REMERCIEMENTS ET FARK : Mahmoud Ben Aleya JERBI    Tribune | 15 juillet 1960 : il y a soixante ans, les premiers Casques bleus tunisiens de l'Histoire au service de la paix ! (suite & fin )    Taoufik Baccar : « Une privatisation bien menée est une « LIGNE VERTE » »    Clôture des souscriptions à l'emprunt obligataire subordonné "ADVANS SUBORDONNE 2020-1"    Consommer tunisien : Un état d'esprit    Impact du COVID-19 sur les entreprises dirigées par des femmes : Des plans de relance pour sortir de l'ornière    Frappé de plein fouet par la crise sanitaire : Le tourisme a-t-il été finalement sauvé ?    Officiel : Saïd Saïbi quitte le Club Africain    Un nouveau cas de coronavirus à Sousse    Un agent de police testé positif à Zarzis    Tunisie [vidéo] Noureddine Taboubi : " Il faut accélérer la formation du gouvernement "    Tunisie – Météo : Température stable lundi 10 août    Quels sont les avantages et les inconvénients à être mannequin en Tunisie?    Myriam Soufy, auteure de «Re-Belle», à La Presse : «Je suis dans l'universalité, humaine, née ici»    INDISCRETIONS D'ELYSSA        FTHB | Nouveaux règlements : L'aval de l'IHF    Athlétisme | Mahfoudhi et Chehata à Lyon    Kamel Akrout - Tunisie: A trop négliger sa jeunesse on finit par hypothéquer son avenir    Un incident déplorable !    D'un sport à l'autre    Vol de téléphones : La solution congolaise !    Les bus de la SRT Kasserine interdits de s'arrêter à Kairouan    Tunisie : Hausse du nombre des incendies à Tozeur durant le premier semestre de 2020    Tunisie: Trois départs de feu au Djebel Nadour en mois de 48 heures    Kairouan: Le marché hebdomadaire interdit    ‘'La démarche est fausse''    Tunisie: L'expulsion par l'Italie d'immigrés clandestins tunisiens, viole tous les accords, selon Sami Ben Abdelali    Les BUS de la Société régionale de transport de Kasserine ne s'arrêteront plus à Kairouan à partir du 10 Août    TOPNET, signe un partenariat Tripartite avec TTN et QWEEBY pour le lancement de la facture électronique    Centenaire Mokhtar Hachicha: La voix, le verbe et la verve    Ligue 1 : Le Club Africain renverse l'Etoile de Métlaoui    Tunisie: Disparition du bouclier du soldat de Hannibal, précisions du ministère de la Culture    Avis de recherche du Ministère de l'Intérieur au sujet d'un dangereux terroriste    Ezzeddine Larbi - Economie et pandémie : de la grande crise de Covid-19 et ses impacts    Ligue 1 : 3 matchs au programme aujourd'hui    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés à Tipaza    Migration irrégulière des tunisiens vers l'Italie: ces débarquements massifs qui inquiètent Rome    Que révèleront les mémoires de Mohamed Ennaceur ?    18 morts et plus de 120 blessés dans une sortie de piste d'un avion en Inde    Coronavirus : 22 nouveaux cas dont 10 cas locaux enregistrés dans 6 gouvernorats (Tunis, Ariana, Monastir, Sfax, Gabés, Médenine)    Mort de 27 migrants en majorité des ghanéens    Le Barça veut la Ligue des champions pour sauver sa saison !    Souvenirs et nostalgie    L'Italie annonce le début de l'expulsion des immigrés clandestins tunisiens à partir de lundi    Une soirée musicale sous le signe de la solidarité avec Beyrouth    Un glacier du Mont Blanc menace de se détacher    L'Espagne est redevenue une zone rouge à cause des clubs de nuit, selon Nissaf Ben Alaya    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pourquoi dit-on toujours ‘'7achek'', même quand on parle de poissons ?
Publié dans Tuniscope le 22 - 11 - 2019

‘' 7achek'', ‘'B3id Echar'', ‘' Leb3ida'', avez-vous remarqué ces expressions magiques chez nos grands parents ?
Ce sont des formules de courtoisie qu'on emploie pour atténuer l'intensité ou la cruauté de certains mots. On dit par exemple, ‘' Y-a-t-il une poubelle ici ? ''7achek''
Jusque là, tout est normal. Or, le mot ‘'7achek'' est parfois utilisé dans des emplacements intrigants, comme par exemple ‘' Je vais acheter des poissons, 7achek''.
Plusieurs sont qui ont posé la question : Pourquoi on dit 7achek quand on parle de poisson alors que c'est un aliment noble et luxueux.
‘'C'est une histoire de tabou'', explique le chercheur Mohamed Beskri. Selon lui, notre culture arabe est caractérisée par une levée de boucliers par rapport à tout ce qui pourrait être indécent ou impudique.
Les poissons, par exemple sont toujours considérés comme des aliments aphrodisiaques, donc ce n'est pas un mot qu'on peut lancer en famille.
C'est pour ça qu'on dit toujours ‘'7achek'' quand on parle de plats à base de poissons ou parfois on emploie une périphrase ‘' Weld lebhar'' ce qui signifie ‘'l'enfant de la mer''. Cette périphrase existe aussi en Algérie où on dit ‘'Weld Edjej'', enfant de la poule pour parler des œufs.
A priori, Nos arrières grands parents ne regardaient que ça dans les poissons et tout ce qui nous vient de la mer.
Déjà, explique le chercheur, il n'y a pas que le mot poisson qu'on essaye d'atténuer dans notre dialecte.
Le sel aussi, puisqu'il provient de la mer, constitue un tabou dans certaines régions. C'est pour ça qu'on utilise aussi ‘'7achek'' quand ont dit ‘'mel7'', ou on a recours à d'autres mots pour parler du même produit comme ‘'Reb7'' ou ‘'Ydem'', tout dépend de la région.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.