Le cadavre d'une femme retrouvé en pleine rue à Monastir    Les pertes de la CPG ont atteint 480 MD en 2019    Tunisie | 18 migrants clandestins secourus au large de Kerkennah    CINQ nouveaux cas importés de Coronavirus enregistrés à l'Ariana, Ben Arous, Sfax et Tataouine    Abir Moussi : « l'agenda des Frères a été élaboré de manière à pousser les institutions publiques vers la faillite »    Telnet Holding : Paiement des dividendes à partir du 15 juillet 2020    Fermeture des frontières et Covid-19 : Chute des recettes touristiques de 47%, à fin juin 2020    Théâtre : Candidatures ouvertes pour les JTC 2020    Financement des partis politiques : Les multiples failles d'un système de contrôle défaillant    Pandémie de Covid-19 : Le secteur du cuir et de la chaussure touché de plein fouet    Un numéro vert pour aider les candidats au bac    Tunisie – Alerte météo en rapport avec des vents forts    20 Saoudiens jugés par contumace en Turquie    «USMO-ESR», choc des demi-finales de la Coupe    Retour de l'aigle sur les nouveaux maillots de l'Equipe nationale    Demain face à l'Etoile, pour terminer le stage    Projets de partenariat entre la DRV allemande et la FTAV    Crédulité et perversion : Au nom du sacré....    Les enfants font leur festival    Entre K-pop et buchaechum, tout un éventail...    Tunisie : Le ministère de l'agriculture met en garde contre la consommation des palourdes vivantes    DECES : Mounira ZID    Etoile du Sahel : La situation financière est très difficile, selon Ridha Charfeddine    Tunisie: L'INLUCC a remis 122 dossiers relatifs à la corruption à la justice    CONDOLEANCES    "Bassamet" : un programme d'appui à la diversité culturelle et artistique en 5 phases    Lotfi Zitoune annonce la transformation de la Caisse des collectivités locales en une institution financière    Le marché boursier termine la semaine en dents de scie    Le CSHL à pied d'œuvre à Aïn Draham : La mise au «Vert»    Tunisie: Nouvelles dispositions pour rapatrier les citoyens bloqués en Libye    Comprendre les attaques informatiques !    Le rafistolage a ses limites    Transferts des joueurs tunisiens | Montants TUS : Un sujet tabou !    Foot-Europe: le programme du jour    Athlétisme | En prévision des compétitions internationales : Mahfoudhi, Chehata et Mejri en stage    Incendie maîtrisé à Djebel Nahli    Nouvelle classification par la Banque Mondiale des pays en fonction de leur revenu : 2020-2021    Vers un renforcement du partenariat dans les ER entre la Tunisie et l'Inde    La Turquie commence le procès des 20 Saoudiens pour le meurtre de Khashoggi    Visas pour Cinéma : l'exploitation non commerciale à 7 films    Abdelaziz Kacem - 3 juillet 2013 : Le jour où tout a basculé    Un nouveau Premier ministre Français sera nommé dans 3 heures    Jean Castex nommé Premier ministre français    Russie, réforme de la Constitution : Vladimir Poutine peut rester au pouvoir jusqu'en 2036    Lecture dans l'oeuvre romanesque de John Steinbeck à la Maison du Roman    Le producteur Tunisien Tarak Ben Ammar nouveau membre du comité exécutif de l'Academy des Oscars    Le bureau des Nations Unies s'engage à poursuivre son appui à la Tunisie dans sa lutte contre le coronavirus    385 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dinar ne cesse de se déprécier
Publié dans WMC actualités le 13 - 09 - 2006


Est-ce la bonne solution ?
Par Abou Sarra

Le dinar a tendance à connaître un trend baissier. Cette situation semble s'inscrire dans la durée. Au regard des chiffres de change des deux dernières décennies, la dépréciation de la monnaie nationale a tendance à prendre, de plus en plus, une dimension «structurelle», et partant, à conférer au dinar le statut de monnaie faible, c'est-à-dire une monnaie qui se déprécie régulièrement face aux monnaies fortes.
Selon des statistiques de la Banque centrale de Tunisie (BCT), en 2005, le dinar s'est déprécié à un rythme plus rapide, vis-à-vis des deux principales monnaies d'endettement et d'investissement du pays : l'euro et le dollar.
En effet, par rapport à l'euro, le dinar s'est déprécié de 1,3%, passant de 1,590 à 1,611 dinar pour un euro. Cette tendance à la dépréciation s'est accélérée en 2006. Actuellement, un euro s'échange contre 1,677 dinar.
Depuis 2001, le dinar se déprécie par rapport à la monnaie européenne à un rythme moyen de 5% par an, avec une pointe de 8,6% en 2003 et une baisse de 4,1% en 2005.
A titre d'exemple, cette dépréciation est perceptible à travers la hausse croissante des prix des voitures populaires importées en euro. Au regard d'ensemble sur les prix affichés chez les concessionnaires, de nos jours, ces véhicules n'ont rien de populaire.
Idem face au dollar, le dinar s'est déprécié, à un rythme beaucoup plus rapide, soit -9,6%. Son cours est passé de 1,229 dinar à 1,359 dinar pour un dollar. En 2006, le dollar s'échange en moyenne contre 1,305 dinar.
Les observateurs de l'économie tunisienne, tels que la mission économique française en Tunisie, expliquent «cette accélération de la baisse de la valeur internationale du dinar par une volonté de la BCT de préserver les parts de marché du pays dans le commerce international». A titre indicatif, ils mettent à l'actif de cette politique de change de la BCT «la bonne résistance des exportations de textile/habillement de la Tunisie».
Décryptage : la dépréciation du dinar favorise les exportations. Elle est utilisée par les autorités tunisiennes pour doper les produits tunisiens et améliorer leur compétitivité à l'exportation.
Globalement, cette tendance baissière est donc le résultat d'une politique délibérée de la BCT, une tendance que les bailleurs de fonds (Banque mondiale et Fmi) s'en félicitent en raison de la souplesse de change qu'elle favorise.
En 2006, le Fonds monétaire international (FMI) a plébiscité l'économie tunisienne. La mission qu'il avait dépêchée en mai dernier en Tunisie a notamment écrit, à ce propos : «les réformes fondamentales, alliées à une politique de change souple, ont contribué à la consolidation de la compétitivité de l'économie tunisienne et au développement des exportations».
Ce plébiscite est un gage de reconnaissance internationale de la justesse de la politique de change menée par la Tunisie. Moralité : il n'y a pas de dérapage majeur.
Officiellement, à travers cette politique de change, la BCT vise, effectivement, à préserver la valeur de la monnaie en maîtrisant l'inflation, à corréler la croissance de la masse monétaire avec celle de l'activité économique et à booster les exportations, l'ultime objectif étant la réalisation d'un meilleur équilibre de la balance des paiements.
Néanmoins, cette ‘'dépréciation-dopage'' a tendance à durer dans le temps. Elle n'est plus dictée par des exigences conjoncturelles telles que le temps matériel exigé pour passer d'une économie régulée à une économie de marché.
Pour mémoire, le dinar n'a cessé de baisser depuis le début des années 80. Deux périodes méritent d'être signalées. De 1983 à 1991, le taux de change effectif nominal (TCEN) du dinar a connu une période de dépréciation d'un peu moins de 5% par an. A l'inverse, tout au long des années 90, le taux de change effectif réel (TCER) du dinar est resté beaucoup plus stable, avec une dépréciation moyenne d'environ 1% par an.
Au-delà de toutes ces indications rébarbatives, un débat sur l'avenir du dinar mérite d'être enclenché autour de trois alternatives majeures.
Faut-il opter pour un dinar faible aux fins de favoriser les exportations pour conquérir des parts de marché ? Ce dossier se défend bien. Est-il nécessaire de rappeler ici, à titre de référence, que les miracles allemands et japonais n'ont été rendus possibles que par la dévaluation du mark et du yen sur la période 49-65 pour le premier et jusqu'au milieu des années 80 pour le second !
Faut-il, au contraire, opter pour un dinar fort qui favorise les importations et la crédibilité du pays auprès des investisseurs étrangers et des marchés financiers ? Ceux-ci sont attirés par une monnaie "forte" car elle a comme corollaire une montée des taux d'intérêt, lesquels taux d'intérêt se traduisent par la rentabilité accrue du capital, qui peut ainsi se (re-)valoriser.
Faut-il enfin opter pour le modèle américain qui laisse le taux de change aux aléas du marché ?
Le débat est ouvert.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.