Les USA affirment n'avoir fourni aucun financement pour soutenir la campagne de Saied lors de la présidentielle de 2019    Hichem Ajbouni dénonce la nomination de Lazhar Loungou    UBCI : Un PNB de 63,460 MDT au 1er Trimestre 2021    Coupe de la CAF-Phase de groupes-5ème journée: Le CSS se qualifie aux quarts de finale, l'ESS éliminée !    Bilan Covid-19 : 2603 nouveaux cas et 75 décès en Tunisie    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Accord trouvé dans le dossier Shems Fm    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Tunisie [Vidéo + Photos]: Ambiance de Ramadan, les fromages, une particularité de Béja    Tunisie-Le ministre des affaires sociales fustige la non contribution des grandes surfaces aux efforts nationaux    BCT : Augmentation des billets et monnaies en circulation    BCT : Hausse du solde du compte central du gouvernement fin 2020    BCT : les réserves en devises sont constituées, principalement, de crédits extérieurs...    PSG vs Angers: Où regarder le match des quarts de finale de la Coupe de France du 21 avril?    CNRPS : Une application pour payer les cotisations en ligne    Manque de solidarité : Trabelsi fustige les grandes surfaces    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Avril 2021 à 11H00    Arrestation à Mahdia de trois personnes impliquées dans des affaires terroristes    Tunisie – météo : Brouillard local le matin et hausse des températures    Le Synagri fustige la hausse des prix des carburants    MEMOIRE : Khalifa BOULAARES EL HERZI    L'ambassadeur Moez Mahmoudi renforce le cabinet du ministre de l'Economie, Ali Kooli    Billet | Relais de croissance    BCT : Les avoirs en or de la Tunisie s'élèvent à 675 MD, à fin décembre 2020    Foot-Europe: le programme du jour    CONDOLEANCES    Coupe de la CAF | Salitas-CSS (17h00 à Ouagadougou) : Mettre les bouchées doubles    Foot – Les clubs anglais disent "stop" à la Super League !    Expatriés : Aïssa Laïdouni champion de Hongrie    Mechichi irait-il à Washington, avec Majoul et Taboubi ?    Le virus en terrain favorable !    News | Retour en octobre pour Dahmen    Tunisie: Accident mortel à Bouhajla    Abir Moussi [EN DIRECT]: "Je dénonce l'acharnement judiciaire orchestré par Ennahdha à mon encontre"    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Omar Ibnulkhattab
Les Compagnons du Pophète
Publié dans Le Temps le 10 - 08 - 2012


Al Farouk « Le Tranchant » (suite)

La majorité des historiographes dont notamment Ibn Massoûd, s'accordent à dire que Omar Ibnulkhattab s'était converti à l'Islam à l'âge de 26 ans et six ans après la révélation.
Il était vigoureux et dur de caractère mais depuis sa conversion à l'Islam, il se montrait tendre et avenant à l'égard de musulmans qui avaient combattu les païens, non sans subir des exactions de la part de ces derniers qui étaient résolus à ne pas abandonner leurs idoles.
Omar Ibnulkhattab était dur et intransigeant et ne ménageant aucunement les polythéistes récalcitrants. Mais il s'indignait devant cette injustice qui sévissait durant la période anti-islamique.
Ce fut la raison pour laquelle il était résolu dès son avènement au Califat, à instaurer la paix et l'équilibre social au sein de la communauté islamique.
Il se montrait dur envers ceux qui commettaient des abus, et tendres envers les démunis et tous ceux qui étaient victimes de l'injustice qui avaient sévi durant toute la période de la Jahilya.
Il s'est érigé contre l'esclavage, bien qu'il ne fut pas tout à fait aboli par les préceptes de l'Islam.
Dans plusieurs versets coraniques il est incité à l'affranchissement des esclaves, sans pour autant l'interdire.
« A quel titre vous tenez en esclavage des hommes qui naissent libres », s'était-il exclamé, avant d'éclater en sanglots.
Il avait les larmes aux yeux dès qu'il entendait des versets coraniques incitent à la piété et à la bienfaisance.
Bien plus il n'hésitait à contredire le Prophète qui se montrait souvent souple durant des cas nécessitant l'application stricte de la loi, en l'occurrence les préceptes dictés par le Saint Coran. Ce fut la raison pour laquelle il fut surnommé : « Le Tranchant », parce qu'il tranchait dans le sens de la justice et de l'équité.
Le Prophète disait déjà, à propos de Omar, qu'il était la meilleure référence en matière de l'application de la Chariaâ.
Etait-ce le Prophète qui l'avait surnommé « Le Tranchant » ?
Certains historiographes arabes le confirment alors que d'autres déclarent que ce sont les « hommes du livre » dont notamment les Chrétiens qui lui ont attribué ce surnom.
Il était contre la consommation de l'alcool. Mais, au début de la révélation, l'usage de l'alcool n'était pas strictement interdit.
Un premier verset coranique l'a interdit au moment de la prière.
Omar Ibnulkhattab estimait que l'alcool était de nature à semer la trouble parmi les fidèles et qu'il devait, de ce fait, être strictement interdit.
Le dernier verset révèle au Prophète concernant la consommation de l'alcool, a été interprété par Omar comme une interdiction claire et explicite. Il doubla de vigilance pour combattre tous ceux qui n'avaient pas se débarrasser de cette pratique indécente de la Jahilya.
Il avait eu notamment durant sa période de califat, à appliquer la Chariaâ pour ceux qui avaient surpris en état d'ébriété notoire.
Il n'avait pas hésité à ordonner que son moine fils, soit soumis au châtiment adéquat pour ce délit, à savoir : 100 coups de bâtons. Certains historiographes racontent que son fils décéda, alors qu'il avait reçu 80 coups de bâton. Et Omar Ibnulkhattab d'ordonner : « Continuez jusqu'à 100, quand même ! ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.