Par Jawhar Chatty : Le 25 juillet, les Tunisiens vont devoir « trancher »...    Sghaier Zakraoui commente le décret présidentiel paru dans le JORT (Audio)    Tunisie-FMI: Il faut qu'un accord soit conclu, selon l'ambassadeur de l'UE    Démarrage des travaux de FITA 2022 : L'Afrique à l'épreuve des incertitudes    Un message qui compte : "l'UE restera un ami de la Tunisie et de son peuple"    Pourquoi | Encore une...    Jeunes dans les quartiers populaires : Gare à la marginalisation !    Emna Kefi, experte en digital à La Presse : «Voir la RSE adoptée par toutes les entreprises est un rêve»    Début de l'exercice Phoenix Express 2022 en Tunisie    Ligue 1 | 7e journée – Play-off – CSS-ESS (1-0) : Harzi, l'instinct du buteur !    Sousse: La récolte céréalière en deçà des attentes    Express    Le délégué de Boumhel s'explique sur sa sortie nocturne en tricot de peau    Fête des mères: Les bureaux de Poste seront ouverts ce dimanche pour la livraison des bouquets de fleurs    MEMOIRE : Sadok BEN SEDRINE    Un nouveau spectacle de Walid Gharbi : Nouvelle cadence, nouveau pont    4e édition des Journées chorégraphiques de Carthage : Un acquis qui se consolide    USBG : Sans illusions !    CA : Le regard vers l'avenir    Jendouba: Opérations blanches de la Protection civile (Vidéo)    Safouane Ben Aïssa : les négociations avec le FMI s'achèveront après l'été    Ridha Chkoundali: Les 300 M€ débloqués par l'UE ne résout pas les problèmes financiers de la Tunisie (Vidéo)    Le Fonds de Fonds ANAVA souscrit 6 millions d'euros dans son premier fonds sous-jacent, 216 Capital Fund I    BAL 2022 : Les stats qui font de Radhouane Slimane un joueur plus que spécial    Crise de déchets: L'UGTT évoque une prochaine grève générale à Sfax (Vidéo)    Italie : Ibrahimovic absent 7 à 8 mois    Je reste à Liverpool, assure Salah    Réactions à la publication du décret présidentiel portant convocation des électeurs pour le référendum du 25 juillet    Météo : Baisse relative des températures    Tunisie...14 élèves hospitalisés : les détails    Tunisie-officiel : Tout sur le référendum    La Tunisie reçoit 300 millions de l'UE    Mercato : Ellyes Skhiri sur les tablettes de Benfica !    Finales Conférence Est NBA : Boston mène 3-2 cotre Miami    Officiel - Kais Saïed convoque les électeurs en référendum le 25 juillet, le projet de la nouvelle constitution sera publié le 30 juin    Tunisie-Hatem Mliki [VIDEO] : « Le président de la République n'est pas porteur de projet et de pensée »    Tunisie : La star internationale Claudia Cardinale en Tunisie !    Claudia Cardinale en visite en Tunisie    Dr Spiro Ampélas: Mémoires d'un Grec de Sfax    5ème exposition de l'Association Club Photo de Tunis: "Intelligence manuelle" du 04 au 30 juin 2022    France-Affaire Abad : Matignon avoue qu'il savait pour le viol puis rétropédale, ça fait tache    Concessions à Poutine : ça se confirme à Paris et au Forum de Davos, Macron avait raison…    Neji Jalloul: Il existe une opportunité historique pour la Russie de diriger le monde islamique    LTDH : d'anciens dirigeants appellent à ne pas participer au dialogue national dans sa forme actuelle    La ministre des Affaires culturelles désigne Mariem Boukadida pour la promotion de l'habit traditionnel à l'étranger    Démarrage de l'exercice naval Phoenix Express 2022    Officiel : Variole du singe : 3 cas dans un pays très proche    Joey R. Hood nommé ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



On l'incite à la dénoncer mais sous quelles garanties ?
Publié dans Le Temps le 18 - 12 - 2014

Beaucoup de gens se fondent dans le réseau de la corruption. Cela ne veut pas dire que ceux qui le font en sont convaincus car nombre de facteurs entrent en considération. Et là nous parlons des citoyens et des citoyennes qui veulent dénoncer le fléau.
Une conférence réunissant Mme Manel Ben Achour, coordinatrice du projet contre la corruption « I Watch », Mme Olfa Chahbi conseillère des intérêts publics et Mme Nadia Saadi de l'Instance Nationale pour la Lutte contre la Corruption s'est tenue le 17 Décembre 2014.
Traitant du rôle de la femme vis-à-vis de la corruption sur le plan national, Manel Ben Achour condamne l'inexistence d'une loi qui puisse protéger les personnes après avoir dénoncé ceux qui la violent et trouve que c'est à cause de cela que les citoyens évitent de porter plainte ; les femmes surtout. Celles-ci pourraient être l'objet de harcèlements notamment dans le secteur de l'enseignement et dans les entreprises privées et dans ce cas, même les chantages prennent une autre forme. Cependant, aucune de ces femmes de peur de perdre son travail ou ses études suite au refus, n'ose dénoncer ces pratiques car elle n'a de preuves que ce qu'elle a entendu.
Dans ce cadre, Nadia Saadi incite ces citoyennes à dévoiler les faces de ces corrupteurs dépassant le règlement intérieur des administrations et les lois qui régissent le pays, même si elles n'ont aucun document ou indice concret. L'Instance de la lutte contre la corruption se chargera du dossier et fera tout son possible pour y mettre fin. Elle ne nie, néanmoins, pas l'importance de la mise en place d'une loi défendant les droits des dénonciateurs.
A la question: «Pourquoi l'Instance Nationale de la Lutte contre la Corruption ne fait-elle pas ses preuves sur le plan pratique ?? Nous attendons du travail pas des paroles en l'air », Olfa Chahbi a répondu que ce n'est point leur faute de ne pas paraitre dans le paysage médiatique. C'est non seulement à cause de la focalisation des médias sur les élections et les partis aux dépens des travaux de l'Instance de la Lutte contre la Corruption mais aussi à cause du manque de soutien de l'Etat. Ce dernier ne leur consacre pas un budget qui leur permette de recruter une équipe indépendante qui puisse étudier tous les dossiers de dépassements présentés par les citoyens tunisiens. Ils ne sont que cinq personnes pour le moment.
L'absence de la volonté de l'Etat, voulue ou de bonne foi soit-elle, n'a pu naitre que du désintérêt assommant et criant. La corruption en Tunisie prend toutes les formes possibles et imaginables et ne cessera de s'amplifier et de se répandre tant que ce phénomène n'est toujours pas traité sérieusement. Apparemment, tout comme la liberté, éradiquer la corruption s'arrache et se mérite car cela nécessite du courage et un vrai sens de citoyenneté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.