Algérie : La Wilaya de Médéa frappée par un fort séisme    Club Africain – Club Sportif Sfaxien : Sur quelle chaîne voir le choc ?    Ligue 1 : Un gros choc entre le Club Africain et le CS Sfaxien    Retour sur un drame : Quand le destin s'en mêle !    Les candidatures pour STARS OF SCIENCE sont ouvertes    Radhia Nasraoui quitte avec le sourire l'hôpital où elle fût admise récemment à Paris    Tunisie-Ligue 1 : classement général avant les matches de ce dimanche    Tunisie – Situation à la prison de Borj Erroumi : La direction générale des prisons contre attaque    Troisième commémoration de l'assassinat de l'ingénieur tunisien Feu Mohamed Zouari    Algérie : Abdelmajid Tebboune bénéficie du soutien de l'armée    Festival de l'olivier à Sfax : Recourir à de nouvelles dispositions pour exporter plus et mieux valoriser l'huile d'olive tunisienne    Coupe du monde des clubs : Mouine Chaabani dévoile les raisons de la défaite contre Al Hilal    Arrestation d'un employé du personnel navigant d'une compagnie aérienne en détention de 200 mille euros minutieusement dissimulés sur lui    Météo: Prévisions pour dimanche 15 décembre 2019    L'Espérance Sportive de Tunis stoppée par Al Hilal à Doha    Kaïs Saïed félicite le Président algérien élu Abdelmadjid Tebboune    Espérance de Tunis vs Al Hilal : où regarder le match des 1/4 de finale mondial des clubs 2019    En vidéo: Destiné au enfants du Kef, tous les détails sur le don volé au port de la Goulette    Après la démission de Khalbous, Ben Salem désigné ministre de l'enseignement supérieur par intérim    L'Espérance Sportive de Tunis doit franchir le cap d'Al Hilal Saoudien pour accéder au carré d'Or en Coupe du monde des clubs    A Sousse, un patient déclaré officiellement mort alors qu'il est en vie?    Graves violations des droits des demandeurs d'asile et réfugiés en Tunisie : une situation alarmante qui doit cesser    Baisse du volume des exportations tunisiennes    Tunisie [Photos]: Youssef Chahed supervise la cérémonie baptisant du nom de Mahmoud El Matri l'autoroute X2    France : Ce que l'on sait du marocain abattu par des policiers à la Défense    Affaire de l'assassinat de Khashoggi: Ultimatum d'un mois du Congrès américain à la CIA pour dévoiler les auteurs    CM des clubs 2019 : "Nous avons remédié aux lacunes qui nous ont fait défaut lors des précédentes éditions" (Majdi Traoui)    Quel temps fera-t-il ce week-end ?    Tunisie : La banque centrale de Tunisie mise sur le digital, dans le cadre de son plan Stratégique 2019-2021    Afrique du Nord : Appel à l'action pour renforcer la résilience côtière en Tunisie, Algérie, Maroc et Egypte    Un timbre-poste sous le thème ''La Tunisie, membre non-permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies''    Tunisie : 51 cas de suspicion de conflit d'intérêts révélés par l'INLUCC    Payez vos factures d'électricité et de gaz de la STEG à partir de votre téléphone    Libye: Point sur la situation après l'ordre donné par Haftar à ses troupes d'entrer au cœur de Tripoli    Ooredoo Tunisie et Vivo Energy Tunisie s'allient pour une énergie nouvelle    25 blessés dans une explosion à Blankenburg, dans l'est de l'Allemagne    Projection ciné-concert du film mythique “SALAMMBÔ” de Pierre Marodon à la cité de la culture    La composition du gouvernement toujours attendue, que dit la Constitution ?    Renforts sécuritaires et militaires sur tout le long des frontières tuniso-libyennes après le discours du maréchal Haftar    Tunisie: Traversées du Tanit et Carthage, précisions de la CTN    Par Hadi Sraieb – Budget 2020 : Le subterfuge grossier du window dressing !    Une «Dictée géante en arabe» sera organisée le 15 Décembre en France    En vidéo: L'ami des animaux Ahmed Manai raconte son histoire    La Tunisie de retour dans le Top 15 des pays attractifs en Afrique    La plus jeune première ministre au monde a 34 ans! Liste des jeunes dirigeants du monde en 2019    L'émouvant message d'Amina Sta à son père...    JTC 2019 : Nebil Daghsen & la LIPA tous les jours à l'Avenue de Tunis et le 12 Décembre au Mondial avec “Sangate Ebola”    Success Story TN : Saïda Meherzi : Entrepreneuse en écotourisme de Kesra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Par Abdelaziz Gatri : Chassés de Raqqa et Dir Ezzour, « nos enfants » sont de retour
Publié dans Tunisie Numérique le 11 - 11 - 2019


Partagez
Tweetez
+1
Partagez
0 Partages
Rached Ghannouchi s'est dernièrement rendu en Turquie, officiellement pour participer au 3ème TRT WORLD, un forum international qui s'y est tenu les 21 et 22 octobre dernier sur le thème suivant : « Crise de la globalisation : risques et opportunités ».
Cette énième visite du chef du parti islamiste Nahdha à Ankara aurait pu passer pour banale si Ghannouchi n'était pas auréolé de la victoire, même étriquée, de son parti aux élections parlementaires qui se tenaient quelques jours plus tôt. C'est donc une visite officielle qui ne dit pas son nom, puisque c'est la présidence même de la Turquie qui l'a annoncée dans un communiqué on ne peut plus officiel, et puisqu'elle fut couronnée par une rencontre avec le président Recep Tayyip Ergogan qui en l'accueillant, accueillait le candidat de Nahdha, tantôt au poste de chef du gouvernement de la Tunisie, tantôt à celui de président de l'ARP. A ce titre, Ghannouchi aurait dû remettre au président de la république fraîchement élu avec 73% des suffrages un rapport détaillé sur cette visite, et surtout sur la teneur de ses entretiens avec le président turc. Mais que nenni. Et pour cause : il y était question, entre autres bien sûr, de l'avenir des centaines, voire des milliers de combattants de DAESH évacués en Turquie.
Déjà, lors de ce forum, Erdogan n'a pas manqué de culot en se demandant : « 30 000 poids lourds d'armes, de munitions et de matériels ont été livrés aux nord de la Syrie, comment est-ce que ceux qui prétendent être puissants pourront expliquer cela, avec quelle approche démocratique vont-ils l'expliquer ? », effaçant d'un revers de la main le fait que ces 30 000 camions sont passés par la frontière turque et que c'est son gouvernement qui en a assuré et la logistique et le soutien militaire.
Ghannouchi, soucieux de parer à toute éventualité et bien décidé à fignoler ses plans pour les prochaines échéances qui se trament pour le pays en cas d'éviction de son parti du pouvoir par la voie constitutionnelle, ne pouvait s'attendre à mieux que le retour au bercail de « ses enfants » qui ont bénéficié d'un haut degré d'entraînement et qui traînent un vécu militaire indéniable, une aubaine trop inestimable pour ne pas être saisie au vol, ses lieutenants à Tunis ne ratant eux aucune occasion de rappeler aux tunisiens que la mise à l'écart de leur parti équivaudrait à une guerre civile.
Ceux qui n'entendent pas la menace sont ou sourds ou complices.
Les événements se sont ainsi rapidement succédé :
Mardi 29 octobre,en plein préparatifs du sommet de la francophonie qui doit se tenir à Tunis, les ministres tunisiens des affaires étrangères et de la défense étaient démis de la plus humiliante des manières alors qu'ils allaient quitter leurs fonctions de toutes les manières à la faveur de la constitution du nouveau gouvernement issu des élections. Etait-on trop pressés de rapatrier ses enfants ?
La désignation du ministre de la justice, tutelle du ministère public dont les exploits ne sont plus à démontrer en matière de gestion des affaires des assassinats politiques, de l'appareil parallèle de Nahdha et de l'arrestation du candidat Nabil Karoui en pleine campagne électorale, pour assurer l'intérim à la défense en dit long sur les intentions de certains. Idem pour l'intérim des affaires étrangères, confié officiellement à Sabri Bachtobji, secrétaire d'Etat qui a été confiné à un rôle de figurant lors de la visite du chef du gouvernement en Algérie.
Jeudi 7 novembre, Erdogan affirmait que plus de 1 150 membres de l'Etat islamique étaient actuellement incarcérés dans les prisons turques.
Lundi 11 novembre, le ministre turc de l'Intérieur, Suleyman Soylu, annonçait que « la Turquie commencera à renvoyer dans leur pays d'origine les militants étrangers du groupe Etat islamique qui ont été capturés ». Par militants, il faut entendre terroristes bien sûr. Terroristes quand il s'agit de les garder en Turquie, militants quand il s'agit de les renvoyer en Tunisie.
Entre-temps, en Tunisie, silence radio. Ni le président de la république, garant de la constitution et de l'intégrité territoriale du pays, ni le chef du gouvernement dépositaire de la sécurité des citoyens, ni son ministre de l'intérieur, chef des forces de police et de la garde nationale, ni les ministres intérimaires à la défense et aux affaires étrangères, ni même les partis qui leurs sont opposés n'ont émis le moindre communiqué pour exprimer leur position sur ce retour imminent.
Pire. Youssef Chahed, toujours en poste, débarrassé de son encombrant et non moins concurrent aux présidentielles ministre de la défense, fait des mains et des pieds pour plaire à Ghannouchi,à Sâïed et à son grand-oncle. On l'a vu successivement porter une lettre de Sâïed à son homologue algérien, assister en sa compagnie (et en celle de Ghannouchi) aux festivités du Mouled, planter avec lui un olivier à l'occasion de la fête de l'arbre. Il faut l'observer lui rendre visite au palais de Carthage, obséquieux, tout en courbettes et en sourires, se faisant tout petit, opinant du chef à toutes ses remarques, buvant ses paroles comme du petit lait. Espérant être reconduit à son poste, ou au moins hériter du portefeuille des affaires étrangères dans le futur gouvernement, oubliant par là même qu'il est toujours le chef de l'exécutif, il se contente d'un rôle de premier ministre du président comme sous l'ancienne constitution, et même de son envoyé spécial, porteur de ses messages aux autres présidents. Comment envisager dans ces conditions qu'un Chahed obéissant au doigt et à l'œil à Sâïed et à Ghannouchi ordonnât à ses services de s'opposer à un retour possible des terroristes tunisiens recrutés, embrigadés et envoyés au front par ses partenaires au pouvoir qui l'ont soutenu contre son mentor Essebsi et dont son avenir politique -et même judiciaire- immédiat dépend ? Surtout quand on sait que Nahdha s‘est toujours prononcée en faveur de ce retour ?
De son vivant, même Essebsi avait qualifié ces terroristes de brebis égarées, déclarant que la Tunisie se devait, de par sa constitution, d'accueillir ses enfants, quand son alter ego Gahnnouchi les qualifiait seulement de musulmans en colère, faisant monter les craintes des tunisiens, craintes que les démentis tardifs, laconiques et pleins de zones d'ombre de l'ambassadeur turc à Tunis et du ministère tunisien de l'intérieur ont du mal à dissiper.
Aujourd'hui, lundi 11 novembre 2019, un communiqué du ministère de l'intérieur « a démenti catégoriquement les informations faisant état de ce retour assurant qu'elles sont infondées et n'ont rien à voir avec la réalité ». Cependant, le même communiqué ajoute que « tous les individus impliqués dans des affaires à caractère terroriste sont systématiquement arrêtés à leur arrivée sur le territoire national ». Alors, retour (et arrestation) ou pas retour ?
En tant que citoyen tunisien libre et indépendant de tout courant ou parti politique, je suis en droit et même dans l'obligation de rappeler tous les hauts responsables du pays ainsi que tous les chefs sécuritaires et tous les chefs de parti à leurs devoirs.
– La sécurité nationale est une ligne rouge qu'il vous est interdit de franchir.
– Votre responsabilité autant historique que pénale est engagée.
– Si vous ne réagissez pas avec la plus grande vigueur face aux périls autant sécuritaires qu'économiques qui guettent notre pays et qui engagent sa survie et sa souveraineté, les citoyens ne manqueront pas un jour de vous traduire en justice pour haute trahison et manquement grave à votre serment de sauvegarder l'indépendance de la Tunisie et l'intégrité de son territoire, de respecter sa Constitution et ses lois, de veiller sur ses intérêts et de lui devoir fidélité et allégeance.
Abdelaziz GATRI.
Expert-conseiller, opérations de commerce international, contentieux douanier.
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!
Partagez
Tweetez
+1
Partagez
0 Partages


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.