Nidaa Tounes : Réunion du Comité politique suite à la démission du Secrétaire général du parti Slim Riahi    Tunisie – Cheikha Mouzah acquière La Banque Zitouna ainsi que Zitouna Takaful    Turquie : Erdogan poursuit sa purge impitoyable de l'armée    Rachad Ladjimi, Un précurseur, à l'aube de la médecine tunisienne    Coupe de Tunisie: L'Espérance de Tunis et l'AS Teboulba qualifiés    Décès d'un élève à Raoued : l'autopsie a établi le diagnostic de la mort par la rage    Cinquième rapport présenté au Gafi, notre chance pour sortir de la liste noire du blanchiment d'argent et du financement du terrorisme    Tunisie: Transport des hydrocarbures et des marchandises, nouvelle menace de grève    Forum de la Francophonie 2019 : le 9 mars à la cité de la culture de Tunis (programme)    Photos…Dorra Zarrouk au festival international des films de femmes d'Assouan, que pensez-vous de son look ?    En vidéo : Le parcours de la Tunisienne Nadia Dhouib directrice des Galeries Lafayette    Financement des microprojets par de nouvelles institutions    Près de six mille personnalités attendues    200 soldats américains vont finalement rester en Syrie    Un constat alarmant !    La culture du risque    Pour des choix judicieux et équitables    H'nid et Hamdouni dans le doute    Al Joumhouri appelle à la démission de Chawki Gaddes    Le corps de la victime retrouvé    Un climat délétère    12 femmes et 20 hommes arrêtés à Sfax lors d'une tentative d'immigration clandestine    Médecins du Monde met un pied à Gafsa et Sidi Bouzid    Une mairesse pas comme les autres !    Mohamed Derbel - Banque centrale de Tunisie : La politique monétaire, à elle seule, peut-elle juguler l'inflation ?    La capacité d'employabilité du secteur du textile dépasse les 160 milles postes, selon la Fédération tunisienne du textile    L'inquiétude des ménages tunisiens    Les ingrédients d'une construction solide    Lorsque l'écologie inspire de jeunes professionnels de l'image    S'ouvrir à la diversité    De la musique pour la bonne cause    Une délégation de la société internationale Teleperformance reçue à Carthage    Le journaliste Hamza Belloumi reçu à Carthage    Tunisie – Météo : Nuages abondants sur le nord et les côtes Est et pluies isolées durant la nuit    15 Startup et 9 PME tunisiennes, au Mobile World Congress 2019 à Barcelone    Ligue 1: Nouveau programme de la 15è journée    Hausse du taux directeur de la BCT : ‘'Une décision nécessaire'', selon Slim Azzabi    Accès à l'information : 77% des Tunisiens confirment la difficulté d'accéder aux informations selon Sigma    Séminaire au tour du thème « Lsenek Sawanek ? »    Europa League: Le tirage au sort des 8ès aura lieu à 13h00    Tunisie – Le cadavre de l'homme tué au Mont Mghilla retrouvé et était miné    Ligue 1 : Le CSS demande de reporter son match contre US Tataouine    Basket – Championnat : Résultats et classement de la 3e journée retour play-off    L'OMS fait un bilan inquiétant de la situation sanitaire en Libye    Airbus et Emirates concluent un accord sur les A380 et une nouvelle commande de A350    Algérie: Deux morts dans le crash d'un hélicoptère militaire    La Tunisie exprime sa satisfaction    Libération des 14 travailleurs tunisiens enlevés en Libye : Satisfaction des autorités tunisiennes et libyennes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dissolution de la commission financière internationale
Mémoire collective - Octobre 1884
Publié dans Le Temps le 17 - 10 - 2007

Dès 1869 la Tunisie était sur le plan financier réduite à la banqueroute. Celle-ci était due d'une part aux multiples dettes contractées par le Bey auprès des Etats européens dont notamment la France, ainsi que les malversations de certains personnages parmi l'entourage du souverain, dont le premier ministre Mustapha Khaznadar.
Corrompu et cupide celui-ci avait entre autres, détourné les deniers publics, avec la complicité de Mahmoud Ben Ayed et Nessim Chemama, tous deux responsables de la trésorerie publique.
Limogé enfin, après avoir été le super ministre de trois Beys successifs, Mustapha Khaznadar sera remplacé par le réformiste Khereddine.
Celui-ci présida la commission financière internationale en 1869, dont le but était entre autres de mener une enquête sur les causes de cette banqueroute à laquelle le pays était réduit. Le Bey abdiqua ses pouvoirs en matière financière à cette commission qui devait également étudier les moyens adéquats aux fins de rembourser les multiples créanciers de ce souverain couverts de dettes.
A l'avènement du protectorat, l'art 7 du traité de Kassar Saïd engageait la France à mettre sur pied, en accord avec le Bey, une "organisation financière de la Régence qui soit de nature à assurer le service de la dette publique et à garantir les droits des créanciers de la Tunisie".
Les autorités coloniales attachaient donc une importance capitale aux problèmes financiers en Tunisie.
Paul Cambon, alors résident général, obtint de ce fait la dissolution de la commission financière internationale et ce le 2 octobre 1884.
Celle-ci fut remplacée par une institution spécifiquement française la direction générale des finances qui commença à fonctionner le 13 octobre 1884.
L'Inspecteur des finances à la tête de cet organisme, était nommé par décret beylical. Il avait rang de ministre des Finances du Bey.
Cette direction avait désormais entre les mains tous les services financiers de l'Etat.
Les services de la trésorerie qui en dépendaient étaient dirigés par un trésorier général centralisant toutes les recettes et les dépenses.
Les inspecteurs des services financiers assuraient le contrôle, tandis que la cour des comptes française était compétente pour juger les comptes des recettes et des dépenses publiques qui lui étaient présentés annuellement.
Le budget de l'Etat était élaboré chaque année par les chefs des services publics.
Les projets étaient centralisés par le directeur général des finances qui ajoutait le budget des recettes afin de compléter le projet de budget général de l'Etat.
Examiné en conseil des ministres, sous la présidence du Résident général, ce projet était ensuite soumis au Ministre des Affaires Etrangères et présenté à l'examen du Grand Conseil. Une fois approuvé il était promulgué par décret Beylical au journal officiel tunisien.
Ainsi, par une organisation complexe des rouages financiers de l'Etat et les lois régissant la gestion et le contrôle des finances publiques, les autorités coloniales entendaient éviter désormais au pays de retomber dans la situation déplorable et catastrophique où elle fut sous le règne de Sadok Bey.
Evidemment le contexte n'était plus le même.
Alors que sous Sadok Bey, la France avait provoqué, par le biais notamment de son consul l'endettement du pays pour avoir ultérieur un prétexte à son intervention devant laquelle le Bey se trouvait devant le fait accompli, en 1884, les autorités coloniales agissaient par tous les moyens afin de préserver les intérêts de leurs compatriotes.
Ceux-ci occupaient déjà à cette époque tous les secteurs principaux dont dépendaient l'économie et les finances du pays.
Cela mena progressivement les autochtones à la paupérisation, alors que les colons s'enrichissaient à leur détriment.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.