Grève des magistrats : le ministère insiste pour la retenue sur salaires    Le front de Salut national dénonce " l'enlèvement " de l'ancien Chef du gouvernement Hammadi Jebali    Ligue 1 Pro : programme TV des matches de la J10 ?    Réunion de la commission administrative nationale de l'UGTT    CSS: A trois points du bonheur    USBG: Pas de surprise en vue    Mes odyssées en Méditerranée: Signature d'un accord bilatéral d'échange et d'Erasmus+, entre les Universités de Malte et de La Manouba    Rencontre avec le compositeur Karim Thlibi: Quand la musique s'affranchit de la parole    Sixième édition du Tunisia Digital Summit (TDS): La transformation digitale, une clé pour sortir de la crise actuelle    Réunion du comité administratif-Sami Tahri: Plusieurs dossiers seront sur la table de l'UGTT [Vidéo en direct]    REMERCIEMENTS ET FARK: Hasna (Mohsna) MEZIANE    MEMOIRE: Hadj Abdelkrim BENSAAD    Wimbledon – Ons Jabeur :"La bonne chose est que je reste positive"    La part de la femme...    Kairouan: Chômage, l'éternel problème des jeunes    Pourquoi: Où sont les services d'hygiène ?    Smartphones, tablettes: Une addiction qui fait mal    Aujourd'hui, temps très chaud et la vigilance est de mise!    EXPRESS    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Mongi Bennani, ancien handballeur du SN et entraîneur : «Personne ne m'a fait de cadeaux !»    Malgré sa rhétorique belliciste, la BCE ne peut pas suivre la Fed    Samir Dilou : La police a refusé de remettre à Hamadi Jebali ses médicaments    Agronomie :le langage révélateur des chiffres    Hamadi Jebali admis en urgence au service de réanimation de l'hôpital Habib Thameur    Production de électricité ,une "première "en Tunisie    Djerba sans sachets plastiques à usage unique depuis le 1er août 2022 : Est-ce la fin du cauchemar?    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Sfax: Une réunion tendue du conseil municipal [Vidéo]    Covid-19 : un décès à Bizerte    Ligue 1 Pro : Officiel. Le CSS jouera la coupe de la CAF    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    Semaine boursière : Le Tunindex en hausse en dépit d'un volume transactionnel modeste    «Possibles», revue trimestrielle de littérature : «Le train m'emporte vers toi, mais déjà tu n'es plus là...» !    Météo de ce samedi    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme Tv de la dernière journée    Ons Jabeur rassure son public    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Tunisie et l'Algérie appelées à agir rapidement pour prévenir la contamination par la Cochenille de cactus
Publié dans WMC actualités le 17 - 05 - 2017

La Tunisie et l'Algérie sont appelées à agir rapidement, pour prévenir la contamination par la cochenille de cactus, un parasite qui fait des ravages au Maroc, a recommandé à Tanger"(Maroc), le responsable à l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), Noureddine Nasr.
Les deux pays voisins devront interdire strictement, toute introduction de cactus (fruit ou raquette) sur leurs territoires respectifs et renforcer le contrôle de leurs frontières pour empêcher l'infestation, a affirmé à l'agence TAP, ce responsable de la production végétale et de la protection des plantes au bureau sous-régional de l'organisation internationale.
Ils sont également, appelés à élaborer des plans d'urgence pour déterminer les actions immédiates à entreprendre en cas d'introduction de la cochenille cactus d'autant que ce parasite peut se déplacer même dans des balles de foins, sur des animaux, sur des balles de paille, a-t-il ajouté dans une déclaration en marge d'un atelier de formation des journalistes Maghrébins.
La cochenille du cactus risque de détruire rapidement des centaines, voire des milliers d'hectares de cactus et son impact sera néfaste sur l'élevage, la nutrition et l'économie de la population a-t-il dit, précisant que le parasite dévastateur qui ravage plusieurs centaines de hectares de cactus dans différentes régions du Maroc, s'est dernièrement, approché de la région Nord Est de ce pays.
Compte tenu de la gravité de la situation, la FAO a élaboré un programme d'urgence pour lutter et éradiquer la cochenille et veiller à empêcher son introduction dans d'autres pays du Maghreb, notamment l'Algérie, la Tunisie ainsi que la Libye, où le cactus s'étend sur des superficies importantes.
La FAO et le Maroc ont signé, en avril, un programme de coopération technique pour l'éradication de la cochenille. Ce programme, qui s'étale sur une année, est doté d'un budget de 417 mille dollars (environ 997 mille dinars) et prévoit une intervention immédiate.
Comme c'est la première introduction de ce dévastateur dans la région, il s'agit d'apporter le savoir faire et les technologies des pays où la cochenille existe déjà, à savoir le Mexique et le Brésil, a expliqué Noureddine Nasr.
Et d'ajouter que l'équipe de recherche marocaine qui en train de préparer et tester les variétés résistantes et tolérantes à la cochenille, sera appuyée dans ses recherches afin d'identifier ces variétés et commencer directement leur implantation chez les agriculteurs qui ont déjà perdu leurs champs de cactus.
La deuxième composante du programme consiste à appuyer des recherches qui sont sur le point d'identifier des bio pesticides, lesquels seront produits en quantités suffisantes pour entamer les traitements.
La troisième composante vise le développement de la lutte biologique, dont le traitement à travers la coccinelle prédatrice de la cochenille a été identifié par l'INRA du Maroc (Institut de National de la Recherche Agronomique) et l'ICARDA (Centre International de Recherche Agricole dans les zones Arides).
La quatrième composante concerne le renforcement des capacités en faisant venir des équipes tunisiennes et algériennes pour se former avec les équipes sur l'éradication, les bio pesticides, outre l'organisation d'un voyage d'études pour une équipe Marocaine vers le Mexique et le Brésil.
Le cactus joue un rôle important au niveau national et sert aussi bien dans l'alimentation des personnes que dans la production des produits fourragers pour les bétails, a noté de son coté, le chef du département de la protection des plantes à l'INRA du Maroc, Mohamed Sbaghi.
Le cactus s'adapte à la sécheresse et contribue à la lutte contre la désertification outre son rôle dans la protection du sol contre l'érosion et la préservation des ressources naturelles et de la biodiversité. La valorisation des fruits de cette plante à travers la fabrication de produits à haute valeur commercial permet de les utiliser dans les cosmétiques et produits thérapeutiques ce qui est de nature à renforcer l'économie locale et à générer des revenues substantielles pour les zones rurales tout en contribuant à la fixation de la population dans ces zones, a rappelé le chercheur.
Concernant la cochenille de cactus, elle a fait son apparition pour la première fois au Maroc vers la fin 2015/début 2016, a-t-il indiqué, affirmant que pas mal de régions sont actuellement, complètement dévastées.
Il s'agit d'un ravageur très dangereux qui peut détruire une jeune plantation dans deux mois et une implantation âgée, en une année, selon Sbaghi.
Pour réussir à contrecarrer l'extension de cette cochenille, les équipes marocaines ont procédé à une géo-localisation des sites dévastés et les degrés d'attaque afin de construire un modèle permettant de déterminer la progression de la maladie.
S'agissant de la lutte biologique, on a identifié le lieu de la première apparition de la maladie chez un agriculteur à Sidi Bennour qui a mis à notre disposition un hectare pour le planter avec 300 écotypes pour voir si ces variétés ont montré une résistance ou une sensibilité vis à vis de la cochenille, a-t-il encore précisé.
L'atelier de formation des journalistes Maghrébins qui se tient à Tanger du 15 au 18 mai 2017, a pour "les risques des ravageurs et des maladies végétales et animales et leurs impacts sur le développement économique et social et sur la sécurité alimentaire "


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.