Al-Joumhouri : le remaniement visait l'exclusion des ministres « proches de la présidence de la République »    Tunisie – Harouni accuse le président de la République    HUAWEI : L'intégration d'un seul écosystème dans les milieux professionnelle moderne    Le cinéma tunisien présent à la 18ème édition du FCAPA en ligne    Un virus asiatique dont le taux de mortalité atteint 75% préoccupe les chercheurs    Mechichi envoie une correspondance à l'ARP    Participer à la grande étude sur les contributions économiques et sociales des Tunisiens de l'étranger    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    Hédi Bouraoui: Voilà ce que nous avons perdu!    Tunisie-Ennahdha: Le Conseil de la Choura dénonce les actes de violence    Voici la date des soldes d'hiver    Le Président de la FIFA soutient le redémarrage du football africain au Cameroun    Affaire ANGED-VALIS : Conflit d'intérêts confirmé pour Elyes Fakhfakh    L'UIB certifiée PCI-DSS pour la 3ème année consécutive    Manque flagrant en lits de réanimation dans les régions intérieures    Royal El Mansour El Mahdia classé parmi les 7 meilleurs hôtels Iberostar dans le monde    Les émeutes nocturnes, que pensent les politiciens et les analystes?    Libye: Le Forum du dialogue politique vote sur le choix d'un mécanisme de sélection des candidats à l'autorité exécutive    CoviDar, une initiative citoyenne pour la prise en charge des malades de coronavirus chez eux    Le Tunisien Walid Boudhiaf bat le record du monde en Apnée (vidéo)    Korchid : ceux qui m'ont suivi ont échoué à récupérer les fonds Ben Ali    Les Tunisiens privés de vaccins à cause du ministre de la Santé limogé, selon l'UPR    Les smartphones Galaxy S21, Galaxy S21+ et samsung galaxy Ultra en précommande    Walid Jalled au chef de l'Etat : envoyez vos missiles constitutionnels    Kasserine : 15 personnes arrêtées pour actes de vandalisme    D'un sport à l'autre    Coronavirus: Le bilan s'alourdit à Sfax    Hand – Mondial 2021 : Programme de la 3ème journée    Tunisie – météo : Passages nuageux et légère augmentation des températures    Tunisie [Vidéo]: Protestations des avocats à Médenine contre un juge pour la publication de posts sur Fabebook    Néji Jalloul appelle à des concertations politiques pour sortir de la crise    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis tient encore à Mouine Châabani    Volte-face de Abdessalem Younsi: Retour à la case départ    Hand – Mondial 2021 : Qui est Mehdi Harbaoui, l'un des hommes du match face au Brésil ?    Relance de l'économie Tunisienne: Une croissance de 5,8% est possible pour cette année    L'EST trébuche à Sfax après 33 matches d'invincibilité: Un mal pour un bien ! ...    Nadia Khiari, dessinatrice de « Willis from Tunis », à La Presse «Je suis dans l'autodérision : je me moque de nous-mêmes»    Cinéma tunisien «Halte au hold-up sur nos voix !»    L'Algérie pose une condition pour partager son vaccin avec la Tunisie    Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Les nouvelles procédures douanières créent des pénuries    Sur les pas de Merkel: Armin Laschet président de la CDU en Allemagne    Bruits et chuchotements    La complainte de l'Acropolium    La fabuleuse histoire de l'épave de Mahdia    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colloque sur les Arts plastiques maghrébins, organisé par la Fondation Kamel Lazâar
Publié dans TAP le 17 - 10 - 2011

TUNIS (TAP) - Un colloque s'est tenu récemment à la Kasbah à Tunis, à Dar El Médina sur «les Arts plastiques maghrébins: Art et mémoire» à l'initiative de la Fondation Kamel Lazâar pour les arts et la culture.
La coordinatrice de la rencontre, Rachida Triki, a invité à ce colloque des historiens de l'art, des esthéticiens, des artistes, des critiques et des médiateurs pour réfléchir sur les lectures du passé artistique maghrébin et sur la nécessité de favoriser celles qui impliquent notamment une historisation et de nouvelles grilles de lecture esthétique.
Pour ce faire, un travail de recherche technique au niveau de la documentation est nécessaire pour revisiter notre mémoire, notre histoire passée et présente des mouvements artistiques à travers ses documents, ses institutions et ses différentes médiations.
Trois tables rondes ont été organisées pour traiter de la problématique soulevée:
La première table ronde a été consacrée à l'histoire des Arts plastiques au Maghreb et à la nécessité d'instaurer une lecture de ses ruptures afin d'historiciser ses modes de développement.
Nadira Laggoune, professeur d'art à l'Ecole des beaux-arts d'Alger, qui a suivi avec intérêt les voies de développement des arts plastiques algériens a montré pourquoi il faut se réapproprier l'histoire des arts par une relecture critique.
Anissa Bouayed, historienne a parlé du peintre constantinois Jean Atlan, plus connu en France, en essayant de lui prêter un rôle dans la naissance du mouvement plastique algérien.
Houcine Tlili (Tunisie) a proposé une lecture historiciste des ruptures opérées dans le mouvement pictural tunisien et maghrébin en esquissant une lecture dynamique de l'évolution de l'histoire des arts plastiques au Maghreb entre orientalisme et patrimoine.
Farid Zahi, historien de l'art marocain a montré que le jeu de mémoire est un travail sur soi pour se réapproprier son patrimoine.
Sami Ben Ameur, quant à lui, a tenté de décrire et de lire les péripéties et les ruptures du développement des arts plastiques en Tunisie à travers les activités des galeries de Tunis.
La deuxième table ronde a examiné les activités des institutions s'occupant de formation artistique, de médiation d'associations, de musées, de promotion des arts plastiques au Maghreb. Une intervention très remarquée a été faite par le chercheur et conservateur marocain Mohamed Rachdi qui a concrètement illustré ses contacts par la mise en valeur d'une structure muséale de mécénat. Cette structure a permis l'installation d'un musée réalisé par la Société Générale Maroc, au profit des peintres marocains.
Mme Sana Tamzini a informé l'assistance de sa prise en charge de la «Maison des Arts» du Belvédère et de sa tentative de dynamiser le «Centre National d'Art Vivant» en lui insufflant le souffle de la créativité et de la générosité d'un programme multidimensionnel.
Samir Triki, directeur de l'Institut Supérieur des beaux-arts de Tunis renseigna le public sur le secteur de la formation artistique en Tunisie: la Tunisie possède une infrastructure de 13 instituts d'art et de 20.000 étudiants dans ce domaine. Le problème est de définir les missions de ces structures, d'établir des programmes de formation et d'aboutir à créer des emplois pour les 20.000 futurs diplômés d'art.
Il a aussi mis l'accent sur la nécessité de mettre en place des structures adéquates de recherche et de documentation en matière d'art plastique.
Hamadi Chérif a relaté son itinéraire de galeriste et de promoteur du centre culturel de Djerba où il réussit à marier la promotion polydimensionnelle des arts (musique, peintre à) régionaux et internationaux. L'ouverture de Hamadi Chérif sur le marché international de l'art est intéressante et exemplaire comme l'est la pratique de Mohamed El Ayeb, à la galerie Al Aïn.
La troisième table ronde du colloque a été consacrée aux témoignages et aux perspectives de développement du secteur des arts plastiques au Maghreb.
Akila Mouhoubï a présenté son expérience d'animation dans le cadre de son association Rivages aussi bien en France qu'en Algérie son pays d'origine où elle s'est réinstallée.
Ammar Allalouch a insisté sur la nécessité de garder vivante notre mémoire des arts maghrébins dont il connaît bien les acteurs.
Abdelmajid Bekri, a très poétiquement exprimé son amour de l'art et de la poésie.
Les recommandations issues du colloque soulignent la nécessité de promouvoir des annales communes numérisées des arts plastiques maghrébins.
Les intervenants proposent également la création d'un centre maghrébin de documentation et de recherche en arts plastiques et arts de l'image.
Ils proposent de participer en tant que Maghreb aux manifestations et expositions les plus avancées d'arts plastiques comme à Venise surtout et dans d'autres manifestations de qualité dans le monde.
Ils recommandent aussi de créer dans les futures institutions muséales maghrébines des collections d'art vouées à rassembler les œuvres d'art produites par les artistes maghrébins.
Ils soulignent la nécessité de créer des ponts entre les instituts de formation et de recherche maghrébins et de promouvoir des échanges entre eux grâce à des séjours d'étude et à des bourses (ateliers communs) au profit des étudiants et des enseignants d'arts plastiques, d'histoire de l'art et d'esthétique.
Il serait judicieux, selon les participants à ce colloque, de créer des enseignements théoriques et pratiques communs dans les instituts d'arts maghrébins. Il serait également judicieux de créer des prix intermaghrébins pour les jeunes plasticiens et pour les meilleurs critiques d'art maghrébins.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.