Rapport – BCT : Les risques des crédits de l'Office des céréales pèsent lourdement sur le secteur bancaire    Nigeria – Tunisie : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct – 23 janvier 2022    Hand – J05 Elite Homme : résultats des matches en retard    Tunisie – Nigéria : en photos, la conférence d'avant-match    Etude – Le changement climatique diminuera la production céréalière de 30 à 50% par an    Le CSM refuse de communiquer son avis sur le projet de réconciliation pénale de Kaïs Saïed    Saïed a parlé à Macron, a donné des gages mais droit dans ses bottes    Entretien téléphonique entre Kaïs Saïed et Emmanuel Macron    Steg : plusieurs quartiers à Sousse, Monastir et Sfax sans électricité dimanche    Meurtre du commandant Houimli : 3 condamnations dont une peine de mort    Mahdia : il assassine son papa avec une batte de baseball    STEG : Des coupures à Sousse, Monastir et Sfax ce dimanche    Meurtre d'un policier à Bizerte: Les peines vont de quatre ans d'emprisonnement à la peine capitale    Bilan Covid-19: 9.892 nouveaux cas et dix décès    Tunisair : Les revenus du transport augmentent de 24,7%, en 2021    REMERCIEMENTS ET FARK : Nejiba AMMAR    Rapport sur les entreprises publiques : Les factures non réglées pénalisent la Steg    Antonio Guterres espère un rétablissement des institutions démocratiques en Tunisie    Semaine boursière : Le Tunindex en mauvaise posture    Foot-Europe: le programme du jour    CONDOLEANCES    Tunisie – Nigeria : Un arbitre sénégalais au sifflet    CAN 2021 | Une défaite amère : Pas de quoi être fiers    CAN 2021 | L'équipe de Tunisie passe aux huitièmes : Qualification «miséreuse» !    Billet | Ils font peine à voir !    Le CSM ne plie pas : Un problème de plus pour Kais Saied    Pourquoi? | Du respect des citoyens    Fermeture des établissements scolaires : Une polémique stérile    Mouhiba Chaker, romancière : «Ecrire en français n'est pas pour moi un choix réfléchi !»    Projet Fourousyet : La belle épopée du cheval et de l'homme    «Streams» de Mehdy Hmili : La vie côté démons !    Industrie : Les obstacles n'ont pas freiné le développement du secteur aéronautique en Tunisie    Tunisie-Coronavirus [VIDEO] : Zakaria Bouguira met en garde contre la virulence d'un nouveau variant mutant d'Omicron    Banques islamiques : Résultat net en hausse de 265% en 2020    BNA Bank réalise un PNB en hausse de 20% en 2021    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    11 Tunisiens meurent noyés dans le naufrage de leur embarcation    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Russie-Ukraine : Poutine monte d'un cran, un danger imminent pour l'Europe, les USA, le monde    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ben Ghedhahem ou la révolte des tribus
Mémoire de soie
Publié dans Le Temps le 06 - 04 - 2010

Ce fut peut-être l'une des figures les plus marquantes du dix-neuvième siècle tunisien. Né en 1814 à Sbeitla, Ben Ghedhahem chef de la tribu des Majer, de la région de Kasserine, après avoir menée contre le pouvoir beylical une révolte qui rassembla la quasi-totalité des tribus : Ouled Ayar de la région de Makthar, les Jlass et les Oueslat de la région de Kairouan, les Hemmama de la région de Sidi Bouzid et les Frachich, va tomber comme un novice dans le piège que va lui tendre le Bey.
Ce chef dont la bravoure et le courage n'ont d'égal que sa haine pour le mépris du pouvoir husseinite pour le petit peuple. Les soldats malmenaient une population déjà écrasée par le poids insupportable des impôts que le pouvoir n'hésitera pas à doubler.
Ce fut la mèche qui mit le feu à la poudrière. Ben Ghedhahem ordonna la désobéissance fiscale et se réfugia dans les montagnes près de Oueslatia et Bargou. L'armée levée par Ben Ghedhahem s'avançait vers la capitale quand sentant le danger, le Bey décida d'envoyer la sienne pour barrer la route aux rebelles. Plusieurs affrontements eurent lieu près du Pont d'El Fahs sans réelle victoire ni de l'un ni de l'autre camp. Ne pouvant venir à bout de leurs ennemis, les généraux du Bey optèrent pour une trêve stratégique, se replièrent et décidèrent d'entamer des pourparlers avec le chef rebelle. On lui fit même miroiter la possibilité de l'inviter à Tunis pour y rencontrer le Bey. Et c'est là que Ben Ghedhahem ira de son plein gré à sa perte. Contrairement à Jugurtha qui, lorsqu'on l'invita à Rome pour négocier, avait pris soin de soudoyer suffisamment de sénateurs et de tisser un réseau secret de relations, ce qui lui permettra de fuir avant d'être saisi, Ben Ghedhahem n'avait aucun sympathisant dans la capitale. Au contraire, l'entourage direct ou élargi du Bey éprouvait de l'horreur envers celui que l'historien Ibn Abi Dhiaf présente comme « un homme de la population des Ouled M'sahil et l'un de ceux qui se prétendent être hommes de science. En vérité il ne l'était pas. Inconnu durant sa vie, il n'avait jamais eu l'occasion d'avoir un quelconque pouvoir politique ». Mais Ibn Abi Dhiaf, c'est connu, était au service du Bey et l'histoire est toujours écrite par les gagnants. Ali Ben Ghedhahem a perdu par naïveté et convoitise ou par ce que c'était un homme de parole alors que le Bey n'a pas tenu la sienne en l'emprisonnant alors qu'il venait à lui de son plein gré après avoir reçu toutes les assurances sur sa sécurité. Pierre Grandchamp le décrit comme un homme de petite taille, d'un teint blanc, d'un esprit fin et éclairé, courageux, connaissant bien les affaires du temps, bon cavalier, aimé par toute la tribu des Majer ainsi que par tous ceux qui l'ont connu à l'époque. Il avait fait ses études à la grande mosquée Ezzeitouna. Ben Ghedhahem se serait écrié (alors qu'il était torturé par la milice du Bey et qu'une femme sortie du palais lui avait exprimé avec un rire méprisant « Alors c'est toi qui voulait devenir notre seigneur « Sidna » ?) : « Pourquoi n'êtes-vous pas venus chez moi lorsque j'étais dans le maquis ? Maintenant la gloire est loin de vous parce que je suis là par ma propre volonté ». C'est justement pour cela que l'histoire lui tiendra rigueur. Il n'a pas compris que depuis la nuit des temps la ruse a toujours fait partie de la guerre. Déjà son père Mohamed Ben Ghedhahem Cadi des Majer succomba suite au piège perfide que lui tendit le Caïd El Arbi Sehili qui lui offrit à boire un café empoisonné. En agonisant il mit son fils au courant de la trahison de Sehili et Ali le tuera de ses propres mains, lors de la révolution. Quand il sera incarcéré dans le fort de la Karraka de la Goulette sur ordre du Bey, Ben Ghedhahem subira le même sort : une rumeur persistante et sûrement fondée disait qu'il est décédé suite à un empoisonnement (le 10 octobre 1867). Il est bien dommage que ce héros de la révolte populaire contre les forces du Bey ne bénéficie pas de plus d'informations publiés sur le Net où nous n'avons pu trouver qu'un seul texte écrit par le confrère Habib Missaoui. Ce personnage haut en couleur de notre histoire récente mériterait beaucoup plus d'intérêt et l'on ne comprend pas aujourd'hui pourquoi on ne nous a pas enseigné son histoire à l'école, ni pourquoi on ne l'enseignerait pas aujourd'hui à nos enfants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.