Que risque Rached Khiari ?    France: Les ambassadeurs de la Tunisie et l'Italie discutent la relance du tourisme    Médenine-Coronavirus : Une situation épidémiologique préoccupante    Inde-Coronavirus : Nouveau record quotidien de victimes!    Tunisie – Covid19 : Pourquoi refusent-ils d'accélérer la vaccination ?    Coupe de la CAF : L'Etoile du Sahel éliminée, le CS Sfaxien en quarts    Dans un marché déserté, la bourse de Tunis récupère timidement ses pertes    Assurances Maghrebia : Chiffre d'affaires en hausse de 12,81% au 1er trimestre 2021    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Prolongation de la validité des certificats de visite technique    Ministère des Finances Facilitations en faveur des entreprises impactées par la crise du Covid-19    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Nouveau round FMI-Tunisie : y aurait-il de nouveaux crédits ?    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Afrique : 4,5 millions de cas Covid-19 confirmés    PSG vs Angers: Où regarder le match des quarts de finale de la Coupe de France du 21 avril?    Levée du sit-in des employés de Shems FM    CNRPS : Une application pour payer les cotisations en ligne    Manque de solidarité : Trabelsi fustige les grandes surfaces    Le Synagri fustige la hausse des prix des carburants    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Avril 2021 à 11H00    Arrestation à Mahdia de trois personnes impliquées dans des affaires terroristes    Tunisie – météo : Brouillard local le matin et hausse des températures    Abdelkarim Harouni : Kaïs Saïed est un projet de dictateur !    MEMOIRE : Khalifa BOULAARES EL HERZI    L'ambassadeur Moez Mahmoudi renforce le cabinet du ministre de l'Economie, Ali Kooli    Populisme, accusations sans preuves et discours de bas niveau : Qui mettra fin aux dérapages des députés ?    CONDOLEANCES    Billet | Relais de croissance    Foot-Europe: le programme du jour    Al Ahly (Egypte) – Ali Maaloul entame son programme de réadaptation physique sur le terrain    BCT : Les avoirs en or de la Tunisie s'élèvent à 675 MD, à fin décembre 2020    News | Retour en octobre pour Dahmen    Coupe de la CAF | Salitas-CSS (17h00 à Ouagadougou) : Mettre les bouchées doubles    Foot – Les clubs anglais disent "stop" à la Super League !    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelmajid Ezzar appelle les Tunisiens à boycotter les produits agricoles importés
Publié dans WMC actualités le 23 - 04 - 2019

Le président de l'Union tunisienne de l'agriculture et de la pêche, Abdelmajid Ezzar, estime que les Tunisiens doivent boycotter les produits agricoles importés.
"La Tunisie est actuellement incapable d'atteindre son autosuffisance en grandes cultures parce que ce secteur, malgré son importance stratégique dans la préservation de la sécurité alimentaire des Tunisiens, reste pénalisé par la faible valorisation de la recherche scientifique, l'absence de la vulgarisation agricole et la flambée des coûts à laquelle les agriculteurs sont confrontés", regrette le président de l'Union tunisienne de l'agriculture et de la pêche (UTAP), Abdelmajid Ezzar.
Les agriculteurs spécialisés dans les grandes cultures vendent aujourd'hui à perte
"Les agriculteurs spécialisés dans les grandes cultures vendent aujourd'hui à perte et nous sommes réellement face au risque d'abandon des grandes cultures dont les superficies ne cessent de régresser", met-il en garde, au cours d'une conférence tenue mardi 23 avril à Tunis, par l'Institut national des grandes cultures (INGC) sur le thème " Les nouvelles technologies dans le domaine des grandes cultures ".
Ezzar considère que " le secteur agricole s'impose aujourd'hui comme un choix stratégique dans la préservation de la sécurité alimentaire et de l'économie nationale, appelant les autorités à ne pas le réduire à sa simple dimension commerciale ".
Les produits agricoles importés ne sont pas les bienvenus
"Les Tunisiens ne sont aujourd'hui pas assez conscients de l'enjeu de la sécurité alimentaire parce que nous n'avons jusque-là manqué de rien, mais c'est un enjeu imminent auquel nous devons donner toute l'importance ", a-t-il soutenu.
j'appelle les Tunisiens à ne pas consommer les produits importés, car l'importation est une arme de destruction de l'économie nationale
Il estime que " durant le mois de ramadan prochain, nous n'allons également manquer de rien, mais j'appelle les Tunisiens à ne pas consommer les produits importés, car l'importation est une arme de destruction de l'économie nationale ".
Interrogé sur les menaces qui planent sur les semences locales, il a affirmé que " pour les cultures autres que grandes, nous n'avons plus de semences locales. Nous utilisons, chaque année, des semences importées et hybrides et cela menace davantage notre sécurité alimentaire. Pour les grandes cultures, d'énormes efforts sont nécessaires pour développer et multiplier nos semences vieilles de plus 40 ans, à travers la recherche scientifique. Ceci va nous permettre de gagner en efficacité et en productivité. Il faut aussi faire attention au fait que nos semences sont aujourd'hui vendues vers un pays voisin alors que nos agriculteurs n'en ont pas assez ".
nos semences sont aujourd'hui vendues vers un pays voisin alors que nos agriculteurs n'en ont pas assez
De son côté, le ministre de l'Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Samir Taieb, a souligné que " le secteur des grandes cultures est le seul secteur agricole qui n'ait pas atteint l'autosuffisance, bien qu'il soit capable de le faire en encourageant les agriculteurs à améliorer leur productivité qui reste faible même par rapport aux niveaux de productivité réalisés dans des pays similaires. Ceci ne peut se faire qu'en utilisant les nouvelles technologies et en mettant en pratique les résultats de la recherche scientifique ".
Pour cela, il a réaffirmé la disposition de son département à soutenir l'INGC et à favoriser la connexion entre la recherche scientifique et la profession à travers la généralisation de la vulgarisation agricole.
Un effort particulier a été déployé cette année pour doter 8 000 petits agriculteurs de 9 mille quintaux de semences sélectionnées
Dans une déclaration aux médias, Taieb a aussi indiqué que le ministère de l'Agriculture élève l'encouragement de l'utilisation et le développement des semences nationales sélectionnées au rang de priorité.
Un effort particulier a été déployé cette année pour doter 8 000 petits agriculteurs de 9 mille quintaux de semences sélectionnées. C'est une première expérience qui va être généralisée en concertation avec tous les intervenants ".
Pour sa part, le président de l'Institut, Oussama Kheriji, a déclaré que " les nouvelles technologies sont aujourd'hui une nécessité face à la croissance de la demande sur les produits agricoles ", faisant remarquer que " le grand écart entre la demande nationale sur ces produits et la production nationale en la matière ne pourrait être réduit qu'en optimisant les méthodes de production à travers le recours aux nouvelles technologies (logiciels, drones, robotique) et en favorisant la migration vers une agriculture intelligente et de précision ".
La Tunisie compte près de 250 mille agriculteurs dans le domaine des grandes cultures
A ce titre, il a mis l'accent sur la nécessité de renforcer la vulgarisation agricole pour sensibiliser les agriculteurs quant à cet enjeu. " La Tunisie compte près de 250 mille agriculteurs dans le domaine des grandes cultures. Les 40 techniciens de l'Institut sont incapables à eux seuls d'assurer efficacement la tâche de vulgarisation. L'Institut n'est qu'un maillon d'une chaîne dont toutes les composantes doivent être suffisamment opérationnelles".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.