Sghaier: On m'a interdit de se rendre en Italie    Tunisie – Syrie : Un arbitre mexicain au sifflet    NBA : les Rockets inarrêtables, Denver, Miami et les Clippers battus    Najla Bouden présente son programme de réforme non-pas aux Tunisiens, mais aux diplomates    Twitter interdit le partage des photos et vidéos sans le consentement du propriétaire    France : Kadhafi tient peut-être sa vengeance posthume contre Sarkozy    Ben Mbarek: Kais Saied fait partie du problème et non de la solution    Jaouher Ben Mbarek: Le gouvernement actuel est illégitime    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 02 Décembre 2021 à 11H00    Grève de la SNCFT: Nous n'avons pas réclamé des augmentations salariales, assurent les employés    Tunisie – Accidents de la route: Plus de 900 décès recensés en 2021    La Tunisie participe, à Oran, à la conférence sur la paix et la sécurité en Afrique    Taboubi : Bouden n'a aucun pouvoir de décision    Mövenpick Hotel du Lac Tunis célèbre Noël et les fêtes de fin d'année du 5 au 26 décembre 2021    Programme TV du jeudi 02 décembre    Sidi Bouzid: Les diplômés chômeurs réclament l'activation de la loi n°38 [Vidéo]    La Mauritanie n'a pas fait le poids devant la Tunisie: Comme dans du beurre !    Novembre 2021 : Peugeot leader du marché automobile français en VP    Walid Bel Hadj Amor : Najla Bouden a manifesté une réceptivité encourageante    NEWS: Msakni de retour à l'Etoile    Plus de déplacements entre les gouvernorats sans passeport vaccinal ?    En marge de la première sortie probante du Team Tunisie: Les vertus du pressing haut    Les saveurs d'Italie débarquent à Tunis: Partager la joie de vivre à travers la gastronomie    Tunisie-SNCFT : La grève des agents se poursuit    A l'occasion de son 60ème anniversaire: L'UBCI révèle sa nouvelle identité visuelle    Hafedh Boujmil: L'éditeur de l'année    A la galerie « Musk and Amber »: Taher Jaoui ou la peinture-émotion    Première de « Démo » de Moez Gdiri à l'Espace 77: Une œuvre grinçante    Coupe arabe FIFA 2021 :Tunisie, Chikhaoui et Maaloul blessés    Météo | Temps hivernal à partir de ce jeudi soir    Le nouveau variant Omicron inquiète l'OMS: Aucun cas enregistré en Tunisie    Le PDL en tête des intentions de vote, selon Emrhod Consulting    Kaïs Saïed – Ennahdha: L'ultime bras de fer ?    Entreprises publiques Nabil Abdellatif appelle l'Etat à se retirer des secteurs compétitifs    Moez Joudi: Même en cas de cession des entreprises publiques, il n'y aura pas d'acheteurs    Tunisie: 40 tonnes d'oxygène liquide octroyées par l'Arabie Saoudite    Coronavirus-USA : Vers l'annonce de nouvelles mesures    Tunisie - Kia Motors annonce le démarrage des "Kia Clinic Days Pre Winter"    JTC et JMC: Le ministère de la Santé organise des campagnes mobiles de vaccination contre le Covid-19    Maroc-Algérie : Des confidences terrifiantes sur la guerre qui se prépare à Alger    Par Abdelaziz Gatri : Rendez-nous notre capitale    Tunisair programme un vol de rapatriement depuis Casablanca    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    Aujourd'hui, ouverture de la 2e édition de « Vues sur les arts » à l'Agora : Enrichir le savoir cinématographique    La Fashion Week Tunisienne diffusée au Cinéma    Majdi Karbai appelle les médias à entendre les témoignages des jeunes récemment expulsés d'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Il est temps que les médecins s'y mettent !
Lutte contre le tabac
Publié dans Le Temps le 23 - 12 - 2009


*
Fumer est plus dangereux pour la santé à long terme que d'autres facteurs tels que l'obésité, le manque d'exercice, la consommation d'alcool ou l'usage de stupéfiants.
" Plus de 94 % de la population mondiale ne sont pas protégés par des lois antitabac ", il s'agit du chiffre récemment annoncé par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans son rapport sur l'épidémie mondiale de tabagisme.
Un constat alarmant sachant que les cigarettes sont les premières causes du cancer de poumons, d'où l'importance d'en être conscient et surtout de prendre la décision d'arrêter de fumer. En effet, rompre avec les cigarettes pour commencer l'année 2010 pourrait être la chose la plus avisée et la plus saine pour les accros à cette substance.
Nombreux sont ceux qui ont déjà essayé d'arrêter de fumer et qui ont eu des difficultés à y parvenir, c'est pourquoi, l'assistance d'un membre du corps médical reste importante voire indispensable. Nul ne peut nier que les médecins jouent un rôle essentiel dans cette démarche en prêtant la main à ceux qui ont pris la sage décision de mettre un terme à cette pratique.

Se faire aider par un médecin
Les spécialistes le confirment dans une enquête approfondie réalisée au Moyen Orient et en Afrique du Nord par un laboratoire pharmaceutique. Donnant leur opinion sur le tabagisme et le sevrage tabagique, neuf médecins sur dix pensent que fumer est plus dangereux pour la santé à long terme que d'autres facteurs tels que l'obésité, le manque d'exercice, la consommation d'alcool ou l'usage de stupéfiants. Presque tous les médecins interrogés estiment qu'aider un patient à arrêter de fumer fait partie intégrante de leur rôle. Mieux encore, il a été prouvé que le soutien apporté par un médecin augmente les chances de renoncer au tabagisme et ce, pour la simple raison que ces spécialistes disposent de toute une gamme de traitements pour aider ceux qui désirent sérieusement arrêter de fumer. Ils recommandent également la méthode qui convient le mieux à celui qui décide de rompre avec les cigarettes. D'où l'importance de voir un médecin au début du nouvel an 2010.
Dans cette optique, plusieurs médecins sont unanimes sur le fait que " le commencement d'une nouvelle année offre une bonne occasion à ceux qui veulent prendre soin de leur santé et arrêter de fumer ". Ils ajoutent qu'"il est vrai que de nombreuses personnes se remettent à fumer à cause des symptômes de sevrage de la nicotine, mais il n'en reste pas moins que la décision initiale d'arrêter et la mise en pratique de cette décision représentent un pas dans la bonne direction ". Ils expliquent par ailleurs que la nicotine présente dans le tabac engendre une très grande dépendance tout en créant chez le fumeur un besoin insatiable, aussi bien physique que psychologique. C'est la raison pour laquelle, de nombreux fumeurs, malgré leurs bonnes intentions, ne peuvent surmonter les symptômes de sevrage et renoncer au tabagisme. Même parmi les fumeurs qui réussissent à se libérer de leur dépendance, nombreux sont ceux qui rechutent. La dépendance au tabac est un problème chronique, récurrent, physique et psychologique qui fait qu'arrêter de fumer est à la fois nécessaire et difficile. Donc, l'intervention d'un médecin améliore les chances du fumeur de réussir son sevrage par le biais d'une évaluation, d'un traitement et d'un soutien appropriés.
Sana FARHAT
--------------------------------------
Dr Sophia Bousnina, pneumologue tabacologue à l'hôpital Mohamed Tahar Mâamouri Nabeul : 30 à 40 % des fumeurs réussissent leur sevrage
Le Temps : Quel rôle pourrait jouer le médecin pour aider les accros à la cigarette à rompre avec cette habitude ?
Dr Sophia Bousnina : Certes, le médecin joue un rôle important dans l'assistance des fumeurs à rompre avec les cigarettes. Mais je tiens à dire qu'il ne faut pas les culpabiliser parce qu'il y a des moyens pour les aider à arrêter de fumer. L'année 2009 a été déclarée celle de lutte contre le tabac, 2010 sera celle de lutte contre le cancer. Je considère qu'il est plus important d'intervenir à deux niveaux à savoir : la prévention et le traitement. Le premier volet, la prévention, doit être réalisée auprès des adolescents et même avant cette phase, c'est-à-dire chez les écoliers âgés de 11 et 12 ans. Il faut leur apprendre à dire non à la première cigarette et à imposer leur personnalité.
Pour ce qui est du volet curatif, je dois dire qu'il y a plusieurs moyens pour aider les accros à arrêter de fumer.

En quoi consistent-ils ?
Pour les fumeurs relativement dépendants une prise en charge psychologique peut être suffisante. C'est une décision à prendre par le concerné qui sera facile à aider une fois décidé à arrêter les cigarettes. D'ailleurs, il a dépassé dans cette phase le volontariat d'où l'importance de ne pas le mettre en situation d'échec. Il s'agit du rôle du médecin tabacologue. La prise en charge psychologique fait partie de ses prérogatives. Nous parlons dans ce cadre de la thérapie cognitivo-comportementale qui se base sur deux volets, aider le fumeur à prendre conscience de cette dépendance et le soutenir dans la lutte contre la dépendance psychologique.
Le spécialiste dans le domaine l'aide également à être indépendant physiquement et ce en prescrivant le traitement substitutif nicotinique, la varenicline.

Quel est le taux de réussite de l'aide au sevrage contre le tabagisme ?
Le taux de réussite est de 30 à 40 %. Nous avons pu enregistrer ce résultat dans l'unité d'aide au sevrage contre le tabac créée dans l'hôpital Mohamed Tahar Mâamouri à Nabeul depuis 2008. Je trouve même que c'est un succès, car presque la moitié des 400 personnes qui ont consulté ont pu arrêter de fumer.

Quelle est la tranche d'âge qui est la plus intéressée ?
Les consultants sont aussi bien des étudiants que des adultes à la quarantaine. Le bouche à oreille a très bien fonctionné dans la région de Nabeul, car plusieurs fumeurs viennent volontairement. Nous assurons deux consultations chaque semaine et nous sommes à l'écoute des patients. D'ailleurs la consultation dure une demi-heure.
Mais je tiens à préciser que les femmes sont quasi-absentes de nos consultations bien qu'elles soient aussi nombreuses à fumer. Elles sont réticentes car elles ont peur de se montrer dans cette unité et avouer par conséquent qu'elles fument.

Le coût du traitement est-il un facteur démotivant ?
Nous offrons la boîte d'initiation comme nous donnons les boîtes d'entretien à ceux qui manifestent une grande volonté à arrêter de fumer ou les patients les plus motivés. Nous jouons également sur un autre facteur, à savoir le prix d'achat des cigarettes par rapport aux frais du traitement. Mieux encore, nous assurons le suivi après la consultation même par téléphone pour nous assurer que les fumeurs ont rompu avec les cigarettes définitivement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.