CONDOLEANCES : Tijani GUERMAZI    Foot-Europe: le programme du jour    L'UGTT appelle le gouvernement à réajuster le pouvoir d'achat des fonctionnaires    Pour un meilleur plaidoyer universel : Comment parler du droit palestinien ?    Le Maroc à la tête d'une structure qui draine 4600 milliards de dollars    Des faits et des chiffres    Les pays en développement "lésés" dans le rebond des IDE en 2021 (Rapport)    Suppression des primes et des privilèges des membres du Conseil supérieur de la Magistrature : Saïed passe à l'action    Khemakhem et Cheikhrouhou quittent le CSS    Classement FIFA Live : La Tunisie recule encore et perd 29 points !!    Le Mondial des clubs 2022 retransmis sur cette chaîne arabe    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 21 Janvier 2022 à 11H00    Hand | FTHB : Le comité provisoire de gestion intronisé    CAN 2021 | Tunisie-Gambie (0-1) : Une « petite » qualification !    Budget ''boiteux''...L'UGTT appelle le gouvernement à prendre des mesures urgentes    Tunisie – Coronavirus: 13 décès et 9787 contaminations en 24h    Météo : Pluies éparses sur l'extrême nord en fin de journée    Dialogues éphémères | Sur les traces d'Epiméthée    Vient de paraÎtre | L'île aux arbres disparus d'Elif Shafak    L'identité culturelle des morisques en Tunisie, un livre de Mondher Chraïet : Un excellent éclairage sur l'histoire des Maures dans notre pays    Simpar : Hausse du chiffre d'affaires de 21% en 2021    Artes annonce un chiffre d'affaires en hausse de près de 35% en 2021    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Transtu: A partir d'aujourd'hui, modification de la circulation automobile au niveau de cette zone    UGTT : Le « retard » et « l'hésitation » pèsent lourdement sur le processus du 25 juillet    Ennakl Automobiles annonce un chiffre d'affaires en hausse de plus de 21% en 2021    CAN : on a manqué de réussite dans le dernier geste (Kebaier )    La Fédération nationale du cuir appelle à l'aide    En photos: Déraillement d'un train de transport de phosphate    3 délégués démis de leurs fonctions, les détails    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Kaïs Saïed ordonne la préservation des domaines de l'Etat    Tunisie: Les exportations des agrumes accusent une fore baisse    Riadh Essid nommé conseiller chargé des affaires diplomatiques à la Kasbah    5 fillettes ont reçu des injections par des inconnus, assure le ministère de la Famille    Ouni : Florana engendre les mêmes symptômes du Covid    La Consultation nationale respecte les données des répondants, assure Gaddes    Russie-Ukraine : Poutine monte d'un cran, un danger imminent pour l'Europe, les USA, le monde    Monde-Daily brief du 20 janvier 2022: Crise en Ukraine : Joe Biden met en garde la Russie en cas d'invasion    Formation "Jeunes réalisateurs, cinéma, écriture environnement": le cinéma dans la quête d'un monde écoresponsable    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    Noureddine Sammoud n'est plus, un esthète des mots nous quitte    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Note – Economie bleue : La Tunisie subit un taux d'érosion côtière de 10 fois la moyenne mondiale
Publié dans Tunisie Numérique le 28 - 11 - 2021

Les zones côtières du Maghreb revêtent une importance capitale non seulement pour la préservation de la biodiversité, mais aussi pour le développement de l'économie bleue, synonyme de production de richesses, de création d'emplois et de source de revenus, indique la Banque Mondiale (BM) dans une note récente qu'elle vient de publier.
On souligne qu'au fait, la majorité de la population maghrébine vit sur le littoral ou à proximité, et que de nombreux habitants sont tributaires des zones côtières qui pourvoient à leur subsistance.
En Tunisie, le tourisme et les activités en lien avec ce secteur, qui fournissent un emploi à quelque deux millions de personnes, ont contribué à 14,2 % du PIB en 2018, affirme-t-on, l'intégrité des zones côtières et maritimes influe également de manière directe ou indirecte sur d'autres secteurs, comme la pêche, assure la note de la BM.
L'instance financière internationale (IFI) précise que les emplois de l'économie bleue (pêche, tourisme...) sont particulièrement importants pour les ménages à faible revenu ; leur disparition ferait basculer de nombreux pêcheurs et employés du tourisme dans la pauvreté, une situation comparable aux perturbations que la pandémie de COVID-19 a engendrées.
Le recul des plages saperait les nombreuses sources de revenus de l'économie bleue ; ce processus lent, déjà enclenché, a fait (à moitié) disparaître des plages et devrait s'accélérer avec les changements climatiques, martèle la BM.
Dans un rapport récent, l'IFI a mené une évaluation des modifications du paysage côtier, en termes de superficies perdues et gagnées. Il a été constaté qu'entre 1984 et 2016, l'érosion des plages du Maghreb a atteint un rythme moyen de 15 centimètres (cm) par an, soit plus du double de la moyenne mondiale (7 cm), la Tunisie subit le taux d'érosion le plus important, avec un retrait annuel de près de 70 cm en moyenne.
Face à l'élévation du niveau de la mer et à la fréquence accrue des phénomènes météorologiques extrêmes, ces phénomènes d'érosion vont s'exacerber à terme, observe la BM, tout en soulignant qu'en l'absence de mesures d'adaptation, les populations littorales et leurs moyens de subsistance risquent d'être durement frappés par l'intensification de l'érosion, les risques d'inondation et la pollution côtière.
On précise, en outre, concernant les répercussions économiques de l'érosion côtière que les coûts annuels liés aux pertes de terres et d'infrastructures représentent environ 2,8 % du PIB en Tunisie où l'érosion ronge lentement, mais sûrement, une part importante de leur travail et les fragilise toujours plus.
À l'avenir, les Etats du Maghreb devraient renforcer leur préparation à la lutte contre les effets néfastes de l'érosion côtière et cela passe par l'adoption et la poursuite de programmes de gestion intégrée des zones côtières, ainsi que par la promotion de solutions de protection naturelles, appelle la BM.
Notons, par ailleurs, que selon une étude intitulée « les impacts économiques du changement climatique en Tunisie : Risques et Opportunités », commandée par le ministère de l'Environnement et appuyée par l'ambassade du Royaume-Uni, dont les résultats viennent d'être révélés, une élévation de la mer de 50 cm pourrait entraîner des pertes économiques évaluées à 3,6 milliards de dinars dans le secteur touristique.
D'après l'étude, le secteur agricole local pourrait accuser des pertes économiques équivalant à 5-10% du PIB sectoriel d'ici 2030, en raison du dérèglement climatique. Les estimations des pertes d'emplois dans le secteur varient entre 8250 et 16500 emplois. Elles peuvent atteindre 37000 emplois en cas de sécheresse majeure.
Pour mémoire, l'ex- ministre tunisien des Affaires locales et de l'Environnement, Mustapha Laroui a annoncé en décembre 2020 que 300 km de plages sur 670 km sont menacées d'érosion marine. Il a déclaré aussi que 10% des plages menacées ont été réhabilités pour un coût s'élevant à 87,7 millions de dinars, estimant que le littoral tunisien fait face à de grandes pressions, en raison de l'intensité des activités humaines et économiques et des changements climatiques.
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.