La BCT décide de maintenir inchangé le taux d'intérêt directeur    Coronavirus | Sidi Bouzid : Pas de nouveaux cas enregistrés depuis une semaine    Le ministre de la Santé félicite les membres de l'équipe médicale et paramédicale du Laboratoire de l'hôpital Charles Nicolle pour leur exploit    Tarek Ftiti : si on avait écouté Sonia Ben Cheikh on aurait évité la propagation    Coronavirus : Le CAMUR doté de 6 lits de réanimation    En vidéo : Malcom Reçoit son prix de joueurs du mois tout en respectant le confinement    50 cas positifs au coronavirus à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle    Ministère des Finances : Le total des dons a atteint 81,115 MD    Premier cas de coronavirus au Yémen en guerre    Coronavirus: 83 malades hospitalisés    La France lance via l'AFD l'Initiative « COVID-19 – Santé en Commun » pour soutenir les pays d'Afrique    Tunisie Casting organise deux concours en ligne spécial Covid 19    Baromètre de popularité des 3 présidents : Elyes Fakhfakh gagne en popularité    Football – Classement FIFA : la Tunisie conserve sa 27e place mondiale et 2e africaine    Plus faible nombre de morts en un jour depuis le 24 mars en Espagne    Un nouveau cas de coronavirus à Sfax    Victimes du Coronavirus dans le monde : Bilan dans chaque pays    L'exercice de la médecine…ou quand le doute plane    Coronavirus: Le Canada dit craindre plus d'un million de contaminations    L'amélioration de la transparence est essentielle pour résister aux chocs, investir dans la croissance et renforcer la confiance dans les institutions publiques    Nouvelles nominations au sein du ministère de la jeunesse et des sports    La FTF cherche à confectionner des masques adaptés aux joueurs    Covid-19 │ Reprise des tournages : La Chambre syndicale nationale des producteurs du cinéma et de l'audiovisuel avertit    Météo: Prévisions pour vendredi 10 avril 2020    Pétrole | Echange téléphonique entre Trump, Poutine et le roi Salmane    Raddaoui partant    La Banque Islamique De Développement débloquera 270 millions de dollars en faveur de la Tunisie    Les recommandations de la CONECT à la Banque Centrale de Tunisie    Trois personnes écrouées    Libérez Sami Fehri…    Décès de Mourad Trabelsi à l'hôpital Charles-Nicolle    65 millions de dinars consacrés au remboursement du crédit TVA    Mais la compétition ira –t-elle à son terme ?    Le gardien Alaeddine Ayoub, un exemple à suivre !    Le prix de la poésie décerné à Moncef Louhaibi    Les fictions expérimentales de Sélim Gribâa    La banlieue française, côté cour côté jardin    Ennahdha solidaire avec les personnalités faisant l'objet de menaces terroristes    Tunisie : Le président de la République préside la cérémonie de commémoration des événements du 9 avril    La Tunisie rend un vibrant hommage à ses Martyrs à l'occasion du 82ème anniversaire des évènements du 9 Avril 1938    Trump menace de suspendre la contribution américaine    Toujours aucun cas confirmé de coronavirus    L'UE en échec sur la réponse économique au virus    Michèle Gazier : Il était une fois Leila Menchari    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Graves violations des droits des demandeurs d'asile et réfugiés en Tunisie : une situation alarmante qui doit cesser
Publié dans Tunivisions le 14 - 12 - 2019

Le Département Migration du FTDES dénonce les violations des droits des demandeur.se.s d'asile et réfugié.e.s présent.e.s dans toute la Tunisie dont il a été saisi cette année.
En l'absence de cadre législatif national en matière d'asile, les demandeur.se.s d'asile et les réfugié.e.s en Tunisie sont placé.e.s sous la protection du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR). Chargée de l'examen de leur demande d'asile, l'agence onusienne a nouvellement mandaté le Conseil Tunisien pour les Réfugiés (CTR), association tunisienne financée à hauteur de 100% par le HCR, pour mettre en œuvre la protection à laquelle peut prétendre chaque demandeur.se.s d'asile ou personne reconnue réfugiée (hébergement, distribution de bons alimentaires, prise en charge des frais médicaux, accès à l'information…).
Or, suite à un nombre croissant de témoignages, le FTDES a pu constater ces derniers mois des manquements graves de la part de ces deux organisations concernant le respect des droits des personnes en besoin de protection internationale :
* Surpopulation des centres d'hébergement dans le sud tunisien et insuffisance des programmes de mise à l'abri à Sfax et Tunis. A Tunis, en l'absence de centres, un hébergement d'urgence a été ouvert dans un hôtel du centre-ville. Seules les personnes les plus vulnérables y ont droit, pour une durée limitée à 14 jours. Des mineurs et des familles avec enfants en bas-âge sont contraints de dormir dans la rue après ce délai. Au mois de décembre, au moins 130 demandeurs d'asile ont été signalés comme vivant dehors. Les appartements loués par le HCR sont non meublés, souvent éloignés des centres-villes et insalubres (certains n'ont pas d'accès à l'eau par exemple).
* Insuffisance des bons alimentaires notamment pour les mères isolées et les familles. Ces bons alimentaires sont distribués de manière aléatoire et irrégulière.
* Difficultés d'accès aux soins, défaillance dans la prise en charge des frais médicaux, y compris en cas d'urgence vitale. En avril 2019, l'absence d'assistance médicale aurait coûté la vie à un jeune demandeur d'asile de 19 ans, faute de prise en charge rapide suite à une crise cardiaque.
* Insuffisance du suivi psychologique des personnes vulnérables, dont la plupart sont passées par l'enfer libyen et ont survécu à des actes de torture. Cette détresse psychologique semble aggravée par les conditions précaires dans lesquelles se trouvent les demandeur.se.s d'asile et réfugié.e.s en Tunisie. Depuis le début de l'année 2019, au moins deux tentatives de suicide, dont celle d'un mineur, ont été signalées dans les centres gérés par le HCR.
* Absence de prise en charge adéquate des mineurs isolés. Un nombre important de mineurs vivent actuellement dehors, sans encadrement, ni accès aux soins et à l'éducation. Certain.e.s ont subi des agressions alors qu'ils dormaient dans la rue.
* Manque d'information généralisée et absence d'assistance juridique concernant la procédure de demande d'asile. Certaines personnes disent n'avoir aucune connaissance de la date de leur prochain rendez-vous, le HCR leur demandant de revenir à la date d'expiration de leur carte de demandeur.se.s d'asile, soit après 6 mois.
* Difficultés d'accès à la demande d'asile, en particulier pour certaines nationalités. Des personnes ont dû attendre plusieurs mois avant de pouvoir déposer une demande de protection, attente à laquelle s'ajoute ensuite la lenteur de la détermination du statut, qui peut prendre jusqu'à 9 mois. Des défaillances dans la procédure de détermination de statut de réfugié ont également été relevées, comme des problèmes d'interprétation lors des entretiens et une absence de confidentialité des échanges avec les officiers de protection du HCR.
Le FTDES s'inquiète par ailleurs du fait que l'ensemble des personnes ayant témoigné au sujet des pratiques du HCR et du CTR craignent des représailles. Nombre d'entre elles font état de harcèlement psychologique et de menaces personnelles visant à les dissuader de partager avec les journalistes et la société civile la détresse dans laquelle elles se trouvent. Celles qui osent revendiquer leur droit sont mises à l'écart. D'autres se voient systématiquement refuser l'accès au CTR et sont parfois même menacées d'être présentées à la police si elles continuent à se rendre dans leurs locaux, pour bénéficier des droits qui leur sont pourtant dus.
De nombreuses personnes disent enfin se sentir indésirables, humiliées et rejetées par les organisations en charge de leur protection. Beaucoup utilisent même la métaphore du ballon de football pour illustrer leur situation : des personnes déshumanisées que l'on renvoie d'un bureau à un autre, du Lac à Mutuelleville, de Tunis à Médenine, voire qu'on pousse à retourner en Libye.
Le FTDES, après avoir entendu ces témoignages, qui font état de violations massives et systématiques des droits des demandeur.se.s d'asile et réfugié.e.s :
* Demande, pour toutes les personnes réfugiées ou en demande de protection internationale, une amélioration de l'accès à l'information, une prise en charge des frais médicaux et la garantie pour tout.e.s de moyens de subsistance suffisants.
* Appelle toutes les ONG, associations, instances nationales et onusiennes à coopérer et dialoguer afin de trouver une solution durable à la problématique de l'hébergement des demandeur.se.s d'asile et réfugié.e.s en Tunisie. Appelle également au respect de standards minimums concernant la salubrité des lieux, qu'il s'agisse de centres, d'hôtels, ou d'appartements loués par le HCR.
* Attire l'attention de ces différents acteurs sur la protection impérative des mineurs étrangers, en tant qu'enfants, et ce quel que soit leur statut administratif, conformément à la Convention internationale des droits de l'enfant que la Tunisie a ratifié en 1991.
* Demande un traitement égalitaire et non discriminatoire pour l'ensemble des demandeur.se.s d'asile et réfugié.e.s en Tunisie, ainsi que le respect de la procédure de détermination du statut de réfugié.
* Demande aux organisations onusiennes et aux associations responsables de la protection des demandeur.se.s d'asile et réfugié.e.s en Tunisie de cesser toute forme de harcèlement psychologique et de respecter les droits fondamentaux de ces personnes.
* Réitère sa demande pour que le HCR, l'Etat tunisien et les organisations humanitaires prennent leurs responsabilités afin de trouver une solution durable et digne à la situation inacceptable des anciens réfugiés du camp de Choucha oubliés par l'ensemble de ces mêmes acteurs depuis de trop nombreuses années.
* S'inquiète des pratiques de certains acteurs, visant manifestement à décourager la demande d'asile en Tunisie, et de la mise au service d'organisations humanitaires à des fins sécuritaires.
* Considère qu'une partie importante des problèmes auxquels font face les personnes migrantes en Tunisie est le résultat direct des politiques d'externalisation de l'Union européenne et de la complicité de l'Etat tunisien, des agences onusiennes et de certaines ONG locales pour leur mise en œuvre.
Le Département Migration du FTDES


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.