Tunisie – Escarmouches entre la police et des jeunes à Menzel Bouzalfa    Tunisie: les nouveaux ministres du gouvernement Mechichi    Tunisie – La Marsa : Arrestation de 28 casseurs    Mondial de Handball : le match Cap Vert-Allemagne annulé à cause du Corona    Barça – Athletic Bilbao : sur quelle chaîne voir le match ?    Raja Ben Slama : Ces partis machistes n'ont pas d'avenir...    Football : Programme TV de ce dimanche 17 janvier 2021    L'Algérie pose une condition pour partager son vaccin avec la Tunisie    A l'épreuve de la violence et de l'extrémisme    Inter vs Juventus : Où regarder le match en liens streaming    Condamnation de la violence à l'ARP: Rached Ghannouchi a-t-il sacrifié Al-Karama ?    Dernière minute : Samia Abbou transférée à l'hôpital militaire    Focus Business: Quand les usuriers apparaissent !    Mondial de Handball : La Tunisie rencontre le Brésil aujourd'hui    Commerce de cigarettes: le commerce parallèle brille de mille feux    Météo | Faibles pluies et légère hausse des températures    Siliana: Retour au calme après des heurts avec la police    Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?    Gouvernement Mechichi : Youssef Ben Brahim, ministre de la Culture (Biographie)    Gouvernement Mechichi : Ridha Ben Mosbah, ministre de l'Industrie (Biographie)    Samia Abbou admise à l'hôpital    Ouided Bouchamaoui: Trois exigences d'avenir    Afrique : Nomination de Sami Gargouri à la tête de BSIC banque – branche du Sénégal    La Tunisie ouvrira, jeudi prochain, à Alger, contre la Libye    Sur les pas de Merkel: Armin Laschet président de la CDU en Allemagne    Du côté du prétoire    Les astuces oubliées de l'auto-approvisionnement alimentaire    Faut-il en rire ou en pleurer ?    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Les nouvelles procédures douanières créent des pénuries    Plus de 2 millions de morts dans le monde    Ma revanche sur le... coronavirus    Compétitions interclubs de la CAF 2020/2021: Période d'enregistrement additionnel ouverte jusqu'au 31 janvier    Le coach du PSG, Pochettino infecté par le Covid-19    Bruits et chuchotements    La complainte de l'Acropolium    La fabuleuse histoire de l'épave de Mahdia    Biographie de Youssef Ben Brahim, pressenti au poste de ministre de la Culture    Tunisie-Qui est Zakaria Belkhoja le nouveau ministre de la Jeunesse et des Sports?    Par Henda Haouala : Les JCC 2020, Cherchez la logique !    Youssef Fennira, pressenti super ministre de la Formation professionnelle et de l'Emploi, et plus...    Le marché Boursier clôture vendredi sur une note quasi-stable (+0,09%)    «Fi Aal mIyeh al maliha» (Dans les eaux salées), autobiographie littéraire de Rafika Bhouri : La femme qui aimait la révolution !    La Tunisie ambitionne d'exporter 70 mille tonnes d'huile d'olive conditionnée, d'ici 2025    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grandeur et décadence
«Jugurtha» de Abdelmajid Lakhal
Publié dans Le Temps le 22 - 02 - 2010

Abdelmajid Lakhal, acteur et metteur en scène, animé d'une réelle passion pour la scène, continue malgré ses 70 berges, à déployer toute son énergie dans la création théâtrale. Il a choisi ce coup-ci le personnage historique de « Jugurtha » pour sa nouvelle pièce portant le même titre. La pièce a été présentée mardi dernièrement au Théâtre Municipal devant un petit nombre de spectateurs. Hélas, les amateurs du théâtre semblent ne plus apprécier ce genre de théâtre classique en arabe littéraire.
Pourtant, ce « Jugurtha » ne manque pas d'intérêt. Il s'agit d'une incursion dans l'histoire de la Tunisie antique où le héros numide mythique est représenté comme le chef de guerre qui s'est opposé à Rome. Cependant, ses multiples différends avec son demi-frère, qui l'accuse d'accaparer à lui seul le pouvoir, vont précipiter sa chute. Abdelamajid Lakhal a voulu, avec cette pièce, rendre hommage à cette personnalité tutélaire ayant sacrifié sa vie pour le pays.
Personnage emblématique
Le texte signé par Ezzeddine Abassi respecte l'esprit de l'époque dont il est question. Quatre escales majeures : Jugurtha le mari bien aimé, Jugurtha le commandant, Jugurtha l'être humain et Jugurtha face à son combat contre ses cousins et ses ennemis. Les lumières et la musique de Brahim Bahloul viennent illustrer ces quatre escales, avec des effets de mise en scène mettant en perspective tantôt la narration à la manière shakespearienne, tantôt le jeu des comédiens : Abdellatif Khaïreddine, Hsouna Mejri, Haddad Bouallègue, Sadok Halwas, Yahia Feïdi, Nawfel Abdawi et Salem Laâbidi.
Jugurtha, personnage emblématique dans l'histoire de la Tunisie, a joué un rôle considérable dans le rapprochement des tribus, leur apportant son soutien contre toute forme de persécution et de fanatisme et faisant de la dignité humaine, son point d'orgue. Sans oublier que Jugurtha a gagné les combats qui ont opposé son peuple à Rome grâce à sa puissante détermination et à sa volonté de fer. Ce « Jugurtha » a été monté dans le cadre de la célébration du Centenaire du Théâtre Tunisien, dans le dessein de rendre hommage aux professionnels du Quatrième art qui n'ont pas ménagé leurs efforts pour sa promotion. Malgré un texte qui tend vers une langue poétique : l'arabe littéraire, l'approche théâtrale adoptée par Abdelmajid Lakhal traduit une dualité à toute épreuve à exprimer à la fois, la contradiction et la complémentarité entre le théâtre grec et le théâtre Shakespearien, comme l'incarnation de la tragédie grecque dans un imbroglio sentimental qui scande les différentes escales de la pièce. Le metteur en scène, Abdelmajid Lakhal a une carrière foisonnante et un répertoire très diversifié de comédiens. C'est depuis son plus jeune âge qu'il a manifesté un intérêt particulier pour le théâtre. Il a tout juste neuf ans quand il est monté, pour la première fois, sur scène. En 1959, diplôme de l'Ecole des arts dramatiques en poche, il poursuit des études approfondies au conservatoire national du théâtre avant de faire ses classes au théâtre de l'Odéon en France.
Artiste polyvalent
Disposant de plusieurs arcs à son violon : comédien, metteur en scène et producteur, Abdelmajid Lakhal a participé à plusieurs œuvres théâtrales, cinématographiques et télévisées. Il a côtoyé divers vétérans tunisiens et étrangers du cinéma et du théâtre, notamment Ali Ben Ayed, Abdelaziz Agrebi, Hamda Ben Tijani, Ibrahim Babay, Mouna Noureddine, Rachid Ferchiou, Brahim Babai, Roberto Rossellini, Franco Zefirelli… En 1983, il a été primé meilleur acteur à l'occasion du Festival arabe de la radio et de la télévision pour son interprétation du rôle de Ibrahim II dans « Yahia Ibn Omar ». « Jugurtha » demeurera pour lui, comme un moment théâtral important dans sa carrière de metteur en scène.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.