Kaïs Saïed, Abdelfatteh Al Sissi, Union européenne, FMI… Les 5 infos de la journée    Tunisie – Les crédits logements de plus de 20 mille dinars ne sont pas concernés par l'augmentation du taux d'intérêt    Un jour de congé à l'occasion du Mouled    Jasmin Open Monastir 2022 : Ons Jabeur se qualifie aux quarts de finale    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA rejoint l'Espérance en demi-finale    FTF : Officiel. La TV nationale diffusera les matches des J01 et J02    Tennis | Jasmin Open Tunisia à Monastir : Ons Jabeur passe en quarts de finale facilement    Report du verdict sur l'annulation du congrès extraordinaire de l'UGTT    La Turquie désigne son nouvel ambassadeur à Tel Aviv    Thaïlande : Un individu tue une trentaine de personnes dont des enfants, ainsi que sa famille puis se suicide    Edition spéciale célébrant l'héritage des victoires au Mans, la Ford GT LM    D'anciens de Nidaa surfent sur les nouvelles approches    Des Arabes violemment attaqués alors qu'ils conduisaient durant Yom Kippour en Israël    Tunisie: Le parti national tunisien annonce sa participation aux prochaines législatives    Ali Hafsi : Hichem Mechichi a exprimé des remords    Retour sur le 5ème forum de l'Officine : UIB partenaire privilégié du syndicat des pharmaciens d'officine de Tunisie    Tunisie : Des élèves empoisonnés à...    Perturbation du trafic des trains de phosphate à Sfax, Gabès et Gafsa    Ooredoo Tunisie et Betacube s'associent au service des startups tunisiennes    Coupes africaines : Le programme des clubs tunisiens    Classement FIFA : La Tunisie 30e, l'Algérie double le Cameroun avant le Mondial    Slaheddine Dchicha: Un spectre hante l'Europe...    Les réserves des barrages n'ont pas dépassé pas 32% de leur capacité, à fin septembre 2022    Législatives 2022 : Ouverture des demandes d'accréditation pour les observateurs et journalistes    La France se mobilise en faveur du développement municipal en Tunisie    L'OIPEM lance une pétition électronique pour la révision du temps scolaire    Fête du Mouled: Ce dimanche, accès gratuit aux musées et monuments historiques    Annie Ernaux a décroché le prix Nobel de littérature    Le film Tunisien 'Saffeh Nabeul' en compétition officielle du Festival Maghrébin du Film Oujda    Monastir : Hausse des arrivées touristiques    Kais Saied appelle Abdel Fattah Essisi    Mandat de dépôt contre le secrétaire général du Syndicat national des forces de sécurité intérieure    Tunisie- Législatives : '' Achats'' de parrainages : Arrestation de ''futurs candidats ''    La Tunisie certifiée par l'OMS exempte de la poliomyélite    Ben Salmane fait un cadeau royal à Poutine, un échec cuisant pour l'UE et les USA    ISIE-Elections législatives: Date de dépôt des candidatures    JCC 2022 : Hommage au maitre du cinéma italien Federico Fellini    Pourquoi | L'Octobre rose    37e édition du festival international du film francophone de Namur : L'épanouissement par l'art    EST | Départ ce soir pour le Nigeria : Bien dans leur élément !    Situation sportive générale et structures sportives : « Corruption, injustice, régionalisme et manipulation des résultats »    Aujourd'hui et demain à la Cité de la culture Chedly Klibi à Tunis : Patrimoine, livre et enfant    Météo en Tunisie : Averses isolées attendues sur les régions ouest l'après-midi    Le Conseil de la BCT préoccupé par les risques haussiers entourant la trajectoire future de l'inflation    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A quand un système au service du citoyen et non du Pouvoir ?
Bonne gouvernance sécuritaire
Publié dans Le Temps le 15 - 09 - 2013

Nul ne peut nier qu'il existe une relation entre la sécurité et la démocratie dans tous les pays. La sécurité influe en effet, sur le processus démocratique, dans le sens où, quand le système sécuritaire n'est pas indépendant et qu'il est au service d'un parti bien particulier, il perd de sa crédibilité et de sa principale vocation. Le système sécuritaire ne fait, ainsi que perturber le pays et la sécurité nationale corollaire du développement et du bien être social. Sauf que le corollaire si idyllique soit- il pour certains, ne trouve pas écho chez d'autres, surtout ceux qui sont contre la démocratie. Toutefois, il reste une des principales revendications en Tunisie. Les démocrates infatigables éclairés défenseurs des valeurs républicaines ne cessent de prôner cette idée et de la défendre. Les universitaires juristes en sont également conscients. Ils ont d'ailleurs organisé une rencontre à la Faculté des Sciences Juridiques, politiques et Sociales pour traiter de la réalité et des défis de la bonne gouvernance sécuritaire en Tunisie.
A cet égard, le Professeur Haykal Ben Mahfoudh, déclare dans son intervention donnée à cette occasion « qu'évoquer la bonne gouvernance sécuritaire s'inscrit dans le cadre du contrôle de ce système », lequel englobe les différentes institutions, les forces armées, la police, les renseignements, la protection civile »… . « Il s'agit en fait, des relations civilo-militaires », précise l'universitaire tout en ajoutant que « le défi qui se posent actuellement consiste en les rapports de force entre les différentes institutions de la société ». Le spécialiste parle ainsi de l'expérience égyptienne où l'armée accapare tous les pouvoirs, d'où l'importance à introduire un ensemble de réformes en Tunisie pour ne pas avoir à vivre la même expérience et afin « d'établir un système de sécurité républicain soumis au contrôle de la société et de l'Etat ». Le Professeur Ben Mahfoudh parle ainsi « du contrôle démocratique des forces armées ».
Les bonnes pratiques
Mais que faut-il faire pour assurer le contrôle démocratique ? « Cela ne dépend seulement des bonnes pratiques », répond le spécialiste. « Il importe en effet d'enraciner cette culture : les bonnes pratiques ». Cela requiert sans doute, un grand travail et surtout une grande volonté politique. L'enracinement de cette culture démocratique doit également, passer par le changement des mentalités à travers des textes fondamentaux garantis par la Constitution. Pour ce faire, le juriste recommande de « mettre en place des mécanismes législatifs et constitutionnels pour préciser la relation entre les différents partenaires ». Par ailleurs, « il est essentiel d'assurer le contrôle parlementaire et juridique et de garantir un seuil minimum de transparence », donne sur laquelle insiste le Professeur Ben Mahfoudh tout en citant un autre élément à savoir : « la concordance entre les politiques sécuritaires et les ressources de l'Etat ».
Mais pour concrétiser tous ces éléments il est indispensable d'assurer trois facteurs très importants : « le politique, les institutions et la constitution ». A ce niveau, le spécialiste fait une lecture dans le projet de la Constitution qui n'a pas jusque là été négociée et où l'on enregistre plusieurs lacunes et autres incohérences. En fait la Constitution doit garantir une condition de base : la prise de décision loin des crises et le contrôle des forces de sécurité. Sauf que le projet de la Constitution tunisienne ne répond pas à ces principes et à cet esprit démocratique. Le juriste propose, entre autres, de rajouter un article pour définir le concept tout en suggérant à l'institution sécuritaire d'accepter le principe du contrôle démocratique car cela est dans son intérêt. « La bonne gouvernance sécuritaire est une obligation imposée par le processus démocratique, cela permet à ce système d'être au service du citoyen et non pas au service du pouvoir », précise le Professeur Ben Mahfoudh.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.