Tunisie | Covid-19 : 80 décès et 2059 nouvelles contaminations recensés en 24 heures    42% des jeunes au chômage ont trouvé un emploi par leurs propres moyens (Etude)    BCT : Hausse des billets et monnaies en circulation de 17%, à la date du 21 janvier    Tunisie : La crise de l'ammonitrate et la colère des agriculteurs    La Chambre de commerce et d'Industrie de Sfax exhorte les entreprises intéressées par le projet de la Zone Logistique de Gargour de rejoindre le Consortium Régional    Le bateau transportant des bovins soupçonnés d'avoir la maladie de la langue bleue interdit de débarquer au port de Bizerte (OMMP)    Le PDL va proposer des motions de censure à l'encontre de Mechichi et Ghannouchi    Mohamed Hédi Chérif n'est plus!    Tunisie – Education : Les surveillants et surveillants généraux persistent dans leur grève ouverte    Ligue 1 : L'AS Soliman plonge le CA en plein crise    CAN U17 : La Tunisie n'ira pas en phase finale    Tunisie – ALERTE METEO : Avis de tempête    Pr. Mohamed Douagi : Allez circulez, il n'y a plus rien à voir    Par Jawhar Chatty : Peut-on dire de quelqu'un qu' il a été enterré en grande pompe ?    Moi et mon cancer...    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    La continuité dans un esprit de changement    Singularités et textures monumentales (2/2)    Covid-19 : Le gouvernorat de Tunis enregistre le bilan quotidien le plus élevé en 24 heures    Mechichi reçoit des membres du bloc parlementaire al-Karama    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie: En images, des éleveurs à El Hencha en colère contre la pénurie du fourrage    DECES: Abderrahmane BEN MESSAOUD    EST-ST :2-1 | Revoilà Khénissi !    Ligue 1 — 9e journée L'USM se reprend, la JSK au bout du rouleau !    NEWS: Revoilà Maher Haddad    Mes odyssées en Méditerranée: "Simpaticuni", premier Journal siculophone de Tunisie (1911-1933)    «Night in Tunisia» par-delà le temps et les frontières: Les pérégrinations d'un morceau    On a lu pou vous : « Chroniques de la Révolution tunisienne : Chroniques 2011/ 2014 » de François G.Bussac: Chroniques contre l'oubli    Rachida Triki, spécialiste en esthétique et philosophie de l'art, à La Presse : « La misère symbolique est une menace pour l'éducation du goût et l'exercice de la pensée »    Prix à la consommation et inflation 2020: Chute évolutive du taux d'inflation    Célébration de la journée mondiale de la culture africaine et afro descendante le 24 janvier de chaque année    Mondial de handball 2021 – Maroc vs Chili en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Tunisie – Les nouveaux joujoux de la police tunisienne arrivent à bon port !    Tunisie-Culture: Autorisation aux espaces culturels et artistiques d'organiser leurs activités!    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Covid-19 : Une situation sanitaire extrêmement grave    Le FMI appelle la Tunisie à prioriser les dépenses de santé et met en grade contre un déficit de plus de 9%    «Mâ lam tasqot mina elomôr... lam taôd khadra» (Celle qui ne tombe de l'âge... n'est plus verte), recueil de poèmes de Amor Daghrir : La patrie est une femme !    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Tunisie: Dialogue, dialogue...quand tu brides l'action    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    JEEP RENEGADE best-seller en 2020    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parachèvement des constituants de l'Etat islamique par Aboubakr
Les Califes illuminés (Arrachidoun) Chefs d'Etat ou chefs religieux ?
Publié dans Le Temps le 12 - 07 - 2013

Il est certain qu'il n'a été fait allusion à la Califat à travers le Saint Coran, et le Prophète n'y a fait aucune allusion de son vivant, ni laissé de recommandations ou testament à ce propos. Selon l'historiographe arabe Atabari, Al Abbas, le cousin du Prophète aurait, lors de la maladie de ce dernier, incité Ali, d'aller voir Mohamed afin de lui demander qui dirigera les affaires des Musulmans après lui. Ce qu'aurait refusé Ali, toujours selon le même historiographe.
Taha Hussein, a estimé, dans son ouvrage « Asheïkhane », que cette information de Tabari n'est pas de foi, et qu'elle est donc à écarter. Ali n'aurait jamais osé aborder cette question et encore la poser au Prophète alors qu'il était dans son lit de mort.
En fait, du vivant du Prophète, il y a eu la Bayaâ sorte de plébiscité, méthode adoptée par les croyants, pour confirmer le Prophète en tant que chef de la Oumma islamique.
Il était ainsi appelé à gérer les affaires des musulmans qui s'étaient rassemblés au sein d'une Oumma islamique. Celle-ci avait commencé en Arabie, mais elle avait, au fil du temps, pris de plus en plus, d'ampleur.
Le Prophète fut, donc, un fin stratège en tant que chef de l'armée musulmane, mais a jeté également les bases d'un Etat pour la gestion, des affaires des Musulmans.
Ce fut, par la même méthode que le choix s'était porté sur Aboubakr, fidèle compagnon du Prophète, celui-ci s'était efforcé de continuer sur la même voie que lui.
Il l'avait d'ailleurs, annoncé lors de son discours d'investiture dans lequel il déclara entre autres :
« Aidez-moi quand je suis sur la bonne voie, et rappelez-moi à l'ordre quand je suis dans l'erreur ou je fais fausse route ».
Dès son avènement au Califat, Aboubakr s'était intéressé à mettre de l'ordre dans l'armée. D'autant qu'elle aurait commencé à s'effriter, à cause des tensions qu'il y avait eu lors du décès du Prophète.
Il s'était occupé ensuite à appliquer les préceptes de l'Islam au sein de la Oumma de l'époque, dont notamment la répartition de la Zaket, impôt sur le revenu.
C'était, donc, les bases essentielles de l'Etat auxquelles il s'était intéressé en premier à savoir la sécurité et l'économie, Il avait procédé à la nomination des chefs en qui il avait confiance, dont notamment Khaled Ibn El Walid, qu'il expédia à la tête d'une armée au Cham (l'actuelle Syrie) et Amr Ibn El Ass.
Aboubakr s'était, également, intéressé à combattre les apostats, problème qui l'avait tenu à cœur jusqu'à sa mort.
Parmi ces apostats, il y avait ceux qui pourtant s'était convertis à l'Islam du vivant du Prophète et l'avaient même accompagné dans des combats contre les païens, c'est la raison pour laquelle certains avaient conseillé Aboubakr de ne pas tuer les apostats, mis de les convaincre par d'autres moyens.
Aboubakr fut d'accord sur le principe mais il était convaincu que la plupart des apostats étaient des hypocrites qui, en réalité, n'avaient jamais eu la foi, quand bien même ils s'étaient convertis à l'Islam auparavant.
Toujours que Aboubakr était un chef d'Etat qui sur les pas du Prophète, a continué ce qu'il avait entamé, en y apportant des correctifs et des perfections, mais sans toutefois se comporter en dictateur et sans jamais omettre d'appliquer les préceptes de l'Islam.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.