Une chose qui se tient droite dans le pays, l'écriture de Kaïs Saïed    Des mesures urgentes pour faire face à la crise économique en Tunisie    Tunisie-Libye : entrée gratuite pour les Tunisiens    Le PNUD offre à tous les députés du Parlement une « Tablette » pour son usage parlementaire uniquement    Tunisie: Rached Ghannouchi se rend au palais de Carthage près avoir rencontré l'un des proposés à la tête du gouvernement    Qui est Habib Jemli, nouveau chef du gouvernement proposé ?    Le PIB augmente de 1% au troisième trimestre 2019    Ben Salem : le futur chef du gouvernement ne vient pas d'Ennahdha    En photos : La célèbre enseigne turque KARACA arrive en Tunisie !    143 enfants ont quitté l'école à Sidi Bouzid    Les rencontres 2019 franco-tunisiennes des céréales    Tunisie- La SONEDE annonce des perturbations dans l'approvisionnement en eau dans ces régions    La Tunisie réaffirme son soutien à la juste cause palestinienne    Prochainement, OPPO dévoilera sa série Reno2 sur le marché Tunisien    H&M OUVRE SON PREMIER MAGASIN EN TUNISIE LE 29 NOVEMBRE AU CENTRE COMMERCIAL TUNIS CITY    Pour dénoncer les mauvaises conditions, des élèves bloquent un bus scolaire    Tunisie: Déficit de 1344,5 de la balance alimentaire durant le mois d'octobre 2019    Le Président de la République reçoit une délégation de la Société civile de Gafsa concernant la reprise de la production du phosphate    Khaled Babbou, président de Rugby Afrique : Le système de compétition de l'Africa Cup 2020 entièrement révisé afin d'accroître l'intérêt de la compétition    CAN-2021 (Qualifications) 1re journée : Résultats partiels    Le nom du nouveau Chef du Gouvernement sera remis ce vendredi au Président de la République par le Président du parti Ennahdha Rached Ghannouchi    CAN 2021 (Elim. 1re J): formation probable de la Tunisie contre la Libye    Allocution du Président du Parlement prononcée à l'issue de la plénière extraordinaire    Ligue des champions – 1ère journée : Etoile du Sahel-Al Ahly le 29 novembre    TOUS EN BASKETS … CONTRE LE DIABÈTE    Des kalachnikov et des munitions saisis à bord d'une voiture libyenne    Ennahdha annonce aujourd'hui le nom du chef du gouvernement    Football : Programme des plus importants matchs de ce vendredi 15 novembre    Météo: Prévisions pour vendredi 15 novembre 2019    Tunisie-Libye : les Aigles de Carthage pour bien entamer les éliminatoires de la CAN    Les exposants de Décoration à EL Vitrina Sfax – Novembre 2019    Les exposants de la beauté et accessoires à EL Vitrina Sfax – Novembre 2019    Le flan droit de la magnifique corniche de Bizerte, attaqué et abîmé de nouveau par la mer    Rendez-vous avec la première du spectacle « Sûkûn » de Noômen Hamda, dernière création du Théâtre National Tunisien au Le 4ème Art !    Pour Zine El Abidine c'est sa première et son ultime qualité...    Airbus présentera le « Futur de l'aviation » au Salon aéronautique de « Dubaï Airshow 2019 »    Kais Saïed invité par le président turc Recep Tayyip Erdoğan à se rendre en Turquie    A Gafsa, des munitions pour mitrailleuse VAL saisies    Les cours s'arrêtent dans d'autres gouvernorats : Voir liste    Soutenons Aya Bouteraa, la Tunisienne finaliste de l'Arab Reading Challenge (vidéos)    La lettre poignante du fils de Chiraz Laatri : J'accuse    Palestine: Israël annonce l'assassinat d'un dirigeant du Jihad islamique à Gaza    Par Abdelaziz Gatri : Chassés de Raqqa et Dir Ezzour, « nos enfants » sont de retour    Crash d'un petit avion à la Soukra : Décès du pilote !    Aujourd'hui, c'est la journée internationale des célibataires    Fête du Mouled 2019 : Quelque 12298 activités au programme en Tunisie    Exposition SHIFT, à mi-chemin entre bandes dessinées et récits de vie du 8 au 18 novembre à Central Tunis    Affaire Cactus Prod et Prod Caméléon: Le Contentieux de l'Etat saisit la Justice    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dinar ne cesse de se déprécier
Publié dans WMC actualités le 13 - 09 - 2006


Est-ce la bonne solution ?
Par Abou Sarra

Le dinar a tendance à connaître un trend baissier. Cette situation semble s'inscrire dans la durée. Au regard des chiffres de change des deux dernières décennies, la dépréciation de la monnaie nationale a tendance à prendre, de plus en plus, une dimension «structurelle», et partant, à conférer au dinar le statut de monnaie faible, c'est-à-dire une monnaie qui se déprécie régulièrement face aux monnaies fortes.
Selon des statistiques de la Banque centrale de Tunisie (BCT), en 2005, le dinar s'est déprécié à un rythme plus rapide, vis-à-vis des deux principales monnaies d'endettement et d'investissement du pays : l'euro et le dollar.
En effet, par rapport à l'euro, le dinar s'est déprécié de 1,3%, passant de 1,590 à 1,611 dinar pour un euro. Cette tendance à la dépréciation s'est accélérée en 2006. Actuellement, un euro s'échange contre 1,677 dinar.
Depuis 2001, le dinar se déprécie par rapport à la monnaie européenne à un rythme moyen de 5% par an, avec une pointe de 8,6% en 2003 et une baisse de 4,1% en 2005.
A titre d'exemple, cette dépréciation est perceptible à travers la hausse croissante des prix des voitures populaires importées en euro. Au regard d'ensemble sur les prix affichés chez les concessionnaires, de nos jours, ces véhicules n'ont rien de populaire.
Idem face au dollar, le dinar s'est déprécié, à un rythme beaucoup plus rapide, soit -9,6%. Son cours est passé de 1,229 dinar à 1,359 dinar pour un dollar. En 2006, le dollar s'échange en moyenne contre 1,305 dinar.
Les observateurs de l'économie tunisienne, tels que la mission économique française en Tunisie, expliquent «cette accélération de la baisse de la valeur internationale du dinar par une volonté de la BCT de préserver les parts de marché du pays dans le commerce international». A titre indicatif, ils mettent à l'actif de cette politique de change de la BCT «la bonne résistance des exportations de textile/habillement de la Tunisie».
Décryptage : la dépréciation du dinar favorise les exportations. Elle est utilisée par les autorités tunisiennes pour doper les produits tunisiens et améliorer leur compétitivité à l'exportation.
Globalement, cette tendance baissière est donc le résultat d'une politique délibérée de la BCT, une tendance que les bailleurs de fonds (Banque mondiale et Fmi) s'en félicitent en raison de la souplesse de change qu'elle favorise.
En 2006, le Fonds monétaire international (FMI) a plébiscité l'économie tunisienne. La mission qu'il avait dépêchée en mai dernier en Tunisie a notamment écrit, à ce propos : «les réformes fondamentales, alliées à une politique de change souple, ont contribué à la consolidation de la compétitivité de l'économie tunisienne et au développement des exportations».
Ce plébiscite est un gage de reconnaissance internationale de la justesse de la politique de change menée par la Tunisie. Moralité : il n'y a pas de dérapage majeur.
Officiellement, à travers cette politique de change, la BCT vise, effectivement, à préserver la valeur de la monnaie en maîtrisant l'inflation, à corréler la croissance de la masse monétaire avec celle de l'activité économique et à booster les exportations, l'ultime objectif étant la réalisation d'un meilleur équilibre de la balance des paiements.
Néanmoins, cette ‘'dépréciation-dopage'' a tendance à durer dans le temps. Elle n'est plus dictée par des exigences conjoncturelles telles que le temps matériel exigé pour passer d'une économie régulée à une économie de marché.
Pour mémoire, le dinar n'a cessé de baisser depuis le début des années 80. Deux périodes méritent d'être signalées. De 1983 à 1991, le taux de change effectif nominal (TCEN) du dinar a connu une période de dépréciation d'un peu moins de 5% par an. A l'inverse, tout au long des années 90, le taux de change effectif réel (TCER) du dinar est resté beaucoup plus stable, avec une dépréciation moyenne d'environ 1% par an.
Au-delà de toutes ces indications rébarbatives, un débat sur l'avenir du dinar mérite d'être enclenché autour de trois alternatives majeures.
Faut-il opter pour un dinar faible aux fins de favoriser les exportations pour conquérir des parts de marché ? Ce dossier se défend bien. Est-il nécessaire de rappeler ici, à titre de référence, que les miracles allemands et japonais n'ont été rendus possibles que par la dévaluation du mark et du yen sur la période 49-65 pour le premier et jusqu'au milieu des années 80 pour le second !
Faut-il, au contraire, opter pour un dinar fort qui favorise les importations et la crédibilité du pays auprès des investisseurs étrangers et des marchés financiers ? Ceux-ci sont attirés par une monnaie "forte" car elle a comme corollaire une montée des taux d'intérêt, lesquels taux d'intérêt se traduisent par la rentabilité accrue du capital, qui peut ainsi se (re-)valoriser.
Faut-il enfin opter pour le modèle américain qui laisse le taux de change aux aléas du marché ?
Le débat est ouvert.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.