CONDOLEANCES    Tunisie : La production nationale de gaz naturel augmente de 62%    Tournoi de Birmingham : Ons Jabeur en demi-finale    Processus de la décentralisation : Lentement, mais sûrement    Reportage à Sidi Hassine suite aux violences policières survenues les 8 et 9 juin    Programme TV du samedi 19 juin    Match EST vs Al Ahly: la CAF permet la présence de 5000 supporters à Radès! où regarder le match à la télé?    LCA : Al-Ahly jouera l'attaque et ne se contentera pas de défendre à Tunis (Mosimane)    Tunisie – Coronavirus : 82 décès supplémentaires et 2291 nouvelles contaminations en 24H    Elections anticipées: Voilà pourquoi Ennahdha a soudainement changé de discours selon Abir Moussi    Handball | Play-off (11e journée) : CA-EST décisif pour le titre    Handball | CAN des dames au Cameroun : Médaille de bronze pour la Tunisie !    News | Nabil Maâloul sur le marché    Un conseil ministériel régional dédié à Sfax prévu le 15 juillet    Pollutec 2021 : La Tunisie invitée d'honneur à Lyon    Combattre l'automédication à l'ère du Covid-19 : Un engagement au-delà des mots !    Entretien avec Silvia Barreiros, directrice artistique de la Compagnie ASPARAS de Genève : Une pièce suisse avec des comédiens tunisiens    « Comme un château défait » de Lionel Ray : Le livre de la mémoire, le livre de la vie    Programmation du 15e épisode de Jazz à Carthage : Place à une musique du monde    BH Bank: Med Salah Chebbi El Ahssen Président et Hichem Rebai Directeur général    Météo : forte hausse des Températures    Face à la pandémie    Coronavirus- Kairoun: le taux de positivité dépasse les 50%    Euro: les matches de ce samedi    Tunisie – Etats-Unis : Visite virtuelle de Wendy Sherman à Tunis    Coronavirus- Kairouan: Le chef du gouvernement envoie Nissaf Ben Alaya sur les lieux    Un fils de la médina d'envergure universelle: Ibn Khaldoun    Houcine Abassi : Qui est Kaïs Saïed pour mettre en doute notre patriotisme ?    STEG : Vers l'augmentation des tarifs de l'électricité et du gaz    Hausse de la production nationale de gaz naturel de 62%, à fin avril 2021    Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la semaine du 14 au 18 juin 2021 dans le rouge    Haniyeh au Maroc, bien que le pays ait normalisé ses relations avec Israël    Sami Fehri libéré provisoirement sous caution de 4 millions de Dinars    Cannes 2021 : la tunisienne Kaouther Ben Hania membre du jury de la compétition Courts métrages    Epreuves du baccalauréat : 275 cas de fraude recensés en deux jours, selon Fathi Slaouti    UV4: 4e édition des UTOPIES VISUELLES du Du 21 juin au 18 juillet 2021 à Sousse (Programme)    L'Utica présente les axes d'un plan d'urgence et de sauvetage économique    Utica : Aucune solution sans dialogue    "JAZZ à Carthage", une édition exceptionnelle en deux temps, de fin juin 2021 à mars 2022    Fathi Ayadi : Même si tout espoir semble perdu nous appelons et tenons encore au dialogue !    Monde- Daily brief du 17 juin 2021: Fin de l'obligation du port du masque en extérieur en France    "La Tunisie un allié important pour les Etats-Unis et pour le continent africain" (Andrew M. Rohling)    La migration "irrégulière" vers l'Europe ne doit en aucun cas être résolue dans le cadre d'une approche sécuritaire (Saied)    Les potières de Sejnane à l'honneur à l'IFT    Ce qui s'est passé en Algérie est-il un signe de la fin de l'ère des islamistes du Monde ?    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poursuite des combats à N'Djamena, attaque rebelle à la frontière soudanaise
Tchad
Publié dans Le Temps le 04 - 02 - 2008


L'évacuation des étrangers a commencé
Le Temps - Agences - Les combats ont repris hier après une nuit d'accalmie entre l'armée et les rebelles tchadiens au coeur de N'Djamena, où le président Idriss Deby Itno résistait toujours, retranché dans son palais, dans un rapport de forces à l'issue très incertaine.
La rébellion a aussi attaqué hier la préfecture d'Adré, à la frontière du Soudan (est) avec, selon le préfet tchadien de région, le soutien de l'aviation soudanaise.
"Les rebelles sont soutenus par des hélicoptères soudanais et des Antonov de l'armée soudanaise", a déclaré le général Abadi Saïr. "Ils sont nombreux mais on résiste."
A N'Djamena, outre de vifs échanges aux abords de la présidence, des hélicoptères de l'armée ont attaqué des pick-up de l'alliance rebelle depuis l'aéroport, où sont également établis les 1.450 militaires français du dispositif Epervier.
Les forces gouvernementales ont demandé aux habitants d'évacuer le quartier de la présidence, a-t-on appris de source proche du pouvoir. Dans l'ouest de la ville selon un témoin, un char de l'armée défendait l'accès de la radio nationale en tirant systématiquement sur toute présence humaine.
Depuis samedi soir, plus de 500 étrangers dont 217 Français ont été évacués vers Libreville par des vols militaires français. Deux avions devraient quitter la capitale gabonaise pour Paris dimanche, respectivement vers 14H00 (14H00 HT) et 22H00 (22H00 HT), a indiqué l'armée française.
Samedi, l'aviation française s'était bornée à sécuriser l'aéroport pour les évacuations. Hier, des chasseurs Mirage F1 ont effectué des passages au-dessus de N'Djamena, selon des sources militaires. Les appareils ont ensuite été "mis à l'abri" dans des pays voisins.
"Les Français ne sont pas intervenus" samedi, a reconnu le porte-parole des rebelles, Abderaman Koulamallah. "Nous ne sommes pas allés prendre l'aéroport pour ne pas gêner l'évacuation des ressortissants étrangers, et maintenant l'armée française laisse décoller les hélicoptères (tchadiens) qui viennent nous attaquer", a-t-il toutefois regretté.
Les combats d'hier, au deuxième jour d'une bataille acharnée, semblaient avoir sonné le glas d'un cessez-le-feu à l'initiative du dirigeant libyen Mouammar Khadafi, médiateur désigné par l'Union africaine (UA).
Tripoli avait affirmé que Mahamat Nouri, l'un des trois chefs de l'alliance rebelle, acceptait cette trêve. Le général Nouri "a dit d'accord, mais à condition que les deux autres chefs de l'alliance (Timan Erdimi et Abdelwahid Aboud Makaye) acceptent aussi", a nuancé ensuite Abderaman Koulamallah.
Ces affrontements, les premiers à N'Djamena depuis l'offensive rebelle de 2006, semblent avoir fait de nombreuses victimes, même si aucun bilan n'a été diffusé. Des cadavres calcinés ou déchiquetés ont été vus par des témoins tchadiens et européens.
Le ministre français de la Défense Hervé Morin a par ailleurs confirmé que le chef d'état-major tchadien, Daoud Soumaïn, avait été tué dans des combats vendredi lors d'affrontements à Massaguet, à 50 km à vol d'oiseau de N'Djamena.
Les rebelles, malgré des intérêts divergents, se sont alliés mi-décembre sous la pression du Soudan, selon des experts. Khartoum souhaite notamment, estiment ces même experts, perturber le lancement de la force européenne de 3.700 hommes au Tchad et en Centrafrique (Eufor) destinée à protéger les réfugiés du Darfour (ouest du Soudan).
Hervé Morin a indiqué hier que le déploiement de l'Eufor était "suspendu jusqu'à mercredi", ajoutant que "personne" n'avait l'intention d'y renoncer.
Dans une interview à l'hebdomadaire français Le Journal du Dimanche, le chef des rebelles du Rassemblement pour le changement (RFC), Timane Erdimi, a expliqué que son mouvement ne voyait "plus aucun inconvénient" à la présence de l'Eufor, si cette mission "a une mission noble qui consiste à sécuriser" les déplacés et les réfugiés.
D'abord jugé au plus mal samedi à la mi-journée, le président Idriss Deby Itno avait ensuite desserré l'étau autour de son palais.
Ce chef militaire arrivé au pouvoir par les armes en 1990, lui aussi à partir du Soudan, a réussi à plusieurs reprises ces dernières années à renverser la situation, y compris lorsque les observateurs prédisaient sa chute imminente.
La France lui a proposé dès vendredi de le faire sortir du Tchad s'il le souhaitait, mais il a refusé.

L'évacuation des étrangers a commencé
Le Temps - Agences - Environ 400 Français et ressortissants étrangers ont été transférés du Tchad vers le Gabon et les premiers rapatriements vers Paris pourront avoir lieu "dans la journée", a précisé hier le ministre de la Défense Hervé Morin.
"L'armée française a évacué autour de 400 personnes, toutes volontaires, vers Libreville et nous pourrons rapatrier celles et ceux qui le souhaitent sur Paris dans la journée", a déclaré M. Morin sur Europe-1. Il a ensuite précisé sur France-Info que ces évacués "sont arrivés ou sont sur le point d'arriver à Libreville", la capitale du Gabon, et qu'"environ 250 à 300 personnes" souhaitent encore quitter N'Djamena.
Le ministre de la Défense a ajouté "qu'il y a une part croissante de nos compatriotes ou de ressortissants étrangers qui souhaitent quitter le territoire tchadien".
Les opérations de transfert "ne sont pas suspendues en tant que telles" en raison des combats dans la capitale tchadienne. "Elles ont été arrêtées pendant quelques instants pour (...) sécuriser l'ensemble des vols, mais nous continuons à faire le transfert entre N'Djamena et Libreville", a-t-il souligné.
Selon M. Morin, le chef d'état-major tchadien avait été tué dans les combats, mais "le président Déby a repris les choses en main sur une partie de N'Djamena, repoussant les forces rebelles sur la périphérie de la capitale".
A la question de savoir si la France avait proposé à Idriss Déby de l'évacuer, le ministre a répondu que "la France, en effet, se préoccupe d'un chef d'Etat étranger qui a des liens particuliers avec la France (...) qui refuse de partir dans ces conditions-là".
Quant au déploiement des premières unités de la force de maintien de la paix au Tchad (EUFOR), le ministre de la Défense a assuré qu'il était "seulement suspendu quelques jours, le temps que la situation se calme et s'améliore à N'Djamena". Il a estimé que l'EUFOR conserve toute sa "pertinence compte-tenu de la situation au Tchad aujourd'hui". "L'Eufor a une mission de stabilisation et de sécurisation, notamment des camps de réfugiés ou de déplacés, qui représentent près de 450.000 personnes", a-t-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.