Tunisie-URGENT : La chaine Hannibal TV suspendra sa diffusion à partir de cette date    Tunisie – Kais Saied [VIDEO] : « J'appelle les honnêtes patriotes à nettoyer le pays de ceux qui ont altéré ses capacités »    Infos Bourse – Le groupe UADH bloqué par les banques    Il n'y aura plus de Facebook à partir de demain... Il s'appellera Meta !    Grandes cultures : Signature d'une convention de partenariat entre l'UTAP, l'INGC et la BNA pour accompagner les producteurs    Championnat Arabe Handball : EL MAKAREM 4 sur 4    Ghazi Chaouachi appelle Kais Saied à éclairer l'opinion publique sur ce point    Opportunités : Le marché nigérien tend la main aux businessmen tunisiens    Le président de la République exige un audit minutieux des prêts et dons accordés à la Tunisie    Ghazi Chaouachi : Le discours populiste de Kais Saied ne mènera nulle part    Découverte d'une cellule terroriste féminine    Tunisie- Accidents de la route : 50% des morts sont des jeunes    Le 4ème sommet anti-tabac : Nouvelle ligne de défense contre le fléau du tabagisme    Report de l'affaire de harcèlement sexuel dans laquelle est accusé Zouhair Makhlouf    La Tunisie dispose d'un stock de céréales pour seulement 3 mois de consommation    Le septième congrès électif de l'ODC, aura lieu les 5 et 6 novembre    Violation à grande échelle des données personnelles dans le milieu universitaire tunisien, s'inquiète l'INPDP    Le CA Bizertin annonce officiellement le départ du président Abdessalem Saidani    Pour les vacances scolaires : Les belles surprises de la Cité des sciences    Le financement des projets d'infrastructure objet de la rencontre entre Samir Saïed et Sarra Zaâfrani    Perturbation de l'approvisionnement en eau potable dans la région du Sahel    Marwen Trabelsi revient avec une première exposition personnelle de peinture "Jardin Intérieur"    Classico ESS-CA : Compos probables et Historique    Augmentation de capital de One Tech Holding : Moncef Sellami tient la promesse faite aux actionnaires    Exposition "Viral" de l'artiste iranienne Yassi Pishvaei à l'espace Mouhit    Samir Dilou : Si les dirigeants du passé étaient mauvais, pendez-les !    Tunisie-Ligue 1 (J2): les matches de ce jeudi    Problèmes de l'environnement à Sfax : Pas de solutions immédiates, assure Leila Chikhaoui    Sfax: Aujourd'hui, grève générale dans le secteur privé [Vidéo en direct]    Foot Européen : Programme TV de jeudi (HT)    CAN 2021 : la CAF autorise 28 joueurs par sélection au lieu de 23    Falsification de titres fonciers à Ben Arous : Quatre agents administratifs impliqués    L'aéroport de Tobrouk reprendra ses vols vers la Tunisie    France : Paris : La gare du Nord évacuée suite à une alerte à la bombe !    Grave accusation contre Bin Salman : il aurait planifié le meurtre du roi Abdallah    CSS vs EST : où regarder le match de la 2ème journée de ligue 1 tunisienne du 27 octobre    Pièce de théâtre "Langar" du 28 au 30 octobre à El Teatro    Ons Jabeur se hisse à la 7ème place mondiale    Le cauchemar de Macron : l'Algérie interdit le français dans les administrations    Métamorphose #2 de Essia Jaïbi et Jalila Baccar en ligne le 29 octobre    Vient de paraître : " Quatrains en déshérence ", un recueil poétique de Abdelaziz Kacem    Les Retrouvailles Musicales avec le CSO autour de Mozart et Saint-Saëns    Tunisie-JCC 2021 : Modalités d'achat et prix des billets    Anthony Fauci au cœur d'un scandale impliquant un laboratoire en Tunisie    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand la triche devient la règle et la rectitude l'exception !
Publié dans Le Temps le 12 - 06 - 2014

On parle un peu trop ces derniers jours de la fraude aux examens, plus particulièrement au baccalauréat. Les commentaires dénonciateurs, railleurs, nostalgiques, cyniques fusent de toutes parts. C'en est fini de nos examens, de nos diplômes, de notre système éducatif ! Et chacun des « vieux briscards» de rappeler que de son temps, c'était tout autre chose et que les certificats les plus anodins valaient bien mieux que les grandes attestations d'aujourd'hui. Reconnaissons que la triche, la fraude en général n'est pas une pratique nouvelle ni qu'elle concerne une génération plutôt qu'une autre ou un domaine plus qu'un autre. C'est un phénomène tout à fait explicable et parfois compréhensible. Dans une société comme la nôtre, qui n'a jamais triché ? Qui n'a, ne serait-ce qu'une fois, été tenté par une opération frauduleuse même mineure ! La fraude c'est comme le mensonge ; tout le monde la condamne, mais tout le monde y recourt !
Le crépuscule des « anges »
Restons dans l'enseignement, une bon nombre de professeurs tunisiens ne doivent leurs diplômes ou leurs postes que grâce à une manœuvre personnelle ou administrative quelconque ; on triche pour avoir un bon emploi du temps ; pour ne pas travailler loin de chez soi, pour avoir les bonnes (ou les mauvaises) classes, pour se faire titulariser, pour la promotion professionnelle, pour les congés de courte ou de longue durée, et même pour s'épargner certaines obligations pédagogiques qui nécessitent peu d'efforts (surveillance, correction, impression de documents, conseils aux élèves, sorties éducatives ou récréatives). Les syndicalistes de l'enseignement sont loin d'être des anges, des histoires à n'en pas finir courent sur eux qui les accusent de favoritisme, de népotisme, de régionalisme, de corruption même, quand il s'agit de rendre quelques « services » aux amis, proches, camarades, et autres pistonnés recommandés par untel ou unetelle !
A la tête du client
Toujours à propos des enseignants, ceux de tous les cycles, depuis le primaire jusqu'à l'Université, on en compte pas mal qui « copient », qui plagient, qui falsifient, qui préparent des antisèches et des fausses copies pour les concours. Les jeunes étudiants dont on découvre les délits faussaires ne sont presque pas sanctionnés. De nombreux mémoires de recherche et même des thèses sont entachés de triches diverses et les jurys ferment l'œil selon la tête du client. Les mentions sont galvaudées et parfois même rétribuées. En classe, les sujets des tests incitent à la récitation, et pour ceux dont la mémoire est vacillante, les encouragent à la pratique faussaire. Aux examens aussi, on propose des sujets propices à la triche individuelle et collective ! Certes, il arrive qu'on sévisse plus ou moins durement contre ces pratiques ; mais les sanctions restent insuffisantes et très peu dissuasives dans une société elle-même « tricheuse » !
Fraudeurs haut de gamme
Parlons par exemple fraude fiscale, c'est-à-dire de ces citoyens qui ne paient pas leurs dus à l'Etat ; parlons de ceux qui paient peu pour ne pas payer plus cher; parlons des industries, fabriques, usines, ateliers et autres petites et moyennes entreprises qui fraudent dans la confection et la composition de leurs produits, qui trichent pour ne pas accorder leurs droits aux ouvriers ou pour échapper aux procès ; parlons des commerçants qui trichent en matière de tarifs et de durée de vie de leurs marchandises ; parlons des usagers de la circulation qui fraudent avec les signalisations routières, des banques et des assurances qui trichent « légalement » ou illégalement les clients! Parlons aussi des politiques qui n'arrêtent pas de mentir, des télévisions qui les relaient dans la manipulation et la propagande monnayées, des campagnes électorales aux frais du contribuable, des élections falsifiées, des sondages truqués, des interviews de hauts ou de petits responsables savamment mijotées, des articles de presse grassement payés, des visites mensongèrement inopinées ; des feuilles de routes poudres aux yeux et de tant d'autres manigances transmises entre générations et toujours plus perfectionnées.
Les mains sales triomphent
Dans un tel décor, comment veut-on que la triche et la fraude soient bannies : aujourd'hui c'est le tricheur, c'est le fraudeur qui est à l'honneur ; surtout s'il est habile pour s'en sortir quand il est coincé ! La fraude est aussi une forme d'intelligence dans un monde qui n'offre pas des chances égales à tous ses « candidats » ; on ne recourt aux détours frauduleux que lorsque la ligne « droite » n'est pas synonyme de rectitude ni d'intégrité ! On se moque des « mains propres » et l'on récompense les mains sales ! Logique implacable suivie désormais partout chez nous, et qui plus est, après une « Révolution » dont on attendait qu'elle moralise ou aide à moraliser un peu plus notre vie sociale, politique, religieuse, culturelle, sportive etc. Nous croyions que c'était la révolution de la « valeur ajoutée » ; ce fuit celle de la valeur « atrophiée ou défalquée », des honneurs bafoués, des idéaux piétinés ! Alors, s'il vous plaît, trêve de morale sur les fraudes, nous sommes tous, de force ou de bon gré, des tricheurs haut gradés ou en cours de promotion !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.