S'attaquer aux cadres juridiques discriminatoires    Les recrutements à titre exceptionnel…    16.7 millions de repas seront servis en 2019    Tunisie – Presse : Rachid Khechana nouveau PDG de la TAP    La Commission des Finances refuse la réduction du budget de l'ARP, pour l'exercice 2019    L'intégration par les banques centrales    Lamia Ben Mime reçoit le Trophée de la Femme Manager Secteur Public 2018    USA : La bilan des incendies qui ravagent la Californie grimpe à 71 morts et plus de 1000 disparus    La Tunisie célèbre du 20 novembre au 20 décembre 2018 le mois de la protection de l'enfance    Saisie de plus de 2.200 kg de zgougou et fruits secs    Coup d'envoi du programme d'hygiène en milieu scolaire    Assassinat de Khashogji : Le prince Khaled Ben Salmen dément les accusations du Washington Post    Ligue 1 (match en retard/2e j) : ES Metlaoui-Espérance ST au stade d'El Menzah    CAN 2019 (Eliminatoires/ J5) : Programme des matches de samedi    Tunisie-Ligue 1: les matches amicaux de ce samedi    Tunisie: De crainte d'être filmés par des caméras de surveillance, des députés détruisent les détecteurs d'incendie    Les Sfaxiens protesteront massivement ce samedi devant le siège de leur Municipalité pour la « fermeture de la SIAP »    ‘'Nous œuvrons à mettre en place un pôle unifiant les forces nationales'', annonce Mohsen Marzouk    En photos : Habillée par Soltana, Dorra Zarrouk fait sensation…    Meurtre de Jamal Khashoggi: la CIA accuse le prince héritier saoudien d'en être le commanditaire    La résidence de l'ambassadeur de Sa Majesté à Tunis revisitée    Tunisie: Evasion fiscale, le ministère des Finances compte recruter 500 agents    Tunisie: Hausse de 10,8% du prix de l'immobilier    «Faire aussi bien dans les matches retard qui restent à jouer»    Démarrage des travaux d'installation de la première turbine à gaz    Nouveaux ministres et secrétaires d'Etat soumis à la déclaration de patrimoine    Bye bye Avigdor !    Le boycott des examens de l'enseignement secondaire est maintenu    EST : Entrée en lice le 15 décembre    L'Exposition japonaise itinérante « Winter Garden » en Tunisie L'exploration de l'imagination « Micropop » dans l'art contemporain japonais    Un univers créatif et onirique    La scène artistique vient de perdre l'acteur et comédien Hatem Berrabeh    Tunisie: “Nidaa Tounes, ce n'est pas fini”, Boujemaa Rmili    L'Afirque future 'Poubelle' des voitures Diesel Européennes ?    Tunisie: 25 tonnes de cuivre destinées à la contrebande saisie au port de Radès    En Photo : Dorra Zarrouk aussi belle que sa grand-mère    Prestige, enjeux et avenir…    Le dossier Belkhiter clos    La Ligue arabe demande une protection internationale pour les Palestiniens    Sliti s'est entraîné en solitaire    Arts visuels et plastiques    Un maître artiste s'en va…    Le Club de presse se distingue!    2 morts dans un accident de la route à Sidi Bouzid    Tunisie: Grand rassemblement des travailleurs samedi devant le siège de l'UGTT    Météo: Prévisions pour vendredi 16 novembre 2018    Des briques fabriquées à partir d'urine humaine en Afrique du Sud    Aboutrika condamné à un an de prison !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fadhel Ben Achour, icône de la tolérance religieuse
Mémoire collective
Publié dans Le Temps le 29 - 01 - 2010

C'est Fadhel Ben Achour le penseur que nous évoquons cette fois-ci, après avoir parlé de l'érudit et le spécialiste en législation musulmane que fut ce touche-à-tout de génie.
L'orientaliste et islamologue Jacques Berque,le considérait comme étant " Une des plus éminentes personnalités de la culture islamique contemporaine "
Intellectuel doublé d'un fervent patriote, Fadhel Ben Achour fut une figure de proue de la lutte nationale , à l'ère du colonialisme.
Il ne ratait aucune occasion pour dénoncer les abus de l'occupant et revendiquer la libération du pays du joug du colonialisme.
Il était bien conscient des risques qu'il courait et eut son lot de sévices perpétrés par les autorités coloniales, et ce, que ce soit lors du congrès de la nuit du destin en août 1946, ou suite à sa nomination en tant que président de l'UGTT, premier syndicat ouvrier tunisien en janvier 1945, aux côtés de Farhat Hached et Habib Achour
Il n'hésitait pas à descendre dans la rue pour participer aux manifestations anti-coloniales et n'avait pas peur d'affronter les forces des autorités coloniales qui menaient une répression à outrance.
Mais cela ne l'avait jamais empêché de remplir son rôle en tant que penseur, avec l'objectif qu'il s'était donné de contribuer au développement du savoir et à l'évolution de la pensée islamique notamment au sein de la mosquée Ezzeïtouna, là où il avait lui-même puisé des enseignements dispensés depuis des siècles dans cet institut islamique de grande renommée.
Cet institut avait été dirigé par son père le cheikh Mohamed Tahar Ben Achour, qui fit autorité notamment en matière de l'exégèse du Coran. " Attahrir wattanouir " œuvre de ce Cheikh à l'esprit éclairé, reste incontestablement la meilleure référence en cette matière.
Fadhel Ben Achour hérita de son père, la rigueur dans le raisonnement et la clarté dans la pensée, évitant de la sorte, les égarements, les préjugés et les interprétations fondées sur de faux prémices et des éléments erronés.
Cela ressortait clairement dans la pensée de Fadhel Ben Achour, que ce soit à travers ses œuvres et ses cours, à la mosquée Ezzeïtouna, à l'institut de la Khaldounia, ou plus tard à la faculté de droit de Tunis où il enseigna notamment, le droit musulman.
Cela ressortait également à travers ses multiples conférences dont celles qu'il donnait régulièrement à la radio, au cours de son émission : " Causeries du mercredi ".
Il voulut, surtout démontrer à travers ces conférences, que l'Islam est avant tout une religion de paix et de tolérance.
Dans une de ces conférences en octobre 1964, il affirmait notamment :
" L'Islam est devenu de nos jours un problème de l'heure, voire le problème du siècle, et ce aussi bien pour nous musulmans, étant les premiers concernés, que pour les non-musulmans. Parmi ces derniers, ceux qui vouent de la haine à cette religion, ont toujours essayé de la combattre par tous les moyens.
Je parle de ceux parmi les occidentaux, qui nourrissent la xénophobie et attisent les feux de la discorde et de la guerre coloniale.
Aussi les orientalistes avaient-ils essayé depuis longtemps d'étudier entre autres, la culture islamique.
La plupart d'entre eux, étaient fascinés par cette spécificité de l'Islam : la paix à laquelle il incite essentiellement, à travers ses rites et ses enseignements.
Ce fut ce qui intrigua les insidieux et perfides parmi ces orientalistes, et les conduisit à faire des amalgames et des interprétations erronées de nature à susciter davantage de discorde.
A nous de faire la part des choses, en ayant la pensée suffisamment claire afin de ne point nous faire prendre dans de tels écueils. "
Cette conférence reste toujours actuelle, et les idées de ce grand penseur sont à l'honneur.
C'est à nous en effet d'avoir suffisamment de lucidité afin de dépasser les préjugés, et évoluer sans cesse vers le progrès.
Fadhel ben Achour, a été parmi les plus grands penseurs musulmans. Il a contribué pas sa pensée, à sauvegarder l'image réelle de l'Islam, religion de tolérance et de paix.
Il avait appelé à ce dessein, au groupement de toutes les forces, toutes les énergies et toutes les compétences.
Il nous a malheureusement, quitté trop tôt, un 20 avril 1970 à l'âge de 69 ans.
Il reste cependant une icône de la tolérance religieuse, en Tunisie et au Maghreb.
Paix à son âme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.