Italie : 102 millions d'euros d'amende à Google pour abus de position dominante    3 mois de prison pour un tunisien interdit d'accès au territoire français    Le général Youssef Baraket: Un symbole de l'armée républicaine (Album photos)    UTICA : Plus de 50% des entreprises sont menacées de disparition    Tunisie – Coronavirus : De nouvelles mesures du 16 Mai au 06 juin 2021    Salsabil Klibi [AUDIO] : Le président de la République est contraint de sceller le projet de loi de la Cour constitutionnelle    Tunisie : Le dilemme de Kaïs Saïed par rapport à la cause palestinienne et son besoin des USA    Un entretien entre Ali Kooli et Bruno Le Maire passé sous silence    Violences à l'encontre des femmes : l'ATFD appelle à une action de protestation le jour de l'Aïd    Dernière Minute – Coronavirus : 81 décès et 1105 nouvelles contaminations, Bilan du 11 mai    Hichem Mechichi annonce une série de mesures d'accompagnent économique aux entreprises    La recette de Ridha Chkoundali qui pourrait réduire l'endettement extérieur de la Tunisie    Palestine, notre âme et conscience    Espérance de Tunis : Tous les joueurs testés négatifs au Covid-19    Après deux heures d'attente, les journalistes quittent la Kasbah    Confinement général : levée de l'interdiction de déplacement entre les régions    JO-2020 (TQO) – Basketball : Le Cinq national en stage à partir de lundi à Monastir    Khalil Zaouia : Ce qu'a fait Saïed à Mechichi était immoral    Exclusif: Des mesures au profit de certaines catégories sociales vont être annoncées    Tunisie: Covid-19 : Le chant de l'espoir et des retrouvailles (clip et spot)    Tfanen organise des tables rondes digitales sur la contribution de la culture au développement durable    Football : Programme TV de ce mercredi 12 mai 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 12 Mai 2021 à 11H00    Tunisie: Le Mouvement du Peuple appelle à pavoiser les balcons et les façades des magasins de drapeaux palestiniens    L'UTAP met en garde contre un éventuel effondrement de la filière laitière    Tunisie: Othmen Jerandi participe à la session extraordinaire du Conseil de la Ligue des Etats arabes    Tunisie- Gafsa: Manifestation de soutien à la Palestine    Tunisie: Entretien téléphonique entre Kais Saied et Ismail Haniya    Règlement des déclarations fiscales avant le 15 mai : La CCT s'indigne    Boosté par les performances de la BH et la BIAT, le Tunindex s'apprécie    Tunisie- CONECT appelle à soutenir les secteurs touchés par les répercussions du confinement sanitaire    Ooredoo partage la joie de l'Aïd avec les enfants    Le CS Hammam-lif convoque une AG élective le 29 mai    " Sans Ticket " du 14 au 16 mai : Une sélection de courts métrages tunisiens disponible sur Artify    Judo : 18 judokas tunisiens au tournoi qualificatif à Dakar pour les JO de Tokyo    Juventus : Gianluigi Buffon annonce son départ en fin de saison    Willis from Tunis: 10 ans et toujours vivant    La Maison Blanche révèle ce que tente de cacher Carthage    Kaïs Saïed appelle les Palestiniens à unifier les rangs au service de leur juste cause    Entretien téléphonique Kais Saïed et la vice-méricaine Kamala Harris : soutien renouvelé auprès du FMI, contre le Covid et pour la sécurité    Dreams Chebeb, 2e édition: 15 projets artistiques voient le jour malgré la crise    Le gouvernement appuie toutes les entreprises tunisiennes qui investissent à l'étranger, assure Mechichi    Conseil de sécurité : Aucun accord sur une déclaration commune à propos des violences à Jérusalem    Décès du doyen de l'ophtalmologie Ridha Mabrouk    L'UGTT qualifie l'opération de la Cité Jarrah, à Al-Qods occupée, de "crime de purification ethnique"    " De la Casbah de Mazara del Vallo à la Petite Sicile de La Goulette " : La longue histoire des échanges entre l'Italie et la Tunisie    Tunisie : La 32e session des JCC confiée au cinéaste Ridha Béhi    Covid19 : Report de la manifestation théâtrale "Semaine pour le théâtre tunisien"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ben Ghedhahem ou la révolte des tribus
Mémoire de soie
Publié dans Le Temps le 06 - 04 - 2010

Ce fut peut-être l'une des figures les plus marquantes du dix-neuvième siècle tunisien. Né en 1814 à Sbeitla, Ben Ghedhahem chef de la tribu des Majer, de la région de Kasserine, après avoir menée contre le pouvoir beylical une révolte qui rassembla la quasi-totalité des tribus : Ouled Ayar de la région de Makthar, les Jlass et les Oueslat de la région de Kairouan, les Hemmama de la région de Sidi Bouzid et les Frachich, va tomber comme un novice dans le piège que va lui tendre le Bey.
Ce chef dont la bravoure et le courage n'ont d'égal que sa haine pour le mépris du pouvoir husseinite pour le petit peuple. Les soldats malmenaient une population déjà écrasée par le poids insupportable des impôts que le pouvoir n'hésitera pas à doubler.
Ce fut la mèche qui mit le feu à la poudrière. Ben Ghedhahem ordonna la désobéissance fiscale et se réfugia dans les montagnes près de Oueslatia et Bargou. L'armée levée par Ben Ghedhahem s'avançait vers la capitale quand sentant le danger, le Bey décida d'envoyer la sienne pour barrer la route aux rebelles. Plusieurs affrontements eurent lieu près du Pont d'El Fahs sans réelle victoire ni de l'un ni de l'autre camp. Ne pouvant venir à bout de leurs ennemis, les généraux du Bey optèrent pour une trêve stratégique, se replièrent et décidèrent d'entamer des pourparlers avec le chef rebelle. On lui fit même miroiter la possibilité de l'inviter à Tunis pour y rencontrer le Bey. Et c'est là que Ben Ghedhahem ira de son plein gré à sa perte. Contrairement à Jugurtha qui, lorsqu'on l'invita à Rome pour négocier, avait pris soin de soudoyer suffisamment de sénateurs et de tisser un réseau secret de relations, ce qui lui permettra de fuir avant d'être saisi, Ben Ghedhahem n'avait aucun sympathisant dans la capitale. Au contraire, l'entourage direct ou élargi du Bey éprouvait de l'horreur envers celui que l'historien Ibn Abi Dhiaf présente comme « un homme de la population des Ouled M'sahil et l'un de ceux qui se prétendent être hommes de science. En vérité il ne l'était pas. Inconnu durant sa vie, il n'avait jamais eu l'occasion d'avoir un quelconque pouvoir politique ». Mais Ibn Abi Dhiaf, c'est connu, était au service du Bey et l'histoire est toujours écrite par les gagnants. Ali Ben Ghedhahem a perdu par naïveté et convoitise ou par ce que c'était un homme de parole alors que le Bey n'a pas tenu la sienne en l'emprisonnant alors qu'il venait à lui de son plein gré après avoir reçu toutes les assurances sur sa sécurité. Pierre Grandchamp le décrit comme un homme de petite taille, d'un teint blanc, d'un esprit fin et éclairé, courageux, connaissant bien les affaires du temps, bon cavalier, aimé par toute la tribu des Majer ainsi que par tous ceux qui l'ont connu à l'époque. Il avait fait ses études à la grande mosquée Ezzeitouna. Ben Ghedhahem se serait écrié (alors qu'il était torturé par la milice du Bey et qu'une femme sortie du palais lui avait exprimé avec un rire méprisant « Alors c'est toi qui voulait devenir notre seigneur « Sidna » ?) : « Pourquoi n'êtes-vous pas venus chez moi lorsque j'étais dans le maquis ? Maintenant la gloire est loin de vous parce que je suis là par ma propre volonté ». C'est justement pour cela que l'histoire lui tiendra rigueur. Il n'a pas compris que depuis la nuit des temps la ruse a toujours fait partie de la guerre. Déjà son père Mohamed Ben Ghedhahem Cadi des Majer succomba suite au piège perfide que lui tendit le Caïd El Arbi Sehili qui lui offrit à boire un café empoisonné. En agonisant il mit son fils au courant de la trahison de Sehili et Ali le tuera de ses propres mains, lors de la révolution. Quand il sera incarcéré dans le fort de la Karraka de la Goulette sur ordre du Bey, Ben Ghedhahem subira le même sort : une rumeur persistante et sûrement fondée disait qu'il est décédé suite à un empoisonnement (le 10 octobre 1867). Il est bien dommage que ce héros de la révolte populaire contre les forces du Bey ne bénéficie pas de plus d'informations publiés sur le Net où nous n'avons pu trouver qu'un seul texte écrit par le confrère Habib Missaoui. Ce personnage haut en couleur de notre histoire récente mériterait beaucoup plus d'intérêt et l'on ne comprend pas aujourd'hui pourquoi on ne nous a pas enseigné son histoire à l'école, ni pourquoi on ne l'enseignerait pas aujourd'hui à nos enfants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.