Hamma Hammami : « Le mouvement Ennahdha est le seul responsable de la crise que connait le pays »    Tunisie : Le ministère de la Santé autorise la commercialisation du vaccin astrazeneca    Ahlam Belhaj : « La menace d'une année blanche est réelle dans les facultés de médecine »    Saied à Kairouan pour s'informer des préparatifs en cours pour la réalisation du projet de la cité médicale des Aghlabides    Rached Ghannouchi fait passer un message à ses partisans    Hichem Mechichi garde espoir...    Ghannnouchi appelle partis et forces politiques au dialogue    8% des Tunisiens sont satisfaits du rendement de Ghannouchi, selon Emrhod    Les routes fermées suite à la manifestation d'Ennahdha    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie Telecom meilleure performance du réseau mobile en 2020    AIL : 1194 contrats de leasing reportés sous l'effet Covid hausse des produits de leasing    Si la justice m'était « comptée »...    Associer à une formation scientifique d'excellence, une ouverture intellectuelle...    Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES    L'Europe s'inquiète, les USA s'estiment «en avance»    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    Covid-19 : Baisse de la pression sur les lits de réanimation et d'oxygène à l'hôpital de La Rabta    Tunisie-Ligue 1 : Classement général avant les matches de la 14ème journée    Un nouveau système informatique intégré pour la douane tunisienne    Lancement digital d'OPPO Reno 5 | Reno5 5G : une première en Tunisie    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Sur 3 961 analyses 666 contaminations détectées hier    Météo : Un temps brumeux et ciel peu nuageux pour ce week end    CA: Réagir ou périr !    Billet: Un univers déconnecté    Le FMI met en garde contre le risque d'insoutenabilité de la dette publique à défaut de réformes en Tunisie    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    CS Sfaxien : Moncef Khemakhem réélu à la tête du club    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Scandale des déchets italiens : Mandat de dépôt à l'encontre de l'avocat de la société importatrice    Huile d'olive: Pas d'augmentation des prix pendant Ramadan    CONTROLE DES UNITES DE PECHE PAR SATELLITE: Période expérimentale jusqu'au mois de juin prochain    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Concours de Miss Tunisie 2021: Le challenge de l'humanitaire    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    En vidéo: In Style With Rym, la nouvelle émission présentée par Rym Saidi    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projet de Loi de finances complémentaire 2020 : Retour à la case départ
Publié dans WMC actualités le 21 - 11 - 2020

Retour à la case départ, pour le projet de la Loi de finances complémentaire (LFC) 2020, après que la Banque centrale de Tunisie (BCT) a conditionné l'octroi des fonds nécessaires pour combler le déficit budgétaire de l'Etat, par l'obtention d'une autorisation législative exceptionnelle de la part de l'ARP.
"Il semble que l'intervention de la BCT demeure toujours nécessaire, ce qui impose de trouver une couverture légale à cette intervention", a fait savoir le gouverneur de l'institut d'émission, Marouen Abbasi, dans une correspondance adressée, vendredi, au président de l'ARP, deux jours après l'adoption de la nouvelle version du projet de la LFC par la commission des finances, de la planification et de développement (avec 11 voix pour et une voix contre).
Pour rappel, le gouvernement a retiré, le 30 octobre 2020, la première version du projet de LFC, pour révision, à la demande de la commission des finances. La nouvelle version dudit projet a été soumise le 13 novembre à l'assemblée.
Abassi a précisé, dans sa correspondance à l'ARP (le 18 novembre 2020), que bien que les amendements inclus dans la nouvelle version du projet de la LFC ont permis de réduire le volume des emprunts internes, la mobilisation des ressources estimées, reste conditionnée par la capacité du système bancaire à injecter ces sommes, et ce, sans toucher aux équilibres macroéconomiques.
LFC 2020 – Financement du déficit budgétaire : LA BCT exige l'autorisation de l'Assemblée
Réitérant que la BCT tient à soutenir le gouvernement pour faire face aux répercussions sans précédent de la pandémie du Covid-19, le gouverneur a indiqué que le financement du déficit budgétaire par l'achat de bons du Trésor assimilables (BTA), à long terme, dans le cadre des opérations du marché ouvert, sera en contradiction avec le cadre opérationnel et stratégique de la politique monétaire.
"Ces opérations relatives à l'achat de BTA à long terme, s'inscrivent dans le cadre de la réalisation des objectifs de la politique monétaire et le rétablissement des équilibres sur le marché monétaire.
Avec l'achat de ces BTA, le montant dû à la BCT, dans le cadre du marché ouvert, passera à 6,4 milliards de dinars, contre 3,6 milliards de dinars, actuellement, ce qui représente plus de 60% de l'ensemble des opérations de la politique monétaire et 18% du budget de la banque centrale, limitant, ainsi, l'efficacité de la politique monétaire en termes de maintien de la stabilité des prix".
Il est à noter que la Loi n° 35 pour l'année 2016 du 25 avril 2016, fixant le statut de la Banque centrale de Tunisie, interdit le financement direct du trésor par la BCT.
Abassi a conclu que le financement du déficit budgétaire nécessite dans tous les cas, une autorisation législative spéciale et exceptionnelle de la part de l'ARP, afin que son intervention s'adapte à son cadre législatif et aux principes de la bonne gouvernance.
Il a aussi, insisté sur l'aspect exceptionnel de cette autorisation, étant donné que le financement direct et continu du trésor par la Banque pour combler le déficit budgétaire, est de nature à écorcher l'image du pays auprès des institutions financières, des agences de notation et des investisseurs.
Le président de la Commission parlementaire des Finances, de la planification et du développement, Haykel Makki a affirmé que " la BCT refuse de financer le déficit du budget complémentaire pour 2020, sans une autorisation explicite, à travers un texte de loi émanant du parlement ".
Et d'ajouter dans une déclaration à l'agence TAP, que " la commission des finances a adopté le PLFC 2020, en se basant sur les déclarations du ministre des Finances, Ali kooli, lequel a affirmé être parvenu à un accord avec la BCT pour financer le déficit budgétaire ".
Makki a critiqué ce qu'il a qualifié de " tromperie " de la part du gouvernement, considérant que "le gouvernement de Mechichi ne s'est pas accordé avec la BCT, concernant le financement du budget". Il a estimé que le parlement se trouve ainsi, dans une situation embarrassante qui le pousse à donner à la BCT, l'autorisation qu'elle demande, tout en assumant les répercussions de ce pas, sur la parité du dinar et l'évolution de l'inflation, bien que " le gouvernement est le seul responsable du budget et qu'il doit de ce fait, trouver des solutions ".
Le bloc parlementaire démocratique a soumis, le 3 novembre 2020, une initiative législative d'amendement de l'article 25, de la Loi n°2016-35 du 25 avril 2016, portant fixation du statut de la Banque centrale de Tunisie, afin d'autoriser la BCT à financer le budget à un taux déterminé et limité dans la durée.
Le bloc a, par ailleurs, demandé d'accélérer l'examen de cette proposition, la justifiant par la crise économique et sociale grandissante que traverse le pays, et le grand volume d'endettement inscrit dans le cadre des projets de LFC 2020 et de LF 2021.
Commentant cette initiative, l'universitaire et économiste Ridha Chkondali a estimé qu'il est nécessaire pour le gouvernement ou les partis qui le soutiennent, d'émettre une initiative législative pour amender l'article 25 du statut de la BCT pour l'autoriser à prêter à l'Etat et débloquer ainsi, la situation.
Contactés par l'agence TAP, le gouvernement et l'ARP n'ont jusque-là pas réagi à la demande de la BCT de lui accorder une autorisation exceptionnelle pour financer le déficit du budget 2020.
Certains députés ont toutefois, réagi sur les réseaux sociaux, exprimant leurs craintes quant à un éventuel retard de l'adoption du PLFC 2020, qui aurait un impact sur les autres engagements parlementaires, à l'instar de la discussion de PLF 2021.
La semaine prochaine sera, en tout cas, décisive en ce qui concerne les relations entre les autorités politiques et monétaires du pays, à l'approche de la fin des 100 premiers jours du gouvernement Mechichi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.