Le Phare, le concours de création d'entreprise ce 23 février 2019 à l'UTICA    Khaled Babbou, en route pour la présidence de la confédération africaine de Rugby    Aïssa Baccouche: Le vieux renard et le jeune loup    Tunisie – Ben Guerdène : De graves accusations à l'encontre du ministre de la santé    Tunisie – AUDIO : Ridha Belhaj : Il n'y a que BCE qui puisse sauver Nidaa Tounes    Tunisie-Ligue 1: Classement général    CAN 2019 : La compétition se déroulera dans 6 stades    Tunisie – AUDIO : Ghannouchi envisagerait d'écarter le gouvernement de Chahed avant les élections    Tunisie – VIDEO : Moknine : Ghannouchi accueilli aux cris de « Vive Ben Ali »    Ben Hatira met le cap sur la Hongrie    La FAO appelle les élèves à changer leur comportement    Plus de 600 exposants au rendez-vous    Le ministère des A.E. suit la situation de près    Un portrait de l'Amérique au vitriol    L'émissaire de l'ONU s'active    Ni violation de la loi ni gaspillage de l'argent public!    «La justice est la seule à pouvoir trancher»    Le Club Africain endeuillé par le décès de son ex dirigeant Lotfi Zahi    Youssef Chahed confie au Figaro que René Trabelsi est un tunisien comme tous les autres    Rebondir malgré tout    Se remettre en selle    Une mobilisation sans précédent    Est-il possible de contenir la montée des prix ?    Un pavillon Habib-Bourguiba à la Maison de Tunisie    Les frais seront fixés à la mi-mars    Une prise de conscience et après ?    Des œuvres invitant à la méditation    Humour et bonne humeur !    Sept pièces sélectionnées pour la compétition officielle    No Comment    Tunisie: Arrestations après des affrontements nocturnes à Barraket Essahel    Programme TV du dimanche 17 février    Egypte : Elimination de sept terroristes dans le Nord Sinaï dans une opération où est décédé un officier de police    Viol et meurtre de la vielle femme de 86 ans à Kairouan : Les 5 accusés condamnés samedi à la peine de mort par pendaison    TN FAME-[vidéo] Rencontre avec Kais Ben Farhat    Bourse de Tunis : Le revenu global des sociétés cotées passe à 16.2 milliards de dinars (+12,2%)    France [Vidéo]: Manifestation des gilets jaunes à Paris pour la 14ème semaine    Partenariat stratégique entre l'UMA et la Chambre Economique Européenne du Maghreb    La marque Tunisienne de prêt-à-porter Gyzel lance son site Gyzel.tn    Evénement AI Hackathon à l'ENSI les 23 et 24 Février 2019    Etats-Unis: Cinq morts dans une fusillade à Chicago    Film Fatwa au cinéma: Horaires et salles tunisiennes qui projettent le film    14 Tunisiens kidnappés en Libye    Attaque à l'acide dans le métro à Paris, un jeune homme gravement blessé    L'Ecole Nationale d'Ingénieurs de Tunis célèbre son 50e anniversaire    Tunisie : Saison terminée pour le joueur du CSS    1er Festival International de la B.D. de Tunisie à Sousse du 20 au 23 mars 2019 (Programme)    Tunisie- Tournage d'une série Netflix en Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Barbanera, un Tunisien à la tête d'un large réseau de migration illicite, arrêté en Italie
Publié dans Tuniscope le 16 - 01 - 2019

Au sein de ce réseau, les trafiquants utilisent des dériveurs de carénage, équipés de puissants moteurs hors-bord avec lesquels ils sont capables de couvrir l'étendue de mer qui sépare les deux rives de la Méditerranée. Les bateaux pneumatiques et les bateaux "déjà introduits illégalement à Lampedusa" ont déjà été "saisis par les forces de la police italienne".

En quelques heures, ils transportent en Italie une quinzaine d'immigrés clandestins, en plus d'une quantité variable de tabac atteignant "dans certains cas le poids de quelques kilos". Pour chaque passage, les immigrants illégaux paient jusqu'à 3 000 euros. La nouvelle section de "voyages fantômes" en provenance de Tunisie a été mise au jour par une maxi opération dénommée "Barbanera", qui a conduit quatorze personnes en prison et a saisi des avoirs pour trois millions d'euros.
Les atterrissages fantômes en Sicile.
Certains des étrangers, qui organisent les "voyages fantômes", ont été bloqués au port de Palerme aux amarres pour l'embarquement. Ils étaient sur des bateaux à moteur en partance pour la Tunisie. La brigade financière a saisi 30 mille euros en espèces en leur possession. Cependant, les affaires de l'immigration sont beaucoup plus larges. En témoignent les avoirs saisis lors de l'opération de ce matin : trois entreprises de la région de Trapani imputables au promoteur du réseau criminel (un restaurant, un chantier naval et une ferme, objets de la réutilisation de produits illicites), ainsi que plusieurs bâtiments, véhicules et des navires de pêche d'une valeur totale supérieure à 3 millions d'euros.
Selon l'agence AdnKronos, les trafiquants d'hommes qui ont transporté des immigrants clandestins parviennent à arriver en Sicile "en évitant les contrôles de police", grâce à l'aide de personnes qui "dirigent les débarquements sur des côtes préétablies" et garantissent une " dispersion "sur le territoire. Pas seulement ça. Une fois retirée du contrôle des forces de l'ordre, le réseau garantit aux étrangers nouvellement arrivés également "la possibilité d'un contrat de travail fictif, même de nature saisonnière".
Le réseau a des bases opérationnelles à Mazara del Vallo, Marsala, Palerme, Lampedusa et à la Chebba, en Tunisie. Profitant de la proximité de l'île de Lampedusa des côtes tunisiennes, avec seulement deux bateaux de pêche situés sur l'île pélagique, les trafiquants d'hommes sont en mesure d'attirer (avec des groupes de quinze) des immigrants clandestins en Italie.
L'opération a permis d'éclairer le rôle du tunisien Moncer Fadhel, également connu sous le nom de "Giovanni" ou "Boulaya" et reconnaissable à son épaisse barbe noire (d'où le nom donné à l'opération, "Barbanera"). Il est le patron incontesté du réseau qui, au cours des deux dernières années, a organisé toutes les traversées maritimes. Un réseau qui, selon les enquêteurs, aurait été également "capable de commettre des actes extrêmement cruels".
Dans certaines conversations téléphoniques, Moncer Fadhel a avoué avoir personnellement sollicité la falsification des procès-verbaux d'arrestation et avoir versé un pot-de-vin aux responsables locaux de la police tunisienne à Kélibia lors de l'arrestation de l'un de ses hommes. Il travaille également avec Kheireddin Farhat, également connu sous le nom de "Karim". Ce sont ces derniers qui ont volé les lances et les moteurs dans le stockage des navires utilisés par les flux migratoires pour armer un bateau de pêche tunisien et l'utiliser pour faire venir des immigrants clandestins en Italie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.