Tunisie: Rached Khiari dévoile de quoi il a été accusé    Vaccin Coronavirus: Plus de 265 mille personnes vaccinées en 40 jours    Tunisie: Arrestation à Ben Arous des cinq membres d'un réseau de trafic de stupéfiants    Ligue 2 | Play-off : L'ES Djerba décide de se retirer    Tunisie: En images, protestation des agents de finances à Béja    L'UTIPEF mobilise 284 millions de dinars pour l'entretien de nombre d'établissements scolaires publics    Earth Day 2021 Doodle: Découvrez le Google Doodle spécial Journée de la Terre    Club Africain : 40 milles tickets pour le derby    Tunisie: Arrestation de 158 recherchés par les unités de la Garde nationale    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 22 Avril 2021 à 11H00    Perturbations sur la plateforme Evax : l'ANSI met en garde contre les fake news    L'ANSI met en garde contre les fake news concernant la plateforme Evax    News | Moncef Khemakhem pris d'un malaise    Un vieux problème qui touche le sport le plus populaire : Jeûne et football, l'éternel dilemme !    Projet Tarabot/Documentary Challenge : Appel à candidature "Soutna – Génération solidaire"    Tunisie-Ministère des Finances: Rééchelonnement des dettes des entreprises touchées par le Coronavirus    Mohamed Fadhel Kraïem : La Tunisie est un pays en pénurie d'eau    Dépendance de l'extérieur !    Pas d'inquiétude pour les Tunisiens au Tchad    Vidéo Buzz: Une ouvrière Tunisienne fait don de 7700 dinars sur une chaine TV    DECES : Professeur Moncef Gargouri    «El Foundou» de Saoussen Jomni : Récit d'un désigné coupable    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie-météo: Météo: Températures en baisse et pluies éparses attendues    Tunisie : Le test RT-PCR toujours à 209 dinars malgré la révision à la baisse de son tarif    L'Etat affrète un avion spécial pour ramener Moncef Khemakhem du Bénin !    Moncef Marzouki réunit ses anciennes troupes    Les répercussions de la crise du Covid-19 se poursuivent chez Tunisair : les chiffres du premier trimestre 2021    One Tech Holding : Hausse des revenus de plus de 15% et un retour à la normale au premier trimestre 2021    BM : les prix des produits de base devraient se stabiliser à la faveur de la reprise économique mondiale    Tunisie [Vidéo]: Lancement du patrouilleur El Jem 213, explications du ministre de la Défense    Tunisie- Affaire Rached Khiari: L'Ambassade Américaine sort de son silence!    Que risque Rached Khiari ?    France: Les ambassadeurs de la Tunisie et l'Italie discutent la relance du tourisme    Coupe de la CAF-Phase de groupes-5ème journée: Le CSS se qualifie aux quarts de finale, l'ESS éliminée !    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Foot-Europe: le programme du jour    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le message est-il perçu par les vendeurs de chimères ?
Publié dans Le Temps le 19 - 09 - 2014

Mehdi Jomâa a créé l'événement cette semaine : il y eut d'abord le bruit déclenché autour de sa possible candidature à la présidentielle, ensuite les supputations et les interrogations sur ce qu'il allait déclarer pendant « sa » conférence de presse, et maintenant les commentaires nombreux sur son refus de la course à Carthage ! Restons sur ces dernières réactions suscitées par la brève mise au point de l'actuel chef du gouvernement provisoire, pour remarquer que depuis son avènement à la Kasbah, Jomâa n'a jamais récolté autant d'éloges et de satisfecit qu'avant-hier ! Tout le monde ou presque souligna sa noblesse morale, son attachement indéfectible aux hautes valeurs et son mépris des bas calculs politiciens ! Une certaine presse fit de lui le champion des engagements respectés et des serments honorés ! Une autre catégorie d'observateurs forgea autour de sa personne l'image d'un honnête dirigeant rebelle à toute forme de pression, de récupération et de manipulation ! En fait, la brève intervention télévisée de mercredi soir nous semble valoir par le message sincère, émouvant, mais dérisoire que Jomâa voulut adresser à ses successeurs et à tous les électeurs tunisiens ! Pourquoi « dérisoire » justement ?
Prêcher dans le désert
Les personnalités célèbres et les illustres inconnus qui se présentent aux prochaines élections législatives et présidentielles auront-ils à cœur de préserver les nobles valeurs morales dans une compétition où tous les coups sont permis ? La politique sourit rarement aux plus intègres et aux plus « propres », elle récompense plutôt les plus rusés, les plus sournois et les plus opportunistes ! L'idéalisme y a certes sa place ; mais seulement dans les discours ! Jamais dans les faits ! Mehdi Jomâa prononça un beau « testament » avant-hier ; mais il est le premier à savoir que c'était des paroles en l'air ! Ceux à qui celles-ci sont soi-disant destinées n'ont que faire des leçons de bonne conduite morale : ils ont chacun un objectif à atteindre par tous les moyens, y compris par les pratiques que la morale commune réprouve. Machiavéliques à souhait, les professionnels de la politique mentent, fraudent, volent, trahissent, corrompent et se font corrompre, tuent même, si leurs fins premières exigent de telles vilénies ! Les « apprentis » n'ont qu'à suivre leur modèle en apportant au besoin leur touche personnelle à l'immoralité ambiante.
L'inévitable maquillage
Mehdi Jomâa appela les candidats aux élections à ne pas tromper les Tunisiens, à leur promettre le possible au lieu de les berner avec des chimères ! Mais ignore-t-il que la plupart de ces candidats n'ont que des mirages pour mener leurs campagnes électorales respectives ! D'autre part, peut-on par exemple, demander au promoteur d'un produit de consommation de dire toute la vérité sur la composition réelle de sa marchandise, de ne pas en exagérer les prétendues vertus ! Les élections sont des coups de publicité inévitablement mensongère ! Comment dès lors qu'on admet cette évidence s'empêcher de « mentir » aux électeurs, surtout lorsqu'on est sûr que l'adversaire ne s'embarrassera pas de scrupules en vantant ses programmes ! Ose-t-on demander aux candidates d'un concours de beauté de se passer de maquillage et de se présenter à la compétition sans recourir au moindre effet embellissant ? Mehdi Jomâa s'est permis quelques minutes de rêves « innocents », mercredi dernier ! Les bonnes gens qui suivaient sa conférence l'ont plutôt applaudi pour le beau discours qu'il a tenu ! Ce sont hélas, ces mêmes bonnes gens qui dans un mois acclameront peut-être les pires candidats, en les prenant pour les meilleurs !
Prudence est mère de sûreté
Mehdi Jomâa déplorait la crise de confiance qui règne entre les candidats eux-mêmes d'un côté, et entre ces derniers et la masse des électeurs, de l'autre : les Tunisiens ont plutôt tendance à se méfier de tout le monde, y compris d'eux-mêmes parfois ! Mais ne vaut-il pas mieux rester prudents que de donner aveuglément carte blanche à de vilains loups déguisés en angéliques agneaux ! Beaucoup de concurrents pour le trône de Carthage et pour les sièges du futur Parlement n'inspirent pas vraiment confiance ! Pour autant, les citoyens doivent absolument choisir parmi eux leurs futurs dirigeants. Il leur faut donc ouvrir la boîte de Pandore en espérant voir en sortir non pas les meilleurs candidats (parce qu'il n'y en a pas) mais les moins mauvais prétendants ! C'est Charles Pasqua qui un jour recourut à une impropriété de la langue française pour justifier le soutien apporté par le gouvernement français à Zinelabidine Ben Ali dans les années 90 : il disait de ce dernier qu'il était « le moins pire » des présidentiables tunisiens de l'époque ! Force est de reconnaître que nous sommes aujourd'hui dans une situation similaire : il s'agit de choisir le moindre, parmi plusieurs maux !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.