Lancement d'un e-service de déclaration des investissements agricoles    Changements climatiques : Premier guide pédagogique publié en braille    Présidence de la CAF : la FIFA veut un consensus autour d'une candidature unique    Le docteur Abdelhafidh Sellami tire sa révérence    L'Organisation tunisienne des jeunes médecins entame un sit-in au ministère de la Santé    Booker international du roman arabe 2021 : les tunisiens Amira Ghenim et Habib Selmi demi-finalistes    Tunisie – Coronavirus : Suspicion d'apparition d'une nouvelle souche à Kasserine    Covid-19 | 164 cas confirmés d'infection en milieu scolaire du 23 au 28 février 2021    Lancement bientôt de la campagne nationale « Tunisie sans déchets »    Ali Kooli : nous avons échappé à une notation plus sévère    Yassine Ayari : Kais Saied n'est pas un Dieu    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 02 MARS 2021 à 11H00    Abir Moussi à Béja cette semaine    Nouvelles révélations choquantes autour de la réception des vaccins    Les cinq piliers de la BERD en faveur des entreprises tunisiennes pour exporter    Tunisie: La tomate séchée, un produit traditionnel remis au goût du jour (Album photos)    Belgacem Tayaa, de nouveau administrateur délégué de Tunisair    Concert Mozart par les musiciens et les choristes du Carthage Symphony Orchestra le 13 mars    OMS : Il est prématuré et irréaliste de penser vaincre le Covid-19 d'ici la fin de l'année    Badreddine Gammoudi : D'autres parties ont reçu des vaccins et des hauts cadres ont été vaccinés !    Programme TV du mardi 02 mars    Volley – dames : Le CS Sfaxien affronte le CF Carthage en finale de la Supercoupe    CONDOLEANCES    Audition des membres du gouvernement : Sur fond d'instabilité généralisée    Ooredoo Tunisie lance le bouquet OSN Streaming App    Les nouvelles dates du festival Gabès Cinéma Fen 2021    Contrepoint | Inégalités...    Ligue 2 | 5e journée ­- Groupes 3 et 4 : L'ES Djerba, solide leader    News | Adel Chedli rejoint Willy Sagnol    Une nouvelle approche de la recherche scientifique en Tunisie : les recherches terrain    Mini-foot | Super league Elite ( 6e journée ) : Arriadh toujours imbattable    Tunisie-FTH: Les professionnels du tourisme demandent au gouvernement de mettre fin à la politique de deux poids deux mesures    Ligue 1 : programme de la 15e journée et les arbitres    Tunisie [Audio]: Un député d'Ennahdha dément que Rached Ghannouchi ait reçu un vaccin du coronavirus    Météo | Pluies éparses dans quelques regions et températures stables    Tunisie – Deux ambassades ont été autorisées à ramener des doses de vaccin    Sadok Jabnoun compare le scandale des vaccins au Watergate    Les dirigeants ont oublié qu'ils ont des comptes à rendre    Sami Lajmi va tenter d'organiser des spectacles gratuits    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    Le jeune YouTubeur Fekrinho retrouvé mort à Oran    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    Aucun site classé patrimoine mondial depuis 1997, Habib Ben Younes tire la sonnette d'alarme    "Je découvre mon pays" un projet culturel ambitieux en Tunisie soutenu par le programme "Tfanen"    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La loi du plus faible… Instabilité dans la stabilité!
Publié dans L'expert le 20 - 10 - 2010

● En août 2010 les USA accusent un déficit commercial avec la Chine de 28 milliards de dollars soit 60% environ de leur déficit total
● Cette guerre, même si elle se déroule hors de nos frontières, doit être suivie avec attention afin de préparer les interventions nécessaires
Nous avons assisté depuis des années à la guerre froide, la guerre des étoiles, la guerre du golfe, la guerre contre le terrorisme, la guerre en Afghanistan et nous vivons aujourd'hui une nouvelle guerre d'un autre genre. En effet, après la chute du mur de Berlin, les guerres sont devenues économiques, et c'est dans ce cadre que l'économie mondiale est en proie à une guerre des devises, ce qui la menace de retomber dans la récession après la crise économique et financière. Cette guerre faite à coup de dévaluations, intervient à quelques semaines du sommet du G20 qui se tiendra le mois prochain à Séoul. Un nouveau dossier autour duquel les débats seront très chauds. Dans cette guerre, quel sera l'impact sur la Tunisie, tout en sachant que le dinar tunisien, n'est pas totalement convertible? Quel sera l'impact sur l'objectif d'atteindre la convertibilité totale d'ici 2014?
Que signifie la guerre des devises?
La formule guerre des devises vient d'être lancée récemment par le ministre brésilien des finances en commentant la situation actuelle des marchés de changes.
A la suite de la crise économique tous les Etats cherchent désespérément la solution magique pour retrouver la croissance et sortir de la récession. Dans ce cadre, les exportations se présentent comme le levier incontournable et assez rapide pour réaliser cet objectif. Et pour rendre ses produits compétitifs à l'échelle mondiale et conquérir d'autres marchés, il est nécessaire de dévaluer sa monnaie, c'est-à-dire l'échanger sous sa valeur réelle. Une arme qui a le mérite de relancer l'économie sur le court terme, mais les résultats sur le long terme sont moins satisfaisants, car c'est une croissance artificielle. Selon l'encyclopédie Wikepedia une monnaie se dévalue, ou subit une dévaluation, lorsque son taux de change se déprécie par rapport à une monnaie de référence, ou un panier de monnaie. Une dévaluation peut se produire sans intervention des autorités monétaires (évolution «naturelle» des parités, on parle alors souvent de dépréciation), ou bien être une décision de politique monétaire décidée par le gouvernement, dans le cadre d'un régime de change fixe.
Or les régimes de changes qui règnent actuellement dans le monde sont flottants et donc la valeur de la monnaie est déterminée sous la pression de l'offre et de la demande. Les dévaluations prennent donc des formes un peu subtiles dans le cadre de la politique monétaire d'un pays.
Le but d'une dévaluation de monnaie est d'encourager toutes entrées de devises dans le pays (exportations, revenus touristiques, IDE...) et décourager toutes sorties de devises (importations...) elle est nécessaire quand le pays est en perte de compétitivité prix par rapport à ces concurrents. Ceci mène à conclure que la monnaie faible d'un pays joue le rôle d'une prime à l'exportation et en même temps comme une barrière douanière.
Déroulement de la guerre des devises:
Tout le monde connaît depuis des années l'histoire du Yuan chinois sous-évalué. C'est le problème le plus épineux pour les Américains, qui accusent un déficit commercial énorme avec la Chine. En effet, ce déficit atteint en août le montant record de 28 milliards de dollars, sur 46,3 milliards de déficit total. A cause d'une monnaie Chinoise faible, les exportations sont plus compétitives. Les Américains ont menacé de prendre des mesures protectionnistes contre la Chine, si elle ne réévalue pas sa monnaie. De leur côté les Américains « jouent » avec le taux de change de leur «dollar», afin de réduire le déficit commercial, et baisser le cours de leur monnaie face aux principales devises (euro, yen…). Cette guerre de devises entre les Etats-Unis et la Chine n'est pas prête de finir, car les deux (USA-Chine) trouvent leur intérêt dans cette situation, d'instabilité dans la stabilité.
De son côté le Japon, qui est en train de vivre la pire crise économique de son histoire, a pris quelques mesures peu orthodoxes pour dévaluer son Yen. Il est simplement intervenu directement sur le marché des changes, et a baissé son taux d'intérêt qui frôle avec le zéro, et ce pour arrêter la tendance à la hausse du Yen.
La Corée du Sud a pris quelques mesures pour restreindre les transactions à terme; et l'Inde et la Thaïlande envisagent ouvertement des mesures anti-spéculatives.
La goutte qui a fait déborder le verre est venue du côté du Brésil, dont le Ministre des Finances était le premier à utiliser le terme «guerre des devises», et qui a annoncé que son pays va doubler la taxe sur les achats étrangers d'obligations d'Etat.
Pour la zone euro, qui voit sa monnaie remonter face aux principales monnaies et surtout le dollar, accuse le coup, qui peut avoir un impact important sur la compétitivité de ces entreprises et les exportations de la zone.
Cette guerre annoncée des devises a fait déjà couler beaucoup d'encre. Elle était le sujet d'une réunion des financiers du G7, la semaine dernière, mais aucun accord, ni recommandations n'ont été avancés. Plusieurs responsables ont déjà rappelé le danger de cette guerre, qui risque de mettre en doute les signes de reprise économique. Le Directeur Général du FMI a annoncé récemment que le fait d'utiliser le taux de change comme une arme constitue "un risque très grave pour la reprise mondiale". Il a même désigné un coupable : "la sous-évaluation du yuan est à l'origine de tensions dans l'économie mondiale qui sont en train de devenir des menaces. Si l'on veut éviter de créer les conditions d'une nouvelle crise, il faut que la Chine accélère le processus de réévaluation".
Selon le Gouverneur de la banque de France, il est nécessaire d'orchestrer une évolution ordonnée des devises.
Cette situation a eu aussi un impact important sur les flux d'investissement. Dans son dernier rapport sur les IDE publié la semaine dernière, la CNUCED a mis en garde contre la baisse des investissements à cause des incertitudes et la peur des investisseurs. En effet, les afflux d'investissements directs étrangers ont baissé d'environ 25% au deuxième trimestre 2010 par rapport aux trois premiers mois de l'année, et ils sont ressortis 15% environ en deçà de leur niveau du deuxième trimestre 2009.
Quel impact sur la Tunisie:
Bien que le dinar tunisien ne soit pas totalement convertible, et qu'il tend vers la convertibilité totale d'ici 2014 selon le programme présidentiel «Ensemble, relevons les défis», l'actuelle guerre des devises aura certainement un impact sur notre pays. Cet impact ne sera pas ressenti sur la valeur de notre monnaie, mais surtout au niveau de l'économie réelle. En effet, la baisse des flux d'investissement dans le monde à cause de cette guerre des devises, touchera notre pays, qui compte beaucoup sur ces investissements pour son développement économique. Après une baisse des IDE en 2009, de plus de 32%, le début de l'année était assez encourageant pour la Tunisie avec une hausse de 2%. En effet, les IDE ont atteint 1432,9 millions de dinars dont 1237,3 millions de dinars d'investissements directs et 195,6 millions de dinars en portefeuille. Avec les craintes des investisseurs dans le monde, et la fuite vers les pays à monnaie faible tels que la Chine, la Tunisie risque de ne pas faire mieux que l'année dernière en terme d'IDE, ce qui se traduira par une perte de points de croissance et de création d'emplois.
Sur un autre plan, le déroulement de l'actuelle guerre des devises peut être bénéfique pour notre pays, surtout avec le scénario d'une baisse du cours du dollar américain. En effet, selon le communiqué du conseil d'administration de la banque Centrale, du mois de Septembre dernier, le dinar a enregistré une appréciation de 3,8% par rapport au dollar américain et une dépréciation de 2,2% vis-à-vis de l'euro. Cette appréciation face au dollar, qui s'échange actuellement à 1.38dinar, permettrait de réduire la facture de nos importations en hydrocarbures. En effet, le pétrole est passé au cours des dernières semaines de 73 dollars le baril à plus de 83 dollars. Ceci contribuera aussi à l'apaisement du déficit commercial qui est en train d'enregistrer des records d'un mois à l'autre.
En plus, une sous-évaluation du Yuan chinois, encouragera les importations venant de ce pays, qui ont atteint plus de 1287 millions de dinars en 2009, et dont nous accusons un déficit commercial de -1193Millions de dinars.
D'une manière générale, un impact négatif de cette guerre des devises sur la croissance mondiale, influencera certainement les perspectives de croissance de notre pays, qui s'intègre de plus en plus dans l'économie mondiale.
La situation actuelle des marchés de change doit nous inciter à mieux réfléchir sur l'objectif d'atteindre la convertibilité totale du dinar en 2014, et de bien préparer le terrain pour cette phase cruciale de l'économie nationale. Un report de la date de cet objectif est peut être souhaitable et envisageable.
Cette guerre, même si elle se déroule hors de nos frontières, doit être suivie avec attention afin de préparer les interventions nécessaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.