Statue de Chokri Belaïd, pluies torrentielles… Les 5 infos du weekend    Bouden : « La création d'un conseil supérieur de l'éducation et de l'enseignement, oeuvrera à redonner à l'école son rôle d'ascenseur social »    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Marouen Abassi reçoit le gouverneur de la Banque centrale libyenne    Sécurité routière : Légère baisse de la mortalité sur les routes en juillet 2022    Alerte météo | Des cellules orageuses feront leur apparition ce soir    Tunisie – La marine nationale sauve 22 candidats à la migration clandestine    Ghaza : 31 martyrs dont 6 enfants et 4 femmes    Premier League : Mejbri absent et CR7 Remplaçant, Man Utd battu à domicile    La CAF recadre le président De Laurentiis pour les joueurs africains    Talbi avec Lorient, Khazri avec MHSC et Skhiri avec Köln, 3 tunisiens vainqueurs ce dimanche    Tunisie – La crise économique risque de se compliquer encore plus    La statue de Chokri Belaïd provoque un tollé sur la toile    USA : New Mexico : La police enquête sur les meurtres en série de quatre musulmans    L'INM annonce des orages dans le nord-est et le centre du pays    Ben Arous : saisie de 91 quintaux de farine subventionnée utilisée pour fabriquer les pains spéciaux    La croissance économique mondiale stagne en 2022, mais s'agit-il d'une récession?    255 migrants migrants clandestins secourus en une seule nuit entre la Tunisie et l'Italie    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Vers la couverture sociale pour les travailleurs agricoles et de la pêche    Repères historiques | Aérodrome de Tunis : Le temps des pionniers    Bizerte: 3 enfants se sont noyés à Ghar El-Melh    Noureddine Taboubi inaugure le mémorial de Chokri Belaid (Vidéo)    Benjemy au Festival International de Hammamet : Prouesses musicales et esthétiques    Notes de lecture | Ondoyances méditerranéennes de Saint Augustin à Sidi Bou Saïd El Baji *    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Pourquoi | Répercussions en chaîne...    Vacances estivales et activités pour enfants : Privilégier le divertissement et l'apprentissage    Mohamed Hammadi JARRAYA, Expert en économie et Président de l'observatoire «Tunisia Progress» à La Presse : «La relance, remède aux maux économiques»    L'USBG s'active sur le marché des transferts : Un mercato actif    L'USM se prépare pour la nouvelle saison : Une équipe new-look !    L'UGTT condamne les attaques sionistes contre Gaza    Météo du dimanche 7 août 2022    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    Learning to make Up With The Girl After A Fight    Kaïs Saïed ordonne le retrait de son poster placardé sur un minaret    L'UGTT condamne les attaques sionistes contre Gaza    Apparitions médiatiques de Rached Ghannouchi : Un déni qualifié de la réalité    Festival du poisson à la Goulette : De plus en plus prisé    Tennis | Tournoi San José : Ons Jabeur éliminée en quarts de finale    MEMOIRE : Abdelwaheb DAMAK    La Tunisie condamne les raids menés par Israël dans la bande de Gaza    Treatment For Ebony Babes™ Focuses On Helping Ebony Women Proceed Off Their Exes    L'efficacité de l'action    Un Tunisien tué à Montréal : les détails    Décès d'un tunisien dans une fusillade à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



*"Dar-Essabah" et les tumultueuses années 70 *Le courant libéral et la naissance du "Temps"
Témoignage
Publié dans Le Temps le 26 - 01 - 2008

De formation initialement journalistique, notre confrère Mohamed Ali Habachi, s'est forgé une solide réputation en maîtrise d'Histoire moderne et contemporaine de la Tunisie. Il a déjà à son actif deux ouvrages, dont l'un relate les faits saillants de la scène politique et syndicale depuis l'indépendance.
Entamant sa carrière de reporter au milieu des années 70, notre invité se souvient bien de cette époque, marquée dit-il d'une amorce de libéralisme engagée par feu Hédi Nouira après le 2ème congrès du PSD, tenu en septembre 1974.
Le pays sortait alors de trois crises graves la fin du collectivisme et ce procès de Ben Salah, les troubles estudiantins qui avaient entraîné aussi les élèves du secondaire en février 1972, et le congrès du PSD, tenu à Monastir en 1971 et la scission du courant libéral et l'éclusion de ses instigateurs).
Devenu l'homme fort de la Tunisie, Nouira devait opter pour une certaine ouverture pour désamorcer la crise générale.
En vérité, précise notre invité, le courant dit libéral au sein du PSD, remonte plus loin. Déjà au congrès de Sousse tenu en 1959, trois années après l'indépendance, des voix se sont élevées plus ou moins timidement pour réclamer une certaine démocratie au sein des instances du parti. Bourguiba ne tardera pas à évincer ceux qui avaient osé contester ce qu'ils qualifiaient de pouvoir personnel. Cinq années plus tard, et à l'occasion de la tenue du congrès de Bizerte en 1964, Bourguiba devait opter pour un net durcissement, option qui s'était prolongée jusqu'à 1971.
Habib Achour écarté depuis 1964 venait d'être réhabilité à la tête de l'UGTT en 1971 après une longue traversée du désert.
Il devait prêter main-forte à Nouira en engageant la Centrale syndicale dans la politique contractuelle prônée par le gouvernement depuis 1974. Nouira visait à modeler les contours d'un modèle de société à base de salariés et petits et moyens entrepreneurs tout en inaugurant un libéralisme qui devait profiter au secteur privé encore à ses débuts.
Le répit social ne devait être que de courte durée. En 1977, les rapports devenaient de plus en plus conflictuels entre le pouvoir et la centrale syndicale. Les terribles événements du 26 janvier 1978 finiront par secouer le pays. Le congrès du PSD, tenu en 1979, devait se distinguer par une volonté manifeste de Nouira de se démarquer de l'aile dure du parti. Il prôna une certaine ouverture envers la jeunesse et l'intelligentsia. C'était trop tard. La fin des années 70 devait être aussi sombre et dramatique que celle des années 60.
Les sanglants événements de Gafsa au début de 1980, devaient tout ébranler, et précipiter le départ de Nouira profondément affecté. Il projetait peut-être d'engager la Tunisie dans un début de libéralisme politique, relativement de pair avec son libéralisme économique.
A son avènement au gouvernement, et tout au long des années 70, Nouira avait pu bénéficier d'un certain préjugé favorable. Dar Essabah qui se fait comme toujours l'écho de l'opinion publique, depuis sa fondation par le militant, feu Habib Cheikhrouhou, devait apporter tout naturellement son soutien au courant libéral qui se faisait percevoir au milieu des années 70. D'ailleurs, le journal "Le Temps" devait être lancé par feu Cheikhrouhou pour répondre à un besoin qui se faisait de plus en plus sentir auprès d'un lectoral attentif et avide depuis longtemps d'une presse libre.
Des précisions à noter pour l'Histoire, conclut notre invité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.