Korchid : ''L'une des erreurs de Kais Saied...c'est Nadia Akacha''    Tunisair suspend ses vols à destination et en provenance du Burkina Faso    Kaïs Saïed souhaiterait appliquer un modèle proche du Velayet-e faqih iranien, selon Hatem Mliki    CAN 2021 – EN : deux nouveaux cas Covid !!    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 25 Janvier 2022 à 11H00    Tunisie-coronavirus : Vers le durcissement des mesures sanitaires ?    Tunisie – météo : Températures en légère baisse et pluies attendues    Béja: 42 nouvelles contaminations en milieu scolaire    Tunisie-coronavirus : Vers la levée du couvre-feu ? La réponse    "Mes mots pour le dire", nouveau concours vidéo francophone international    Affaire Béchir Akermi : La justice de nouveau dans la tourmente !    teste    CONDOLEANCES : Jamel ACHOUR    STA en bourse : visa du CMF obtenu, souscriptions à partir du 21 février 2022 au prix de 17 D l'action    Un délinquant poignarde trois personnes à la station Intilaka : Grosse frayeur à bord d'un métro de la Transtu    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    Al-Koweit : Khenissi réussit un triplé    Centenaire du cinéma tunisien : Zoom sur un pionnier nommé Albert Samama Chikly    Ce que pense un ancien ambassadeur des USA de la démission de Nadia Akacha    Mekki : Saied s'est opposé au placement en résidence surveillée de Ghannouchi    Makrem Lagguem accuse tout le monde de corruption    Pourquoi? | Avec de la volonté    Des entreprises américaines souhaitent investir en Tunisie, assure Donald Blome    Hatem Mliki: Ce qu'a fait Saied, ''c'est la honte''    Tozeur : Bientôt une zone irriguée à El Hamma de Djerid    La Banque mondiale s'attend à un ralentissement de l'économie tunisienne    CAN 2022 – Maroc vs Malawi : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct ?    Prix au marché municipal de Gafsa [Vidéo]    Les dirigeants de l'UGTT et les enseignants vacataires s'assoient aujourd'hui autour de la même table    La censure des commentaires a frappé aussi le ministère des Sports !!    La date de remise des échantillons de l'édition 2022 du prix de meilleure huile d'olive reportée au 30 janvier    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Watford : l'entraîneur Claudio Ranieri limogé    Matériel informatique et télétravail : Comment réduire la consommation d'énergie ?    Risques mondiaux : Les inquiétudes pour l'avenir persistent    Contrepoint | Le mal et l'issue...    Abid Briki: Nous soutenons les mesures prises par Saied    Assurances | M.A.E : Une première !    BNA Bank : Performances records et dynamique de croissance confirmée    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Pièce "Hend, le prince de Djerjer" d'IZA LOU mise en scène par Jean-Luc Garcia à EL TEATRO Tunis    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    « Art Expo » à la galerie « Musk & Amber » : Action commune    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Monde : Le président arménien annonce sa démission    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie [VIDEO] : Interview avec Seifeddine Dormek sur la crise de la décharge d'Agareb
Publié dans Tunisie Numérique le 06 - 10 - 2021

Dans une interview par visioconférence accordée à Tunisienumerique ce lundi 04 octobre 2021, l'étudiant-chercheur en Gestion de la Pollution et de l'Environnement à la Faculté des Sciences de Bizerte, par ailleurs activiste écologique, Seifeddine Dormek a évoqué des informations importantes sur la crise de la décharge d'Agareb du gouvernorat de Sfax.
« Bien qu'il existe des lois sur la protection de l'environnement et la gestion des déchets, aucune n'est appliquée sur le terrain », a-t-il fait savoir.
Impact environnementale « très minime » selon un responsable de l'ANGED :
Dans le cadre de leurs études, Seifeddine, accompagné de ses collègues se sont rendus à la décharge d'Agareb et après avoir interrogé des responsables dans la municipalité ainsi que les agences nationales de la gestion des déchets telles que l'ANGED, ils ont pu constater l'ampleur de cette crise.
« La décharge d'Agareb est réservée uniquement aux déchets ménagers, or que les habitants y ont trouvé des déchets médicaux tels que les seringues et les sachets de liquide physiologique et des ordures de divers natures », a-t-il expliqué.
« Nous avons contacté l'ANGED qui nous a confirmé que 14 communes de la région déversent quotidiennement 700 tonnes de déchets dans cette décharge, or que celle-ci se trouve au milieu d'une réserve naturelle ! Est-ce que c'est logique ? », a-t-il ajouté.
En outre, l'ANGED lui a indiqué que la décharge « occupe une petite surface de la réserve naturelle qui s'étale sur 5 hectares », estimant que son impact écologique est très minime.
Historique de la décharge :
M. Dormek a précisé que selon les données disponibles sur le forum « Manich Msaddak », cette décharge a été installée en 2004, son exploitation a commencé en 2008 pour une durée de 5 ans, sa clôture a été prévue en 2013 comme stipulé dans l'acte d'exploitation.
De son côté, l'ANGED a affirmé que son exploitation a été fixée à 15 ans et sa clôture est prévue en 2022.
Il convient de noter que ladite décharge a fait l'objet d'une décision judiciaire de fermeture fin septembre. Quelques jours après son application, la décharge a repris service selon le correspondant de Tunisienumerique à Sfax ainsi que les témoignages des habitants d'Agareb.
« Les habitants de la région ont menacé l'ANGED et les responsables municipaux d'escalade si la fermeture définitive de cette décharge n'ait pas lieu d'ici le 31 décembre », a fait savoir notre interlocuteur.
Une catastrophe environnementale et sanitaire :
La délégation d'Agareb est principalement agricole et compte par ailleurs 150 industries. Les déchets de ces usines, même si bien traitées, contaminent le sol, l'air et l'eau.
« Les habitants d'Agareb nous ont affirmé qu'ils suffoquaient des odeurs nauséabondes et des gaz toxiques qui se dégagent de la décharge sur un rayon de 15 kilomètres, or un responsable de l'ANGED croit dure comme fer que les gazes émis sont inodores», a-t-il ajouté.
« Nous avons demandé à l'ANGED, la fermeture définitive du dépositaire et le transfert des déchets vers un autre, installé loin des zones urbaines. Celle-ci nous a indiqué qu'initialement la décharge a été installée loin des habitations ».
« Mais au cours de la dernière décennie, la demande d'habitation dans cette zone a augmenté, du coup elle s'est trouvée en engrenage entre les riverains et les sociétés chargées de la gestion de cette décharge ».
Les solutions envisageables :
Le responsable à l'ANGED a affirmé à M. Dormek qu'ils comptent transférer la décharge à 7 km d'Agareb, loin des habitations et des zones d'activités agricoles et ce suite « aux plaintes des citoyens ».
L'Agence a également demandé via des correspondances, aux 14 communes de diminuer la masse des déchets engendrés quotidiennement.
De son côté, Seifeddine a estimé que ces solutions ne sont pas aussi efficaces, suggérant le transfert de la décharge en plein désert, vu la disponibilité d'une grande flotte de camions de transport d'ordures.
« Une tonne de déchets traitée par l'ANGED coute 45 dinars, alors que les sociétés privées la tarifent à 150 dinars. L'Etat s'avère le grand perdant », a-t-il indiqué.
De même, il a suggéré à l'ANGED qu'elle propose le service de tri de leurs déchets aux usines, car il est difficile d'effectuer cette tâche par les agents de la décharge.
« L'ANGED a décliné cette proposition, car si elle exerce une pression sur l'usine, des employées risquent d'être renvoyés pour compenser les frais de traitement et de tri et cela ne peut qu'exacerber la crise du chômage », a-t-il poursuivi.
Notre interlocuteur a estimé que la réduction de l'impact environnementale n'est pas uniquement une question de moyens en Tunisie mais aussi d'initiatives et de volonté, affirmant que l'esprit environnementale est en pleine essor grâce à la société civile et les startups.
La sensibilisation environnementale : Une solution durable
M. Dormek a indiqué qu'il est facile de nos jours de véhiculer la sensibilisation environnementale parmi les citoyens de différentes tranches d'âges notamment via les groupes sur les réseaux sociaux et la vulgarisation des nouvelles technologies.
Membre de la startup « Ahyini » agissant dans ce sens, Seifeddine a indiqué la mise en ligne d'un dessin animé éducatif composé de 6 épisodes d'une durée de 5 minutes.
Ce dessin animé est disponible en langue de signe et contient des références du patrimoine nationale.
A la fin de chaque épisode, un quiz est proposé aux enfants pour tester leur compréhension.
Il a également évoqué les évènements et ateliers de l'éducation environnementale destinés aux jeunes enfants.
Au programme, une pièce de théâtre jouée par des enfants, qui sera diffusée en ligne sur la plateforme Ahyini.tn par visioconférence sur Zoom le 10 octobre 2021 et un programme varié le 15 octobre au Parc d'attraction sis Hammamet sud.
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.