Pour la levée du confinement obligatoire pour les personnes venant de l'étranger    Finances : Ouverture de l'inscription pour les entreprises touchées par les impacts de la pandémie du Covid-19    Ministère de la santé : Découverte de la nouvelle variante SARS-CoV-2 en Tunisie    Et la fin de la vie sur Terre c'est pour quand ?    Nous avons gouverné le pays que durant 2 ans et un mois    Une délégation militaire de haut niveau se rend à...    Hatem Ben Salem : Le don émirati de 500 vaccins est une insulte dans son nombre et son coût    Tournoi de Doha : Ons Jabeur passe en huitièmes de finale    Zouheir Maghzaoui : Rached Ghannouchi est responsable de la crise !    «La Tunisie doit se donner une nouvelle direction économique et financière, le FMI demeurera son partenaire proche» affirme le chef de mission de cette institution pour la Tunisie    6,23%    Plus de 400 parlementaires européens appellent à la mobilisation    Menace d'une famine à grande échelle au Yémen    Les manifestations anti-junte en Birmanie    Les vaccins de la discorde...    «Dialogue des cordes» pour un Orient et un Occident tout en communion    Appel à la tolérance et à la solidarité    On tourne «le» page    Présidence de la CAF : la FIFA veut un consensus autour d'une candidature unique    L'Organisation tunisienne des jeunes médecins entame un sit-in au ministère de la Santé    Signature d'une Convention BH Bank / CNRPS    Lancement d'un e-service de déclaration des investissements agricoles    Changements climatiques : Premier guide pédagogique publié en braille    Booker international du roman arabe 2021 : les tunisiens Amira Ghenim et Habib Selmi demi-finalistes    La sortie de crise au cœur d'une rencontre entre des partis et des personnalités nationales    Covid-19 | 164 cas confirmés d'infection en milieu scolaire du 23 au 28 février 2021    Rafik Abdessalem : Le président est machiavélique !    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 02 MARS 2021 à 11H00    Abir Moussi à Béja cette semaine    Belgacem Tayaa, de nouveau administrateur délégué de Tunisair    Concert Mozart par les musiciens et les choristes du Carthage Symphony Orchestra le 13 mars    Le marché boursier clôture la séance sur une baisse de 0,31%    Ooredoo Tunisie lance le bouquet OSN Streaming App    Le parti socialiste tient la coalition au pouvoir responsable de la crise politique    CONDOLEANCES    La Tunisie aurait reçu le don de vaccins depuis fin 2020    Les nouvelles dates du festival Gabès Cinéma Fen 2021    Contrepoint | Inégalités...    News | Adel Chedli rejoint Willy Sagnol    Mini-foot | Super league Elite ( 6e journée ) : Arriadh toujours imbattable    Ligue 2 | 5e journée ­- Groupes 3 et 4 : L'ES Djerba, solide leader    Ligue 1 : programme de la 15e journée et les arbitres    Météo | Pluies éparses dans quelques regions et températures stables    Sadok Jabnoun compare le scandale des vaccins au Watergate    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    Le jeune YouTubeur Fekrinho retrouvé mort à Oran    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    Aucun site classé patrimoine mondial depuis 1997, Habib Ben Younes tire la sonnette d'alarme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Espace « Aïn », 25 ans déjà !
Entretien Mohamed El Ayeb, galeriste et artiste photographe
Publié dans Le Temps le 14 - 09 - 2012

Voilà déjà vingt cinq ans que la galerie Aïn a ouvert ses portes aux passionnés des arts plastiques.
Mohamed El Ayeb, artiste-photographe, fondateur de cet espace somptueux, était alors mû de toutes les bonnes volontés pour servir l'art et les artistes en Tunisie, en mettant sa galerie à la disposition des artistes et des créateurs tunisiens qui, depuis l'ouverture de cet espace, s'étaient succédé pour exposer leurs œuvres plastiques sur les cimaises de la galerie « Aïn » devenue aujourd'hui un espace d'estime. Mohamed El Ayeb, maitre de céans, est essentiellement artiste-photographe, mais il ne cesse de s'intéresser aux autres modes d'expression (peinture, sculpture...), en multipliant les efforts pour présenter au public les meilleures œuvres artistiques dans toutes les disciplines produites aussi bien par des peintres invétérés ou des jeunes talents. A l'occasion du 25è anniversaire de cette galerie, nous avons rencontré Mohamed El Ayeb qui nous a fait part de ses pensées sur la situation de l'art en Tunisie, de ses condoléances et de ses espoirs quant à l'avenir des arts et de la culture en Tunisie. Entretien :

Le Temps : pourriez-vous nous parler de la situation actuelle des galeries de l'art en Tunisie, notamment après la Révolution?

M. El Ayeb : Concernant la situation des galeries depuis la révolution, je peux dire que le début de la saison écoulée était normal. Nous avions beaucoup d'espoirs dans l'avenir et l'amélioration dans les conditions de travail qui ont commencé à être appliquées depuis Juin 2011, la possibilité de s'organiser en corporation professionnelle avec tout ce que cela implique dans l'organisation du secteur : statut, organisation du secteur, participation dans la prise des décisions concernant le marché de l'art et le statut de l'artiste, participation à la réalisation de projets d'artistes et de développer une société avertie dans les « Arts ». Depuis la Révolution, tous se posent bien des questions sur l'avenir de la liberté d'expression et des libertés tout simplement. Je pense qu'il faut se défendre et s'organiser mieux entre nous si l'on veut exister encore pour pouvoir continuer notre développement de l'art en Tunisie et de son marché et de l'ouvrir sur l'International. Une quinzaine d'Ecoles d'Arts existent en Tunisie, chaque promotion fournit de nouveaux artistes diplômés qui arrivent sur la place des Arts ; il faut leur donner leur chance, il faut les présenter avec leurs œuvres à la Société et les intégrer dans cette dynamique culturelle , artistique et économique dans notre pays. C'est le rôle de la galerie pour les arts visuels, comme le théâtre et les spectacles de scène pour comédiens et musiciens.

*En tant qu'artiste-photographe, quel avenir a l'art de la photographie à côté des arts plastiques et dans l'art contemporain en particulier?

-En tant que photographe plasticien je suis convaincu de la valeur de l'art de la photographie et de sa place au sein des arts plastiques et dans l‘art contemporain. Il n'y a aucun doute de la place qu'occupent l'image en général et la photographie en particulier, c'est un besoin quotidien. Ce que vit le monde comme changement sur tous les plans et dans tous les domaines, c'est par l'image que l'on s'exprime et on est saisi immédiatement par la plasticité, c'est une œuvre faite par la lumière et c'est un langage universel. Toute photographie plastique a sa juste valeur et sa place dans les arts plastiques et dans l'art contemporain. La question est une question de temps et de culture “la culture de l'image". Je me permets de rappeler les acquis de la photographie en Tunisie et la reconnaissance officielle de cet art : elle fait partie des Arts et des Lettres depuis des décennies et on décerne le prix National des Arts et des lettres pour des artistes photographes ; les acquisitions par l'Etat des œuvres photographiques ; l‘enseignement supérieur en tant que spécialité dans nos Ecoles d'Arts jusqu'au Doctorat d'Etat. On espère après la révolution créer une « Maison de la Photographie » afin qu'elle tienne la place qui lui revient dans le Musée des Arts Plastiques à la Cité de la Culture.

* Ça fait un quart de siècle que vous tenez la galerie Aïn, aux Jardins de Salammbô, quels sont les peintres (Tunisiens ou étrangers) qui vous ont marqué, parmi ceux qui ont exposé dans votre galerie?

-Concernant les artistes qui sont passés par la galerie et dont j'apprécie beaucoup les œuvres, on peut citer quelques noms : Abderazak Sahli, Ali Trabelsi, Victor Sarfati, Habib Bouabana, Lamine Sassi, Mohamed Ben Mefta, Hédi Labane, Hatem Mekki, Hédi Turki, Ali Bellagha, Béchir Kouniali, Bady Couchene, Habib Chebil, Asma Mnaouar, M'hamed M'Timet, Sonia Drij, Saloua Jabeur, Amor Ben Mahmoud, Ahmed Zaibi, Baker Ben Frej, Albert Sammama Chikli, Raquel Fonseca (photographe Brésilienne), Naji El Hazib (artiste irakien), Akila Mouroubi (peintre algérienne), Michèle Bancilhon (photographe française), ....

*Un galeriste se contente-t-il de louer ses murs aux artistes, ou bien intervient-il dans le choix des œuvres à exposer?

- Une galerie d'arts, ce n'est pas une salle des fêtes, on ne loue pas ses murs seulement, autrement il faut faire autre chose. Un galeriste invite ses artistes à exposer, crée un groupe d'artistes autour de lui, suit leur évolution, fait leur promotion et dynamise l'activité culturelle et la vie artistique et économique de ses artistes, donc il est une partie prenante avec les artistes qui exposent. C'est sa sensibilité, son approche et les tendances qu'il expose par rapport à sa programmation. Un galeriste intervient par le choix de ses artistes et leurs œuvres qu'il expose parce qu'il doit être convaincu de ces arts pour les défendre sur le marché.

* Que pensez-vous du marché de l'art plastique en Tunisie (production, exposition, vente, commission d'achat...) ?

- Concernant le marché de l'art : pour la production il existe un bouillonnement de jeunes artistes dont on attend un plus positif pour l'art. Les expositions sur la place sont nombreuses et sur tout le territoire tunisien ; depuis quelques années, on remarque la multiplication des ouvertures des galeries d'arts et les nombreuses expositions. La commission d'achats est un soutien pour le secteur.

* Le marché de l'art est-il soumis à la loi de l'offre et de la demande? En d'autres termes, trouvez-vous justifié le prix très élevé de certains tableaux, surtout ceux des grands maitres de la peinture?

- Après notre révolution, tous les rêves sont permis. On doit développer notre marché de l'art. Concernant les œuvres des maitres en général c'est la loi de l'offre et de la demande étant donné que le marché est très limité.

* Bientôt le 25è anniversaire de la Galerie Aïn, un quart de siècle d'existence, quel en est le bilan? Comptez-vous célébrer cette fête d'anniversaire? Quand et comment?

- Le bilan n'est pas si mal que cela, au cours de ce quart de siècle. Un grand nombre de plasticiens ont exposé leurs œuvres à l'Espace Ain, différentes générations aussi y ont fait leurs premiers pas, avec une ouverture sur les cultures du monde aussi. Les ateliers d'initiation et de recherches pour l'art de la photographie à l'espace Ain ont fait les débuts de certains noms d'artistes photographes aujourd'hui confirmés sur la place artistique. Avec les amis des arts plastiques, j'espère fêter cet événement avec une rétrospective et une place aux jeunes générations pour s'exprimer, sous réserve de l'actualité.

Interview réalisée par : Hechmi KHALLADI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.