Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Ons Jabeur et l'australienne Ellen Perezen en quarts de finale du tournoi de Birmingham    La Tunisie célèbre la Journée de l'enfant africain    Le Parlement renouvelle huit des seize membres du Conseil de l'INPT    Mazarine Energy toujours bloquée à cause d'un seul ex-employé    Liste des compagnies intéressées par la rachat des actifs de l'ENI en Tunisie    QNB Tunisie: Nouvelle vision, nouveaux challenges    Onze élèves passent le bac en prison    Ahmed Néjib Chebbi : Kaïs Saïed ne s'est pas trompé, il est d'une autre planète !    REMERCIEMENTS ET FARK : Souad MANOUBI    Programme TV du mercredi 16 juin    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 16 Juin 2021 à 11H00    Football : Programme TV de ce mercredi 16 juin 2021    Violences et abus policiers contre des jeunes à Sidi Hassine : La société civile monte au créneau    La STB et l'AICTO signent un mémorandum d'entente et de coopération    Tunisie- Salaheddine Jourchi: Aucun dialogue n'est possible avant de dévoiler l'identité de celui qui tenté d'assassiner le président de la République [Audio]    Tunisie- Démarrage des épreuves du Baccalauréat à Sfax [vidéo]    L'EST poursuit sa préparation à Tabarka pour le match d'Al Ahly : Loin des yeux, près du cœur !    Tamweeli Meetup Tour | TPE-PME dans les régions : L'alternative entrepreneuriale sous le covid-19    L'Assemblée approuve l'accord de prêt entre la SONEDE et le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe    Le Vieux port de Bizerte victime de la pollution de l'eau    Kaïs Saïed reçu par Luigi Di Maio à son arivée en Italie    Tunisie: Rached Ghannouchi s'entretient avec les présidents des blocs parlementaires    Hichem Mechichi : J'étais un élève plutôt studieux !    «Solocoreografico» et «Children Smiles» au Studio el Houma : La danse sous toutes ses formes    Exposition | Yasmine Ben Khelil au B7L9 : «Chrysanthème forever... Je ne sais plus comment»    On nous écrit | Hommage à l'artiste et galeriste feu Mohamed Ali Essaadi : «Les souvenirs du passé sont les rides de l'âme»    Epuisement démocratique    BTS Bank: Nejla Ben Abdallah Présidente du Conseil d'administration et Khalifa Sboui Directeur général    JSK : report des assemblées générales et électives à une date ultérieure    Des élèves de l'école canadienne de Tunis organisent un événement de soutien à la cause palestinienne    Ayachi Zammel appelle à mobiliser l'armée pour faire respecter le protocole sanitaire à Kairouan    Tunisie: Daily brief du 16 juin 2021    Euro: les matches de ce mercredi    Coup d'envoi des épreuves du Bac    Lourdes peines contre ses dirigeants, la confrérie des frères musulmans décapitée en Egypte    Exposition « Le Piazze [In]visibili », quand la magie des photos rencontre la poésie des mots    Monde: Daily brief du 15 juin 2021    "Les Chrétiens de Sicca Veneria" : l'Argentin Silvio Morano explore l'archéologie des fouilles militaires sous protectorat    L'EST met le cap sur Tabarka : Concentration maximale    Patrimoine : Attention, le site de Carthage se meurt !    Festival Carthage 2021: Avant-goût des spectacles exceptionnels qui attendent le public!    La 35ème édition du festival international de musique symphonique d'El Jem du 10 juillet au 14 août 2021    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le vaccin AstraZeneca en Tunisie : doute et appréhension
Publié dans L'expert le 17 - 03 - 2021

A l'heure où plus de la moitié des Tunisiens rechignent à se faire vacciner, l'arrivée du très controversé vaccin britannique AstraZeneca, suspendu par 16 pays européens, ne fait que renforcer les arguments des plus récalcitrants de nos compatriotes.
Pas de doute possible. Nos autorités sanitaires ont mal géré le dossier de la vaccination de la population. Ainsi, faute d'anticipation, nous avons pris un retard scandaleux. Alors que nos voisins algériens et marocains vaccinaient leurs citoyens à tour de bras depuis des mois. Par conséquent, il est légitime de penser qu'avec le recul, nos responsables auraient au moins pu profiter à bon escient de l'expérience des autres nations. Hélas, nous manquons d'audace et surtout de perspicacité. Et la polémique autour du vaccin AstraZeneca en est encore la preuve.
Drôle d'annonce
Sinon comment expliquer, qu'alors que plus de la moitié de nos citoyens affiche son hostilité à toute vaccination contre la Covid-19, que notre ministre de la Santé, Faouzi Mahdi, annonce avec fracas l'arrivée imminente d'environ 136 000 doses du très controversé vaccin britannique AstraZeneca. Lequel soulève une vague de doute et d'appréhension dans le monde?
Et ce, dans le cadre des achats financés par l'initiative COVAX de l'Organisation mondiale de la santé. Une aumône déguisée. De plus, le ministre assure, que le processus de vaccination « sera sûr et ne présentera aucun effet secondaire sur la santé des citoyens ». Il s'exprimait lors d'une conférence de presse hier mardi.
Une conviction douteuse donc partagée par le chef du comité de pilotage de la campagne nationale de vaccination anti Covid 19, Hachemi Louzir. En effet, celui-ci avance que « plus de 70 millions de personnes ont reçu ce vaccin, à travers le monde. Et elles n'ont eu aucun effet secondaire à l'exception de quelques cas ».
D'ailleurs, nos responsables s'appuient sur les affirmations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) concernant la sécurité du vaccin AstraZeneca. Alors même que plusieurs rapports font état de certains effets dangereux détectés chez certaines personnes vaccinées.
Les déboires d'un vaccin
Effectivement, c'est le 08 mars dernier qu'apparaissait en Autriche le premier cas suspect. Ainsi, les autorités sanitaires décidèrent de suspendre un lot du vaccin britannique. Et ce, suite à la mort d'une infirmière de 49 ans. Cette dernière décédait à cause d'une mauvaise coagulation sanguine, dans les heures suivant sa vaccination.
En moins d'une semaine, cédant à la pression de leur opinion publique, 16 pays européens suspendaient également l'administration du vaccin AstraZeneca, par « mesure de précaution ». Un coup mortel pour le fabriquant du vaccin britannique.
Psychose
Et c'est sans aucun doute le prestigieux Institut Paul-Ehrlich, qui conseille le gouvernement fédéral allemand, qui porta le coup de grâce au sérum britannique. En expliquant que « depuis le 11 mars 2021, d'autres cas ont été signalés en Allemagne. Lors de l'analyse des nouvelles données, les experts de l'institut constatent désormais une augmentation notable d'une forme particulière de thrombose veineuse cérébrale très rare. En relation avec un manque de plaquettes sanguines et des saignements peu de temps après des vaccinations avec le vaccin Covid-19 AstraZeneca ».
A savoir que la psychose était telle, que sans attendre la réunion de l'Agence européenne des médicaments (AEM) prévue le 16 mars, sur le sujet, les Allemands ont immédiatement décidé de suspendre cette vaccination. Suivis par 15 pays européens.
Défiance
Pour revenir à la Tunisie, il convient de rappeler que dans l'ensemble, nos concitoyens sont réticents vis-à-vis des vaccins contre la Covid-19; par crainte des effets secondaires du virus. En l'absence criarde d'informations sur les composantes des vaccins ou par l'espoir d'une immunité collective de facto?
Toujours est-il que très peu de blouses blanches se sont déplacées pour se faire vacciner. Et qu'à l'heure où nous écrivons ces lignes, moins de 500 000 personnes se sont inscrites dans l'application evax.tn. Laquelle permet de s'inscrire à distance dans le cadre de la campagne de vaccination anti-Covid.
D'ailleurs, selon une récente enquête de l'institut d'études Emrhod Consulting, seulement 41% des Tunisiens se disent prêts à se faire vacciner contre le coronavirus. Toutefois, ce taux augmente chez les médecins pour atteindre 65%. Alors que 46% des personnes sondées sont contre la vaccination.
Au final, avec l'annonce de l'arrivée du très controversé vaccin britannique, peu de citoyens auront la témérité de servir de cobaye. Et c'est tout à fait compréhensible.
* leconomistemaghrebin


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.