Saïed, inflation, grève des pharmaciens grossistes… Les 5 infos de la journée    Les avocats et les experts comptables remontés contre la Loi de finances 2023    Kaïs Saïed au ministère de l'Intérieur    Photo du jour : Hajime Moriyasu s'incline pour remercier les supporters du Japon    Monde-Daily brief du 05 décembre 2022: Guerre en Ukraine : Des frappes russes provoquent de nouvelles coupures d'eau et d'électricité    La FIFA rejette la réclamation concernant le but de Griezmann contre la Tunisie    La ministre a cédé, les secrets des avocats et médecins seront bien gardés    Daghfous : « Le variant BQ1.1 n'est pas plus dangereux que les autres »    Tunisie: Découvrez notre nouvelle rubrique "Celebrities News" (Vidéo)    Panneaux solaires : Une technologie algérienne à renommée mondiale ?    L'Union Internationale de Banques : lauréate du Prix « Bank of the Year 2022 - Tunisia »    Fortnite Chapter 4 : Le trailer annonce du lourd    Cogiter le mal: l'expérience d'Augustin d'Hippone    Le film tunisien «Saffeh Nabel» remporte le prix du jury au Festival du film francophone du Caire    La vedette de Bollywood, Shahrukh Khan, a effectué la Omra    L'inflation...9.8% au mois de novembre    Soliman: Visite inopinée de Saied à l'usine de production de lait    Ces patrons qui n'ont pas de couilles    Mondial 2022 : Japon-Croatie, les compos    Envoi de jeunes aux foyers de tension : Audition de Abir Moussi en tant que témoin    Exclusif: Kais Saïed en visite inopinée à Nabeul    Béja: La Chambre régionale des boulangeries se prépare à la grève nationale    Hyundai Tunisie réélu pour la deuxième année consécutive « Service Client de l'année 2023 »    L'Ambassadeur de l'Ukraine à Tunis le confirme : Poutine a déjà perdu sa guerre…    Fraichement recruté dans une banque, il détourne de l'argent    Instrumentalisation des droits et des libertés | Manipulation des foules : Les armes pour déstabiliser les pays    Mondial Qatar 2022 : où regarder la match Brésil Corée du Sud de la coupe du monde?    Fatma Rekik, dirigeante d'un groupe de sociétés et reconnue parmi 100 jeunes leaders en Afrique par L'Institut Choiseul : « La Francophonie est une opportunité économique, mais aussi politique »    Imed Khemiri: Les élections du 17 décembre seront "drôles" (Vidéo)    Imed Khemiri: Saied impose son agenda politique et ne respecte pas l'autorité de la justice (Vidéo)    Mondial-2022: l'ombre de Pelé plane sur Brésil-Corée du Sud    Tunisie: 11 prix au concours international d'huile d'olive vierge extra Mario Solinas 2022    Les indiscrétions d'Elyssa    Arrêt de distribution de médicaments : Le CNOPT tire la sonnette d'alarme    Un mammifère carnivore au sein d'un lycée au Bardo    Journées théâtrales de Carthage 2022 : Une ouverture sobre et des hommages émouvants    Le Conseil de l'ordre des pharmaciens s'inquiète sur la suspension de la distribution des médicaments    Huitièmes de finale : France-Pologne (3-1) : Mbappé, bourreau des Polonais !    Huitièmes | Japon-Croatie (16H00) / Brésil-Cotée du sud (20H00) : La Seleção à l'assaut des Guerriers    Prévisions météo pour ce lundi 05 décembre    La donne a radicalement changé    41e championnat arabe de Golfe : Double consécration historique de la Tunisie    Le coup de gueule de Taoufik Jebali    L'Iran démantèle la police des mœurs    L'Iran exécute quatre individus accusés d'espionnage au profit d'Israël    Zarzis : Une initiative symbolique et louable    Exemption de visa Schengen pour les citoyens du Koweït, du Qatar, d'Oman et de l'Equateur    Israël fait tout pour éviter la comparution devant la cour internationale de justice de la Haye    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un Tennessee Williams amusant
Théâtre : « Petits rêves » de Hassen Mouadhen
Publié dans Le Temps le 17 - 01 - 2010

« Petits rêves » (Ahlem Saghira) produite par la société Z Production et mise en scène par Hassen Mouadhen, dont la première représentation a été organisée samedi dernier à la Maison de la culture Ibn Rachiq devant une salle pleine, est une adaptation de la première pièce de Tennessee Williams, écrite en 1944, « La ménagerie de verre » et adaptée au cinéma par Paul Newman.
C'est une pièce autobiographique dans laquelle Tennessee Williams met en scène sa propre famille. Hassen Mouadhen n'est pas resté fidèle à l'esprit du texte initial. Il a choisi le comique et la dérision pour raconter le drame qui arrive à Lamis, atteinte d'une infirmité physique et d'un handicap mental imprécis (en réalité, elle était schizophrène), fille de Rafiaâ, désespérément volubile, hystérique à force d'angoisse étouffée et sœur de Farouk, initialement le narrateur de cette histoire conçue comme des réminiscences intimes mais gommé ici par le dramaturge.
La pièce tourne, donc, autour de la sœur, boiteuse, timide à l'excès, qui se réfugie dans l'écoute de vieux disques ou dans la contemplation de son bestiaire de verre. Farouk reste à la maison par devoir moral, par affection pour les siens, mais il étouffe et sort tous les soirs se soûler la gueule tout en rêvant d'immigrer en Europe. Un digne fils de son père qui les a abandonnés pour aller courir le monde, dit la mère. Rafiaâ qui n'a qu'une obsession, marier sa fille. Pour rendre service, Farouk amène à dîner un copain, dans la perspective qu'il sera séduit par Lamis.
La scène clé : la rencontre entre le prétendant et Lamis est tout juste ratée en raison du jeu mièvre des acteurs. Et pourtant, la pièce repose sur l'interprétation censée faire passer des émotions. Ce qui n'est malheureusement pas le cas. Le travail sur la gestuelle est intéressant dans la mesure où le parti- pris comique prime mais il devient complètement inutile dans la mesure où le metteur en scène survole rapidement cette séquence en n'accordant pas le temps suffisant aux deux protagonistes de s'apprivoiser.
Et l'objet en verre dans lequel Lamis élève ses vers à soie dont les fils si fragiles, s'effilochent lorsque le bestiaire en question se brise, ne renvoie pas au sens que Tennessee Williams a voulu exprimer, celui de la fragilité des choses et des êtres. Et la scène se fige dans un réalisme primaire.
Le metteur en scène a fait une adaptation très libre de « La ménagerie de verre » en l'actualisant (grippe AH1N1, immigration…) et en ajoutant un cinquième personnage assez pathétique, celui de la belle-mère muette et délaissée, qui rythme la pièce par certaines de ses apparitions. En optant pour la comédie, il a effectué un travail intéressant sur la gestuelle et la mimique.
Malheureusement, les comédiens n'ont pas tous été à la hauteur. L'actrice ayant campé le rôle de la mère est assez remarquable dans sa manière d'agacer et d'exaspérer les siens et de les asphyxier à force d'inquiétude. Elle a su communiquer la tendresse, l'agacement et par moment, la joie. Par contre, la comédienne qui incarne le personnage de Lamis n'arrive pas à renvoyer ce côté fragile et enfantin en marquant sa différence par rapport aux autres, ce qui lui permettra de faire éclater la bulle dans laquelle elle s'est enfermée.
Farouk avec son physique d'athlète, donne l'impression d'avoir les pieds sur terre, mais en même temps, la tête dans les étoiles.
La mise en scène manque de poésie et d'onirisme auxquels nous a habitués Hassen Mouadhen dans ses précédentes créations. Toutefois, son mérite est d'avoir adapté cette pièce qui est un morceau de bravoure de Tennessse Williams. Mais ceci étant dit, « Petits rêves » est, faut-il le souligner, un spectacle qu'on ne doit pas rater.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.