Palestine - Israël: Le fer et par le feu    Chedli Klibi : un an déjà    3 mois de prison pour un tunisien interdit d'accès au territoire français    Italie : 102 millions d'euros d'amende à Google pour abus de position dominante    Le général Youssef Baraket: Un symbole de l'armée républicaine (Album photos)    Tunisie – Coronavirus : De nouvelles mesures du 16 Mai au 06 juin 2021    UTICA : Plus de 50% des entreprises sont menacées de disparition    Un entretien entre Ali Kooli et Bruno Le Maire passé sous silence    Salsabil Klibi [AUDIO] : Le président de la République est contraint de sceller le projet de loi de la Cour constitutionnelle    Tunisie : Le dilemme de Kaïs Saïed par rapport à la cause palestinienne et son besoin des USA    Violences à l'encontre des femmes : l'ATFD appelle à une action de protestation le jour de l'Aïd    Dernière Minute – Coronavirus : 81 décès et 1105 nouvelles contaminations, Bilan du 11 mai    Hichem Mechichi annonce une série de mesures d'accompagnent économique aux entreprises    La recette de Ridha Chkoundali qui pourrait réduire l'endettement extérieur de la Tunisie    Palestine, notre âme et conscience    Après deux heures d'attente, les journalistes quittent la Kasbah    Confinement général : levée de l'interdiction de déplacement entre les régions    Espérance de Tunis : Tous les joueurs testés négatifs au Covid-19    Khalil Zaouia : Ce qu'a fait Saïed à Mechichi était immoral    Exclusif: Des mesures au profit de certaines catégories sociales vont être annoncées    JO-2020 (TQO) – Basketball : Le Cinq national en stage à partir de lundi à Monastir    Tunisie: Covid-19 : Le chant de l'espoir et des retrouvailles (clip et spot)    Tfanen organise des tables rondes digitales sur la contribution de la culture au développement durable    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 12 Mai 2021 à 11H00    Tunisie: Le Mouvement du Peuple appelle à pavoiser les balcons et les façades des magasins de drapeaux palestiniens    Football : Programme TV de ce mercredi 12 mai 2021    Tunisie: Othmen Jerandi participe à la session extraordinaire du Conseil de la Ligue des Etats arabes    Tunisie- Gafsa: Manifestation de soutien à la Palestine    Tunisie: Entretien téléphonique entre Kais Saied et Ismail Haniya    Boosté par les performances de la BH et la BIAT, le Tunindex s'apprécie    Tunisie- CONECT appelle à soutenir les secteurs touchés par les répercussions du confinement sanitaire    Ooredoo partage la joie de l'Aïd avec les enfants    L'UTAP met en garde contre un éventuel effondrement de la filière laitière    Le CS Hammam-lif convoque une AG élective le 29 mai    " Sans Ticket " du 14 au 16 mai : Une sélection de courts métrages tunisiens disponible sur Artify    Règlement des déclarations fiscales avant le 15 mai : La CCT s'indigne    Juventus : Gianluigi Buffon annonce son départ en fin de saison    Judo : 18 judokas tunisiens au tournoi qualificatif à Dakar pour les JO de Tokyo    Willis from Tunis: 10 ans et toujours vivant    La Maison Blanche révèle ce que tente de cacher Carthage    Kaïs Saïed appelle les Palestiniens à unifier les rangs au service de leur juste cause    Entretien téléphonique Kais Saïed et la vice-méricaine Kamala Harris : soutien renouvelé auprès du FMI, contre le Covid et pour la sécurité    Dreams Chebeb, 2e édition: 15 projets artistiques voient le jour malgré la crise    Le gouvernement appuie toutes les entreprises tunisiennes qui investissent à l'étranger, assure Mechichi    Conseil de sécurité : Aucun accord sur une déclaration commune à propos des violences à Jérusalem    Décès du doyen de l'ophtalmologie Ridha Mabrouk    " De la Casbah de Mazara del Vallo à la Petite Sicile de La Goulette " : La longue histoire des échanges entre l'Italie et la Tunisie    Covid19 : Report de la manifestation théâtrale "Semaine pour le théâtre tunisien"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La parité politique fortement présente dans les lois, mais quasi-absente dans la réalité
Publié dans WMC actualités le 15 - 02 - 2020

Au moment où la communauté internationale s'apprête à célébrer la Journée internationale de la femme (le 08 mars 2020), les dernières négociations sur la formation du 11ème gouvernement tunisien après la révolution ont dévoilé le volume des disparités et des inégalités que subissent la junte féminine tunisienne malgré les discours des différentes fractions politiques vantant l'arsenal juridique tunisien promouvant les droits de la femme et sa place politique.
En effet, le prochain gouvernement, dont la composition devrait être révélée ce vendredi après-midi, ne compterait que seulement trois femmes. Le gouvernement proposé précédemment par Habib Jemli n'avait compté que 4 ministres femmes sur un total de 28 ministres et 6 secrétaires d'Etat. Jemli avait pourtant annoncé que la représentativité de la femme serait aux alentours de 40% alors qu'elle s'était limitée à 24%.
Selon lui, la faible représentativité de la femme serait due à l'absence de compétences féminines en Tunisie alors que la présence de la femme aujourd'hui dans l'université tunisienne est égale ou supérieure à celle de l'homme et ce, en tant qu'enseignante, étudiante ou chercheuse sachant que la Tunisie occupe la deuxième place mondiale au niveau du nombre de femmes dans le domaine des sciences, selon une étude publiée par la banque mondiale en 2019.
Absence de volonté
La déclaration de Jemli sur l'absence de compétences féminines a été largement contestée notamment par la présidente de l'Union nationale de la femme tunisienne, Radhia Jeribi, qui a souligné que la Tunisie compte de hautes compétences féminines capables d'occuper des postes politiques avancés et des portefeuilles ministériels de souveraineté.
Jeribi a estimé que la femme est placée dans le meilleur des cas possibles à la tête de 4 ministères qui ne valorisent pas ses vraies compétences alors que dans d'autres pays arabes et africains la femme est à la tête de ministères de souveraineté, à la tête du gouvernement ou du parlement.
Selon la présidente de l'UNFT, l'accès des femmes aux postes de décision est encore faible et le restera appelant le président de la république et le chef du gouvernement à rectifier le tir en accordant la priorité aux femmes dans la nomination des ambassadeurs, consuls, gouverneurs, directeurs généraux et autres.
Mentalité patriarcale
Pour sa part, la professeure universitaire spécialiste du genre social et activiste dans la société civile, Dalenda Larguech, estime que les raisons de la faible présence de la femme à la tête des départements ministériels malgré l'arsenal juridique et la stratégie nationale de promotion de la participation de la femme à la vie politique sont plutôt culturelles et sociétales et non pas politiques.
Selon Larguech, les politiciens qui sont à la tête du pouvoir sont eux même qui ont élaboré ces lois et ont pris des mesures pour promouvoir l'accès de la femme aux postes de décision, sauf de leur mise en application n'a pas suivi.
"Le fait d'attribuer seulement 4 ou 5 postes ministériels à la femme qui est autant compétente que l'homme démontre que l'écart est encore très grand et il reste encore beaucoup à faire pour atteindre l'égalité des chances surtout que ni la présidence du gouvernement, ni la présidence de la république ni la présidence du parlement n'a accordé l'intérêt qu'il faut à cette question", a-t-elle dit.
D'après Larguech, les politiciens estiment que la femme est complémentaire de l'homme et doit occuper certains postes juste pour promouvoir cette image politique de promotion des droits de la femme alors qu'en réalité la femme n'est pas en train de bénéficier de son droit à l'accès aux postes lui permettant de jouer pleinement son rôle aux niveaux social et économique.
Une étude réalisée par l'association Aswat Nissa sur l'intégration du genre social dans les législations tunisiennes relatives au secteur sécuritaire entre 2014 et 2018 et dont les résultats ont été annoncés en juin 2019 a révélé que le taux de désignation des femmes dans les postes de responsabilité soit à la présidence de la république, du gouvernement ou des instances a baissé de 30% à 15%.
Elle a aussi démontré que le budget consacré à l'intégration du genre social dans le budget du ministère de la Femme, de la Famille, de l'Enfance et des Seniors a aussi baissé à moins de 0,5% contre 2,5% auparavant malgré la publication du décret gouvernemental numéro 626 de 2016 sur l'intégration du genre social dans la planification et la programmation des budgets pour éliminer toutes formes de discrimination et réaliser l'égalité dans les droits et les devoirs entre tous les Tunisiens.
Sanctionner le non respect de la parité
La représentativité de la femme dans les postes de décision a resurgit de nouveau après l'annonce des résultats des dernières élections législatives en octobre 2019 qui ont montré une baisse de cette représentativité en 2014 et en 2019 puisque sa présence au parlement a reculé de 36% en 2014 à 23% en 2019 sachant que le taux de femmes têtes de listes électorales a aussi baissé à 6%.
Selon la juge et présidente de cellule au Centre des études juridiques et judiciaires au ministère de la Justice, Samia Doula, les lois qui garantissent la parité et la présence active de la femme sont insuffisantes puisqu'elles ne stipulent pas les infractions ou sanctions en cas de non-respect de cette parité.
Dans ce contexte, elle a fait remarquer que lors des élections des structures judiciaires, le bulletin électoral qui ne respecte pas la parité est considéré nul ce qui garantit une présence importante de la femme juge dans les différents postes de responsabilité (procureur de la république, président de la chambre criminelle…).
Par ailleurs, Doula a estimé que les médias sont aussi responsables de l'absence de la femme du paysage public vu qu'ils ne garantissent pas sa présence dans les émissions et programmes.
En revanche et malgré la faible présence de la femme dans l'assemblée nationale constituante, le principe de la parité a été imposé dans la constitution de 2014 notamment dans l'article 34 qui stipule que l'Etat doit garantir la représentativité de la femme dans les conseils élus outre l'article 46 qui est plus clair et qui a permis de renforcer la présence de la femme au parlement (72 sièges sur un total de 217 soit 33,1%) dans les élections législatives de 2014.
Ces résultats ont permis au parlement tunisien d'avoir le Prix du forum mondial de la femme en 2015 et ont classé la Tunisie à la 34ème position mondiale au niveau de la représentativité de la femme au parlement dépassant ainsi la moyenne mondiale estimée à 20%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.