Fathi Slaouti : On fermera les établissements avec un taux élevé de contamination au Coronavirus    Sommet Chine-Afrique : Jerandi aura-t-il sa part de l'énorme gâteau chinois?    L'IACE organise la 35e édition des Journées de l'Entreprise du 9 au 11 décembre    Parachutisme : Près de 500 tunisiens ont participé à l'événement SKYS dans le désert de Tozeur    Un vol exceptionnel de l'aéroport de Tunis-Carthage vers le Maroc    Bourse de Tunis : Lancement d'un Guide de reporting environnemental, social et de gouvernance    Change devises en dinar tunisien : Cours du 29 Novembre 2021    Iles Kerkennah : Pour un tourisme vert et écoresponsable    Migration clandestine : 461 migrants sauvés au large de Ben Guerdane    NBA : Les Lakers et LeBron en équilibre, Golden State et Curry déroulent    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 29 Novembre 2021 à 11H00    SE Shinsuke SHIMIZU, ambassadeur du Japon en Tunisie, à La Presse : « La Tunisie peut être une porte d'entrée pour les investisseurs japonais vers l'Afrique »    Sidi Bouzid : le directeur du lycée 9 avril tabassé par un parent    Le film égyptien FEATHERS, Tanit d'or des JCC au cinéma dès le 1 décembre (B.A. & Synopsis)    Les indiscrétions d'Elyssa    L'équipe de Tunisie entame demain la coupe arabe des nations | Billet : A quoi servira la Coupe arabe ?    Coupe de la CAF | Tour de recadrage aller – Tusker FC-CSS (0-0) : Le CSS assure l'essentiel    Une JSK poussive devant mais solide derrière : Le réalisme aghlabide    Tribune | A défaut de relance économique, dépénalisons la migration extralégale    Tribune | Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien : Le message d'António Guterres *    Sejnane : Reboisement de 5400 arbres plantés malgré les conditions météorologiques difficiles    Vidéo du jour: Une école pieds dans l'eau    UA : la Libye appuiera la candidature du Maroc, pas celle de la Tunisie    Le syndicat indépendant des réalisateurs et producteurs (SIRP) : Arrêter le formatage narratif des films tunisiens    Evénement artistique à XYZ et hors les murs à La Marsa : Je suis la grenade    Ahlem Gzara: Des personnes complètement vaccinées parmi les admis dans les services de réanimation    Le fonctionnaire tunisien est le moins payé de la Méditerranée, selon Ajbouni    Abdellatif Mekki évoque les conditions d'un dialogue    Béja: Les agents du développement Sylvo-Pastoral en sit-in ouvert [vidéo]    Ahlem Gzara : Le pass vaccinal tunisien bientôt reconnu en Europe    Près de 4 000 litres d'huile végétale subventionnée pour le marché de Tozeur    Météo : Temps pluvieux et chutes de neige et de grêle    Ali Laârayedh parle d'amour    Tunisie : Noureddine Tabboubi menacé de mort    Sfax-Crise de déchets: Une grève générale sera annoncée    Tunisie-Coronavirus: Zéro décès et 95 cas en une journée    Virgil Abloh, directeur artistique de Louis Vuitton n'est plus    EN Hand féminine : la liste des 16 joueuses convoquées pour le mondial    Suspension de tous les vols de passagers à destination du Maroc pour deux semaines dès lundi    Coupe arabe : Classement des pays les plus couronnées    Foot-Europe: le programme du jour    Cité de la culture : Concert du duo Tsuji Hideki, Miyazaki Mieko et Amina Srarfi    Algérie : Fort séisme à Béjaïa    La Tunis appelle la communauté internationale à amener Israël à se conformer aux résolutions de l'ONU    Encore une fois, une compétence Tunisienne s'affirme à l'étranger    The Washington Post évoque la Tunisie    Ouverture du 8ème Festival de la création de l'UGTT en présence de Taboubi et de Guettat    Prix FABA de littérature : Remise des prix de la 1ère édition le 4 décembre 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Président Ben Ali à la session spéciale du Sommet africain
Publié dans TAP le 31 - 08 - 2009

* La Tunisie confirme, une fois de plus, sa contribution aux efforts collectifs africains pour la réalisation de la paix et de la sécurité, partout sur notre continent
TRIPOLI, 31 août 2009 (TAP) - Le Président Zine El Abidine Ben Ali a prononcé, lundi, devant la session spéciale du Sommet africain sur "l'examen et le règlement des conflits en Afrique" qui se tient à Tripoli, une allocution dont voici le texte:
"Au Nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux
Cher frère, Leader Mouammar Kadhafi, Président de l'Union Africaine,
Excellences, Messieurs les Chefs d'Etat et de Gouvernement,
Excellence, Monsieur Jean Ping, Président de la Commission de l'Union Africaine, Excellences,
Mesdames, Messieurs,
Il me plait tout d'abord de vous exprimer mes plus chaleureuses salutations à l'occasion de la tenue de ce Sommet sur le sol de la Grande Jamahiriya dont nous saluons la contribution permanente au renforcement de l'action africaine commune et au service des causes de notre continent.
Il m'est tout aussi agréable de présenter à notre frère, le Leader Mouammar Kadhafi, et au peuple libyen frère, l'expression de notre profonde reconnaissance et de nos meilleurs remerciements pour l'accueil éminemment chaleureux et la noble marque de sollicitude qui nous ont été réservés depuis le premier moment où nous avons foulé ce sol généreux, tout autant que pour les préparatifs adéquats que nos frères de la Jamahiriya ont assurés pour le bon déroulement des travaux de notre présent Sommet, en espérant que ses résultats contribueront à consolider nos aptitudes à relever les défis auxquels est confronté notre continent et, en premier lieu, les problèmes de la sécurité et de la stabilité.
Nous sommes particulièrement heureux que la tenue de nos assises coïncide avec la célébration par le peuple libyen frère du quarantième anniversaire de la grande Révolution du Premier Septembre. En cette glorieuse circonstance, il nous est agréable d'exprimer à notre frère, Mouammar Kadhafi, Leader de la Révolution, et au peuple libyen frère, nos plus vives félicitations et nos meilleurs souhaits de constant progrès et de prospérité continue.
Mes remerciements chaleureux s'adressent, également, à Son Excellence M. Jean Ping, Président de la Commission de l'Union Africaine, et à ses collaborateurs, dont nous apprécions les efforts méritoires au service de l'Union Africaine et de la dynamisation de son rôle, à travers le renforcement des relations de coopération et de complémentarité entre les divers pays de notre continent.
Monsieur le Président,
Depuis l'époque de la libération et de l'indépendance, les leaders pionniers de notre continent étaient animés de la volonté d'asseoir les bases d'une coopération solide et d'une solidarité sans faille entre nos Etats, pour réaliser le développement global et durable et garantir à nos peuples les conditions de progrès et de prospérité, dans un contexte de sécurité et de stabilité.
Grâce aux richesses naturelles qu'il recèle et aux potentialités humaines immenses dont il dispose, notre continent est en mesure d'aller de l'avant sur le chemin de la complémentarité et de l'intégration, pour occuper la place qu'il mérite parmi les grands ensembles régionaux dans le monde. Je suis persuadé que la création de l'Union Africaine, à la faveur d'une initiative historique courageuse de notre frère, le Leader Mouammar Kadhafi, et que nous avions saluée et appuyée, s'inscrit dans le cadre du raffermissement de notre foi en la nécessaire unité de nos rangs et en notre destinée commune, et de notre détermination renouvelée à consolider l'action africaine commune et à en promouvoir les instruments dans tous les domaines.
Autant nous sommes fiers, aujourd'hui, des mécanismes et structures que nous avons mis en place, et des programmes que nous avons réalisés sur cette voie, autant nous sommes conscients de la nécessité d'une intensification et d'une conjugaison accrue de nos efforts pour relever les défis majeurs auxquels notre continent continue d'être confronté et, en premier lieu, celui d'assurer la sécurité et la stabilité.
Le règlement des conflits et l'éradication des foyers de tension constituent des priorités dans notre action africaine commune et dans l'effort collectif de nos Etats, malgré les développements positifs intervenus dans ce domaine.
La sécurité et la stabilité représentent, en effet, deux enjeux majeurs qu'il est indispensable de gagner pour mettre fin à la dilapidation de nos ressources et au gaspillage de nos énergies, et permettre à nos Etats de mobiliser tous leurs efforts en vue de garantir les attributs d'une vie digne à leurs peuples.
Cette vie digne dont les composantes sont interdépendantes et les objectifs pluridimensionnels, englobe, outre les questions sécuritaires, les volets politique, économique et social. Aussi est-il indispensable pour nos Etats de se pencher sur tous ces aspects et de les traiter avec toute la sagesse requise en se préoccupant surtout de développer la culture du dialogue et de la concorde parmi leurs peuples, afin de leur assurer les conditions de la compréhension mutuelle, de l'harmonie et de la coexistence.
La réussite de nos démarches en la matière reste néanmoins tributaire d'une action préventive efficace, laquelle requiert une dynamisation accrue des structures que nous avons créées au sein de l'Union Africaine.
Dans ce cadre, nous appelons à compter surtout sur le mécanisme d'alerte précoce, le Conseil des Sages et le Conseil de la paix et de la sécurité, tout en oeuvrant à améliorer le fonctionnement de ces structures et à mieux définir leurs attributions, sur la base d'une approche prospective consistant en l'identification des facteurs qui sont à l'origine de l'apparition de situations précaires qui mettent en péril la stabilité, la sécurité et l'unité des sociétés, afin que nous puissions les cerner et les maîtriser, dans le cadre du strict respect de la souveraineté des Etats et de leurs choix nationaux.
Nous sommes persuadés que la réalisation de la paix nous commande, en outre, d'œuvrer à éliminer les causes profondes des divers litiges et conflits, ainsi que les phénomènes de marginalisation, d'exclusion et de privation. Nous sommes aussi persuadés que la voie la plus sûre conduisant à cette finalité, n'est autre que l'établissement d'une corrélation étroite entre le développement économique et le développement social, et l'attachement mutuel aux valeurs de tolérance, de coopération et de solidarité.
Devant les défis énormes auxquels se trouve confronté notre continent, nous nous devons, aujourd'hui, de nous attaquer aux causes profondes qui sous-tendent l'apparition des crises, et de redoubler d'efforts et de vigilance pour cerner les différends naissants et inciter les antagonistes à opter pour la négociation et l'entente dans le règlement des problèmes en litige.
Tout en réaffirmant, aujourd'hui, la nécessité qu'il y a, pour notre continent, de compter d'abord et surtout sur ses propres moyens pour atteindre ses objectifs de paix, de sécurité et de développement, nous sommes conscients que la contribution de la communauté internationale et des institutions onusiennes, et en premier lieu le Conseil de Sécurité, revêt une importance considérable pour épauler les efforts de notre Union et de nos Etats en vue de la réalisation de ces objectifs.
La pauvreté étant l'un des plus grands obstacles qui entravent la réalisation de la stabilité et du développement, nous avions présenté aux Nations Unies, qui l'ont adoptée le 20 décembre 2002, une initiative en faveur de la création d'un Fonds Mondial de Solidarité pour combattre ce phénomène et préparer la voie à un développement solidaire entre les divers pays.
Nous avions, en outre, appelé à la conclusion d'un contrat de progrès et de paix entre les pays du Nord et les pays du Sud, fondé sur un partenariat agissant favorisant la réalisation du progrès et du développement équilibré, et dans lequel le continent africain bénéficierait d'une position l'habilitant à devenir un pôle dynamique sur la scène internationale, avec un rôle plus marqué dans le renforcement de la sécurité et de la paix dans le monde.
Les tensions et conflits que connaissent certaines régions du continent africain ne doivent pas ébranler notre confiance en l'avenir, ni entamer notre détermination à poursuivre nos efforts communs en vue d'enraciner les valeurs de dialogue et d'entente dans notre continent, et de faire prévaloir le principe de la négociation et de la réconciliation sur les tendances à l'affrontement et au déchirement. En cela, nous devons prendre en considération la nécessité de renforcer les voies de la coordination entre l'Union Africaine et les structures multilatérales concernées par les questions de sécurité et de paix, aux plans régional et international.
Dans ce contexte, nous réitérons notre appel en faveur de l'attachement au respect du Code de conduite adopté par le Sommet africain, en juin 1994, à l'initiative de la Tunisie; ce Code constituant un référentiel définissant l'éthique des relations entre Etats et préparant la voie à des relations stables, garantissant à tous, progrès et développement, dans un contexte d'entente et de coopération. La Tunisie confirme, une fois de plus, sa contribution aux efforts collectifs africains pour la réalisation de la paix et de la sécurité, partout sur notre continent, aussi bien à travers la participation aux forces de maintien de la paix que par la participation à la recherche de solutions et au rapprochement entre les antagonistes, dans les divers conflits.
Monsieur le Président,
Je voudrais, pour conclure, réitérer l'expression de mes remerciements et de ma gratitude à la Jamahiriya Libyenne sœur et à notre frère le Leader Mouammar Kadhafi, pour avoir accueilli les assises de notre Sommet, et formule l'espoir que nos travaux seront couronnés de succès et que nous contribueront tous, à travers nos efforts communs, au renforcement de la sécurité, de la stabilité et de l'invulnérabilité sur notre continent, et à l'impulsion du processus de développement en Afrique, pour le plus grand bien de nos peuples, pour leur progrès et pour leur prospérité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.