Tunisie – Qu'attend le ministre de l'éducation pour imposer le respect du protocole sanitaire ?    France : Détection de huit cas possibles d'infection au variant Omicron du covid    Mehdi Ben Gharbia poursuit sa grève de la faim pour la quatrième semaine    La Tunisie ou la fâcheuse manie de vouloir arracher de l'argent à ceux qui n'en ont pas !    Le PDL dénonce « le retour aux nominations obéissant aux principes d'allégeance et de favoritisme »    Mandat de dépôt contre le maire d'Essouassi pour viol et violation de données personnelles    Noureddine Tabboubi menacé de mort à deux reprises    Covid-19 – Variant Omicron : Le Maroc ferme ses frontières pour deux semaines    Ligue 2 Pro : Résultats des matches et classements des Groupes C et D    EN Hand féminine : la liste des 16 joueuses convoquées pour le mondial    Note – Economie bleue : La Tunisie subit un taux d'érosion côtière de 10 fois la moyenne mondiale    Suspension de tous les vols de passagers à destination du Maroc pour deux semaines dès lundi    Houcine Abassi: La solution à la crise politique est entre les mains de Kaïs Saïed    Inclusion des personnes porteuses de handicap: un défi majeur pour la municipalité de M'saken    Echaâb pour le dialogue avec les jeunes mais...    Secteur de l'assurance en Tunisie : Reprise du rythme de croissance    Omicron: Bien qu'inhabituels, les symptômes sont légers!    Coupe arabe : Classement des pays les plus couronnées    8ème anniversaire des événements de Siliana: Le parti des Travailleurs appelle à poursuivre ces responsables en justice    Foot-Europe: le programme du jour    Cité de la culture : Concert du duo Tsuji Hideki, Miyazaki Mieko et Amina Srarfi    La profession du conseiller fiscal    Algérie : Fort séisme à Béjaïa    Aviron – Championnat arabe de plage : 15 médailles pour la Tunisie    Omicron: Est-il plus dangereux que les autres variants?    NEWS: Doublé de Issam Jebali    Ligue 1 : St Etienne – PSG, les compos probables    Tennis-Coupe Davis: Bel exploit des Tunisiens !    Météo de ce dimanche    Appel à la prudence face au nouveau variant de Covid-19    MEMOIRE: Docteur Hind CHOUIHI, ep. OUESLATI    Exposition « Tourments » de l'artiste Hope Mokded à Nîmes: Exposition engagée    Arts plastiques:TGM galerie ouvre ses portes    Cérémonie d'ouverture du « Focus Japon » à la Cité de la Culture: Immersion dans la culture japonaise    Sfax: Suivi des opérations de distribution de l'huile végétale subventionnée [Vidéo]    La Tunis appelle la communauté internationale à amener Israël à se conformer aux résolutions de l'ONU    Tunisie Telecom fait bénéficier son expérience RSE aux étudiants au Forum de l'ENSIT    Pourquoi? | Le mystère de l'huile subventionnée    Lancement effectif du réseau ferroviaire rapide : ll faut en finir avec les fausses annonces    A l'Avenue Habib-Bourguiba : Un individu armé voulant attaquer le MI maîtrisé    Tunisie-Ben Guerdane [PHOTOS] : La Garde Maritime a secouru 461 immigrants clandestins issus de 17 pays africains    Encore une fois, une compétence Tunisienne s'affirme à l'étranger    The Washington Post évoque la Tunisie    Ouverture du 8ème Festival de la création de l'UGTT en présence de Taboubi et de Guettat    Prix FABA de littérature : Remise des prix de la 1ère édition le 4 décembre 2021    487 migrants irréguliers secourus au large de Kerkennah    Festival du film maghrébin d'Oujda : La Tunisie rafle 3 prix    Chronique d'une catastrophe annoncée au Musée du Bardo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Affaire de conflit d'intérêts : Mohamed Abbou défend son PM au Parlement
Publié dans WMC actualités le 23 - 06 - 2020

Le chef du gouvernement, Elyès Fakhfakh, a décidé de vendre ses actions dans une société faisant partie d'un groupement d'entreprises qui traite directement avec l'Etat tunisien pour éviter tout conflit d'intérêt. C'est ce qu'a annoncé Mohamed Abbou, ministre d'Etat auprès du chef du gouvernement chargé de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption.
Au cours de son audition, lundi 22 juin 2020, par la Commission de la réforme administrative, de la bonne gouvernance, de la lutte contre la corruption et de contrôle de la gestion de l'argent public (commission spéciale), Abbou a indiqué que le chef du gouvernement a cédé ses actions et les a confiées à une autre personne pour la gestion, conformément à l'article 18 de la loi n° 2018-46 du 1er août 2018, portant déclaration des biens et des intérêts, de la lutte contre l'enrichissement illicite et le conflit d'intérêt dans le secteur public.
"Cette décision a été prise pour clore définitivement ce dossier", a-t-il déclaré, précisant que Fakhfakh l'a chargé d'annoncer la cession de ses actions et d'éclairer l'opinion publique à ce sujet.
Le ministre a fait part de la disposition d'ouvrir une enquête sur cette affaire en cas de suspicion de corruption, estimant que "le conflit d'intérêts en soi n'est pas considéré de la corruption même si cela peut être en effet le cas".
Et de souligner "la volonté du chef du gouvernement et des membres de son cabinet de gagner en crédibilité à travers l'application et le respect de la loi".
Pour sa part, Badreddine Gammoudi, président de la Commission de la réforme administrative, a déclaré, à l'issue de la séance d'audition de Abbou, que les membres de la commission se sont engagés à faire le suivi du dossier du chef du gouvernement concernant le conflit d'intérêts.
Elyes Fakhfakh avait déclaré, dimanche 14 juin, dans une interview diffusée en direct par la chaîne privée Attessia, qu'il avait des actions à hauteur de 20% dans une entreprise opérant dans le secteur de l'environnement, ayant un contrat avec l'Etat, estimant que posséder des titres dans cette société ne relève pas d'un conflit d'intérêts.
Les déclarations de Fakhfakh avaient suscité une polémique dans la mesure où garder ses actions dans la société est assimilé à un conflit d'intérêts et constitue une violation des articles 18 et 20 de la loi n°2018-46 portant déclaration des biens et des intérêts, de la lutte contre l'enrichissement illicite et le conflit d'intérêt dans le secteur public.
Le président de l'Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC), Chawki Tabib avait annoncé avoir reçu une notification de la part du député Yassine Ayari sur une suspicion de corruption et un conflit d'intérêts contre le chef du gouvernement.
Il a annoncé l'ouverture d'une enquête à cet effet, soulignant que Fakhfakh devrait céder ses actions dans l'entreprise.
De son côté, Ayachi Hammami, ministre des droits de l'Homme, des Instances constitutionnelles et de la société civile avait déclaré, le 19 juin, dans une déclaration médiatique que le chef du gouvernement a engagé les procédures pour la cession de ses actions.
Fakhfakh avait fait une déclaration de ses biens le 27 février dernier, auprès de l'INLUCC tout en gardant ses actions dans la société en question.
Maintenant trois questions méritent d'être posées: Elyès Fakhfakh a-t-il vendu ses parts dans l'entreprise avant l'éclatement de l'affaire au grand jour? Si oui, l'a-t-il faut auprès de l'Instance nationale de lutte contre la corruption? Et si ce n'est pas le cas, le ministre de la "Bonne gouvernance" qui se targuait pendant les campagnes électorales (législatives et présidentielle) a-t-il alerté à qui de droit? Alors, anguille sous roche.
Affaire à suivre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.