Grande Bretagne: Au volant d'une voiture à 97 ans, le mari de la reine d'Elizabeth II sort indemne d'un accident    LdC, Espérance: Formation probable face au FC Platinum    LdC, Club Africain: Formation probable face à Al Ismaily    LdC Afrique (J2): Les rencontres de ce vendredi et le programme TV    Sortie en France du film « Au-delà du regard, osez le désert » : réalisé par une association encadrant des jeunes malvoyants    Tunisie – Nidaa Tounes fait assumer la responsabilité de la crise à certaines parties politiques    Tunisie- La liste des vols reportés dévoilée par Tunisair    Tunisie: Décès de deux personnes électrocutées à Kerkennah    Tunisie – AUDIO : Afaq Tounes accuse certains partis de vouloir empêcher l'inscription de nouveaux électeurs    Tunisie: Nidaa Tounes inquiet de l'échec des négociations entre l'UGTT et le gouvernement    Météo: Prévisions pour vendredi 18 janvier 2019    Coupe de Tunisie : programme des 16èmes de finale dévoilé    Mondial Hand 2019 : la Tunisie passe au tour principal    Al Badil Ettounsi se penche sur l'épineuse question : Le retour des Tunisiens des foyers de tension – La Syrie par exemple !    Youssef Chahed reçoit les responsables du groupe japonais Yazaki qui compte développer ses investissements en Tunisie avec de nouvelles unités de production    Libye-5 morts et 20 blessés suite à des affrontements à Tripoli    Une autre Tunisie est possible, selon Abid Briki    Mercato : le joueur du CA rejoint son nouveau club    Tunisie- La photo d'inauguration d'un salon de thé fait polémique sur les réseaux sociaux    Les grévistes et protestataires se dirigent au palais du Gouvernement à la Kasbah    Au 4 éme art : cycle de représentation » Fantastic City Again «    Invitation : rencontre autour du Projet Mechey wa jey le mercredi 16 janvier à 18h à l'hôtel Africa    KFC célèbre une première année de succès en Tunisie    Tous les services des administrations publiques suspendus à Sidi Bouzid    Penser le sport    Publication de la liste des candidats dans la catégorie information    L'Agence d'intégration et de développement social est née    Les partisans du moindre effort    Tunisie- Paralysie totale du trafic aérien    A quand l'internationalisation ?    L'Ecole El Houareb transformée en bar    Compte-rendu intégral de la Conférence de presse tenue par l'UGTT la veille de la Grève générale    A cause de la grève générale, l'avenue Habib Bourguiba fermée à la circulation    L'Arabie Saoudite accorde à la Tunisie un prêt de 500 millions de dollars    Tunisair communique    Rahmani, Berrima et les autres…    Un nouveau clip dévoilé    Agenda culturel    «Tus montes, mis versos» au théâtre municipal de Tunis    Pour un regain d'éclat de la Perle du Sahel    Tout sur le Sommet arabe pour le développement économique et social qui se tiendra ce dimanche à Beyrouth    Confluences tuniso-espagnoles    Barbanera, un Tunisien à la tête d'un large réseau de migration illicite, arrêté en Italie    Brésil- Le nouveau président brésilien signe un décret facilitant la détention d'armes à feu    Tunisie: L'Allemagne a expulsé 318 tunisiens en situation irrégulière en 2018    René Trabelsi n'a jamais donné d'interview à une Chaîne Israelienne    Paris : Un quartier du 9ème sous les décombres… !    Les océans se réchauffent plus rapidement que prévu et leur écosystème se détériore    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fadhel Ben Achour, icône de la tolérance religieuse
Mémoire collective
Publié dans Le Temps le 29 - 01 - 2010

C'est Fadhel Ben Achour le penseur que nous évoquons cette fois-ci, après avoir parlé de l'érudit et le spécialiste en législation musulmane que fut ce touche-à-tout de génie.
L'orientaliste et islamologue Jacques Berque,le considérait comme étant " Une des plus éminentes personnalités de la culture islamique contemporaine "
Intellectuel doublé d'un fervent patriote, Fadhel Ben Achour fut une figure de proue de la lutte nationale , à l'ère du colonialisme.
Il ne ratait aucune occasion pour dénoncer les abus de l'occupant et revendiquer la libération du pays du joug du colonialisme.
Il était bien conscient des risques qu'il courait et eut son lot de sévices perpétrés par les autorités coloniales, et ce, que ce soit lors du congrès de la nuit du destin en août 1946, ou suite à sa nomination en tant que président de l'UGTT, premier syndicat ouvrier tunisien en janvier 1945, aux côtés de Farhat Hached et Habib Achour
Il n'hésitait pas à descendre dans la rue pour participer aux manifestations anti-coloniales et n'avait pas peur d'affronter les forces des autorités coloniales qui menaient une répression à outrance.
Mais cela ne l'avait jamais empêché de remplir son rôle en tant que penseur, avec l'objectif qu'il s'était donné de contribuer au développement du savoir et à l'évolution de la pensée islamique notamment au sein de la mosquée Ezzeïtouna, là où il avait lui-même puisé des enseignements dispensés depuis des siècles dans cet institut islamique de grande renommée.
Cet institut avait été dirigé par son père le cheikh Mohamed Tahar Ben Achour, qui fit autorité notamment en matière de l'exégèse du Coran. " Attahrir wattanouir " œuvre de ce Cheikh à l'esprit éclairé, reste incontestablement la meilleure référence en cette matière.
Fadhel Ben Achour hérita de son père, la rigueur dans le raisonnement et la clarté dans la pensée, évitant de la sorte, les égarements, les préjugés et les interprétations fondées sur de faux prémices et des éléments erronés.
Cela ressortait clairement dans la pensée de Fadhel Ben Achour, que ce soit à travers ses œuvres et ses cours, à la mosquée Ezzeïtouna, à l'institut de la Khaldounia, ou plus tard à la faculté de droit de Tunis où il enseigna notamment, le droit musulman.
Cela ressortait également à travers ses multiples conférences dont celles qu'il donnait régulièrement à la radio, au cours de son émission : " Causeries du mercredi ".
Il voulut, surtout démontrer à travers ces conférences, que l'Islam est avant tout une religion de paix et de tolérance.
Dans une de ces conférences en octobre 1964, il affirmait notamment :
" L'Islam est devenu de nos jours un problème de l'heure, voire le problème du siècle, et ce aussi bien pour nous musulmans, étant les premiers concernés, que pour les non-musulmans. Parmi ces derniers, ceux qui vouent de la haine à cette religion, ont toujours essayé de la combattre par tous les moyens.
Je parle de ceux parmi les occidentaux, qui nourrissent la xénophobie et attisent les feux de la discorde et de la guerre coloniale.
Aussi les orientalistes avaient-ils essayé depuis longtemps d'étudier entre autres, la culture islamique.
La plupart d'entre eux, étaient fascinés par cette spécificité de l'Islam : la paix à laquelle il incite essentiellement, à travers ses rites et ses enseignements.
Ce fut ce qui intrigua les insidieux et perfides parmi ces orientalistes, et les conduisit à faire des amalgames et des interprétations erronées de nature à susciter davantage de discorde.
A nous de faire la part des choses, en ayant la pensée suffisamment claire afin de ne point nous faire prendre dans de tels écueils. "
Cette conférence reste toujours actuelle, et les idées de ce grand penseur sont à l'honneur.
C'est à nous en effet d'avoir suffisamment de lucidité afin de dépasser les préjugés, et évoluer sans cesse vers le progrès.
Fadhel ben Achour, a été parmi les plus grands penseurs musulmans. Il a contribué pas sa pensée, à sauvegarder l'image réelle de l'Islam, religion de tolérance et de paix.
Il avait appelé à ce dessein, au groupement de toutes les forces, toutes les énergies et toutes les compétences.
Il nous a malheureusement, quitté trop tôt, un 20 avril 1970 à l'âge de 69 ans.
Il reste cependant une icône de la tolérance religieuse, en Tunisie et au Maghreb.
Paix à son âme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.