazia, de Kahéna à Othmana, les femmes du récit national sont présentes dans le bouillonnement de l'œuvre où elles prennent valeur de métaphore du destin, du courage et du sens de l'histoire. Autant que le patrimoine, l'éloge du féminin est une constante incontournable dans l'œuvre de Malakhova. À proprement parler, ce sont là les deux socles de la méthode d'une artiste qui sait subjuguer par sa sémiotique, par le sens qu'elle donne à chaque fragment, par la cohérence esthétique à laquelle elle aboutit.
Cette nouvelle collection est l'occasion pour Olga Malakhova de suggérer une troisième continuité dans son travail. Le recours à l'humour constitue cette autre dimension dans la démarche de l'artiste qui dissémine dans ses tableaux, des personnages, des animaux, des objets inattendus et une indéniable profusion visuelle.
Cette gaîté fondatrice est partie intégrante de l'univers de Malakhova. Sans elle, les oeuvres deviendraient convenues, platement allégoriques et sans surprise. Au contraire, tout en ne perdant jamais de vue la charge symbolique, Malakhova instille dans ses oeuvres, une multitude de détails, un foisonnement perpétuel qui, très souvent, fait la part du jeu et du sourire. Le monde de Malakhova est ainsi: peuplé de mythes et de lurons, de totems sans tabous, d'un brouhaha qui remonte les siècles, d'un jaillissement chromatique aux allures de vertige. À la frontière poreuse entre la stratégie d'une conteuse facétieuse et celle d'une plasticienne aux mille et un ressorts, Olga Malakhova devient la narratrice décalée d'un patrimoine/matrimoine toujours réinventé.
Une touche d'humour
et de surréalisme
Bien sûr, l'œil critique pourrait déceler bien d'autres continuités dans l'œuvre récente de Malakhova. Son art de faire fusionner iconographie byzantine et motifs des terroirs tunisiens n'est pas le moindre de ses atouts. L'artiste ne marie-t-elle pas à merveille poupées russes et femmes voilées ? Ne sait-elle pas mieux que tout autre artiste mêler dans la plus singulière des fusions des registres pourtant éloignés ? Cette propension au métissage de deux Orients est suffisamment rare pour être saluée comme il se doit. De même, de nombreux ferments sont à l'oeuvre dans la nouvelle collection de Malakhova. Ce sont la présence des mosaïques, des tapis et des motifs de la céramique, tous engagés dans une dialectique fusionnelle. Ce sont les centaines de traces et bribes de sens qui occupent la toile. Ce sont aussi les géométries et les ruptures spatiales qui parcourent les oeuvres.
Lumineuse, paradoxale et frémissante, la collection "Inspirations carthaginoises" se présente en quatre volets distincts et complémentaires. Au total, soixante-huit oeuvres témoignent d'un parcours dans les siècles de Carthage. Les plus surprenantes représentent la reine Didon en Lady Elyssa. Les plus surréalistes s'inspirent des mosaïques antiques pour créer des scènes contemporaines qu'on dirait jaillies d'une peinture sous-verre. Les plus attachantes sont ces miscellannées, surgies de l'imagination de l'artiste.
Dans cette brillante série carthaginoise, ce qui ressort également, ce sont ces terracotta inspirées de la tradition chrétienne. De cet ensemble se dégagent une ferveur intacte et une ardeur novatrice. Il s'en dégage aussi une autre iconographie de la Karthago et de l'Africa antiques. Dans sa quête infinie, Olga Malakhova n'a pas fini de nous surprendre. Avec cette nouvelle collection, elle ouvre de nouvelles perspectives sur les rapports entre histoire et art moderne. Elle investit aussi de nouveaux champs esthétiques tout en restant fidèle aux continuités remarquables qui fondent son travail artistique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.