Le marché boursier entame la semaine sur une note d'optimisme    Coronavirus : 4 décès et 179 nouvelles contaminations, Bilan du 26 septembre    Tunisie Telecom réitère sa disposition à poursuivre le dialogue avec son partenaire social    Ooredoo soutient l'initiative « La classe digitale » au gouvernorat de Jendouba    Flat6Labs réalise le second closing de Anava Seed Fund pour le porter à 30 millions de dinars et accueille Sawari Ventures comme nouvel investisseur    L'INM appelle à la vigilance à cause des pluies attendues dans la soirée    Des organisations nationales appellent à fixer des échéances pour mettre fin à l'état d'exception    Huawei annonce un investissement de 150 millions $ dans des programmes inédits    Le sénateur Murphy: Tant que la démocratie n'est pas rétablie, nous devons revoir notre programme d'aide à la sécurité pour la Tunisie    Monde- Daily brief du 27 septembre 2021: Emmanuel Macron ciblé par un homme qui lui a lancé un œuf    Ministre de l'Education: Plus de 450 écoles seront réaménagées dans les prochains mois    La Tunisie s'illustre au Championnat d'Afrique d'échecs    Retour du Salon de la Création Artisanale du 1 au 10 octobre 2021 au Kram    Chiffre du jour : 141 millions de dinars, seulement, sont les crédits extérieurs nets mobilisés par la Tunisie    Démission collective à Ennahdha - Abdellatif Mekki : Nous n'étions plus qu'un fardeau    Slaheddine Dchicha: De «l'exception tunisienne» à l'état d'exception    Olaf Scholz, le probable chancelier d'Allemagne    Parti des Travailleurs: Kais Saied s'est donné tous les pouvoirs    Exposition Ouatann de Chiara Montenero, du 1er au 30 octobre 2021 à la galerie Alain Nadaud    Dernière minute- Affaire S17: Mandat de dépôt à l'encontre de Seif Eddine Makhlouf    Tunisie – Coronavirus: le taux de positivité des tests baisse à 6,62%    STEG: Des compteurs intelligents à partir de janvier 2022    Attaque de Kasar Hellal : le Parquet ordonne une instruction pour homicide volontaire    Décès du rédacteur en chef du journal Echaâb, Mokhtar Ghriss    Tunisie – ONU : Jerandi s'entretient à New York avec Lacroix    Ons Jabeur se hisse à la 16ème position au classement WTA    Ons Jabeur monte à la 16ème place du classement mondial !    Ali Larayedh: Les dernières mesures présidentielles menacent l'entité de l'Etat    Samir Dilou : Même notre prophète avait moins de prérogatives que Kaïs Saïed !    Covid-19 : 5 millions de tunisiens primo-vaccinés    Foot-Europe: le programme du jour    Supercoupe 2020-2021 (EST-CSS 1-0) : Les déclarations d'après-match    Clermont vs Monaco : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Photo du jour : 2 millions de dinars dé    De retour à l'opéra: Une série de pièces de théâtre à la cité de la culture du 1 au 7 octobre    3 membres du congrès américain appellent Biden à intervenir en vue de rétablir le Parlement tunisien    Manchester United vs Aston villa en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Foot-Europe: le programme du jour    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Tout savoir sur Les Araméens    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une odalisque génoise, aïeule de la dynastie husseïnite
Mémoire collective - Mai 1725
Publié dans Le Temps le 13 - 05 - 2007

Husseïn Ben Ali avait bien marqué son territoire, après avoir pris le dessus sur Brahim Chérif au cours d'une bataille acharnée où celui-ci était fait prisonnier.
Fils de Aly Turki, esclave d'origine corse, Hussein Ben Ali avait tous les atouts pour être coopté à la tête de la régence de Tunis, à la place du Bey déchu en 1705.
Une nouvelle dynastie commençait et Hussein Ben Ali sut s'entourer de garantie afin d'assurer sa pérennité.
Craignant encore une réaction de Brahim Chérif qui s'était évadé en Algérie, il avait agi par la ruse en lui tendant un guet apens. Celui-ci consistait en effet, de déclarer qu'il gardait provisoirement le trône en attendant le retour de Brahim Chérif pour se démettre en sa faveur.
Tombé dans le piège, celui-ci ne tarda de se pointer à Bizerte où les soldats de Hussein Ben Ali l'attendaient pour le mettre à mort sur ordre du nouveau régent. Voilà déjà une épine au pied dont put se débarrasser Hussein Ben Ali avec aisance. La sécurité intérieure assurée, puisqu'il n'avait plus aucun rival, il allait s'occuper de la sécurité extérieure et conclut un traité de paix en 1720 avec la France.
La période de son règne était relativement paisible.
Mais après ce long règne il aurait aimé avoir un fils qui lui succéderait au trône.
Mais comme a dit le grand poète arabe Al Mutanabbi, le vent ne va pas toujours au gré des voiliers. Il n'avait pas d'enfants malgré le nombre de femmes qui constituaient son harem. Il se résigna ainsi à la destinée et désigna son neveu Ali Bey pour sa succession cependant un événement impromptu allait changer le cours des choses.
La course était une pratique courante à l'époque, et était même considérée, non pas comme une piraterie, mais un jihad maritime.
Les Corsaires avaient capturé une belle génoise.
Elle fut alors offerte à Husseïn Ben Ali, en tant qu'odalisque. Dans son ouvrage : "Description de Tunis" le docteur Franck médecin de Hammouda Pacha et non moins historiographe écrivait à ce propos : "La jeune captive était d'une rare beauté ; elle lui plut et il la fait placer dans son harem, où peu de temps après elle devint enceinte" .
Tout content, il convoqua le diwan ou assemblée de notables, réunissant notamment les dignitaires religieux pour soumettre à leur avis l'éventualité de reconnaître pour hérités du trône, l'enfant qui allait naître de l'odalisque génoise, si celui-ci était de sexe masculin.
Problème épineux, car l'odalisque était chrétienne. Comment son enfant pouvait-il régner un peuple musulman ?
D'autant plus que cette odalisque ne consentit pas à se convertir à l'Islam, préférant garder la religion de ses ancêtres.
Ce fut la raison pour laquelle le Diwan manifesta sa réticence sur cette question o combien délicate.
La Tunisie était à l'époque une province de l'Empire Othman dont le sultan était considéré commun Khalifa musulman.
Une échappatoire fut trouvée par le Diwan, afin de ménager la chèvre et le choux et arriver à une issue favorable au vœu du Bey voulant assurer sa succession par son fils : celui-ci fut considéré comme musulman étant la progéniture d'un père musulman. Il eut le nom de Mohamed Bey, déclaré officiellement en tant que futur successeur de Hussein Ben Ali.
La même odalisque donna naissance par la suite à deux autres garçons : Mahmoud Bey et Ali Bey.
Quant à son neveu, il feignit se résigner à la décision de son oncle, mais ne tardera pas à se retourner contre lui, pour aller se réfugier aux montagnes de Oueslat là où prépara une bataille acharnée pour le chasser du trône en 1735.
Hussein Ben Ali finira par être décapité, alors qu'il fuyait en Algérie par les mains d'un des hommes de Ali Bey.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.