l'UE prête à travailler avec le nouveau gouvernement de Fakhfakh    Les réservations du Huawei Y7p sont ouvertes du 28 février au 5 mars 2020    Tunisie : La nouvelle composition parlementaire    Zamalek – Espérance de Tunis : Quel onze de départ pour Mouiine Chaabani ?    Coronavirus en Iran: prière du vendredi annulée, cinéma et théâtre fermés    Coronavirus: Le président de la Lombardie se place en quarantaine    Coupe de Tunisie : Les arbitres des 16èmes de finale    Tunisie : Le message de Kais Saïed aux nouveaux ministres    kasserine: l'école qui a perdu 5 institutrices ne suspend pas les cours    Nouveau gouvernement : Prestation du serment par les ministres    Jazz à Carthage 2020 : billetterie et informations sur le 15ème épisode    FTAV : La suspension de la Omra est une mesure de précaution provisoire    MEMOIRE : Mohamed Mohsen KAHIA    Belle performance au Tournoi de Doha : Ons Jabeur sort la numéro 3 mondiale    En attendant les candidatures : Calendrier pour les élections des membres de la cour constitutionnelle    Prévention contre le coronavirus : Le masque n'est pas nécessaire pour les personnes saines    Fonds Mondial pour la Nature : Appel à aider au bannissement des sacs en plastique    Le Chef du gouvernement sortant Youssef Chahed remet au Président de la République le rapport des activités du gouvernement 2016-2020    Retour sur la visite effectuée par le Président de la République au siège du Ministère de l'Intérieur    Boxe : Les Tunisiennes Khouloud Hlimi et Mariem Homrani qualifiées pour Tokyo-2020        Au Théâtre de l'Opéra : La fantaisie zoologique de Saint-Saëns    Nabeul : Des ouvrières blessées dans l'explosion d'une bouteille de gaz à Menzel Bouzelfa    «Les Trois mystiques» de Karim Touwayma au Théâtre des Jeunes : Créateurs Authentique et beau…    Immigration clandestine : L'effet dissuasif du… coronavirus !    RESTART: Economie sociale et micro-entrepreneuriat pour les jeunes de 5 régions tunisiennes    Football : Programme TV de ce jeudi 27 février 2020    Qui est Mohamed Fadhel Kraiem, nommé ministre des TIC et de la Transition numérique ?    La Tunisie achète des avions militaires aux Etats-Unis    Tunisie: un défilé unique à l'FT “Over fifty… et alors ?” avec des personnalités tunisiennes et françaises    Le Président du Parlement transmet au Président de la République les résultats du vote de confiance au gouvernement Fakhfakh    Ligue 1 | Classement des buteurs : Okpotu prend le large    Coupe arabe (U20) : programme des quarts de finale    Une confiance en sursis    Le Phare de l'Entrepreneuriat : un concours entrepreneurial en Tunisie par JEY Entrepreneuriat    La cinéaste canadienne d'origine tunisienne HEJER CHARF annonce que son film « BEATRICE UN SIÈCLE » sera projeté au Théâtre auditorium Poitiers    La CTA et la CORP s'invitent à Sfax    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 27 février à 07H00    Météo: Prévisions pour jeudi 27 février 2020    Un divan à Tunis : la Tunisie se livre sur ses tourments post-révolutionnaires    Ons Jabeur écarte de son chemin la 3ème mondiale Karolina Plíšková et se qualifie pour les quarts de finale du Qatar Total Open    Coronavirus en France: le dernier jour du carnaval de Nice annulé (maire)    Samsung Blues Festival du 06 au 10 mars 2020 au palais Ennejma Ezzahra (les artistes en vidéos)    Kasserine : Un terroriste abattu par la garde nationale        Coronavirus : un Français est mort à Paris    Décès de l'ancien « Raïs » égyptien Hosni Moubarak    Coronavirus : trois nouveaux morts en Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un appel à la non-violence
Publié dans Le Temps le 22 - 01 - 2015

Le Théâtre National a démarré la nouvelle rentrée par la représentation la semaine dernière et durant trois jours consécutifs de la pièce « KO », une production écrite par Jamila Chihi, réalisée par Noomane Hamda et jouée conjointement par Jamila Chihi et Noomane Hamda.
Encore une pièce théâtrale qui s'ajoute à celles qui ont été produites depuis la Révolution de janvier 2011, sauf que celle-ci s'adresse plutôt aux esprits qu'aux sens. C'est dire que nos dramaturges se sont bien inspirés de cette période post-révolution où la situation sociale s'est empirée à tel point que la femme manque de sécurité dans la rue et souffre de la violence verbale et physique qui s'exerce contre elle quotidiennement. Cette femme qui a participé à la Révolution en espérant jouir d'une liberté nouvelle et de tous ses droits fondamentaux, s'est rerouvée face à des agressions, des braquages et des viols de la part des hommes, à côté desquels elle a pu manifester dans les rues de Tunis et dans les autres régions du pays.
En effet, Jamila Chihi, en tant que témoin de son époque, a compris la situation de la femme et les dangers qui la guettent, notamment la violence perpétrée contre elle. Mais ces dangers menacent aussi tout le pays ! Dans sa pièce, elle ouvre le feu sur l'homme, son concitoyen en lui insinuant, directement ou indirectement, qu'il est temps que la femme soit l'égale de l'homme, que ces deux êtres sont utiles l'un pour l'autre, qu'ils doivent s'aimer, s'aider et s'unir pour le meilleur et pour le pire. Assez de violence, semble-t-elle dire dans cette pièce, mettons-nous la main dans la main pour la construction de l'avenir et la consolidation de nos droits naturels et civiques et surtout vivons sans violence, ni dans les sentiments, ni dans le comportement.
Les faits racontent l'histoire d'une femme, la quarantaine, victime d'un braquage qui l'expose à des actes de violence physique et morale lors de son retour du travail. La voici dans une situation de peur et de rancune contre cette nouvelle société où nous vivons depuis la Révolution. Elle rencontre alors un ancien boxeur qui semble vivre solitairement après avoir quitté finalement le ring, ayant par erreur asséné un coup mortel à son adversaire. Sa femme et sa fille l'ont quitté, il a tout perdu si bien qu'il devient fanatique, conservateur et extrémiste. Elle le confronte alors en duel, chose qu'il a tout essayé d'éviter. Mais en vain... elle se fait donc battre par cet ancien boxeur et lui demande aussitôt de lui apprendre à boxer, histoire de pouvoir se défendre en cas d'agression ou de braquage de la part des hommes. C'est que la parole n'est plus utile de nos jours, il faut bien de la force aussi, pour se défendre ! L'ancien boxeur lui montre comment s'y prendre, quoique à contre cœur ! Moralité de l'histoire : il faut vivre à deux, un homme et une femme, dans la paix et la sécurité, sans que l'un usurpe les droits de l'autre, les deux doivent être sur un pied d'égalité et que chacun ait son propre droit à la vie. A quoi bon servir de se battre, de se déchirer, tant que, dans la vie, l'un a besoin de l'autre ?
A vrai dire, tous les personnages et les faits de cette pièce ne sont autres que des symboles. Car la femme ici renvoie à la Tunisie en tant que patrie qui a été victime d'un braquage depuis que la Troïka a accédé au pouvoir et que les groupes extrémistes ont surgi de nulle part pour semer la terreur et la violence dans le pays en perpétrant des actes terroristes contre des leaders politiques et des agents de la force nationale. L'ancien boxeur n'est autre que ces individus aux esprits chagrins et rétrogrades qui sous-estiment la femme et l'assimilent à un être inférieur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.