Tunisie-URGENT : La chaine Hannibal TV suspendra sa diffusion à partir de cette date    Tunisie – Kais Saied [VIDEO] : « J'appelle les honnêtes patriotes à nettoyer le pays de ceux qui ont altéré ses capacités »    Infos Bourse – Le groupe UADH bloqué par les banques    Il n'y aura plus de Facebook à partir de demain... Il s'appellera Meta !    Grandes cultures : Signature d'une convention de partenariat entre l'UTAP, l'INGC et la BNA pour accompagner les producteurs    Championnat Arabe Handball : EL MAKAREM 4 sur 4    Ghazi Chaouachi appelle Kais Saied à éclairer l'opinion publique sur ce point    Opportunités : Le marché nigérien tend la main aux businessmen tunisiens    Le président de la République exige un audit minutieux des prêts et dons accordés à la Tunisie    Ghazi Chaouachi : Le discours populiste de Kais Saied ne mènera nulle part    Découverte d'une cellule terroriste féminine    Tunisie- Accidents de la route : 50% des morts sont des jeunes    Le 4ème sommet anti-tabac : Nouvelle ligne de défense contre le fléau du tabagisme    Report de l'affaire de harcèlement sexuel dans laquelle est accusé Zouhair Makhlouf    La Tunisie dispose d'un stock de céréales pour seulement 3 mois de consommation    Le septième congrès électif de l'ODC, aura lieu les 5 et 6 novembre    Violation à grande échelle des données personnelles dans le milieu universitaire tunisien, s'inquiète l'INPDP    Le CA Bizertin annonce officiellement le départ du président Abdessalem Saidani    Pour les vacances scolaires : Les belles surprises de la Cité des sciences    Le financement des projets d'infrastructure objet de la rencontre entre Samir Saïed et Sarra Zaâfrani    Perturbation de l'approvisionnement en eau potable dans la région du Sahel    Marwen Trabelsi revient avec une première exposition personnelle de peinture "Jardin Intérieur"    Classico ESS-CA : Compos probables et Historique    Augmentation de capital de One Tech Holding : Moncef Sellami tient la promesse faite aux actionnaires    Exposition "Viral" de l'artiste iranienne Yassi Pishvaei à l'espace Mouhit    Samir Dilou : Si les dirigeants du passé étaient mauvais, pendez-les !    Tunisie-Ligue 1 (J2): les matches de ce jeudi    Problèmes de l'environnement à Sfax : Pas de solutions immédiates, assure Leila Chikhaoui    Sfax: Aujourd'hui, grève générale dans le secteur privé [Vidéo en direct]    Foot Européen : Programme TV de jeudi (HT)    CAN 2021 : la CAF autorise 28 joueurs par sélection au lieu de 23    Falsification de titres fonciers à Ben Arous : Quatre agents administratifs impliqués    L'aéroport de Tobrouk reprendra ses vols vers la Tunisie    France : Paris : La gare du Nord évacuée suite à une alerte à la bombe !    Grave accusation contre Bin Salman : il aurait planifié le meurtre du roi Abdallah    CSS vs EST : où regarder le match de la 2ème journée de ligue 1 tunisienne du 27 octobre    Pièce de théâtre "Langar" du 28 au 30 octobre à El Teatro    Ons Jabeur se hisse à la 7ème place mondiale    Le cauchemar de Macron : l'Algérie interdit le français dans les administrations    Métamorphose #2 de Essia Jaïbi et Jalila Baccar en ligne le 29 octobre    Vient de paraître : " Quatrains en déshérence ", un recueil poétique de Abdelaziz Kacem    Les Retrouvailles Musicales avec le CSO autour de Mozart et Saint-Saëns    Tunisie-JCC 2021 : Modalités d'achat et prix des billets    Anthony Fauci au cœur d'un scandale impliquant un laboratoire en Tunisie    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Eau en Méditerranée : ressource en péril et facteur limitant du développement - Par Najeh Dali
Publié dans L'expert le 29 - 12 - 2011

Najeh Dali présente les ressources est l'un des enjeux les plus importants qui affectent le développement des pays en voie de développement dans les régions arides et semi-arides comme ceux de la Méditerranéenne.
En plus les ressources sont importantes de point de vue quantitatif mais également de point de vue protection contre la pollution.
Avant de présenter la situation des ressources dans la méditerranée et les facteurs qui déterminent sa gestion durable, l'ensemble des rapports établis par l'observatoire méditerranéen organisme appartenant au programme d'action pour la méditerranée (PAM) qui est lui même sous la tutelle du programme des nations unies pour l'environnement (PNUE), essayons de décrire de façon sommaire , l'état de la pollution au sein du bassin méditerranéen.
Les eaux côtières de la Méditerranée sont affectées par la pollution marine et terrestre. Les sources situées à terre sont responsables de 80% de la pollution totale affectant la Méditerranée au cours des trente dernières années et des réponses ont été développées pour la réduire et l'éliminer dans toute la mesure du possible.

La pollution maritime représente 20% du total. Sur ses 46.000 km de côte, Najah Dali note que 150 millions d'habitants dont 110 millions vivent dans les villes. De plus, chaque année 200 millions de touristes visitent la région, la majorité d'entre eux sur la zone côtière. Plus de 200 complexes pétrochimiques et énergétiques, industries chimiques et usines de production de chlore, toutes des sources de pollution, sont établies sur cette étroite frange côtière; environ 80 fleuves et rivières charrient dans la mer de lourdes charges de pollution.

Pour ce qui est des ressources en eaux la mer Méditerranée est caractérisée par un équilibre hydrique déficient, avec des pertes dues à l'évaporation qui dépassent l'apport d'eau venant des cours d'eau et des précipitations. Ce qui explique également sa forte salinité, caractéristique essentielle de sa différence avec l'Atlantique.
Il importe de noter que les demandes en ressources en eaux ont également doublé dans la deuxième moitié du 20ième siècle pour atteindre, en 2010, environ 300 km 3/an pour l'ensemble des pays riverains.
Dans de nombreux pays méditerranéens, les prélèvements en eau approchent le niveau limite des ressources disponibles. Des pénuries d'eau, conjoncturelles ou structurelles, sont souvent constatées. En 2010, la population méditerranéenne « pauvre » en eau, c'est-à-dire celle des pays dotés de moins de 1000 m3/hab/an, ont dépassé les 180 millions d'habitants, dont plus 60 millions en situation de « pénurie » (moins de 500 m3/hab/an). Plus de vingt millions de Méditerranéens n'ont pas accès à l'eau potable, notamment dans les pays au Sud et à l'Est.
Cette situation risque de s'aggraver au cours des prochaines décennies si on prend en compte les effets du réchauffement climatique. En effet, les études menées à cet effet, on démontré que la région méditerranéenne et en particulier du sud est parmi les régions les plus menacées à cet égard.
En effet, avec une élévation supérieure à 2–2,5 °C, au niveau mondiale plus de 3 milliards de personnes seront menacés de stress hydrique. Dans la région méditerranéenne, les réductions des précipitations associées devraient faire baisser les flux des eaux intérieures et les gisements d'eau. Ce qui, dans certains pays, pourrait aboutir sur une demande en eau dépassant l'offre.

D'ici 2025, l'augmentation importante des pressions sur les ressources en eau, conjuguées aux effets des changements climatiques fait ressortir de forts contrastes, parfois alarmants en ce qui concerne «l'avenir de l'eau». Actuellement, dans certains pays, les prélèvements d'eau s'approchent ou même dépassent le seuil-limite des ressources renouvelables.
L'agriculture, qui est le premier secteur consommateur d'eau, et qui représente 64 % de la demande totale en eau : 45 % au Nord et 82 % au Sud et à l'Est, semble être le premier secteur qui sera touché par cette pénurie.
L'agriculture devrait également rester le secteur avec la plus grande consommation d'eau. Selon la FAO, les surfaces irriguées pourraient s'accroître de 38 % dans le Sud et 58 % à l'Est du bassin d'ici 2030, alors que dans le Nord, la demande en eau devrait se stabiliser, voire même décliné.

A cet effet, et tenant compte de ce qui précède, selon Dali Najeh des mesures urgentes sont à prendre afin d'améliorer l'efficacité de l'utilisation et à réduire les fuites et les mauvais usages peuvent aider à renverser les tendances actuelles. Une gestion de la demande en eau améliorée devrait permettre de faire 25 % d'économie, soit environ 86 km3/an, d'ici 2025.

En améliorant aussi, la gestion de l'agriculture irriguée, il est possible d'économiser 65 % de la demande en eau; on peut attendre également 22 % d'économies en recyclant les eaux industrielles et 13 % par une gestion plus rationnelle de l'approvisionnement en eau potable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.