Tunisie-Rafik Abdessalam : " Voilà ce qu'il faut faire maintenant »    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    Football : Où regarder les matches de vendredi ?    Ennahdha hausse le ton et tire à boulets rouges sur Kaïs Saïed    Infos Bourse – La STIP fait accroitre fortement ses bénéfices    Le Mondial des Clubs exclusivement sur cette chaîne …    Examen en conseil des ministres de projets de décrets à caractère économique    France : Nouvelles conditions d'accès depuis la Tunisie    Tunisie – Saïed : Bientôt l'annonce des mesures qu'attend le peuple    Kaïs Saïed et Noureddine Taboubi rattrapés par la réalité socioéconomique du pays    La Tunisie présente une plateforme géospatiale pour une évaluation des informations alimentaires    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Libye : VIDEO: Scènes de liesse populaire après la réhabilitation de Seif El Islam aux élections    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    FIFA Arab Cup – EN : Deux formations probables contre la Syrie !    CTN | Report de la desserte Tunis-Gênes du vendredi 3 décembre au samedi 4 décembre 2021    Les OGM : un ancien débat toujours d'actualité    Libye-Présidentielle : Seïf al-Islam Kadhafi revient dans la course électorale    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    Noureddine Ben Ticha : La situation actuelle nécessite une certaine rapidité    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    " Vues sur les arts" 2021 : Retour sur le cinéma de la nouvelle vague à l'ouverture    Tunisie : Najla Bouden rencontre Arnaud Peral    Productivité : Une centaine d'entreprises tunisiennes ont bénéficié du projet Kaizen    IACE : Tayeb Bayahi demande à la chef du gouvernement de soutenir les entreprises    Décès du photographe Mokdad Chaouachi    Ligue 2 : désignation des arbitres de la 4e journée    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Tébourba submergée par les ordures : Appel à la dissolution du conseil municipal    Twitter interdit le partage des photos et vidéos sans le consentement du propriétaire    Tunisie – Accidents de la route: Plus de 900 décès recensés en 2021    Ben Mbarek: Kais Saied fait partie du problème et non de la solution    Grève de la SNCFT: Nous n'avons pas réclamé des augmentations salariales, assurent les employés    Mövenpick Hotel du Lac Tunis célèbre Noël et les fêtes de fin d'année du 5 au 26 décembre 2021    En marge de la première sortie probante du Team Tunisie: Les vertus du pressing haut    La Mauritanie n'a pas fait le poids devant la Tunisie: Comme dans du beurre !    NEWS: Msakni de retour à l'Etoile    Riadh Daghfous: La vaccination des enfants dans la balance    Plus de déplacements entre les gouvernorats sans passeport vaccinal ?    Hafedh Boujmil: L'éditeur de l'année    A la galerie « Musk and Amber »: Taher Jaoui ou la peinture-émotion    Première de « Démo » de Moez Gdiri à l'Espace 77: Une œuvre grinçante    Météo | Temps hivernal à partir de ce jeudi soir    Coupe arabe FIFA 2021 :Tunisie, Chikhaoui et Maaloul blessés    Coronavirus Amine Slim : Pas de restrictions de déplacement pour le moment    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Orages dans l'ouest
Précarité, chômage, mauvaise distribution des terres et absence de tout
Publié dans Le Temps le 26 - 01 - 2013

Tout l'Ouest du pays, la région d'El Kef en particulier, est en « effervescence ». L'amateur d'histoire constate que, depuis l'Antiquité, le pays avance sur deux « jambes » : celle du littoral : commerçante et celle de l'intérieur : minière et céréalière. Si l'une d'elles souffre, tout le pays « boite ».
Même si les demandes des populations locales, qui ont beaucoup attendu, sont présentées avec une « acrimonie » certaine, il ne semble pas que la réponse sécuritaire soit la seule adéquate. Personne ne se souvient-il d'Ali Ben Gh'dhahom ?
Questions
Nous l'avons écrit : l'Ouest tunisien est principalement agricole et minier. Dans l'état de pauvreté où « l'Ancien Régime » l'a abandonné peut-il avoir envie d'attendre encore ?
Pourquoi 250 mille hectares ont-ils été plantés, en céréales, dans la région d'El Kef, devant produire autour de 3 millions de quintaux, alors que les usines agroalimentaires en sont absentes ? Pourquoi le minerai de fer de Jérissa est-il transformé à Menzel Bourguiba sur les berges du Lac de Bizerte ?
D'abord, les chemins de fer nationaux, transportent, avec l'argent du contribuable, 30 %, au moins, de terre qu'on pourrait laisser sur place. C'est une aberration économique de transporter des matières premières brutes. Il faut leur faire subir, sur place, une première transformation qui valorise le produit fabriqué et justifie le prix de son transport.
Ensuite, n'y a-t-il vraiment rien d'autre à faire du Lac de Bizerte ? Quand on constate ce que les Scandinaves ont fait de leurs fjords en élevant des saumons et les asiatiques de leurs côtes avec l'élevage des crevettes, on reste rêveurs. Les tunisiens ne sont-ils pas capables d'en faire autant ? Les grands marchés européens consommateurs de poisson sont à moins de 2 heures d'avion !
Pourquoi les eaux du Nord sont-elles uniquement conduites vers l'Est ? Pourtant les barrages de Khroumirie sont à moins de 100 kilomètres du Haut Tell qui a de bonnes terres. On pourrait y développer davantage de cultures irriguées et fourragères dans cette région d'élevage.
Pourquoi les habitants de l'Ouest seraient-ils pénalisés par les distances qui engendrent des coûts de transport empêchant leurs produits d'être compétitifs ?
Alors que l'Ouest est plus riche que le littoral en sites de toutes natures : sites historiques, parcs nationaux, curiosités naturelles (la couche alluviale K/T d'El Haria, voisin d'El Kef, est une référence mondiale !), que le folklore et la gastronomie y sont originaux et bien vivants, où est la promotion touristique de la « Route de l'Ouest » bénéficiant de deux aéroports internationaux, sous employés : Tozeur et Tabarka ? Où sont les dépliants touristiques, les fascicules d'information, les panneaux d'information dans les villes et sur les sites ?
Des réponses rapides
bien sûr, on ne peut pas tout résoudre tout de suite, à coups de baguette magique. Mais il est des réponses qui seraient symboliques d'une volonté gouvernementale de changer radicalement.
L'E.N.A. ne pourrait-elle pas aller s'installer dans l'Ouest ? Utopie ? En France, l'E.N.A., a été transférée de Paris à Strasbourg ! Oui, mais, rétorquerez-vous, elle est près de l'Allemagne, un partenaire privilégié. El Kef, ferons-nous remarquer, est voisin de l'Algérie qui devrait être un « pays frère ».
Que fait l'I.N.R.A.T. enclavé dans un quartier résidentiel de Tunis ? Ne serait-il pas mieux dans une région agricole ? Est-il normal que les gens de l'Est aient les grands instituts à côté de leur maison et que les étudiants de l'Ouest doivent quitter la leur pour poursuivre leurs études ? Où sont les académies de médecine ? Y'en a-t-il une seule dans l'Ouest ?
Pourquoi ne pas créer tout de suite un vrai « marché gare » au Kef ? Les produits de l'Ouest, rassemblés dans la journée, partiraient le soir et arriveraient sur le marché de gros tunisois à l'aube. En subventionnant un transport économique non polluant : le chemin de fer, le gouvernement ferait que les produits partis d'El Kef seraient à Tunis au même prix que ceux de Grombalia et ne seraient pas pénalisés par la distance.
Pourquoi faut-il 3 ou 4 ans pour moderniser la route P.5 Tunis – El Kef, alors que la « route des chinois » joignant Béja à Aïn Draham et n'ayant qu'une utilité économique réduite, a été construite beaucoup plus vite dans un environnement plus difficile ?
A-t-on vraiment étudié toutes les possibilités locales ? Pourquoi les Espagnols achètent-ils des zgougou qu'ils transforment en huile ? Pourquoi ne pas le faire en Tunisie ?
Une étude réalisée en collaboration avec les Services Italiens, en 2008, stipulait qu'il existait, dans la région, des opportunités industrielles dans 5 ou 6 domaines tels que ceux des céréales et des dérivés, des produits laitiers, des conserves alimentaires, de l'huile d'olive etc. ... Elles n'ont certainement pas disparu. Où sont les zones industrielles, les usines et les incitations fiscales promises ?
Sans attendre la mise en place de grands travaux tels que la mise en œuvre de la mine de phosphate (et des usines de transformation !) du Sra Ouertane, les usines agroalimentaires, le tourisme, local, favorisé par le chemin de fer, et l'international, irrigué par 2 aéroports internationaux, l'artisanat du bois – dans une région bien boisée – et de la laine – là où l'élevage du mouton est une tradition – en particulier, devraient permettre de fournir des réponses, même partielles, aux exigences des populations locales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.