Le SNJT disposé à engager des poursuites contre le gouverneur de Ben Arous    Tunisie : Légère dépréciation du dinar face au dollar    Programme TV du samedi 29 janvier    Tunisie – Burkina Faso : Deux aniciens sélectionneurs encouragent les Aigles    Nafaâ Ennaifer appelle à défendre les exportations tunisiennes contre les mesures pénalisantes de l'Algérie    Algérie : Deux militaires meurent dans des affrontements avec des terroristes    CAN – Quarts de finale : Gambie – Cameroun, où regarder le match en direct et en live streaming    Corruption : Mandat de dépôt contre un ancien gouverneur et 2 autres responsables    CAN 2022 – Quarts de finale : Tunisie – Burkina Faso, où regarder le match en direct et en live streaming    CAN (Quarts de finale) : les matches de ce samedi    Tunisie: La compagnie "EasyJet" programme 3 vols par semaine Genève Enfidha    MEMOIRE : Hajja Khadija Bembla    Noureddine Taboubi : La Tunisie n'est pas à vendre!    CONDOLEANCES    Express    Les raisons de la dégradation de la note souveraine de la Tunisie : La solidité des finances publiques, le maillon faible    CAN 2021 : le classement final de la 9ème à la dernière place    CAN (1/4 de finale) : formation probable de la Tunisie contre le Burkina Faso    Lecture des premiers résultats de la consultation nationale électronique : Tendance vers un régime présidentiel, des réformes politiques et une justice indépendante !    Tunisie-Covid: 13 décès et 8660 nouvelles contaminations en 24 h !    Pourquoi? | Cimetière mal entretenu    Avec l'apparition du variant BA.2 : L'épidémie de Covid-19 touche-t-elle à sa fin ?    Rached Ghannouchi écope d'une amende de 10 mille dinars    30 migrants portés disparus au large de la Tunisie    Bizerte-Agriculture: Hausse de 12% de projets financés en 2021    Enquête judiciaire contre Ezzar pour des soupçons de spéculation    Tabboubi: Aucune partie ne peut délimiter le champ d'action de l'UGTT    Ouverture d'une procédure judiciaire à l'encontre de Abdelmajid Ezzar    Météo : Temps nuageux et températures en baisse, ce samedi    Tunisie : Ghannouchi rencontre une délégation de l'Alliance Civile Nationale    Taboubi : nous voulons un dialogue participatif des forces républicaines    Russie-Ukraine : Macron réussit là où Biden a lamentablement échoué    Un plan terroriste dans une région touristique déjoué    Tunisie : La Tunisie classée rouge par...    Bourses de création : Appel à projets aux artistes tunisiens    Coronavirus : Le Maroc rouvre son espace aérien    Don algérien de 1 million de doses de vaccin anti-Covid-19 à la Tunisie    EN : Kebaier et Ben Romdhane remis du Coronavirus !!    Neïla Sellini, déclarée morte par la CNRPS    Messenger vous dira quand quelqu'un prend une capture d'écran d'un chat    Adel Megdiche, le peintre qui s'en va avec son monde    Décès de l'artiste peintre Adel Megdiche    Attaque du Capitole: Donald J. Trump entre le marteau et l'enclume    César 2022 : l'acteur Sami Oitalbali nominé pour le César du meilleur espoir masculin    salon des créateurs MOOD TALENT: 6e anniversaire du 4 au 6 février 2022 à l'hôtel Dar El Marsa    Le chanteur Florent Pagny annule sa tournée à cause d'un cancer, sera-t-il présent à The Voice?    Google Doodle rend hommage à l'actrice Egyptienne Souad Hosni, la Cendrillon du monde arabe    Exposition au musée de l'Institut du Monde Arabe : Slimen Elkamel à cœur ouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sécurité, stabilité: les deux enjeux majeurs pour notre continent
Le Président Ben Ali à la session spéciale du Sommet africain
Publié dans Le Temps le 01 - 09 - 2009

Tripoli-TAP - Le Président Zine El Abidine Ben Ali a prononcé, hier, devant la session spéciale du Sommet africain sur "l'examen et le règlement des conflits en Afrique" qui se tient à Tripoli, une allocution dont voici le texte:
"Au Nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux
Cher frère, Leader Mouammar Kadhafi, Président de l'Union Africaine,
Excellences, Messieurs les Chefs d'Etat et de Gouvernement,
Excellence, Monsieur Jean Ping, Président de la Commission de l'Union Africaine, Excellences,
Mesdames, Messieurs,
Il me plait tout d'abord de vous exprimer mes plus chaleureuses salutations à l'occasion de la tenue de ce Sommet sur le sol de la Grande Jamahiriya dont nous saluons la contribution permanente au renforcement de l'action africaine commune et au service des causes de notre continent.
Il m'est tout aussi agréable de présenter à notre frère, le Leader Mouammar Kadhafi, et au peuple libyen frère, l'expression de notre profonde reconnaissance et de nos meilleurs remerciements pour l'accueil éminemment chaleureux et la noble marque de sollicitude qui nous ont été réservés depuis le premier moment où nous avons foulé ce sol généreux, tout autant que pour les préparatifs adéquats que nos frères de la Jamahiriya ont assurés pour le bon déroulement des travaux de notre présent Sommet, en espérant que ses résultats contribueront à consolider nos aptitudes à relever les défis auxquels est confronté notre continent et, en premier lieu, les problèmes de la sécurité et de la stabilité.
Nous sommes particulièrement heureux que la tenue de nos assises coïncide avec la célébration par le peuple libyen frère du quarantième anniversaire de la grande Révolution du Premier Septembre. En cette glorieuse circonstance, il nous est agréable d'exprimer à notre frère, Mouammar Kadhafi, Leader de la Révolution, et au peuple libyen frère, nos plus vives félicitations et nos meilleurs souhaits de constant progrès et de prospérité continue.
Mes remerciements chaleureux s'adressent, également, à Son Excellence M. Jean Ping, Président de la Commission de l'Union Africaine, et à ses collaborateurs, dont nous apprécions les efforts méritoires au service de l'Union Africaine et de la dynamisation de son rôle, à travers le renforcement des relations de coopération et de complémentarité entre les divers pays de notre continent.
Monsieur le Président,
Depuis l'époque de la libération et de l'indépendance, les leaders pionniers de notre continent étaient animés de la volonté d'asseoir les bases d'une coopération solide et d'une solidarité sans faille entre nos Etats, pour réaliser le développement global et durable et garantir à nos peuples les conditions de progrès et de prospérité, dans un contexte de sécurité et de stabilité.
Grâce aux richesses naturelles qu'il recèle et aux potentialités humaines immenses dont il dispose, notre continent est en mesure d'aller de l'avant sur le chemin de la complémentarité et de l'intégration, pour occuper la place qu'il mérite parmi les grands ensembles régionaux dans le monde. Je suis persuadé que la création de l'Union Africaine, à la faveur d'une initiative historique courageuse de notre frère, le Leader Mouammar Kadhafi, et que nous avions saluée et appuyée, s'inscrit dans le cadre du raffermissement de notre foi en la nécessaire unité de nos rangs et en notre destinée commune, et de notre détermination renouvelée à consolider l'action africaine commune et à en promouvoir les instruments dans tous les domaines.
Autant nous sommes fiers, aujourd'hui, des mécanismes et structures que nous avons mis en place, et des programmes que nous avons réalisés sur cette voie, autant nous sommes conscients de la nécessité d'une intensification et d'une conjugaison accrue de nos efforts pour relever les défis majeurs auxquels notre continent continue d'être confronté et, en premier lieu, celui d'assurer la sécurité et la stabilité.
Le règlement des conflits et l'éradication des foyers de tension constituent des priorités dans notre action africaine commune et dans l'effort collectif de nos Etats, malgré les développements positifs intervenus dans ce domaine.
La sécurité et la stabilité représentent, en effet, deux enjeux majeurs qu'il est indispensable de gagner pour mettre fin à la dilapidation de nos ressources et au gaspillage de nos énergies, et permettre à nos Etats de mobiliser tous leurs efforts en vue de garantir les attributs d'une vie digne à leurs peuples.
Cette vie digne dont les composantes sont interdépendantes et les objectifs pluridimensionnels, englobe, outre les questions sécuritaires, les volets politique, économique et social. Aussi est-il indispensable pour nos Etats de se pencher sur tous ces aspects et de les traiter avec toute la sagesse requise en se préoccupant surtout de développer la culture du dialogue et de la concorde parmi leurs peuples, afin de leur assurer les conditions de la compréhension mutuelle, de l'harmonie et de la coexistence.
La réussite de nos démarches en la matière reste néanmoins tributaire d'une action préventive efficace, laquelle requiert une dynamisation accrue des structures que nous avons créées au sein de l'Union Africaine.
Dans ce cadre, nous appelons à compter surtout sur le mécanisme d'alerte précoce, le Conseil des Sages et le Conseil de la paix et de la sécurité, tout en œuvrant à améliorer le fonctionnement de ces structures et à mieux définir leurs attributions, sur la base d'une approche prospective consistant en l'identification des facteurs qui sont à l'origine de l'apparition de situations précaires qui mettent en péril la stabilité, la sécurité et l'unité des sociétés, afin que nous puissions les cerner et les maîtriser, dans le cadre du strict respect de la souveraineté des Etats et de leurs choix nationaux.
Nous sommes persuadés que la réalisation de la paix nous commande, en outre, d'œuvrer à éliminer les causes profondes des divers litiges et conflits, ainsi que les phénomènes de marginalisation, d'exclusion et de privation. Nous sommes aussi persuadés que la voie la plus sûre conduisant à cette finalité, n'est autre que l'établissement d'une corrélation étroite entre le développement économique et le développement social, et l'attachement mutuel aux valeurs de tolérance, de coopération et de solidarité.
Devant les défis énormes auxquels se trouve confronté notre continent, nous nous devons, aujourd'hui, de nous attaquer aux causes profondes qui sous-tendent l'apparition des crises, et de redoubler d'efforts et de vigilance pour cerner les différends naissants et inciter les antagonistes à opter pour la négociation et l'entente dans le règlement des problèmes en litige.
Tout en réaffirmant, aujourd'hui, la nécessité qu'il y a, pour notre continent, de compter d'abord et surtout sur ses propres moyens pour atteindre ses objectifs de paix, de sécurité et de développement, nous sommes conscients que la contribution de la communauté internationale et des institutions onusiennes, et en premier lieu le Conseil de Sécurité, revêt une importance considérable pour épauler les efforts de notre Union et de nos Etats en vue de la réalisation de ces objectifs.
La pauvreté étant l'un des plus grands obstacles qui entravent la réalisation de la stabilité et du développement, nous avions présenté aux Nations Unies, qui l'ont adoptée le 20 décembre 2002, une initiative en faveur de la création d'un Fonds Mondial de Solidarité pour combattre ce phénomène et préparer la voie à un développement solidaire entre les divers pays.
Nous avions, en outre, appelé à la conclusion d'un contrat de progrès et de paix entre les pays du Nord et les pays du Sud, fondé sur un partenariat agissant favorisant la réalisation du progrès et du développement équilibré, et dans lequel le continent africain bénéficierait d'une position l'habilitant à devenir un pôle dynamique sur la scène internationale, avec un rôle plus marqué dans le renforcement de la sécurité et de la paix dans le monde.
Les tensions et conflits que connaissent certaines régions du continent africain ne doivent pas ébranler notre confiance en l'avenir, ni entamer notre détermination à poursuivre nos efforts communs en vue d'enraciner les valeurs de dialogue et d'entente dans notre continent, et de faire prévaloir le principe de la négociation et de la réconciliation sur les tendances à l'affrontement et au déchirement. En cela, nous devons prendre en considération la nécessité de renforcer les voies de la coordination entre l'Union Africaine et les structures multilatérales concernées par les questions de sécurité et de paix, aux plans régional et international.
Dans ce contexte, nous réitérons notre appel en faveur de l'attachement au respect du Code de conduite adopté par le Sommet africain, en juin 1994, à l'initiative de la Tunisie; ce Code constituant un référentiel définissant l'éthique des relations entre Etats et préparant la voie à des relations stables, garantissant à tous, progrès et développement, dans un contexte d'entente et de coopération. La Tunisie confirme, une fois de plus, sa contribution aux efforts collectifs africains pour la réalisation de la paix et de la sécurité, partout sur notre continent, aussi bien à travers la participation aux forces de maintien de la paix que par la participation à la recherche de solutions et au rapprochement entre les antagonistes, dans les divers conflits.
Monsieur le Président,
Je voudrais, pour conclure, réitérer l'expression de mes remerciements et de ma gratitude à la Jamahiriya Libyenne sœur et à notre frère le Leader Mouammar Kadhafi, pour avoir accueilli les assises de notre Sommet, et formule l'espoir que nos travaux seront couronnés de succès et que nous contribueront tous, à travers nos efforts communs, au renforcement de la sécurité, de la stabilité et de l'invulnérabilité sur notre continent, et à l'impulsion du processus de développement en Afrique, pour le plus grand bien de nos peuples, pour leur progrès et pour leur prospérité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.